Perception

Fragile Vastness

31/03/2017

Autoproduction

D’ordinaire – ce que vous savez si ma plume vous est familière – je ne m’attaque jamais à la rédaction d’articles concernant le Metal Progressif dans son ensemble. Mis à part le cas, unique je le crains, de DREAM THEATER, je laisse ça aux spécialistes de la gamme que je ne suis pas. Non que je déteste le genre, ce qui est faux, mais je ne m’estime pas suffisamment concerné par la chose pour y consacrer deux ou trois heures de mon temps, et soyons franc, admettons que très souvent la plupart des groupes du créneau recyclent des idées déjà exposées par leurs aînés, dans des versions plus ou moins reliftées.

Ce que je reproche en général aux combos ayant choisi de propager des idées illimitées dans le temps et la technique est toujours la même chose. De se contenter de laisser divaguer leur esprit créatif en espérant que le public comprenne leur démarche et y trouve son compte.

N’y trouvant pas le mien, et estimant leurs digressions un peu trop pompeuses et emphatiques (« pompier » serait le terme adapté), je préfère passer mon tour pour laisser mes oreilles traîner sur des constructions moins instables.

Sauf que de temps à autres, une surprise surgit, un peu de nulle part il faut bien le reconnaître, et me force à empoigner mon clavier pour vous convaincre du bien-fondé de mon changement d’opinion.

Ce fut le cas aujourd’hui en écoutant au hasard le troisième album des Grecs de FRAGILE VASTNESS, que je ne connaissais ni d’Athènes ni de Sparte, et qui pourtant existent depuis fort longtemps, suffisamment pour gagner quelques prix et un nombre conséquent de fans.

Troisième LP donc pour ce Perception, mais précisons d’emblée que son prédécesseur ne date pas d’hier…Sorti en 2005, A Tribute To Life, qui permit au groupe de se faire remarquer par le Metal Hammer local (qui avait élu le groupe « Greek Band of the Year »), avait malheureusement précédé de peu un gigantesque hiatus de près de huit ans.

Formé à l’orée des années 2000, le quintette avait alors pris une paire d’années pour préparer son premier LP, l’excellent Excerpts, qui malgré son nom, développait de belles qualités progressives intégrales. S’ensuivit une très belle première partie de carrière, jusqu’au départ inopiné de Haris Tsoumos, premier vocaliste du combo, vite remplacé par George Ikosipentakis, pendant une dizaine d’années, mais qui a lui aussi fait ses valises il y a deux ans pour rejoindre INNERWISH, entité Power Metal nationale à la réputation certaine.

Puis le silence se fit, avant que Vangelis Yalamas, bassiste et tête pensante ne se décide à réfléchir à un nouveau concept susceptible de redonner une impulsion à la créature protéiforme FRAGILE VASTNESS. 

 

Pour ce faire, l’homme et ses deux anciens complices (Babis Tsolakis – batterie et Evi Katsamatsa – claviers) recrutèrent donc une paire de guitaristes en remplacement d’Alex Flouros (George Thanasoglou et Vasilis Batilas), mais aussi une nouvelle vocaliste, en la personne de la flamboyante Elena Stratigopoulou. Après cette stabilisation, le bassiste se mit donc au travail pour offrir une digne suite à l’acclamé A Tribute To Life, qui a donc pris la forme de ce Perception, aussi progressif qu’il ne l’est pas, et qui nous offre un nouveau point de vue sur un groupe décidément à part sur la scène, qui n’a pas oublié qu’une bonne chanson l’était quoi qu’il arrive, agrémentée de fantaisies techniques ou pas.

Si Vangelis admet que ses influences se situent loin du créneau de son combo, et cite allégrement NINE INCH NAILS, Peter GABRIEL ou DEAD LETTER CIRCUS (sans occulter quelques références plus typiques comme ANGRA ou SHADOW GALLERY), ainsi que quelques bandes originales qu’il affectionne, c’est pour mieux mettre les choses au point dès le départ.

Non, FRAGILE VASTNESS ne ressemble ni à DREAM THEATER, ni à PORCUPINE TREE, PERIPHERY ou PAIN OF SALVATION, mais se veut personnel, fouillé, intime, et aussi Pop qu’il n’est Rock, Metal ou Jazz-Rock Fusion light.

Et c’est certainement ce qui fait sa force, même si certains accents ressemblent à s’y méprendre à des tics de Petrucci & co. L’ambiance est certes puissante, mais pas Power Metal pour deux sous, les structures sont complexes, mais pas absconses, et les mélodies plus franches que la plupart des ensembles du cru qui parfois se perdent dans les méandres de GENESIS ou Neal Morse.   

D’ailleurs, si je devais comparer les Grecs à une influence qui n’est pas forcément leur, j’emploierais l’exemple du QUEENSRYCHE de transition, celui capable de passer de Hear In The Now Frontier à Dedicated To Chaos, sans perdre de son aisance ou paraître déplacé.

Pour les puristes, l’expérience risque de se montrer un peu trop soft, et manquant cruellement d’épices de guitares, souvent noyées dans des arrangements smooth amplifiés par une production vraiment soignée. L’approche est parfois à la lisière de la Pop ou du Metal Alternatif un peu Jazzy (« A Wall of Glass » et son solo de basse exotique à la Pastorius, un vrai bijou d’ailleurs illustré d’une vidéo), et attaque rarement de front, préférant les chemins de traverse un peu synthétiques qui groovent avec panache (« World Distorted », évoquant un peu le GATHERING élastique de How To Measure a Planet, en moins spatial).

