Difficile de parler de Black Metal sans aborder ses racines…La plupart du temps, les spécialistes conviendront de l’apport suédois en la matière, d’autres évoqueront avec certitude la prédominance de leurs voisins norvégiens, tandis que les puristes de l’attaque frontale se gargariseront de l’importance germanique en la matière…Quelques spécialistes de l’occulte ne manqueront pas de mentionner la Pologne et l’Ukraine, tandis que les chantres de l’underground se feront une joie de contredire tout le monde avec la pole position acquise ces dernières années par nos cousins canadiens.

Tout ceci est bien joli, mais encore faudrait-il rester honnête, et laisser le chauvinisme de côté. Je rentrerai donc en conflit avec moi-même en biaisant cette recommandation, puisque je m’en vais mentionner mon propre pays comme pourvoyeur fondamental d’occultisme morbide, et ce, depuis les séminales années 90, celles qui ont construit et paradoxalement déconstruit l’hydre à mille têtes.

Je pourrais dresser ici une liste quasi exhaustive des combos nationaux ayant un jour ou une nuit battu pavillon BM à travers nos régions, et le monde, mais je serais contraint d’y inclure des étoiles filantes, au détriment des ensembles les plus importants.

Alors, au lieu de me lancer dans cette vaste entreprise condamnée à la vacuité, je me bornerai à parler du cinquième album d’un de nos plus vénérables et dangereux représentants, un quintette fondé en 1994, en Île-de-France, et qui depuis plus de vingt ans se consacre à respecter les dogmes racines du genre, au point d’en incarner l’un des gardiens du temple maudit les plus fidèles.

Les MERRIMACK sont de grands exigeants. Ils sont pointilleux sur l’approche, et encore plus dans son exécution. Après une foultitude de démos et d’EP, ils ont sorti ce qui restera à jamais l’un des pamphlets les plus définitifs du « True Black », en 2002, via l’acclamé dans les abysses Ashes Of Purification.

Depuis, ils ont continué leur entreprise de purification des masses de fans via un Black hautement corrosif et compact, et savourent aujourd’hui leur gloire acquise à la force de riffs glaciaux et de rythmiques torrides, en nous proposant un des LP les plus fondamentaux de cette année, et certainement de leur carrière. On les savait extrêmement agressifs, on les découvre de plus en plus violents, et pourtant, toujours aussi mélodiques dans leur philosophie combinant tradition et évolution.

N’attendez pourtant aucune ouverture sur les dénaturations Post-Black ou Blackgaze, Perversifier & A.K. (guitares), Daethorn (basse), Vestal (chant) et Blastum (batterie) n’ont pas changé leur croix inversé de cou, et continuent de saper les bases de la civilisation judéo-chrétienne de leurs déflagrations dignes d’un MARDUK des meilleurs jours, ou d’un 1349 sévèrement remonté.

La recette n’a pas changé, la puissance est toujours aussi époustouflante, et amplifiée par une énorme production qui leur permet d’être de tous les fronts, sans disperser leurs troupes. Et de fait, Omegaphilia est sans doute le coup de canon le plus meurtrier dirigé vers la forteresse des traîtres à la cause depuis…Serpent Sermon de MARDUK, sans aucun doute.

Et en cherchant la définition musicale du mal à l’état pur dans le grand dictionnaire musical contemporain, vous risquez fort de tomber sur les sept chapitres de cette nouvelle offrande, aussi vénéneuse que cathartique dans son effort constant de repousser les limites de la tolérance. Car MERRIMACK ne se contente pas de faire allusion au malin, il dine à sa table et rit avec lui de la pathétique fuite en avant de la plèbe devant l’inéluctable. Cet inéluctable se trouve donc traduit en musique sur Omegaphilia, qui se veut tables de lois de l’apocalypse à venir, en jouant le rôle d’un Damien de la malséance musicale, comme en témoigne un titre aussi maladif et létal que « Apophatic Weaponry ».

On pensait la marge de progression des français maigre au regard de leurs performances passées, et pourtant, ils nous démontrent qu’ils continuent d’avancer depuis The Acausal Mass, paru il y a déjà cinq ans.

Leur retour est donc célébré en grandes pompes funèbres, et ce dès l’entame féroce « Cauterizing Cosmos », qui après une courte intro incantatoire plante un décorum hivernal de riffs acides, rongeant une rythmique lancinante. Mais le naturel des blasts revenant vite au galop, on plonge à mi-parcours dans un déluge de haine digne du Hellfire des 1349, mis à part que les MERRIMACK n’ont jamais eu besoin de leur influence pour s’adonner au sadisme d’un BM franc et massif.

D’ailleurs, il conviendrait en 2017 de les considérer eux-mêmes comme une influence pour de nombreux groupes postérieurs à leur création. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les titres les plus longs de cette cinquième livraison, dont « At The Vanguard Of Deception » reste le parangon indiscutable.

