Le troisième album d’un groupe étant toujours une étape majeure sur son parcours, on est en droit d’attendre un petit plus, des tentatives, une déviation, une digression, du moins une preuve de culot, et des perspectives éventuelles quant à un avenir non plus adulte, mais différent. Cela dit, ce postulat reste très générique, l’approche artistique relevant d’une démarche personnelle, et non du respect d’un schéma édicté par une expérience quelconque. Sous ce point de vue-là, le retour des canadiens de BAPTISTS fera exception à la règle, sans vraiment bousculer les codes, puisque quatre ans après leur derniers discours, ces musiciens de l’extrême n’ont pas vraiment changé leur vocable. Ils assurent donc la continuité, ce qui rassurera les nostalgiques de Bushcraft et Bloodmines et tous ceux que le changement effraient, qui comblera d’aise leurs fans les plus hardcore, mais cette attitude décevra quelque peu les plus exigeants et pointilleux, qui espéraient sans doute autre chose qu’un troisième chapitre faisant le lien sans offrir de réelle cassure. Non que le contenu de ce terrifiant et terrassant Beacon of Faith soit contestable, ce qui est impossible dans le cas des canadiens, mais il se contente de répéter des leçons déjà apprises par cœur depuis leur création, se bornant parfois à rompre les habitudes Crust pour s’aventurer sur un terrain Rock Noisy plus mouvant et dissonant. Ce qui ne les empêche nullement de garder le soutien indéfectible de leur label Southern Lord, qui croit toujours dur comme fer en les qualités de ses poulains, avec raison, puisque les treize morceaux de cette nouvelle livraison sont tout à fait à la hauteur des standards du genre.

Et c’est justement sur ce point que le bât blesse. Comme l’ont très justement souligné plusieurs collègues rédacteurs sur la toile, on est toujours en droit d’attendre des gens surdoués des dépassements de soi, des sensations d’exception, alors, lorsque ces mêmes attentes ne sont pas comblées, les reproches ont tendance à se vouloir plus durs qu’une réalité de faits. Produit par l’increvable Kurt Ballou et mixé par l’insomniaque Brad Boatright, le tandem de l’extrême, Beacon of Faith est une grosse claque de Crust/D-Beat/Noisy Core en règle, qui emprunte à quelques références sa pugnacité et sa puissance, des immanquables CONVERGE aux infâmes TRAP THEM, en passant par CANDIRIA et une grosse poignée d’autres influences, dont BOTCH ou CURSED évidemment. Il assure dans les grandes largeurs, mais est-ce vraiment étonnant quand on connaît le pédigrée des musiciens impliqués ? Pas vraiment, et sans avoir valeur d’épiphanie, ce troisième LP n’en reste pas moins d’une intensité rare, et d’une variété assez louable. En sinuant constamment entre les cassures de rythme du Chaotic Core et les embardées furieuses du Crust, les BAPTISTS nous en donnent pour notre argent, et provoquent, stimulent, sans choquer certes, et en laissant traîner quelques regrets, mais en prenant bien soin de ne pas se laisser distancier par la concurrence, de plus en plus rude. Sonnant parfois comme l’union contre nature des BREACH et d’AGNOSTIC FRONT (« Indigo Child »), restant dans des limites temporelles très compactes et fermées (la plupart des morceaux restent sous la barre des deux minutes, à quelques exceptions près), et suivant une trajectoire linéaire très logique depuis leur naissance (les premiers titres pourraient indifféremment provenir des deux premiers LP, voire du EP introductif), la troupe menée de voix de papier de verre par Andrew Drury et de cadence d’enfer par le tentaculaire et extraverti Nick Yacyshyn profite toujours des acquis techniques indéniables de ses individualités pour séduire, et s’en sort évidemment haut la main eut égard à l’implication totale des membres en question.

Car avec ce chanteur, et ce batteur, les titres les plus classiques se voient comme d’habitude transcendés. Transcendés par une frappe gigantesque, évolutive, sinueuse et pourtant percussive, et par des textes vomissant leur bile d’une voix presque détachée dans l’exhortation. Alors, certes, sur la moitié du métrage, le groupe se borne à faire ce qu’il sait faire le mieux, et reste intéressant dans son déroulé, mais ce sont évidemment les titres les moins « connotés » qui fonctionnent le mieux, à l’instar du traumatique et glauque « Eulogy Temple », sorte de cauchemar commun aux BOTCH et UNSANE, lourd comme une chape de plomb d’idées noires, et sombre comme des ténèbres opacifiant un avenir déjà bien obscurci. Arpèges maladifs et superposés, rythmique éléphantesque dominée par une basse oppressante, lenteur de propos, dissonance de fond, pour une longue litanie qui permet d’enrayer un peu la mécanique bien huilée de la première partie d’effort. Mais cette même première partie cache aussi des choses moins prévisibles, comme ce sourd « Capsule », cyanosé, apoplectique, qui profite d’un riff d’intro Stoner d’outre-tombe pour se répandre en vilénie musicale. Catapulté par un boulot de dingue de Nick Yacyshyn, ce titre est assez symptomatique de la démarche de biais des canadiens, qui n’ont de cesse de confronter l’épaisseur et la vélocité, et qui prennent un malin plaisir à dévier leur optique pour lui faire épouser des aspects clairement psychotiques.

Niveau déviances justement, notons quelques digressions presque Rock qui offrent des motifs assez catchy, dans l’esprit d’un CONVERGE ludique, mais toujours aussi agressif (« Victim Service », du Hardcore classique joué par des musiciens trop malins pour se contenter d’une haine syndicale), et qui se superposent à des moments de furie pure (« Beacon of Faith », un SLAYER revenu des enfers et bien décidé à provoquer les URSUT sur leur propre terrain) de façon tout à fait cohérente. Du feedback en veux-tu en voilà pour amplifier le chaos déchaîné par des classiques de violence instantanés (« Carbide », plus fort, plus assourdissant et c’est le coma assuré), et un final en pointillés, instrumental, qui une fois encore joue avec le Sludge pour titiller le Chaotic Core (« Nostrovia », un son de percussion à rendre fou un amateur de secousses sismiques), pour un résultat très concret, qui frustrera autant qu’il ne rassurera. C’est toujours un beau compliment d’être plus exigeant avec les meilleurs, mais il faudra bien qu’un jour les BAPTISTS confirment les pronostics et se présentent comme les leaders qu’ils ont largement les moyens d’être. Mais en attendant ce sursaut de fierté qui ne viendra peut-être jamais, Beacon of Faith reste un album de très haute volée, qui confirme que les canadiens peuvent s’absenter pendant des années sans rien perdre de leur sagacité.   

       

Titres de l'album:

                        1.Worse Than Hate

                        2.Absolved of Life / Spent Cells

                        3.Beacon of Faith

                        4.Gift Taker

                        5.Capsule

                        6.Outbreeding

                        7.Vicarious Trauma

                        8.Victim Service

                        9.Indigo Child

                       10.Eulogy Template

                       11.Bevel Down

                       12.Carbide

                       13.Nostrovia

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/07/2018 à 18:35
85 %    251

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes