Ils sont trois, maquillés comme des voitures volées chopées à la frontière roumaine après avoir été chapardées en Norvège, font un barouf d'enfer, prônent la paillardise, le satanisme bon marché, la bestialité musicale primaire, et assument totalement leur barnum. Le jeu des mille francs ? La question à cent balles ? Dans l'ignorance totale, le néophyte pourrait se croire aiguillé sur la piste de VENOM, de SODOM ou autre exaction mortifère, mais si ces deux groupes représentent deux influences majeures parmi tant d'autres pour nos amis du jour, ils n'en balisent pas pour autant tout le terrain. Car plus qu'en Angleterre ou en Allemagne, c'est encore du côté de la Finlande qu'il faut aller chercher a réponse à cette énigme...Nous parlons donc des locaux bouillants de BONEHUNTER, qui nous offriront via les spécialistes de la cause de Hell's Headbangers leur troisième LP fin septembre, et dire qu'ils en sont fiers est un doux euphémisme. Et c'est bien tout ce que vous aurez de doux à vous mettre sous la dent une fois que vos oreilles auront été souillées par le bordel émanant de cette rondelle qui promet d'être acide et bien giclée, une fois EST coutume. Fidèles à leur tradition entamée en 2011, les trois marsouins au corpsepaint d'occasion nous inondent encore de leurs éjaculations nocturnes histoire de fêter un joli bukakke occulte, et Children of The Atom, malgré son caractère hautement prévisible et décidément dans l'air du temps saura marquer les esprits de son allant et de son énergie de tous les diables.


Résumant l'affaire avec une acuité teintée de provocation bon enfant, Syphilitic Satanarchist (basse/vomi vocal), WitchRider (guitares) et S.S. Penetrator (batterie) synthétisent toute l'opération d'une formulation lapidaire parfaitement en adéquation avec leur philosophie:


We envisioned an album that sounded like songs written by the synthetically-revived cadavers of Chris Witchhunter, Hide and Petrus Steele after blasting SACRILEGE, ATOMKRAFT and IMMORTAL in a military bunker through the heart of a nuclear winter. 


En gros, et pour les non-anglophones, le trio malfaisant envisage sa troisième œuvre comme l'union pas si consacrée que ça de héros d'antan, partouzant joyeusement dans un vieux bunker sous un hiver nucléaire, ce qui illustre fort bien la démarche artistique d'un LP qui ne s'embarrasse pas de principes de solfège, mais qui ose quand même faire preuve d'un minimum de finesse. Pas longtemps, pas souvent pour ne pas risquer de s'aliéner son public de tarés habituels, mais juste une pincée pour ne pas repousser les adeptes de technique même sommaire. Au sommaire justement, une relecture des meilleurs (ou pires) pamphlets des trois groupes précités, avec quand même un bémol mis sur IMMORTAL, dont la mention aurait pu être substituée d'une allusion au DARKTHRONE le plus Black'n'Roll. Sinon, fans de Thrash bestial sud-américain, de SODOM, d'ATOMKRAFT, de WARFARE, et de Black d'outre-tombe joué comme des HELLACOPTERS sous acides IMPALED NAZARENE, rameutez vos troupes et joignez-vous au sabbat, qui risque bien de se faire lever quelques morts de leurs tombes. Pourtant adeptes d'une prolixité infernale en termes de production (trois démos, trois EP, trois live, des splits et trois LP), les finlandais sans foie ni rate continuent le travail de sape et se montrent étonnement créatifs au moment de nous trousser de leur Thrash sans façons et de nous détrousser de leur Black de saison. Ça pulse, ça cavale, ça dérate, mais ça reste dans le ton, c'est précis autant que ce style de musique peut l'être, et c'est surtout méchamment entraînant à défaut d'être original. Ce qui l'est un tant soit peu par contre, ce sont ces petites mélodies en contrepoint qui évoquent à merveille les débuts de la vague Speed des années 84/85, au point que parfois, à l'écoute d'un « The Reek of Reaper's Scythe », on a le sentiment d'écouter un vieil inédit de DESTRUCTION gaufré par des black metalleux perdus dans une forêt de Finlande.


D'autant que les gus ont le bon goût de varier les plaisirs, et d'appuyer parfois sur la pédale de l'exagération, au point d'évoquer un gros Heavy Black qui pourrait faire de l’œil crevé aux aficionados de l'IMMORTAL le moins ambitieux (on y revient finalement...), mais le plus crasseux (« Black Star Carcass », qui cache en sus sous ses prières mortelles un passage Doom du plus bel effet, mélangeant CATHEDRAL et CARNIVORE avec un panache indéniable). Des hymnes à la débauche en veux-tu en voilà, et même parfois des hits improbables, comme ce title-track qui joue la longueur sur du papier de verre et cumule tous les poncifs Heavy, Thrash et Black avec un flair de chien de chasse qui vient de tomber sur la dépouille encore chaude d'un chevreuil. Evidemment, les riffs sont taillés dans les clichés Metal les plus éprouvés, en restant approuvés (« Spider'sGrave », véritable catalogue des pirouettes eighties extrêmes, mais totalement irrésistible dans son exubérance), mais les ambiances travaillées et autres intros menacées démontrent que les trois clowns n'en sont que d'apparence (« Cybernetic Vampirism »), et maîtrisent parfaitement leur sujet. Si en plus je vous précise que le tout s'emballe dans une sublime pochette signée du trait légendaire de Joe « Motörhead’s Snaggletooth » Petagno, dont le talent ne pâlit pas avec les années, vous comprendrez aussitôt qu'il faudra dès la rentrée passée vous ruer sur la version vinyle de l'objet, qui outre une splendide décoration d'étagère, constituera un objet à posséder et à écouter. 


Du bourrin, mais pas que. Du malin, mais pas trop. Et surtout, une bonne dose de Blackened Thrash qui n'a pas oublié ses racines, et qui déterre les cadavres tous moisis de légendes d'autrefois pour préparer le prochain Halloween. Pas certain par contre qu'ils réclament des bonbons en sonnant à votre porte, mais ouvrez leur quand même. Ils ne sont pas si méchants que ça.     


Titres de l'album :

                            1.Initiate the Sequence

                            2.Demonic Nuclear Armament

                            3.Sex Messiah Android

                            4.Children of the Atom

                            5.The Reek of Reaper's Scythe

                            6.Black Star Carcass

                            7.Spider's Grave

                            8.Cybernetic Vampirism

                            9.Man of Steel

                            10.Devil Signal Burst


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/08/2018 à 17:13
75 %    152

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !