Sanctifying Ritual

Sanctifying Ritual

05/06/2020

Iron Bonehead

Encore une entité diabolique nous provenant du plus profond des enfers, ou plus précisément d’Allemagne qui n’est pas très loin des Hadès, et qui prône des valeurs de bestialité comme l’underground les aime tant. De Neustadt an der Orla viennent donc les SANCTIFYING RITUAL, bien décidés à se voir intronisés musiciens les plus evil de la Ruhr. Autant dire tout de suite que la distinction a peu de chances de leur échapper, tant ce premier album empeste la méchanceté, la saleté, la pourriture et l’obscurantisme par tous les pores de riffs, sans distinction de genre, puisque la musique proposée bouffe un peu à tous les râteliers rouillés. Fondé en 2008, ce quatuor en tout point diabolique (Tyrant - basse/chant, Lord L - batterie, Venomessiah - guitare et Enforcer - basse) qui semble affectionner les photos promo photocopiées comme à la grande époque des fanzines, a commencé son parcours avec une première démo, très justement baptisé Sadistic Death, puis une seconde en 2012, Carved in Rotten Remains, avant d’enfin lâcher son premier EP, Storm of Devastation l’année suivante. Et si une compilation est venue nous rappeler à leur bon souvenir il y a cinq ans, nous étions sans nouvelles inédites de la bande depuis 2013, et c’est avec un plaisir masochiste que nous les retrouvons aujourd’hui, flanqués de l’arme la plus fatale, un premier longue-durée. Pas étonnant que les flingués notoires nationaux d’Iron Bonehead se soient intéressés à ce premier album : il incarne en quelque sorte la quintessence des valeurs qu’ils défendent. Entre Death Thrash et Blackened Death, entre putréfaction musicale et déliquescence brutale, Sanctifying Ritual et son approche éponyme résume parfaitement l’optique d’un groupe qui s’enterre dans l’underground comme une puce dans le sable, et qui refuse toute autre forme de promotion que sa misanthropie manifeste.

Ainsi, pas de Bandcamp, pas de page Facebook, encore moins de site officiel, peu de renseignements, mais un boucan à réveiller les morts. Pas vraiment inédit, mais poussé à son paroxysme, le bruit développé par les allemands semble émaner d’une vieille caverne oubliée dans une forêt maudite, et fréquenté par des ados en manque de sensations fortes la nuit. En appelant aux anciens dieux brésiliens de la brutalité la plus viscérale, les SANCTIFYING RITUAL ont la franchise de tout dire ou presque dès le premier titre « (Tales Of The) Sinister Appearance », qui en six minutes étale tous les vices, les qualités et les défauts. De ce point de départ découlent donc huit autres morceaux bâtis sur le même moule, offrant certes quelques variations, mais conservant jalousement cette philosophie basique et bestiale qui avait plus ou moins défini les limites du chaos dans les années 80 et 90. Tempo épileptique ou écrasant, guitare réduite à son mode d’expression le plus primal, basse enterrée dans une fosse commune du mixage, et chant évidemment blindé d’écho pour sonner encore plus maléfique. C’est donc une catharsis pour psychopathes qui nous est proposée ici, et « Into Obscure Abyss » d’évoquer avec pas mal d’acuité l’évasion de quatre démons d’un des hôpitaux psychiatriques du septième cercle de l’enfer, ridiculisant au passage celui de Dante qui prend des airs de joyeux camp de vacances. Ici, tout est sale, moisi, méchant, suintant, mais précis et professionnel. Aussi bourrins soient ces musiciens, ils savent manier leurs instruments, et ne nous déversent pas une bile dégoutante sur le visage. Les breaks sont nets, les couplets - si tant est qu’on puisse les appeler comme ça - discernables, mais c’est l’ambiance générique qui confère à ce premier album cette aura mystique et vénéneuse.

Refusant les techniques de production moderne, SANCTIFYING RITUAL joue le Metal de la mort tel qu’on le pratiquait il y a des décennies, sans négliger pour autant l’apport d’une bonne mélodie malsaine. Ainsi, « Obsessed By Gore », malgré son titre tout en finesse accepte quelques harmonies rachitiques, rendant son effet encore plus pervers sur les nerfs déjà bien amochés. Difficile de comparer les allemands à d’autres factions en vogue dans le monde. Leur Metal en est, non édulcoré, parfois plus classique dans l’approche et agrémenté de cris infernaux, mais ces salopards savent trousser des hymnes à la débauche, et se rapprocher de la philosophie originelle du Death à la sud-américaine (« Carved In Rotten Remains », catchy, pervers, mais jouissif). Certes, certains morceaux sont un peu longs, mais font montre d’une ambition qui en dit plus long qu’il n’y parait sur les capacités des musiciens, et, cueilli à froid par la délicatesse de l’intro de « Stained With Rotten Blood », on se prend à rêver d’un travail plus précis et moins brouillon. La chanson reprend même des tics inhérents au caractère fondateur de BATHORY, nous ramenant à l’époque bénie d’Under the Sign of the Black Mark, tout en louchant méchamment sur la première vague Death nordique. Assez malins pour conférer à chacun de leurs segments une personnalité propre, les allemands jouent donc la carte de la fausse bêtise et de la vraie intelligence d’agencement, utilisant la puissance des blasts et la froideur des riffs la plus cadavérique pour nous aplatir d’un « Throne Of Evil Atrocity » qui sent bon la violence gratuite, mais effective. De fait, l’album défile, mais enthousiasme, se montre juste assez jubilatoire pour excuser les nombreuses répétitions, et finalement, se hisse dans le peloton de tête des sorties bestiales du mois.

Un beau coup joué par Sanctifying Ritual, qui sous des atours de partouze entre petits lutins malfaisants cache un petit trésor de finesse sadique et grossière. Un album plus evil que les chaussettes de Glen Benton, mais plus fin qu’un vomi régurgité par Lucifer après un sacrifice trop bien arrosé.          

                                     

Titres de l’album :

01. (Tales Of The) Sinister Appearance

02. Into Obscure Abyss

03. Curse Of Evil

04. Obsessed By Gore

05. Carved In Rotten Remains

06. Stained With Rotten Blood

07. Throne Of Evil Atrocity

08. Mankind Devastation

09. Abominable Death Rebels


par mortne2001 le 24/01/2021 à 14:28
78 %    186

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
24/01/2021, 16:12:09

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...

Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09