Le troisième album d’un groupe étant toujours une étape majeure sur son parcours, on est en droit d’attendre un petit plus, des tentatives, une déviation, une digression, du moins une preuve de culot, et des perspectives éventuelles quant à un avenir non plus adulte, mais différent. Cela dit, ce postulat reste très générique, l’approche artistique relevant d’une démarche personnelle, et non du respect d’un schéma édicté par une expérience quelconque. Sous ce point de vue-là, le retour des canadiens de BAPTISTS fera exception à la règle, sans vraiment bousculer les codes, puisque quatre ans après leur derniers discours, ces musiciens de l’extrême n’ont pas vraiment changé leur vocable. Ils assurent donc la continuité, ce qui rassurera les nostalgiques de Bushcraft et Bloodmines et tous ceux que le changement effraient, qui comblera d’aise leurs fans les plus hardcore, mais cette attitude décevra quelque peu les plus exigeants et pointilleux, qui espéraient sans doute autre chose qu’un troisième chapitre faisant le lien sans offrir de réelle cassure. Non que le contenu de ce terrifiant et terrassant Beacon of Faith soit contestable, ce qui est impossible dans le cas des canadiens, mais il se contente de répéter des leçons déjà apprises par cœur depuis leur création, se bornant parfois à rompre les habitudes Crust pour s’aventurer sur un terrain Rock Noisy plus mouvant et dissonant. Ce qui ne les empêche nullement de garder le soutien indéfectible de leur label Southern Lord, qui croit toujours dur comme fer en les qualités de ses poulains, avec raison, puisque les treize morceaux de cette nouvelle livraison sont tout à fait à la hauteur des standards du genre.

Et c’est justement sur ce point que le bât blesse. Comme l’ont très justement souligné plusieurs collègues rédacteurs sur la toile, on est toujours en droit d’attendre des gens surdoués des dépassements de soi, des sensations d’exception, alors, lorsque ces mêmes attentes ne sont pas comblées, les reproches ont tendance à se vouloir plus durs qu’une réalité de faits. Produit par l’increvable Kurt Ballou et mixé par l’insomniaque Brad Boatright, le tandem de l’extrême, Beacon of Faith est une grosse claque de Crust/D-Beat/Noisy Core en règle, qui emprunte à quelques références sa pugnacité et sa puissance, des immanquables CONVERGE aux infâmes TRAP THEM, en passant par CANDIRIA et une grosse poignée d’autres influences, dont BOTCH ou CURSED évidemment. Il assure dans les grandes largeurs, mais est-ce vraiment étonnant quand on connaît le pédigrée des musiciens impliqués ? Pas vraiment, et sans avoir valeur d’épiphanie, ce troisième LP n’en reste pas moins d’une intensité rare, et d’une variété assez louable. En sinuant constamment entre les cassures de rythme du Chaotic Core et les embardées furieuses du Crust, les BAPTISTS nous en donnent pour notre argent, et provoquent, stimulent, sans choquer certes, et en laissant traîner quelques regrets, mais en prenant bien soin de ne pas se laisser distancier par la concurrence, de plus en plus rude. Sonnant parfois comme l’union contre nature des BREACH et d’AGNOSTIC FRONT (« Indigo Child »), restant dans des limites temporelles très compactes et fermées (la plupart des morceaux restent sous la barre des deux minutes, à quelques exceptions près), et suivant une trajectoire linéaire très logique depuis leur naissance (les premiers titres pourraient indifféremment provenir des deux premiers LP, voire du EP introductif), la troupe menée de voix de papier de verre par Andrew Drury et de cadence d’enfer par le tentaculaire et extraverti Nick Yacyshyn profite toujours des acquis techniques indéniables de ses individualités pour séduire, et s’en sort évidemment haut la main eut égard à l’implication totale des membres en question.

Car avec ce chanteur, et ce batteur, les titres les plus classiques se voient comme d’habitude transcendés. Transcendés par une frappe gigantesque, évolutive, sinueuse et pourtant percussive, et par des textes vomissant leur bile d’une voix presque détachée dans l’exhortation. Alors, certes, sur la moitié du métrage, le groupe se borne à faire ce qu’il sait faire le mieux, et reste intéressant dans son déroulé, mais ce sont évidemment les titres les moins « connotés » qui fonctionnent le mieux, à l’instar du traumatique et glauque « Eulogy Temple », sorte de cauchemar commun aux BOTCH et UNSANE, lourd comme une chape de plomb d’idées noires, et sombre comme des ténèbres opacifiant un avenir déjà bien obscurci. Arpèges maladifs et superposés, rythmique éléphantesque dominée par une basse oppressante, lenteur de propos, dissonance de fond, pour une longue litanie qui permet d’enrayer un peu la mécanique bien huilée de la première partie d’effort. Mais cette même première partie cache aussi des choses moins prévisibles, comme ce sourd « Capsule », cyanosé, apoplectique, qui profite d’un riff d’intro Stoner d’outre-tombe pour se répandre en vilénie musicale. Catapulté par un boulot de dingue de Nick Yacyshyn, ce titre est assez symptomatique de la démarche de biais des canadiens, qui n’ont de cesse de confronter l’épaisseur et la vélocité, et qui prennent un malin plaisir à dévier leur optique pour lui faire épouser des aspects clairement psychotiques.

Niveau déviances justement, notons quelques digressions presque Rock qui offrent des motifs assez catchy, dans l’esprit d’un CONVERGE ludique, mais toujours aussi agressif (« Victim Service », du Hardcore classique joué par des musiciens trop malins pour se contenter d’une haine syndicale), et qui se superposent à des moments de furie pure (« Beacon of Faith », un SLAYER revenu des enfers et bien décidé à provoquer les URSUT sur leur propre terrain) de façon tout à fait cohérente. Du feedback en veux-tu en voilà pour amplifier le chaos déchaîné par des classiques de violence instantanés (« Carbide », plus fort, plus assourdissant et c’est le coma assuré), et un final en pointillés, instrumental, qui une fois encore joue avec le Sludge pour titiller le Chaotic Core (« Nostrovia », un son de percussion à rendre fou un amateur de secousses sismiques), pour un résultat très concret, qui frustrera autant qu’il ne rassurera. C’est toujours un beau compliment d’être plus exigeant avec les meilleurs, mais il faudra bien qu’un jour les BAPTISTS confirment les pronostics et se présentent comme les leaders qu’ils ont largement les moyens d’être. Mais en attendant ce sursaut de fierté qui ne viendra peut-être jamais, Beacon of Faith reste un album de très haute volée, qui confirme que les canadiens peuvent s’absenter pendant des années sans rien perdre de leur sagacité.   

       

Titres de l'album:

                        1.Worse Than Hate

                        2.Absolved of Life / Spent Cells

                        3.Beacon of Faith

                        4.Gift Taker

                        5.Capsule

                        6.Outbreeding

                        7.Vicarious Trauma

                        8.Victim Service

                        9.Indigo Child

                       10.Eulogy Template

                       11.Bevel Down

                       12.Carbide

                       13.Nostrovia

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/07/2018 à 18:35
85 %    105

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !