SAMEDI 11 JUILLET

Comme chaque année, la dernière journée commence gentiment avec un concert sous la tente, 1h de set pour permettre au festivalier de venir se poser le matin, au son, cette année, de GORILLA MONSOON. Loin d'être mon genre, le groupe va proposer pendant les 1h un Stoner / Sludge dans l’esprit Pantera. Le chanteur dispose de bois de cerf qui ornent son micro, pour donner une petite touche redneck au concert. Ce même chanteur qui dispose d’un micro rétro très Elvis Presley. Le concert devient vite long, et il me tarde d'assister au véritable premier concert sur la Mainstage.
Et c’est RAZORRAPE qui ouvre celle-ci, et dans la grande tradition du PSOA, il s’agit bien là d’un groupe de Goregrind, comme le jour d’avant. Car en effet il y a rien de mieux pour début une journée dans un fest Allemand ! Même scénario que la veille : déguisements, bouées et circle pit géant en mode marche rapide, au rythme des passages groovy et slam ! Car oui, il faut le préciser, le trio Suédois propose des touches Slam Death dans son Grind pour appuyer la débilité du groupe ! En tout cas je m’attendais pas à les voir sur l’affiche, car même s'ils ont un statut plutôt “cult” dans la scène, ils sont à l’heure actuelle pas bien populaire, ou tout du moins, bien moins exposé que d’autres groupes du genre. Même si moins intéressant que GUINEAPIG, on ressort le sourire aux lèvres, d’avoir encore une fois assisté à la foire à la saucisse du midi au Party San.

C’est le GRAVEYARD Espagnol qui enchaîne ! Ici on parle du groupe de Death Metal qui mélange habillement influences Suédoises et Américaines ! Les gars nous assomment à grand coup de d-beat avec un son bien old-school ! Pas étonnant que le groupe se soit fait un petit nom dans l’underground ! Le dernier titre sera dédié à Mark Shelton (seul hommage du week-end à ma connaissance) par le bassiste du groupe qui possède un t-shirt MANILLA ROAD ! Rien de plus à ajouter, si ce n’est que le concert est bien plus convaincant qu’il y a deux ans, quand le groupe à joué sous la tente !
Passons rapidement sur le concert de WOLFHEART, du death mélo qui m'intéresse pas du tout avec un son typique de la Finlande, c’est pas du tout pour moi !
Par contre, HARAKIRI FOR THE SKY, ça ça me parle plus ! C’est marrant de voir un tel groupe à l’affiche, surtout qui plaise aux métalleux moyens et surtout aux Allemands présents ! Certes le groupe évolue dans un univers visuel presque pagan, et les zikos ont tous des têtes à jouer dans un groupe de Death mélo Finlandais (seul point commun avec le groupe d’avant), c’est d’ailleurs pour ça que ça marche, pourtant le groupe dispose d’une sensibilité bien loin de tout ça. En effet, classé grossièrement dans le Post-Black, les Autrichiens possèdent un feeling screamo, notamment grâce au chanteur, looké comme tout les gars de cette scène là, qui chante dans un registre Post-Hardcore. Comme à chaque fois, le groupe nous charme avec ses riffs, pouvant vaguement nous rappeler des groupes comme ENVY, qui malheureusement seront ternis par une grosse caisse bien trop forte.
Le groupe reste sobre, ne communique pas, et laisse parler la musique, et c'est tant mieux ! La fin du set se fait sur le classique “Jhator”, l’histoire de finir en beauté.

