Difficile de parler de Black Metal sans aborder ses racines…La plupart du temps, les spécialistes conviendront de l’apport suédois en la matière, d’autres évoqueront avec certitude la prédominance de leurs voisins norvégiens, tandis que les puristes de l’attaque frontale se gargariseront de l’importance germanique en la matière…Quelques spécialistes de l’occulte ne manqueront pas de mentionner la Pologne et l’Ukraine, tandis que les chantres de l’underground se feront une joie de contredire tout le monde avec la pole position acquise ces dernières années par nos cousins canadiens.

Tout ceci est bien joli, mais encore faudrait-il rester honnête, et laisser le chauvinisme de côté. Je rentrerai donc en conflit avec moi-même en biaisant cette recommandation, puisque je m’en vais mentionner mon propre pays comme pourvoyeur fondamental d’occultisme morbide, et ce, depuis les séminales années 90, celles qui ont construit et paradoxalement déconstruit l’hydre à mille têtes.

Je pourrais dresser ici une liste quasi exhaustive des combos nationaux ayant un jour ou une nuit battu pavillon BM à travers nos régions, et le monde, mais je serais contraint d’y inclure des étoiles filantes, au détriment des ensembles les plus importants.

Alors, au lieu de me lancer dans cette vaste entreprise condamnée à la vacuité, je me bornerai à parler du cinquième album d’un de nos plus vénérables et dangereux représentants, un quintette fondé en 1994, en Île-de-France, et qui depuis plus de vingt ans se consacre à respecter les dogmes racines du genre, au point d’en incarner l’un des gardiens du temple maudit les plus fidèles.

Les MERRIMACK sont de grands exigeants. Ils sont pointilleux sur l’approche, et encore plus dans son exécution. Après une foultitude de démos et d’EP, ils ont sorti ce qui restera à jamais l’un des pamphlets les plus définitifs du « True Black », en 2002, via l’acclamé dans les abysses Ashes Of Purification.

Depuis, ils ont continué leur entreprise de purification des masses de fans via un Black hautement corrosif et compact, et savourent aujourd’hui leur gloire acquise à la force de riffs glaciaux et de rythmiques torrides, en nous proposant un des LP les plus fondamentaux de cette année, et certainement de leur carrière. On les savait extrêmement agressifs, on les découvre de plus en plus violents, et pourtant, toujours aussi mélodiques dans leur philosophie combinant tradition et évolution.

N’attendez pourtant aucune ouverture sur les dénaturations Post-Black ou Blackgaze, Perversifier & A.K. (guitares), Daethorn (basse), Vestal (chant) et Blastum (batterie) n’ont pas changé leur croix inversé de cou, et continuent de saper les bases de la civilisation judéo-chrétienne de leurs déflagrations dignes d’un MARDUK des meilleurs jours, ou d’un 1349 sévèrement remonté.

La recette n’a pas changé, la puissance est toujours aussi époustouflante, et amplifiée par une énorme production qui leur permet d’être de tous les fronts, sans disperser leurs troupes. Et de fait, Omegaphilia est sans doute le coup de canon le plus meurtrier dirigé vers la forteresse des traîtres à la cause depuis…Serpent Sermon de MARDUK, sans aucun doute.

Et en cherchant la définition musicale du mal à l’état pur dans le grand dictionnaire musical contemporain, vous risquez fort de tomber sur les sept chapitres de cette nouvelle offrande, aussi vénéneuse que cathartique dans son effort constant de repousser les limites de la tolérance. Car MERRIMACK ne se contente pas de faire allusion au malin, il dine à sa table et rit avec lui de la pathétique fuite en avant de la plèbe devant l’inéluctable. Cet inéluctable se trouve donc traduit en musique sur Omegaphilia, qui se veut tables de lois de l’apocalypse à venir, en jouant le rôle d’un Damien de la malséance musicale, comme en témoigne un titre aussi maladif et létal que « Apophatic Weaponry ».

On pensait la marge de progression des français maigre au regard de leurs performances passées, et pourtant, ils nous démontrent qu’ils continuent d’avancer depuis The Acausal Mass, paru il y a déjà cinq ans.

Leur retour est donc célébré en grandes pompes funèbres, et ce dès l’entame féroce « Cauterizing Cosmos », qui après une courte intro incantatoire plante un décorum hivernal de riffs acides, rongeant une rythmique lancinante. Mais le naturel des blasts revenant vite au galop, on plonge à mi-parcours dans un déluge de haine digne du Hellfire des 1349, mis à part que les MERRIMACK n’ont jamais eu besoin de leur influence pour s’adonner au sadisme d’un BM franc et massif.

D’ailleurs, il conviendrait en 2017 de les considérer eux-mêmes comme une influence pour de nombreux groupes postérieurs à leur création. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les titres les plus longs de cette cinquième livraison, dont « At The Vanguard Of Deception » reste le parangon indiscutable.

En un peu moins de dix minutes, le quintette fait le tour de la question Black en dynamitant tous les principes de métissage, et s’applique à se conformer aux dogmes d’origines, tout en les adaptant à leurs vues personnelles. Nous passons donc par toutes les ambiances possibles, nous retrouvant englués dans le marigot d’un break central d’une lourdeur écrasante, avant de subir la pression occulte d’un final en crescendo schizophrénique plaçant sur notre route les litanies de chœurs grandiloquents.