Musicalement, les individualités sont évidemment notables, et les deux petits nouveaux six-cordistes assurent dans les grandes largeurs, tant en solo qu’en rythmique.

La voix nouvelle d’Elena s’est parfaitement intégrée à l’optique de renouvellement dans la continuité de Vangelis, qui a peaufiné de magnifiques écrins aux digressions de sa nouvelle front-women (aussi à l’aise dans le feutré que dans le lyrique démonstratif, ce qui est assez rare pour être souligné), qui s’en donne à cœur joie sur des morceaux en constante opposition de couplets électro-métal retenus et de refrains directs et convaincus (« Heaven On Mars »).

Perception a donc beaucoup à offrir, et y compris en termes de visuel et de contexte. Car sous sa sublime pochette sujette à interprétation se cache un concept travaillé, volontairement laissé dans le vague par son créateur, qui préfère parler d’une histoire tragique de perte, celle d’une famille dans un accident de voiture laissant une femme affronter seule son destin par le deuil.

Et pour mettre en relief ce thème somme toute assez universel, Vangelis  n’a pas hésité à voir plus loin que le bout de son nez Metal, affirmant avec conviction « expérimenter et oser explorer tout ce qui est en dehors des limites du métal typique d'aujourd'hui ». Cette assertion est confirmée par des compositions libres et léchées, à l’image de ce title-track « Perception », qui se permet une structure n’ayant que peu de choses en commun avec les digressions du Metal tel que nous le connaissons, autrement qu’au travers d’un solo homérique. Rythmique souple et aux accents électroniques, chanteuse qui n’a pas oublié de chanter au lieu de vocaliser Castafiore, guitares qui servent le morceau et non l’inverse, pour un résultat homogène réfutant tout débordement démonstratif roboratif.

Utilisant toutes les armes à sa disposition, FRAGILE VASTNESS use même d’intermèdes dignes d’une BO de fiction (« The Portal »), mais aussi d’un métissage entre un Post Metal à la VATTNET VISKAR et un Metal progressif soft et mélodique à la FATES WARNING (« Frequencies », aux harmonies oniriques) pour dessiner les contours d’un Rock moderne, à l’aise dans son époque et qui ne doit rien à personne.

Et finalement par son refus du cloisonnement, ce sextette décidément excentré représente sans doute une certaine acmé du Progressif contemporain, censé représenter un parangon de liberté créatrice, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes pour un groupe qui en refuse toutes les contraintes.

L’album du mois, et de loin !


Titres de l'album:

  1. I Am Fire
  2. Heaven On Mars
  3. World Distorted
  4. Daydreams
  5. The Portal
  6. Frequencies
  7. A Wall of Glass
  8. A Face In The Mirror
  9. Perception
  10. Vivacious Turns of Thought

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/05/2017 à 17:37
92 %    533

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14

Moshimosher

Cool ! Je vais me regarder ça ! 

26/11/2020, 16:12

Simony

Voici un lien qui fonctionne pour la vidéo : 

26/11/2020, 14:08

Kamel

La vidéo ne fonctionne pas... Agréable rappel de Civilization One! Jamais réussi a mettre la main sur le second album :-(...

26/11/2020, 14:03

Gargan

Ahh mais ça marche très bien les propositions de news !Docu excellent (bon, ça fait un peu bizarre les pubs norvégiennes comme si de rien n'était en intro), dont je me suis véritablement délecté. Tu rentres vraiment dans l'i(...)

26/11/2020, 13:59

RBD

J'avais reçu exactement comme toi le premier album, dont j'attendais beaucoup à l'époque à l'instar de tout le monde vue l'équipe. Je partage donc hélas ce point de vue sur ce qui reste à ce jour le seul groupe de Marc Grew(...)

25/11/2020, 20:55

el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35

Gargan

Juste un running gag avec un commentaire précédent, d'où le gif. Ils ont joué en live avec Mgla ceci dit hehe

25/11/2020, 08:57

Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01

Yolo

Aucun rapport avec Dark Funeral. Décidément tu nous les auras toutes faites toi.

24/11/2020, 21:23

Yolo

Aucun rapport entre MGLA et Deus Mortem. Sérieux...

24/11/2020, 21:15

Simony

Ah non là DEUS MORTEM associé à MGLA, je ne pense pas qu'ils soient dans la même optique du Black Metal. DEUS MORTEM c'est plus MARDUK et compagnie qui les branche. Excellent groupe à la discographie difficilement discutable lorsque l'on aime c(...)

24/11/2020, 18:08

Humungus

Au vu de l'attrait de certains pour le bazar, je colle une oreille sur ces deux extraits :Mais c'est que c'est du tout bon ça bordel !!!J'ai donc poussé un peu plus mes investigations en écoutant le premier album et second EP : Pas mal du tou(...)

24/11/2020, 16:17

Humungus

POMAH je vous aime.

24/11/2020, 16:05

Humungus

D'accord avec toi L'Apache concernant l'attrait des pochettes.Cela m'a d'ailleurs fait penser dans le style décalé des jaquettes, le format et la rareté de la chose à ce que peut nous pondre TODESSTOSS.Sinon, du coup, j'ai &e(...)

24/11/2020, 16:04