Après la beauté, la laideur ultime, avec CARPATHIAN FOREST ! Le groupe entre sur un sample du film Nekromantik, et ça annonce la couleur ! Le Nattefrost, presque nain à côté de ses musiciens, arrive avec une énorme croix inversée autour du cou et se lance dans des pas de danse pendant tout le set ! Il nous gratifie d’une voix ultra aiguë sur des titres composés avec les pieds ! Une prestation pitoyable mais à la fois intéressante, comme une grosse tape sur la tête à tous les pseudos puristes du raw / true Black ! Ici pas de prise de tête, c’est nul et Rock n Roll ! Aura Noir se revendique comme “the most ugliest band in the world”, pourtant CF mérite largement sa place pour cette appellation ! Après une reprise des CURE, et plus tard une reprise de “All My Friends Are Dead” de TURBONEGRO, le set commence à devenir intéressant sur les deux derniers titres, “Carpathian Forest” et “The Suicide Song” qui ont au moins le mérite d'être bien exécutés. La farce a duré 45 minutes, c’est suffisant je crois !

Place maintenant au deuxième set spécial du week-end, avec EXCITER ! De ce que j’avais compris, ils devaient jouer Heavy Metal Maniac en entier, voir dans l'ordre ! Mais tout comme VENOM, on se rend compte rapidement qu’il n’y aura pas de set spécial ! Déjà le set commence par “Violent & Force”, pour mon plus grand plaisir je l’avoue ! Le bas blesse très vite avec le chant de Dan Beehler qui n’est pas assez fort. Ça devient vite chiant car on entend plus ce qui se passe sur scène car les Allemands hurlent les paroles comme des casseroles… Du coup, même si la setlist reste majoritairement axée sur Heavy Metal Maniac, l'enchaînement des titres est pas des plus intéressants : trop de titres heavy mid tempo coup sur coup ! Ça manque de dynamisme, on se lasse vite, surtout que les zikos en font des caisses, avec des solos à rallonge entre chaque titre ! Ça va que la fin sera grandiose avec “Stand Up And Fight” et “Heavy Metal Maniac” ! On m’avait dit que c’était pas le top en live, ça restait correct, j’en attendais pas plus de toute façon, même si ça restait pour moi l’un des groupes les plus attirant de l’affiche !

Gros gros enchaînement Death Metal pour la suite, avec une ouverture des concerts sous la tente avec HIEROPHANT. Après les avoir déjà vu au Netherlands Deathfest, j’avais été très surpris par le tournant musical du groupe. En effet, avant la sortie Mass Grave, le combo pratiquait un melting-pot de Hardcore / Neo-Crust / Sludge-Violence comme beaucoup de groupes de ces dernières années (NAILS en tête). Mais depuis, les Italiens se sont engouffrés dans le Death Metal très en vogue (à comprendre ultra lourd, semi occulte, sombre, à la INCANTATION) et j’ai donc découvert ce changement directement via leur concert. La setlist étant composée que de ce dernier album, j’étais resté sur ma faim, car comme vous l’aurez compris (cf le report de BLOOD INCANTATION la veille), c’est pas vraiment ma came.
Aujourd’hui le trio nous propose un show beaucoup moins caverneux, mais qui n’arrive toujours pas à capter mon attention. Je regarde la prestation tout en regrettant l'ancien HIEROPHANT.

La suite de cette session Death avec le légendaire groupe de Los Angeles, SADISTIC INTENT ! Ça fait quelque chose de se retrouver devant un groupe aussi emblématique qui représente ce qu’est le véritable Metal extrême. Institution de l’underground, le groupe à toujours eu un statut culte auprès des connaisseurs sans jamais pouvoir mériter plus, la faute à une discographie bien maigre composée que d’EP, de démos et de splits. En tout cas ils sont là, sur une grande scène, devant un parterre déjà conquis. Les frères Cortez vont nous donner une leçon ! Le set ouvre sur un “Death is Comming” issu de leur dernière sortie, un split avec leurs potes de PENTACLE (aussi vieux, aussi culte, mais tout autant ignoré). Les titres s'enchaînent un “Impending Doom” surgit en milieu de set pour nous dévaster, et les américains concluent de la meilleure des manière par “Morbid Faith” réclamé par les fans du premier rang.