En un peu moins de dix minutes, le quintette fait le tour de la question Black en dynamitant tous les principes de métissage, et s’applique à se conformer aux dogmes d’origines, tout en les adaptant à leurs vues personnelles. Nous passons donc par toutes les ambiances possibles, nous retrouvant englués dans le marigot d’un break central d’une lourdeur écrasante, avant de subir la pression occulte d’un final en crescendo schizophrénique plaçant sur notre route les litanies de chœurs grandiloquents.

Une démonstration de force qui pourtant ne force pas le naturel de musiciens rodés depuis longtemps à l’exercice de la perfection, et qui pourtant parviennent à garder une indéniable fraîcheur dans l’inspiration et l’exécution.

L’instrumental est d’ailleurs tellement millimétré qu’on en reste admiratif, alors même que les vocaux de Vestal sont de plus en plus vomis et laissent une couche de bile épaisse stagner à la surface des morceaux. Mais une fois les deux réunis, le sabbat vire au cauchemar pour tous les négociants en sonorités adoucies pensant que le Post Black reste la seule issue possible, ce que « Gutters Of Pain » infirme de sa démence rythmique assourdissante.

Ne croyez-pas pour autant que MERRIMACK n’est qu’une rognure d’ongle luciférienne de plus, incapable de faire la différence entre cacophonie supersonique et déliquescence infernale. « Sights in the Abysmal Lure » se répand justement en un riff amer et torturé, laissant une batterie tourner au ralenti d’une souffrance musicale vraiment palpable. C’est justement l’équilibre trouvé entre lancinance et ultraviolence qui rend Omegaphilia si essentiel, et qui replace les théories des 90’s au centre des préoccupations.

Il suffit pour s’en persuader d’écouter le traumatique « Cesspool Coronation », qui laisse une des intros les plus efficaces de la décennie nous happer vers les flammes. Majesté des arrangements, espace intégralement occupé par la base instrumentale, tandis que du haut de sa colline en feu, Vespal lâche d’un ton détaché ses homélies décadentes, gravant nos propres péchés au fer rouge sur notre peau.

Il est évident que beaucoup crieront au classicisme forcené, mais les vrais fans d’un BM aussi technique qu’épidermique, et aussi traditionnel que contemporain sauront se délecter des atrocités proposées par un cinquième LP qui décidément, ne risque pas de faire tomber les français de leur piédestal.

Alors oui, la France, le pays du Black Metal. Mais en est-on encore étonné ? Pas moi en tout cas, et tant que des groupes comme MERRIMACK en défendront les différentes nuances de noirceur, le pays des lumières n’est pas prêt de sortir des ténèbres.


Titres de l'album:

  1. Cauterizing Cosmos
  2. The Falsified Son
  3. Apophatic Weaponry
  4. Gutters of Pain
  5. Sights in the Abysmal Lure
  6. Cesspool Coronation
  7. At the Vanguard of Deception

Site officiel


par mortne2001 le 13/07/2017 à 14:16
90 %    643

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
14/07/2017 à 01:09:24
Une bien belle chronique (comme d'hab) qui me donne envie de me pencher sur cet album. Entièrement d'accord avec les premiers paragraphes sur la qualité du BM français. Et il n'est en rien chauvin de dire que la France est en ce moment, et depuis quelques temps déjà, largement sur le podium des meilleurs nations BM au monde. Même les étrangers le reconnaissent aisément.

Pierre
@78.192.38.132
14/07/2017 à 03:31:09
non

grinder92
membre enregistré
29/09/2017 à 14:06:56
Quel groupe ! Je les ai découvert via "The Acausal Mass", un pur chef d'oeuvre de BM comme, selon moi, peu savent le faire : Agressif, brutal, intense et aussi sublimement riche et gardant une pointe mélodique qui me permet de m'envoyer cet album plusieurs fois par mois sans en ressentir une quelconque lassitude...

J'ai refait rapidement mon retard avec "Grey..." et "Of entropy..." un poil moins bons mais qui comportent quelques pépites (écoutes Seraphic Conspiracy et dis moi si le second riff, oui, celui démarre à la 30ème seconde, n'est pas l'un des meilleurs riffs jamais écrit).

Du coup j'étais très impatient de découvrir cet album mais également très inquiet, parce que donner une suite à "Acausal..." ne devait pas être chose aisée ! Et ben ils ont réussi les salauds ! et avec brio en plus (avec qui ?). Alors l'effet de surprise n'est plus là, le son est peut être un poil plus roots que sur les précédent mais c'est encore diablement inspiré, notamment aux niveau des grattes dont le travail de composition et d'arrangement semble titanesque ! Si tu ne dois écouter qu'un morceau, fais toi le premier, Cauterizing Cosmos. Tu comprendras où tu mets les pieds et c'est pas sûr que tu t'enfiles pas tout le skud dans la foulée...

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.