Ulcer Island

Buckshot Facelift

14/04/2017

Paragon Records

Beaucoup de fans pensent que les groupes de Grind ou de Powerviolence sont constitués de jolis olibrius bien allumés, dont les seules obsessions sont le délire, la fête, la violence et les blasts. Certes, c’est souvent vrai, mais certains ensembles échappent à la règle et font preuve d’une ambition aux limites moins étriquées. Nous pourrions parler de NAPALM DEATH ou BRUTAL TRUTH et de leur engagement social et humanitaire, mais je préfère aborder ce matin un cas plus obscur, mais pas moins passionnant et pertinent pour autant.

Alors parlons.

Parlons des New-yorkais (Huntington Station, Long Island) de BUCKSHOT FACELIFT, qui mènent leur barque de bruit depuis 2004, ce qui leur permet de mettre en avant une carrière conséquente.

Conséquente et évolutive, puisque les mecs ne sont pas du genre à faire du sur place pour proposer ad vitam aeternam les mêmes plans brutaux sans fond ni plafond. Je ne vous ferai pas l’historique du groupe dans cette chronique, libre à vous de consulter leurs archives sur les sites spécialisés. Non, je parlerai plutôt de leur avenir proche, et de leur présent, qui prend forme autour d’un nouvel album, qui – osons le terme à prendre avec des pincettes – se veut « concept ».

Lequel ?

Celui-ci, selon les termes mêmes de Will, hurleur, grogneur :

«Ulcer Island est un concept-album dont la narration évolue d’un constat urbain à une introspection onirique. Ce nouvel album mélange le Grindcore, le Powerviolence et le Death Metal, et est agencé de manière à refléter cette transition à mesure que l’album progresse »

Qu’est-ce à dire ? Que ce nouveau disque des anciens/actuels membres d’ARTIFICIAL BRAIN, GREY SKIES FALLEN, AFTERBIRTH ou THAETAS nous a réservé d’entrée ses saillies les plus violentes pour mieux nous entraîner dans une prise en charge de conscience reposant sur des principes musicaux plus posés ? C’est en partie la clé du problème, mais pas que.

Pourquoi ?

Parce qu’à la base, la musique composée et interprétée par les BUCKSHOT FACELIFT est assez complexe. D’ailleurs, pour mieux éviter de baliser leur terrain avec des références trop pointues, les lascars s’amusent à lister une bordée impressionnante de groupes référence sur leur page Facebook, histoire qu’on ne s’approche pas d’un peu trop près de parallèles faciles.

Il est certain que les trois courants qu’ils utilisent pour situer leur démarche sont fiables et vérifiables, mais leur art va bien plus loin que ça, et s’inspire aussi de l’avant-garde, du Death technique et obscur, et d’une forme de Powerviolence très aboutie, qui ne refuse pas une certaine concession de musicalité et de logique. Alors, cette vie de rue qui se termine par une introspection, dans les faits, ça donne quoi ? Un des meilleurs albums de ce premier trimestre, parce que murement réfléchi et composé, et développé de façon très futée. Ce qui pour un modeste groupe de Grind brutal n’est pas une mince affaire, vous le reconnaîtrez.

Quinze morceaux pour quarante minutes de musique, c’est suffisamment rare dans le créneau pour être signalé. D’autant plus que chaque piste à sa raison d’être et son intérêt propre, ce qui ne gâche rien. Pas d’intermède bouche-trou, et une avancée progressive pour un groupe en passe de devenir une véritable référence du genre.

On trouve donc sur ce nouvel LP tous les ingrédients qui ont fait la marque de fabrique des BUCKSHOT FACELIFT, cette alternance de passages lourds et de brutales accélérations, cette façon d’agencer des progressions qui glissent d’un magma sonore brouillon et bouillant à des fulgurances de violence difficilement contenables, en passant par une utilisation très intelligente des samples pour baliser leur contexte.

A l’écoute de ce dernier-né il n’est pas étonnant de ne pas trouver de repères fiables sur lesquels se fixer, puisque les Américains soufflent le chaud et le froid sans discontinuer, et sont loin de se contenter d’une agression d’usage, rappelant parfois les RESURRECTURIS Italiens ou les symboliques et décalés DISHARMONIC ORCHESTRA, tout en gardant la force d’impact d’un SUFFOCATION et d’un GORGUTS, agrémentée de la folie rythmique d’un BRUTAL TRUTH en pleine possession de ses moyens.

Alors, on navigue, on valse, on s’entrechoque, on décolle, on ralentit, on accélère, on perd ses repères, mais on se délecte d’une ultraviolence utilisée non comme finalité, mais comme moyen pour exprimer des sentiments contraires et complémentaires.

Et tout ça fait un bien fou, sans pour autant chercher à « intellectualiser » le propos. Non, avec Ulcer Island, les BUCKSHOT FACELIFT restent les brutes que l’on a toujours connues, mais savent distiller la barbarie avec clairvoyance pour suggérer un état de fait. Dites-vous simplement que cet album fonctionne comme une catharsis, ou comme une psycho-analyse perso qui ne vous oblige pas à sortir de chez vous.

Au niveau rythmique, le travail est ahurissant de complexité et de perfection. Les plans de batterie se succèdent à une vitesse hallucinante, épaulés et renforcés par une basse omniprésente, chose assez rare dans le style pour être soulignée.

Les riffs sont francs, dissonants, saccadés, plaqués, et si la tonalité Hardcore générale est indéniablement Hardcore, elle cède parfois sous la pression d’atmosphères purement Death assez étouffantes (« Dustification », « Weathered Mask of Autumn (Unearthing the Armless) »), pour créer une sorte de consensus de barbarie appliquée avec soin.

En gros, ces frondeurs sont parvenus à trouver la mince frontière séparant le Grind, le Hardcore et le Death, et marchent, non, courent sur ce fil sans avoir peur de ne pas avoir de filet pour amortir leur chute.

Mais trop vous décrire le contenu serait amoindrir l’impact du contenant. Le travail accompli sur cet Ulcer Island est suffisamment éloquent pour être disséqué et interprété de façon personnelle. Et comme la progression et le glissement thématique font partie de son concept, inutile d’en dire trop à son sujet.

Alors disons-donc que cet album est un modèle de pertinence sauvage, et qu’il risque de devenir une référence incontournable dans un avenir plus ou moins proche. Et que si son entame est directe et épileptique, et que son final est lourd, pesant et traumatique, la transition est rudement bien amenée et ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe populaire.

BUCKSHOT FACELIFT ? Uniques, rien de moins. Sans concessions. Mais avec passion. Une certaine vision de l’extrême qui le reste, mais sait s’ouvrir à d’autres possibilités.

Tout en restant répugnant, s’entend.    


Titres de l'album:

  1. Ulcer Island
  2. Czech Yourself
  3. Afterbirth Puzzle 2016
  4. Ascend to Descend
  5. Burn the Baby Raper
  6. OxyDocs
  7. Sundress Skeletor
  8. Comptroller Cult
  9. What Does Fergus Dream Of
  10. Hell Eats Repetition (Goodbye)
  11. Don't Hang From the Pipes
  12. Weathered Mask of Autumn (Unearthing the Armless)
  13. Delusions of a New Age
  14. Dustification (End Times version)
  15. A Trophy Cup Intoxicant

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/04/2017 à 14:49
90 %    516

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50