Le pain français est le plus connu au monde. A tel point qu’il en est devenu un cliché sur la toile, donnant lieu à des parodies et des moqueries de la part de nos chers voisins anglais et cousins américains. Il faut dire que lorsqu’on achète une baguette (prononcer : beu-get pour l’amour de la formule sarcastique) dans ces pays, on se retrouve avec une sorte de truc long et mou, dont la pâte n’a pas eu le temps de gonfler, et qui tout en se rapprochant parfois du goût initial n’a que peu de point en commun avec son modèle original. Le rapport entre ce constat et la chronique du jour ? Simple, ce principe s’applique aussi au Thrash allemand, l’un des plus imités au monde, mais qui répond aussi à des critères d’exigence que tout le monde ne peut pas reproduire. Et le cas de figure de mes compagnons du dimanche est assez singulier, puisqu’il consiste à reproduire en effet tous les tics du Thrash allemand alors même que les musiciens impliqués sont brésiliens, autre pays très respecté en termes de Thrash bestial. Sauf que tous les thrasheurs brésiliens ne souhaitent pas jouer comme SARCOFAGO ou VULCANO, et qu’ils aspirent parfois à autre chose qu’une simple bousculade paillarde à base de rythmiques nucléaires débridées et de grognements sataniques étouffés. Dieu (ou Satan, c’est selon) sait pourtant si la violence lusophone est l’une des plus copiées au monde, ce qui n’a pas empêché les WARSICKNESS de s’inspirer de modulations plus prononcées, pour nous offrir un Thrash de fort bonne facture, et découlant plus des théories allemandes radicales et de la précision américaine. Ce qui nous donne un résultat tout en ambivalence, à base de cruauté rythmique et de chant possédé, et de riffs précis et chamarrés, le tout emballé dans un enthousiasme à rendre barge tous les fans de Mosh du monde entier.

 

Formé en 2009 du côté d’Itapevi, São Paulo, WARSICKNESS est donc l’archétype du groupe qui n’assume pas vraiment ses origines, mais qui accepte ses prises de position, et s’en sent fier. Ce quatuor démoniaque (Diogo Moreschi – chant, Carlos Ferreira – basse, Guilherme Alan – guitares et Fernando Henrique "FH" – batterie) a patienté trois ans avant de publier son premier EP (Reign of Chaos, Pain and Torture en 2012), et trois de plus pour oser le premier longue-durée (Stay Drunk in Hell, 2015), puis encore quatre pour donner suite, avec ce Sick Existence, qui étrangement selon les sources a été lâché en 2018 ou 2019, ce qui laisse assez songeur au niveau de la véracité des informations. Mais cette année ou la précédente, peu importe puisque le contenu de cette seconde livraison aura de quoi enthousiasmer les accros au Thrash le plus formel MAIS débridé, puisque les quatre brésiliens n’ont rien perdu de leurs aptitudes à synthétiser les divers courants en vogue dans les années 80, tout en acceptant les modulations d’agressivité des années 90. Mais ce Sick Existence, malgré son aspect nouveauté indéniable propose un format étrange, à mi-chemin entre EP et le LP complet, puisque seulement six titres semblent inédits, les trois autres étant d’anciens morceaux remis au goût d’un jour, ce qui confère une patine hybride à ce nouveau concept.

Rayon inédit, six morceaux à s’envoyer au goulot, et largement de quoi étancher votre soif de violence propre et carrée. Toujours aussi peu prompts à se laisser aller à la bestialité qui reste la norme en Amérique du Sud, les quatre instrumentistes n’ont pas abandonné leurs théories en route, et prônent la modulation, tout en admettant des accointances éparses avec leurs aînés. C’est ainsi que les diverses influences mentionnées sur leur page Facebook permettent de faire le tri dans les références (DEMOLITION HAMMER, SOLSTICE, WARBRINGER, ACCUSED, SOD, TESTAMENT, EXODUS, VIO-LENCE, RXDXPX, DEATH ANGEL, DARK ANGEL, ATTOMICA, SEPULTURA), tout en balisant un terrain vaste pas vraiment couvert. Les noms qui se prêtent le plus volontiers au jeu restant ceux d’EXODUS, de WARBRINGER et des DEATH ANGEL, quoique de légères allusions soient faites de façon épisodique à des combos plus radicaux. Ainsi, « Reborn From Bullet », en accélérant considérablement le tempo permet d’offrir une bouffée de brutalité qui fait du bien, évoquant tout autant la scène brésilienne des sacro-saintes eighties que les exactions Thrashcore américaines de la même décennie. Mais globalement, en en optant pour un tempo raisonnable, les WARSICKNESS montrent qu’ils se veulent totalement maîtres de leur inspiration, tournant le dos à cette débauche de décibels un peu gauche si caractéristique de leur legs national. Nous sommes donc loin de la vague revival actuelle venant du Mexique, de Colombie et même du Brésil, et plus proche d’une approche suédoise plus rigoureuse qui n’a pas abandonné le solfège en cours de route.

Rappelant même parfois l’euphorie des cadors de MUNICIPAL WASTE, tout en restant hors de portée des génies de POWER TRIP, les WARSICKNESS se montrent donc sous un jour assez flatteur, bien que formel, mais ont toujours largement assez de talent pour trousser des hymnes bien faits. C’est évidemment le cas de l’intro « 666 Liters » qui sous couvert d’éthylisme forcené développe une belle entame mélodique sombre et prenante, avant de se ranger aux côtés des WARBRINGER grâce à cette double grosse caisse puissante et concassante. Sans s’illustrer ou d’extirper de la masse, les brésiliens jouent leur carte et confirment qu’ils sont de bons musiciens, ouverts à toute proposition, et ne crachant pas sur un brin de mélodie. Et avec un hit immédiat de la trempe de « Sick Existence », aucun souci à se faire pour la leur, qui continue son cours avec enthousiasme. Des riffs calibrés pour une folie contrôlée qui explose parfois, mais qui sait rester sous des auspices de musicalité. Un Thrash old-school qui a quand même retenu quelques leçons de la vague Néo nordique des mid 90’s, avec en bonus trois anciens morceaux qui prouvent que le quatuor a fait de gros efforts de composition. Les plus violents reconnaîtront d’ailleurs l’aspect plus viril de leur ancien répertoire (spécialement « Alcoholic Brain », tiré de leur premier EP, toujours aussi frappé) mais sans incarner le renouveau d’une vague nostalgique qui ne cherche pas forcément de nouveaux leaders,  Sick Existence se place dans une moyenne tout à fait honorable, et permet aux WARSICKNESS de faire le point avant de repartir de plus belle.


Titres de l’album :

                             1.666 Liters

                             2.Baptism by Beer

                             3.Reborn From Bullet

                             4.Called to Pay

                             5.Sick Existence

                             6.999

                             7.Gruesome Origin

                             8.Warsickness

                             9.Alcoholic Brain

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/06/2019 à 17:52
78 %    88

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Combichrist + Terrorolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !


ça tartine toujours aussi gras Guttural Slug ! par contre je viens de me rendre compte que j'ai zappé le 2eme album. BWUUUUUUHHHHHH


le chant est faiblard...


Plutôt inutile cet album. Bien mou et rien d'excitant.60% pour ma part


Un album absolument excellent !


Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....