Ils sont trois, maquillés comme des voitures volées chopées à la frontière roumaine après avoir été chapardées en Norvège, font un barouf d'enfer, prônent la paillardise, le satanisme bon marché, la bestialité musicale primaire, et assument totalement leur barnum. Le jeu des mille francs ? La question à cent balles ? Dans l'ignorance totale, le néophyte pourrait se croire aiguillé sur la piste de VENOM, de SODOM ou autre exaction mortifère, mais si ces deux groupes représentent deux influences majeures parmi tant d'autres pour nos amis du jour, ils n'en balisent pas pour autant tout le terrain. Car plus qu'en Angleterre ou en Allemagne, c'est encore du côté de la Finlande qu'il faut aller chercher a réponse à cette énigme...Nous parlons donc des locaux bouillants de BONEHUNTER, qui nous offriront via les spécialistes de la cause de Hell's Headbangers leur troisième LP fin septembre, et dire qu'ils en sont fiers est un doux euphémisme. Et c'est bien tout ce que vous aurez de doux à vous mettre sous la dent une fois que vos oreilles auront été souillées par le bordel émanant de cette rondelle qui promet d'être acide et bien giclée, une fois EST coutume. Fidèles à leur tradition entamée en 2011, les trois marsouins au corpsepaint d'occasion nous inondent encore de leurs éjaculations nocturnes histoire de fêter un joli bukakke occulte, et Children of The Atom, malgré son caractère hautement prévisible et décidément dans l'air du temps saura marquer les esprits de son allant et de son énergie de tous les diables.


Résumant l'affaire avec une acuité teintée de provocation bon enfant, Syphilitic Satanarchist (basse/vomi vocal), WitchRider (guitares) et S.S. Penetrator (batterie) synthétisent toute l'opération d'une formulation lapidaire parfaitement en adéquation avec leur philosophie:


We envisioned an album that sounded like songs written by the synthetically-revived cadavers of Chris Witchhunter, Hide and Petrus Steele after blasting SACRILEGE, ATOMKRAFT and IMMORTAL in a military bunker through the heart of a nuclear winter. 


En gros, et pour les non-anglophones, le trio malfaisant envisage sa troisième œuvre comme l'union pas si consacrée que ça de héros d'antan, partouzant joyeusement dans un vieux bunker sous un hiver nucléaire, ce qui illustre fort bien la démarche artistique d'un LP qui ne s'embarrasse pas de principes de solfège, mais qui ose quand même faire preuve d'un minimum de finesse. Pas longtemps, pas souvent pour ne pas risquer de s'aliéner son public de tarés habituels, mais juste une pincée pour ne pas repousser les adeptes de technique même sommaire. Au sommaire justement, une relecture des meilleurs (ou pires) pamphlets des trois groupes précités, avec quand même un bémol mis sur IMMORTAL, dont la mention aurait pu être substituée d'une allusion au DARKTHRONE le plus Black'n'Roll. Sinon, fans de Thrash bestial sud-américain, de SODOM, d'ATOMKRAFT, de WARFARE, et de Black d'outre-tombe joué comme des HELLACOPTERS sous acides IMPALED NAZARENE, rameutez vos troupes et joignez-vous au sabbat, qui risque bien de se faire lever quelques morts de leurs tombes. Pourtant adeptes d'une prolixité infernale en termes de production (trois démos, trois EP, trois live, des splits et trois LP), les finlandais sans foie ni rate continuent le travail de sape et se montrent étonnement créatifs au moment de nous trousser de leur Thrash sans façons et de nous détrousser de leur Black de saison. Ça pulse, ça cavale, ça dérate, mais ça reste dans le ton, c'est précis autant que ce style de musique peut l'être, et c'est surtout méchamment entraînant à défaut d'être original. Ce qui l'est un tant soit peu par contre, ce sont ces petites mélodies en contrepoint qui évoquent à merveille les débuts de la vague Speed des années 84/85, au point que parfois, à l'écoute d'un « The Reek of Reaper's Scythe », on a le sentiment d'écouter un vieil inédit de DESTRUCTION gaufré par des black metalleux perdus dans une forêt de Finlande.


D'autant que les gus ont le bon goût de varier les plaisirs, et d'appuyer parfois sur la pédale de l'exagération, au point d'évoquer un gros Heavy Black qui pourrait faire de l’œil crevé aux aficionados de l'IMMORTAL le moins ambitieux (on y revient finalement...), mais le plus crasseux (« Black Star Carcass », qui cache en sus sous ses prières mortelles un passage Doom du plus bel effet, mélangeant CATHEDRAL et CARNIVORE avec un panache indéniable). Des hymnes à la débauche en veux-tu en voilà, et même parfois des hits improbables, comme ce title-track qui joue la longueur sur du papier de verre et cumule tous les poncifs Heavy, Thrash et Black avec un flair de chien de chasse qui vient de tomber sur la dépouille encore chaude d'un chevreuil. Evidemment, les riffs sont taillés dans les clichés Metal les plus éprouvés, en restant approuvés (« Spider'sGrave », véritable catalogue des pirouettes eighties extrêmes, mais totalement irrésistible dans son exubérance), mais les ambiances travaillées et autres intros menacées démontrent que les trois clowns n'en sont que d'apparence (« Cybernetic Vampirism »), et maîtrisent parfaitement leur sujet. Si en plus je vous précise que le tout s'emballe dans une sublime pochette signée du trait légendaire de Joe « Motörhead’s Snaggletooth » Petagno, dont le talent ne pâlit pas avec les années, vous comprendrez aussitôt qu'il faudra dès la rentrée passée vous ruer sur la version vinyle de l'objet, qui outre une splendide décoration d'étagère, constituera un objet à posséder et à écouter. 


Du bourrin, mais pas que. Du malin, mais pas trop. Et surtout, une bonne dose de Blackened Thrash qui n'a pas oublié ses racines, et qui déterre les cadavres tous moisis de légendes d'autrefois pour préparer le prochain Halloween. Pas certain par contre qu'ils réclament des bonbons en sonnant à votre porte, mais ouvrez leur quand même. Ils ne sont pas si méchants que ça.     


Titres de l'album :

                            1.Initiate the Sequence

                            2.Demonic Nuclear Armament

                            3.Sex Messiah Android

                            4.Children of the Atom

                            5.The Reek of Reaper's Scythe

                            6.Black Star Carcass

                            7.Spider's Grave

                            8.Cybernetic Vampirism

                            9.Man of Steel

                            10.Devil Signal Burst


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/08/2018 à 17:13
75 %    197

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !