Beaucoup de fans pensent que les groupes de Grind ou de Powerviolence sont constitués de jolis olibrius bien allumés, dont les seules obsessions sont le délire, la fête, la violence et les blasts. Certes, c’est souvent vrai, mais certains ensembles échappent à la règle et font preuve d’une ambition aux limites moins étriquées. Nous pourrions parler de NAPALM DEATH ou BRUTAL TRUTH et de leur engagement social et humanitaire, mais je préfère aborder ce matin un cas plus obscur, mais pas moins passionnant et pertinent pour autant.

Alors parlons.

Parlons des New-yorkais (Huntington Station, Long Island) de BUCKSHOT FACELIFT, qui mènent leur barque de bruit depuis 2004, ce qui leur permet de mettre en avant une carrière conséquente.

Conséquente et évolutive, puisque les mecs ne sont pas du genre à faire du sur place pour proposer ad vitam aeternam les mêmes plans brutaux sans fond ni plafond. Je ne vous ferai pas l’historique du groupe dans cette chronique, libre à vous de consulter leurs archives sur les sites spécialisés. Non, je parlerai plutôt de leur avenir proche, et de leur présent, qui prend forme autour d’un nouvel album, qui – osons le terme à prendre avec des pincettes – se veut « concept ».

Lequel ?

Celui-ci, selon les termes mêmes de Will, hurleur, grogneur :

«Ulcer Island est un concept-album dont la narration évolue d’un constat urbain à une introspection onirique. Ce nouvel album mélange le Grindcore, le Powerviolence et le Death Metal, et est agencé de manière à refléter cette transition à mesure que l’album progresse »

Qu’est-ce à dire ? Que ce nouveau disque des anciens/actuels membres d’ARTIFICIAL BRAIN, GREY SKIES FALLEN, AFTERBIRTH ou THAETAS nous a réservé d’entrée ses saillies les plus violentes pour mieux nous entraîner dans une prise en charge de conscience reposant sur des principes musicaux plus posés ? C’est en partie la clé du problème, mais pas que.

Pourquoi ?

Parce qu’à la base, la musique composée et interprétée par les BUCKSHOT FACELIFT est assez complexe. D’ailleurs, pour mieux éviter de baliser leur terrain avec des références trop pointues, les lascars s’amusent à lister une bordée impressionnante de groupes référence sur leur page Facebook, histoire qu’on ne s’approche pas d’un peu trop près de parallèles faciles.

Il est certain que les trois courants qu’ils utilisent pour situer leur démarche sont fiables et vérifiables, mais leur art va bien plus loin que ça, et s’inspire aussi de l’avant-garde, du Death technique et obscur, et d’une forme de Powerviolence très aboutie, qui ne refuse pas une certaine concession de musicalité et de logique. Alors, cette vie de rue qui se termine par une introspection, dans les faits, ça donne quoi ? Un des meilleurs albums de ce premier trimestre, parce que murement réfléchi et composé, et développé de façon très futée. Ce qui pour un modeste groupe de Grind brutal n’est pas une mince affaire, vous le reconnaîtrez.

Quinze morceaux pour quarante minutes de musique, c’est suffisamment rare dans le créneau pour être signalé. D’autant plus que chaque piste à sa raison d’être et son intérêt propre, ce qui ne gâche rien. Pas d’intermède bouche-trou, et une avancée progressive pour un groupe en passe de devenir une véritable référence du genre.

On trouve donc sur ce nouvel LP tous les ingrédients qui ont fait la marque de fabrique des BUCKSHOT FACELIFT, cette alternance de passages lourds et de brutales accélérations, cette façon d’agencer des progressions qui glissent d’un magma sonore brouillon et bouillant à des fulgurances de violence difficilement contenables, en passant par une utilisation très intelligente des samples pour baliser leur contexte.

A l’écoute de ce dernier-né il n’est pas étonnant de ne pas trouver de repères fiables sur lesquels se fixer, puisque les Américains soufflent le chaud et le froid sans discontinuer, et sont loin de se contenter d’une agression d’usage, rappelant parfois les RESURRECTURIS Italiens ou les symboliques et décalés DISHARMONIC ORCHESTRA, tout en gardant la force d’impact d’un SUFFOCATION et d’un GORGUTS, agrémentée de la folie rythmique d’un BRUTAL TRUTH en pleine possession de ses moyens.

Alors, on navigue, on valse, on s’entrechoque, on décolle, on ralentit, on accélère, on perd ses repères, mais on se délecte d’une ultraviolence utilisée non comme finalité, mais comme moyen pour exprimer des sentiments contraires et complémentaires.

Et tout ça fait un bien fou, sans pour autant chercher à « intellectualiser » le propos. Non, avec Ulcer Island, les BUCKSHOT FACELIFT restent les brutes que l’on a toujours connues, mais savent distiller la barbarie avec clairvoyance pour suggérer un état de fait. Dites-vous simplement que cet album fonctionne comme une catharsis, ou comme une psycho-analyse perso qui ne vous oblige pas à sortir de chez vous.

Au niveau rythmique, le travail est ahurissant de complexité et de perfection. Les plans de batterie se succèdent à une vitesse hallucinante, épaulés et renforcés par une basse omniprésente, chose assez rare dans le style pour être soulignée.

Les riffs sont francs, dissonants, saccadés, plaqués, et si la tonalité Hardcore générale est indéniablement Hardcore, elle cède parfois sous la pression d’atmosphères purement Death assez étouffantes (« Dustification », « Weathered Mask of Autumn (Unearthing the Armless) »), pour créer une sorte de consensus de barbarie appliquée avec soin.

En gros, ces frondeurs sont parvenus à trouver la mince frontière séparant le Grind, le Hardcore et le Death, et marchent, non, courent sur ce fil sans avoir peur de ne pas avoir de filet pour amortir leur chute.

Mais trop vous décrire le contenu serait amoindrir l’impact du contenant. Le travail accompli sur cet Ulcer Island est suffisamment éloquent pour être disséqué et interprété de façon personnelle. Et comme la progression et le glissement thématique font partie de son concept, inutile d’en dire trop à son sujet.

Alors disons-donc que cet album est un modèle de pertinence sauvage, et qu’il risque de devenir une référence incontournable dans un avenir plus ou moins proche. Et que si son entame est directe et épileptique, et que son final est lourd, pesant et traumatique, la transition est rudement bien amenée et ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe populaire.

BUCKSHOT FACELIFT ? Uniques, rien de moins. Sans concessions. Mais avec passion. Une certaine vision de l’extrême qui le reste, mais sait s’ouvrir à d’autres possibilités.

Tout en restant répugnant, s’entend.    


Titres de l'album:

  1. Ulcer Island
  2. Czech Yourself
  3. Afterbirth Puzzle 2016
  4. Ascend to Descend
  5. Burn the Baby Raper
  6. OxyDocs
  7. Sundress Skeletor
  8. Comptroller Cult
  9. What Does Fergus Dream Of
  10. Hell Eats Repetition (Goodbye)
  11. Don't Hang From the Pipes
  12. Weathered Mask of Autumn (Unearthing the Armless)
  13. Delusions of a New Age
  14. Dustification (End Times version)
  15. A Trophy Cup Intoxicant

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/04/2017 à 14:49
90 %    287

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...