Je suis bien moins enthousiaste pour la suite, avec un ENGULFED sous la tente, qui donne une impression de déjà vu. Il faut dire que la TentStage propose cette année des groupes de Death jeunes et issus de la même scène. De plus il faut ajouter les conditions de la tente, entre la chaleur sous le chapiteau, et un son pas toujours top, ça devient encore une fois vite désagréable. On continue avec un PESTILENCE, groupe que j’ai jamais vraiment eu le temps d'approfondir. Pour tout dire, je suis resté au second album, Consuming Impulse, avec le père Van Drunen au chant. Bien sur je sais que ça fait un bail qu’il a quitté le groupe, mais quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que le chanteur actuel (qui certes n’est pas si actuel que ça) est un sosie vocal de Chuck Shuldiner ! Même ce concert a des allures de DEATH ! Je sais que les deux groupes en question restent très proche musicalement, mais ne connaissant que vaguement le combo, ça pourrait presque faire office de tribute band. Outre cette découverte, je passe un bon moment, les titres "plus techniques" passent bien en live (car c'est bien ça qui peut me rebuter chez le groupe), de plus le groupe se concentre sur ses 3 premiers albums, en guise de set old-school (c'est sympa pour les fans, sachant que ce chanteur là, en studio, chante surtout sur les 5 albums suivants) et ça me donne vraiment envie d’aller enfin plonger dans la discographie des Hollandais !
Passage rapide sous le tente, avec OBSCENITY. C’est le genre de groupe qui traîne sa carcasse depuis 25 ans, sans jamais avoir décollé. J’étais persuadé que c’était un de ses combos de Brutal Death lambda, tout du moins dans mes souvenirs, car ça fait bien 5 ans que j’ai pas posé une oreille là dessus. Au final rien de tout ça ! On a affaire à du Death tout aussi lambda, sans grand intérêt.. aussi vite oublié ! 

Après cette vague de Metal extrême, place à des groupes plus ovnis ! Notamment avec un TRIBULATION qui rentre sur un sample de Edith Piaf et qui va inaugurer les première flammes sur scène de la journée ! Toujours aussi looké (ça rappelle étrangement l’univers du groupe POWERWOLF) et déstabilisant (toujours difficile de savoir de quel sexe sont les membres, sans rentrer dans un débat sur les genres, là n’est pas la réflexion). Des encens sont disposés de chaque côté de la scène, bien que plutôt inutiles car inodores sur une aussi grande surface et surtout en plein air. En tout cas nous somme en 2018, plus besoin de s’attendre à entendre le Death pratiqué à l’époque par le groupe ! Là c’est un show gothico-horrifico Heavy / Death mélo, comme nous le proposent les Suédois depuis déjà quelques années ! En sommes pas ma came, j’aimerais voir le concept plus loin, là je trouve ça bien fade, ou tout du moins j’arrive pas à rentrer dedans (il faut dire que pour les avoir vu 3 fois, j’ai pu apprécier que un seul concert). Le groupe essaye de garder un feeling “extrême”, alors que j’aimerais entendre des mélodies plus touchantes, moins Metal. Bref, je redonnerais une chance au groupe plus tard, là c’était pas la bonne !
On continue avec ESSENZ qui pratique du Sludge couplé à des influences plus extrêmes proches du Black. C’est un concert sous la tente, donc on distingue pas grand chose, surtout visuellement, avec encore une fois trop de fumée sur scène qui masque les membres. Je rentre pas dedans, lassé par les concerts de cette TentStage ! Je remarque juste la présence d’un mec qui s'agite sur une console remplie de boutons et de pédales, comme peut le faire FANGE sur scène. C’est sensé apporter une dose de bruit, saturation et compagnie, mais difficile de distinguer cet ajout, dommage car ça aurait pu être un plus !

Place à la débilité à présent ! Il est 21 heures passé, pourtant la scène va accueillir le groupe le moins intelligent de l'affiche ! BRUJERIA, institution du mauvais Death / Grind, nous fait passer toujours un bon moment. Bon ce soir on a le droit à un show au rabais : déjà le line-up est constitué que de randoms, pas de Jeff ou de Shane sous les cagoules ! Ensuite aucune intervention de la chanteuse qu’on pouvait apercevoir sur la dernière tournée. Ça n'empêche pas le public de réagir au set et de lancer un circle pit bien vénère ! La setlist est majoritairement axée sur le dernier album en date. Bien sur, on oublie pas “Brujerizmo”, ni même “Marijuana” qui va conclure, comme d’habitude le set, créant une chenille dans la fosse ! A souligner que le groupe termine de chanter son tube sans zikos, juste les deux Guérilleros à machette, pendant que les techniciens installent la scène pour TANKARD, un grand moment !
Difficile de rentrer dans le concert de POSSESSION après ça, déjà que je suis vraiment pas fan du groupe à la base ! Je dirais juste que la tente empeste l'encens et qu’encore une fois on distingue pas le groupe à cause d’une fumée épaisse sur scène, une chance c’est le dernier concert sous la TentStage !

Car un festival Allemand sans un des groupes du Big 4 local, c’est pas un bon fest, c’est tout naturellement qu’on se retrouve devant les stars TANKARD ! Dès le début du set, ça balance des flammes sur scène, le groupe est souriant, de bonne humeur ! Y’a clairement une grosse énergie, et ça pendant toute la prestation ! Gerre aborde fièrement un t-shirt Fall of Summer et cour de droite à gauche sur scène ! Bon le son est clairement punk, on entend presque que la basse, avec une guitare noyée sous celle ci, ça donne un set groovy à souhait ! D’ailleurs ça bouge vraiment partout, c’est ultra énergique, on dirait presque un concert de Metal Punk à la TOXIC HOLOCAUST ! C’est juste génial ! J’attendais strictement rien de ce concert et là je me laisse emporter ! Dès le troisième titre on a le droit à un “Zombie Attack” et après ça c’est la guerre jusqu'à la fin du concert ! Le public chante en chœur les paroles, mais reste timide dans la fosse, je m’attendais clairement à un plus gros pit (en France, le public se donne davantage quand il se retrouve devant ses compatriotes). La baston se termine sur l’incontournable “Empty Tankard” et me rappelle une chose : à l’heure actuelle c’est le groupe le plus convenable du Big 4 Allemand, et de loin ! J’étais venu sans rien attendre de ce concert, je repars avec un énorme sourire, comme si j’avais vécu le meilleur concert de ce festival, et d’ailleurs c’est surement le cas ! Je pensais assister à un concert beauf et chiant, et j’ai assisté à un show bien old school, et ça ça fait plaisir ! Après ça reste quand même triste de mettre TANKARD en top concert avec une affiche qui paraît si belle, j’essayerais de développer ce ressenti dans ma conclusion.

Après un moment de folie, difficile d’appréhender le concert de WATAIN. Le décor de scène s’installe, c’est une vrai quincaillerie, entre ossements, tridents, croix inversées : y’en a partout ! Avant que le groupe ne rentre sur scène les roadies enflamment les décors : le rendu est bien sûr grandiose ! Les Suédois montent sur scène, Erik Danielsson rentre avec un flambeau, l'histoire de rajouter des flammes sur encore plus de décors : pas de soucis là dessus, WATAIN confirme sa réputation de groupe visuellement marqué ! Le groupe commence à jouer, il est déjà rigolo de voir ce chanteur pas bien grand et pas bien gros s’agiter sur scène autour de musiciens, eux, beaucoup plus balaises (le bassiste fait vraiment peur pour le coup, un vrai monstre). Histoire de rajouter encore plus de chaleur, des effets pyrotechniques surgissent sur le devant de scène ! L’image est jolie, mais alors que dire du son ? Avant ce concert je n’avais que survolé les albums du groupe, c’est typiquement le genre de musique qui ne m’intéresse pas, il est même facile de dire que je découvre réellement le groupe ce soir sur la Mainstage ! Les gars vont malheureusement confirmer mes appréhensions !  WATAIN c’est vraiment beaucoup de bruit pour pas grand chose ! Déjà le son est très faiblard mais aussi extrêmement propre ! Comment peut on qualifier ça un seul instant de Black Metal ? J’ai déjà évoqué plus tôt que j’était très sélectif dans le black, ma vision du genre ce sont les groupes cradingues au possible, bruitistes, malsains, entre les vieux BURZUM, KATHARSIS, PROFANATICA ou même un BLACK WITCHERY, mais pas ça ! Là ça papote beaucoup entre les morceaux, les titres sont blindés de mélodies, c’est tout gentil, bien plus proche du Death mélodique ! Même si le Erik essaye de nous raconter ses histoires du diable, et balance dans les premiers rangs un peu de sang, ça prend pas ! Il fera d’ailleurs une dédicace à SADISTIC INTENT, expliquant que les deux groupes évoluent dans le même mood de passion et d’intégrité… je suis pas vraiment d’accord ! WATAIN c’est le joli colis destiné au gros festivals (Hellfest, Wacken…), c’est gentiment travaillé pour en mettre plein la vue, et pour séduire la masse… Je trouve ça presque inconcevable que les passionnés de l'underground puissent accorder de l’importance à un tel groupe. Bref, une note en demi teinte pour conclure ce festival !

CONCLUSION

Comme après chaque édition je reste mitigé de ce festival, comme vous avez pu le lire, encore une fois cette année, le son fut approximatif, les concerts aussi ! Il y a beau y avoir une très belle affiche, une fois le festival passé, je reste sur ma faim ! J’ai pas fait de concert mémorable ou grandiose, juste des bons concerts. La preuve, le show le plus marquant reste pour moi TANKARD, triste bilan, car ça reste un groupe de base, c’est comme venir au Hellfest, voir 60 groupes, et trouver que GOJIRA a délivré la meilleure prestation alors qu'à côté se succèdent les combos rares et qui nous intéressent d’avantage !
Cette année fut spéciale aussi dans le fait que l’affiche a recyclé pas mal de groupes d’il y a deux ans (GRUESOME, TRIBULATION, GRAVEYARD, DYING FETUS…), ça manque de surprise ! Ceci explique aussi, peut être, la très faible affluence de cette année ! En effet, le site était bien vide j’ai l’impression.
Après cette troisième édition, j’ai comme une envie d’aller voir ailleurs, en même temps se déroule le Ieper Fest ou le Brutal Assault par exemple. De toute façon, c’est l’affiche globale qui aura le dernier mot ! Et en parlant d’affiche, les premier noms laissent pas très rêveur, entre TESTAMENT, BELPHEGOR ou GUTALAX… La suite nous le dira ! 

Report Jour 1

Report Jour 2

par Mold_Putrefaction le 25/08/2018 à 18:08
   219

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
26/08/2018 à 06:36:07
Bah gars, c'est toujours un énorme plaisir que de lire tes reports.
Déjà celui de l'OBSCENE m'avait énormément plu, mais celui-ci encore plus (car tout bonnement bien plus intéressé par cette scène...).
Le descriptif du fest et des groupe est vraiment plus que complet (c'est limite un sacerdoce à ce niveau là d'ailleurs...). Pis un mec qui donne vraiment son réel ressenti (et ce malgré ses propres goûts et surtout le qu'en-dira-t-on habituel) et bien cela fait tout bonnement chaud au cœur.
Merci donc.

PS : "WATAIN c’est vraiment beaucoup de bruit pour pas grand chose"
Depuis le temps que je le dis... ... ...

Ajouter un commentaire


Sylvaine

Atoms Aligned, Coming Undone

Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

La drogue, c'est mal.


Mercyless au top comme d'hab quoi. La classe ce groupe franchement.


On est loin de ...and Oceans, pour le coup !


Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...