To Satisfy An Artificial Urge

Flesh Prison

26/07/2019

Autoproduction

Non mais les mecs, si vous ne voulez pas qu’on parle de vous, continuez d’enregistrer des démos dans votre chambre et ne les faites écouter à personne, ça ira plus vite…La toile a multiplié les informations et leur vitesse de transmission, mais visiblement certains musiciens se complaisent encore dans la discrétion la plus totale, voire l’opacité un peu inexplicable…Ça ne me dérange pas d’avoir à fouiller les arcanes du Net pour obtenir des tuyaux, mais jouez un peu le jeu, ça ne le rendra pas moins intéressant. Car en fouillant dans mes archives de chroniques, je suis tombé sur ce LP de Death Grind d’une qualité tout à fait honorable, avant de me rendre compte que le groupe dont j’allais parler n’existait pas vraiment, et en tout cas, pas sous ce nom-là. En effet, pour en savoir plus sur FLESH PRISON, il faut se rendre sur la seule page officielle disponible, le Bandcamp de DIZCHU, obscur groupe du Pays de Galles, avant de se rendre compte qu’un seul et unique musicien est le point commun entre les deux entités. Sauf que le sieur Rhys Williams n’a pas de compte Facebook, et qu’il ne distille donc les renseignements que de façon éparse. C’est une fois encore la bible Encyclopaedia Metallum qui a éclairé ma lanterne en précisant que l’homme se cachait derrière les deux projets, ce qui m’a permis d’en savoir un peu plus sur l’un des deux. Cet originaire de Tredegar est donc le leader autoproclamé (et comme il est seul, c’est d’autant plus facile) de DIZCHU, projet de Black atmosphérique, qui a donc décidé d’élargir son champ d’action en se livrant à des exactions Death Grind, beaucoup plus Grind que Death d’ailleurs…Ainsi naquit donc FLESH PRISON, concept sur lequel Rhys s’est laissé aller, en jouant évidemment une fois de plus de tous les instruments (basse, guitare, chant, programmation), et en livrant ce premier LP sorti de nulle part qui mérite pourtant tout votre intérêt.

Dans le créneau Death Grind/Grind, l’approximation n’a pas sa place, et l’inspiration doit être palpable pour intéresser les esthètes. Nous n’avons pas forcément de temps à perdre avec les démos de quelques secondes qui ne font que reproduire (biffez les mentions inutiles) les excès de CARCASS, MISERY INDEX, NAPALM DEATH, PHOBIA, DEATHBOUND, et si l’exagération est l’un des principes moteur du genre, il n’en demeure pas moins qu’il doit s’accompagner d’une créativité et d’une efficacité probantes. Coup de bol, c’est justement le cas de To Satisfy An Artificial Urge, qui permet au gallois de passer du BM au Grind sans faire le grand écart facial. Et visiblement, cet album répond en effet à un besoin naturel urgent, tant le musicien s’est investi à fond dans sa réalisation pour nous offrir une toute petite demi-heure de carnage musical qui n’est évidemment pas sans rappeler les meilleurs efforts ricains du genre, entre l’exubérance d’un THE KILL et les dissonances de BRUTAL TRUTH, le tout enrobé de stridences, de feedback, et de saillies immédiates qui causent des crises de priapisme aux tympans. Très crédible dans son rôle, Williams s’en donne à cœur joie, hurle comme un beau diable sorti de sa boîte, mais manipule les riffs avec flair, se permettant l’hérésie de gonfler certains de ses morceaux de mélodies bien tangibles (« Ketracel-white », le meilleur du lot). Factuellement, ce premier LP d’un projet dont on ignore s’il sera pérenne est d’une excellente facture, et constitué principalement de morceaux très courts et lapidaires, avant que les instincts naturels de leur auteur ne reprennent le pli en fin de parcours, pour deux segments plus conséquents.

Les bouzins éclairs sont bien évidemment saturés de blasts, de guitares qui tronçonnent, de hurlements écorchés, mais le tout, et malgré une rythmique programmée, empeste la passion analogique des années 90/2000. Loin de se satisfaire d’un caprice d’un jour, le musicien donne donc des preuves de sa passion, et les inserts les plus brefs font montre d’un flair certain dans le mauvais goût, alternant le chant en growls et les couinements de petite souris, sur fond d’instrumental apocalyptique, mais fédérateur. Ainsi, le triptyque « Lying by Omission » / « Doomsday » / « Aerial Warfare » est parfaitement jouissif, avec ses accélérations dantesques, mais aussi ses passages en mid qui frappent la conscience sadique. Lorsque le gus étire un peu plus, il n’en perd pas en impact pour autant, et fait montre d’autant d’implication dans les licks et thèmes. Ce premier LP est donc du genre créatif dans l’excès, et des chapitres épileptiques de la densité de « Kill Everybody » ne sont pas sans rappeler les délires organisés par la nouvelle génération bruitiste (un peu de FULL OF HELL, un peu de NAILS, mais surtout beaucoup de PIG DESTROYER et AGORAPHOBIC NOSEBLEED). Beaucoup de clins d’œil à NASUM, et surtout, une euphorie qui ne se dément pas sur les vingt-quatre minutes de ce massacre, pour un produit fini de très haut niveau et qui semble résulter d’un effort de groupe et non d’une pulsion personnelle. Du bon boulot donc, pour un mec à qui on pardonne finalement son sens de la discrétion, qu’il compense d’un exhibitionnisme musical parfaitement indécent.      

 

Titres de l’album :

                         01. Friends with Benefits

                         02. Lying by Omission

                         03. Doomsday

                         04. Aerial Warfare

                         05. Dietary Delusion

                         06. Kill Everybody

                         07. Brawl

                         08. Illegal Alienation

                         09. Coltan

                         10. Brain Pill Man

                         11. Fuck Your Life

                         12. Lust for Carnage

                         13. Ketracel-white

                         14. The Perishing

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/01/2021 à 17:34
78 %    112

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

"Embrasse moi, j'ai le scorbut !"

28/01/2021, 09:08

Bones

"Quand on a la bouche qui sent les pieds, c'est qu'on a les dents qui se déchaussent."

28/01/2021, 07:06

Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12