Sanctifying Ritual

Sanctifying Ritual

05/06/2020

Iron Bonehead

Encore une entité diabolique nous provenant du plus profond des enfers, ou plus précisément d’Allemagne qui n’est pas très loin des Hadès, et qui prône des valeurs de bestialité comme l’underground les aime tant. De Neustadt an der Orla viennent donc les SANCTIFYING RITUAL, bien décidés à se voir intronisés musiciens les plus evil de la Ruhr. Autant dire tout de suite que la distinction a peu de chances de leur échapper, tant ce premier album empeste la méchanceté, la saleté, la pourriture et l’obscurantisme par tous les pores de riffs, sans distinction de genre, puisque la musique proposée bouffe un peu à tous les râteliers rouillés. Fondé en 2008, ce quatuor en tout point diabolique (Tyrant - basse/chant, Lord L - batterie, Venomessiah - guitare et Enforcer - basse) qui semble affectionner les photos promo photocopiées comme à la grande époque des fanzines, a commencé son parcours avec une première démo, très justement baptisé Sadistic Death, puis une seconde en 2012, Carved in Rotten Remains, avant d’enfin lâcher son premier EP, Storm of Devastation l’année suivante. Et si une compilation est venue nous rappeler à leur bon souvenir il y a cinq ans, nous étions sans nouvelles inédites de la bande depuis 2013, et c’est avec un plaisir masochiste que nous les retrouvons aujourd’hui, flanqués de l’arme la plus fatale, un premier longue-durée. Pas étonnant que les flingués notoires nationaux d’Iron Bonehead se soient intéressés à ce premier album : il incarne en quelque sorte la quintessence des valeurs qu’ils défendent. Entre Death Thrash et Blackened Death, entre putréfaction musicale et déliquescence brutale, Sanctifying Ritual et son approche éponyme résume parfaitement l’optique d’un groupe qui s’enterre dans l’underground comme une puce dans le sable, et qui refuse toute autre forme de promotion que sa misanthropie manifeste.

Ainsi, pas de Bandcamp, pas de page Facebook, encore moins de site officiel, peu de renseignements, mais un boucan à réveiller les morts. Pas vraiment inédit, mais poussé à son paroxysme, le bruit développé par les allemands semble émaner d’une vieille caverne oubliée dans une forêt maudite, et fréquenté par des ados en manque de sensations fortes la nuit. En appelant aux anciens dieux brésiliens de la brutalité la plus viscérale, les SANCTIFYING RITUAL ont la franchise de tout dire ou presque dès le premier titre « (Tales Of The) Sinister Appearance », qui en six minutes étale tous les vices, les qualités et les défauts. De ce point de départ découlent donc huit autres morceaux bâtis sur le même moule, offrant certes quelques variations, mais conservant jalousement cette philosophie basique et bestiale qui avait plus ou moins défini les limites du chaos dans les années 80 et 90. Tempo épileptique ou écrasant, guitare réduite à son mode d’expression le plus primal, basse enterrée dans une fosse commune du mixage, et chant évidemment blindé d’écho pour sonner encore plus maléfique. C’est donc une catharsis pour psychopathes qui nous est proposée ici, et « Into Obscure Abyss » d’évoquer avec pas mal d’acuité l’évasion de quatre démons d’un des hôpitaux psychiatriques du septième cercle de l’enfer, ridiculisant au passage celui de Dante qui prend des airs de joyeux camp de vacances. Ici, tout est sale, moisi, méchant, suintant, mais précis et professionnel. Aussi bourrins soient ces musiciens, ils savent manier leurs instruments, et ne nous déversent pas une bile dégoutante sur le visage. Les breaks sont nets, les couplets - si tant est qu’on puisse les appeler comme ça - discernables, mais c’est l’ambiance générique qui confère à ce premier album cette aura mystique et vénéneuse.

Refusant les techniques de production moderne, SANCTIFYING RITUAL joue le Metal de la mort tel qu’on le pratiquait il y a des décennies, sans négliger pour autant l’apport d’une bonne mélodie malsaine. Ainsi, « Obsessed By Gore », malgré son titre tout en finesse accepte quelques harmonies rachitiques, rendant son effet encore plus pervers sur les nerfs déjà bien amochés. Difficile de comparer les allemands à d’autres factions en vogue dans le monde. Leur Metal en est, non édulcoré, parfois plus classique dans l’approche et agrémenté de cris infernaux, mais ces salopards savent trousser des hymnes à la débauche, et se rapprocher de la philosophie originelle du Death à la sud-américaine (« Carved In Rotten Remains », catchy, pervers, mais jouissif). Certes, certains morceaux sont un peu longs, mais font montre d’une ambition qui en dit plus long qu’il n’y parait sur les capacités des musiciens, et, cueilli à froid par la délicatesse de l’intro de « Stained With Rotten Blood », on se prend à rêver d’un travail plus précis et moins brouillon. La chanson reprend même des tics inhérents au caractère fondateur de BATHORY, nous ramenant à l’époque bénie d’Under the Sign of the Black Mark, tout en louchant méchamment sur la première vague Death nordique. Assez malins pour conférer à chacun de leurs segments une personnalité propre, les allemands jouent donc la carte de la fausse bêtise et de la vraie intelligence d’agencement, utilisant la puissance des blasts et la froideur des riffs la plus cadavérique pour nous aplatir d’un « Throne Of Evil Atrocity » qui sent bon la violence gratuite, mais effective. De fait, l’album défile, mais enthousiasme, se montre juste assez jubilatoire pour excuser les nombreuses répétitions, et finalement, se hisse dans le peloton de tête des sorties bestiales du mois.

Un beau coup joué par Sanctifying Ritual, qui sous des atours de partouze entre petits lutins malfaisants cache un petit trésor de finesse sadique et grossière. Un album plus evil que les chaussettes de Glen Benton, mais plus fin qu’un vomi régurgité par Lucifer après un sacrifice trop bien arrosé.          

                                     

Titres de l’album :

01. (Tales Of The) Sinister Appearance

02. Into Obscure Abyss

03. Curse Of Evil

04. Obsessed By Gore

05. Carved In Rotten Remains

06. Stained With Rotten Blood

07. Throne Of Evil Atrocity

08. Mankind Devastation

09. Abominable Death Rebels


par mortne2001 le 24/01/2021 à 14:28
78 %    432

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
24/01/2021, 16:12:09

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...

Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52