Ils sont trois, maquillés comme des voitures volées chopées à la frontière roumaine après avoir été chapardées en Norvège, font un barouf d'enfer, prônent la paillardise, le satanisme bon marché, la bestialité musicale primaire, et assument totalement leur barnum. Le jeu des mille francs ? La question à cent balles ? Dans l'ignorance totale, le néophyte pourrait se croire aiguillé sur la piste de VENOM, de SODOM ou autre exaction mortifère, mais si ces deux groupes représentent deux influences majeures parmi tant d'autres pour nos amis du jour, ils n'en balisent pas pour autant tout le terrain. Car plus qu'en Angleterre ou en Allemagne, c'est encore du côté de la Finlande qu'il faut aller chercher a réponse à cette énigme...Nous parlons donc des locaux bouillants de BONEHUNTER, qui nous offriront via les spécialistes de la cause de Hell's Headbangers leur troisième LP fin septembre, et dire qu'ils en sont fiers est un doux euphémisme. Et c'est bien tout ce que vous aurez de doux à vous mettre sous la dent une fois que vos oreilles auront été souillées par le bordel émanant de cette rondelle qui promet d'être acide et bien giclée, une fois EST coutume. Fidèles à leur tradition entamée en 2011, les trois marsouins au corpsepaint d'occasion nous inondent encore de leurs éjaculations nocturnes histoire de fêter un joli bukakke occulte, et Children of The Atom, malgré son caractère hautement prévisible et décidément dans l'air du temps saura marquer les esprits de son allant et de son énergie de tous les diables.


Résumant l'affaire avec une acuité teintée de provocation bon enfant, Syphilitic Satanarchist (basse/vomi vocal), WitchRider (guitares) et S.S. Penetrator (batterie) synthétisent toute l'opération d'une formulation lapidaire parfaitement en adéquation avec leur philosophie:


We envisioned an album that sounded like songs written by the synthetically-revived cadavers of Chris Witchhunter, Hide and Petrus Steele after blasting SACRILEGE, ATOMKRAFT and IMMORTAL in a military bunker through the heart of a nuclear winter. 


En gros, et pour les non-anglophones, le trio malfaisant envisage sa troisième œuvre comme l'union pas si consacrée que ça de héros d'antan, partouzant joyeusement dans un vieux bunker sous un hiver nucléaire, ce qui illustre fort bien la démarche artistique d'un LP qui ne s'embarrasse pas de principes de solfège, mais qui ose quand même faire preuve d'un minimum de finesse. Pas longtemps, pas souvent pour ne pas risquer de s'aliéner son public de tarés habituels, mais juste une pincée pour ne pas repousser les adeptes de technique même sommaire. Au sommaire justement, une relecture des meilleurs (ou pires) pamphlets des trois groupes précités, avec quand même un bémol mis sur IMMORTAL, dont la mention aurait pu être substituée d'une allusion au DARKTHRONE le plus Black'n'Roll. Sinon, fans de Thrash bestial sud-américain, de SODOM, d'ATOMKRAFT, de WARFARE, et de Black d'outre-tombe joué comme des HELLACOPTERS sous acides IMPALED NAZARENE, rameutez vos troupes et joignez-vous au sabbat, qui risque bien de se faire lever quelques morts de leurs tombes. Pourtant adeptes d'une prolixité infernale en termes de production (trois démos, trois EP, trois live, des splits et trois LP), les finlandais sans foie ni rate continuent le travail de sape et se montrent étonnement créatifs au moment de nous trousser de leur Thrash sans façons et de nous détrousser de leur Black de saison. Ça pulse, ça cavale, ça dérate, mais ça reste dans le ton, c'est précis autant que ce style de musique peut l'être, et c'est surtout méchamment entraînant à défaut d'être original. Ce qui l'est un tant soit peu par contre, ce sont ces petites mélodies en contrepoint qui évoquent à merveille les débuts de la vague Speed des années 84/85, au point que parfois, à l'écoute d'un « The Reek of Reaper's Scythe », on a le sentiment d'écouter un vieil inédit de DESTRUCTION gaufré par des black metalleux perdus dans une forêt de Finlande.


D'autant que les gus ont le bon goût de varier les plaisirs, et d'appuyer parfois sur la pédale de l'exagération, au point d'évoquer un gros Heavy Black qui pourrait faire de l’œil crevé aux aficionados de l'IMMORTAL le moins ambitieux (on y revient finalement...), mais le plus crasseux (« Black Star Carcass », qui cache en sus sous ses prières mortelles un passage Doom du plus bel effet, mélangeant CATHEDRAL et CARNIVORE avec un panache indéniable). Des hymnes à la débauche en veux-tu en voilà, et même parfois des hits improbables, comme ce title-track qui joue la longueur sur du papier de verre et cumule tous les poncifs Heavy, Thrash et Black avec un flair de chien de chasse qui vient de tomber sur la dépouille encore chaude d'un chevreuil. Evidemment, les riffs sont taillés dans les clichés Metal les plus éprouvés, en restant approuvés (« Spider'sGrave », véritable catalogue des pirouettes eighties extrêmes, mais totalement irrésistible dans son exubérance), mais les ambiances travaillées et autres intros menacées démontrent que les trois clowns n'en sont que d'apparence (« Cybernetic Vampirism »), et maîtrisent parfaitement leur sujet. Si en plus je vous précise que le tout s'emballe dans une sublime pochette signée du trait légendaire de Joe « Motörhead’s Snaggletooth » Petagno, dont le talent ne pâlit pas avec les années, vous comprendrez aussitôt qu'il faudra dès la rentrée passée vous ruer sur la version vinyle de l'objet, qui outre une splendide décoration d'étagère, constituera un objet à posséder et à écouter. 


Du bourrin, mais pas que. Du malin, mais pas trop. Et surtout, une bonne dose de Blackened Thrash qui n'a pas oublié ses racines, et qui déterre les cadavres tous moisis de légendes d'autrefois pour préparer le prochain Halloween. Pas certain par contre qu'ils réclament des bonbons en sonnant à votre porte, mais ouvrez leur quand même. Ils ne sont pas si méchants que ça.     


Titres de l'album :

                            1.Initiate the Sequence

                            2.Demonic Nuclear Armament

                            3.Sex Messiah Android

                            4.Children of the Atom

                            5.The Reek of Reaper's Scythe

                            6.Black Star Carcass

                            7.Spider's Grave

                            8.Cybernetic Vampirism

                            9.Man of Steel

                            10.Devil Signal Burst


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/08/2018 à 17:13
75 %    328

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Hate Force

Hate Force

Notheist

Notheist

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !


Excellent morceau en effet ! Je ne connais pas bien ce groupe du tout, va falloir y remédier. Et en effet Ledney, ça a l'air d'être un personnage !


C'est exactement ce que je me suis dis ;)
Et sur scène ça dérouille sévère !
Vivement !