Une démonstration de force qui pourtant ne force pas le naturel de musiciens rodés depuis longtemps à l’exercice de la perfection, et qui pourtant parviennent à garder une indéniable fraîcheur dans l’inspiration et l’exécution.

L’instrumental est d’ailleurs tellement millimétré qu’on en reste admiratif, alors même que les vocaux de Vestal sont de plus en plus vomis et laissent une couche de bile épaisse stagner à la surface des morceaux. Mais une fois les deux réunis, le sabbat vire au cauchemar pour tous les négociants en sonorités adoucies pensant que le Post Black reste la seule issue possible, ce que « Gutters Of Pain » infirme de sa démence rythmique assourdissante.

Ne croyez-pas pour autant que MERRIMACK n’est qu’une rognure d’ongle luciférienne de plus, incapable de faire la différence entre cacophonie supersonique et déliquescence infernale. « Sights in the Abysmal Lure » se répand justement en un riff amer et torturé, laissant une batterie tourner au ralenti d’une souffrance musicale vraiment palpable. C’est justement l’équilibre trouvé entre lancinance et ultraviolence qui rend Omegaphilia si essentiel, et qui replace les théories des 90’s au centre des préoccupations.

Il suffit pour s’en persuader d’écouter le traumatique « Cesspool Coronation », qui laisse une des intros les plus efficaces de la décennie nous happer vers les flammes. Majesté des arrangements, espace intégralement occupé par la base instrumentale, tandis que du haut de sa colline en feu, Vespal lâche d’un ton détaché ses homélies décadentes, gravant nos propres péchés au fer rouge sur notre peau.

Il est évident que beaucoup crieront au classicisme forcené, mais les vrais fans d’un BM aussi technique qu’épidermique, et aussi traditionnel que contemporain sauront se délecter des atrocités proposées par un cinquième LP qui décidément, ne risque pas de faire tomber les français de leur piédestal.

Alors oui, la France, le pays du Black Metal. Mais en est-on encore étonné ? Pas moi en tout cas, et tant que des groupes comme MERRIMACK en défendront les différentes nuances de noirceur, le pays des lumières n’est pas prêt de sortir des ténèbres.


Titres de l'album:

  1. Cauterizing Cosmos
  2. The Falsified Son
  3. Apophatic Weaponry
  4. Gutters of Pain
  5. Sights in the Abysmal Lure
  6. Cesspool Coronation
  7. At the Vanguard of Deception

Site officiel


par mortne2001 le 13/07/2017 à 14:16
90 %    613

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
14/07/2017 à 01:09:24
Une bien belle chronique (comme d'hab) qui me donne envie de me pencher sur cet album. Entièrement d'accord avec les premiers paragraphes sur la qualité du BM français. Et il n'est en rien chauvin de dire que la France est en ce moment, et depuis quelques temps déjà, largement sur le podium des meilleurs nations BM au monde. Même les étrangers le reconnaissent aisément.

Pierre
@78.192.38.132
14/07/2017 à 03:31:09
non

grinder92
membre enregistré
29/09/2017 à 14:06:56
Quel groupe ! Je les ai découvert via "The Acausal Mass", un pur chef d'oeuvre de BM comme, selon moi, peu savent le faire : Agressif, brutal, intense et aussi sublimement riche et gardant une pointe mélodique qui me permet de m'envoyer cet album plusieurs fois par mois sans en ressentir une quelconque lassitude...

J'ai refait rapidement mon retard avec "Grey..." et "Of entropy..." un poil moins bons mais qui comportent quelques pépites (écoutes Seraphic Conspiracy et dis moi si le second riff, oui, celui démarre à la 30ème seconde, n'est pas l'un des meilleurs riffs jamais écrit).

Du coup j'étais très impatient de découvrir cet album mais également très inquiet, parce que donner une suite à "Acausal..." ne devait pas être chose aisée ! Et ben ils ont réussi les salauds ! et avec brio en plus (avec qui ?). Alors l'effet de surprise n'est plus là, le son est peut être un poil plus roots que sur les précédent mais c'est encore diablement inspiré, notamment aux niveau des grattes dont le travail de composition et d'arrangement semble titanesque ! Si tu ne dois écouter qu'un morceau, fais toi le premier, Cauterizing Cosmos. Tu comprendras où tu mets les pieds et c'est pas sûr que tu t'enfiles pas tout le skud dans la foulée...

Ajouter un commentaire


Sylvaine

Atoms Aligned, Coming Undone

Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

C'est surréaliste cette histoire !
Pendant que sa baraque crame, le mec s'introduit chez ses voisins alors que ces mêmes voisins sont présents ! Et lorsque les flics débarquent il tente de se cacher derrière une clôture avant de les menacer avec un couteau ! Heuuuuu... clairement la dro(...)


C'est vraiment chiant. C'est un super guitariste qui était vraiment dans l'esprit du groupe. Le genre de gars qui est rentré dans Cannibal Corpse en cours de route et qui veut y rester... mais il a merdé. Pour le remplacer, ça ne va pas être facile et, mis à par Jack Owen qui est maintenant ch(...)


Ben, mince alors ! :(


Le gars qui joint le geste à la parole en somme...


Fin de carriere chez Cannibal Corpse j'imagine...


La drogue, c'est mal.


Mercyless au top comme d'hab quoi. La classe ce groupe franchement.


On est loin de ...and Oceans, pour le coup !


Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.