Vous prenez d’un côté un label exigeant, qui multiplie les sorties, et de l’autre, un musicien boulimique qui les empile encore plus. Une fois les deux réunis, laissez les mariner jusqu’à ce que le jus coulant abreuve une rivière de sons.

Cette rivière va couler à grands flots, parfois inonder les berges inutilement, parfois confluer avec d’autres affluents pour former un cours au débit encore plus impressionnant. Cours de géographie ou d’hydrométrie ? Non, juste un moyen détourné pour démontrer que les Debemur Morti et Matron Thorn étaient faits pour s’entendre et proposer des œuvres en commun…

Prolifique, c’est indéniable, mais la pertinence est-elle encore à l’ordre du jour ? C’est la question simple que l’on est en droit de se poser concernant la productivité parfois excessive du leader d’AEVANGELIST, qui non content de mener sa barque principale à grand train, se répand dans des projets annexes sans craindre la crue fatale. DEATH FETISHIST, son dernier projet en date est connu de tous les amateurs, puisque deux EP ont déjà vu le jour cette année, Whorifice et Lucifer Descending, il était donc logique que l’homme passe le cap de la durée minimale et propose ses vues sur une longueur plus en adéquation avec le nombre de ses idées.

C’est donc chose faite, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas hésité et s’est entouré d’une pléiade de guests pour l’accompagner dans sa funeste entreprise de démolition globale.

Outre G. Nefarious (PANZERGOD) au kit, on retrouve au casting de ce premier LP les lignes vocales de D.G (Misþyrming) et Julia Black, les claviers de Jürgen Bartsch (BETHLEHEM), les hurlements de Doug Moore (PYRRHON), mais aussi, et non des moindres, quelques parties de synthé de notre cher Mories (GNAW THEIR TONGUES) sur le morceau « Upturneth The Chalice ».

Tout ça peut éventuellement sentir l’alignement un peu facile de noms reconnaissables histoire d’attirer le chaland bruitiste dans ses filets, et chacun reconnaîtra ou non l’importance de leur participation au projet Clandestine Sacrament.

Mais en dehors de ce jeu de piste de célébrités en goguette, la question la plus importante reste la même. Ce cher Matron Thorn à-il su s’éloigner de ses obsessions d’origine pour proposer quelque chose de neuf, ou bien s’est-il contenté d’appliquer les mêmes recettes avec une approche collective un tant soit peu différente ?

Les deux réponses semblent valides après avoir digéré les cinquante minutes de cet album, qui s’il sonne frais par moments, rappelle grandement le travail déjà accompli par le tempétueux leader…

Si vous aviez déjà jeté vos deux oreilles sur les deux EP précédents, le choc ne sera pas violent. On y retrouve les mêmes ficelles, juste un peu plus étirées, et sans doute des ambitions plus marquées. Mais que les fans d’AEVANGELIST se rassurent, Thorn n’a pas changé, et est resté cette démarcation contemporaine du Damien de la trilogie apocalyptique en version musicale, et a su piocher dans son histoire les éléments nécessaires à la gestation de ce premier effort, qui pourtant ne semble pas vraiment en être un.

D’une parce que tout semble être venu assez facilement, et de deux parce que les pistes proposées ici ont déjà été suivies auparavant, parfois avec moins d’entrain, mais de temps à autres avec un poil plus de créativité.

Toutefois, DEATH FETISHIST ne vous lèsera ni sur la qualité, ni sur la quantité. Avec plus de cinquante minutes d’exploration sonore funeste, le repas est roboratif, et parfois un peu lourd à digérer lorsque les sons s’imbriquent en larges couches superposées.

Mais le tout fait preuve de suffisamment d’intelligence dans l’agencement pour ne pas lasser à mi-parcours, tout en gardant une éthique connue et respectée.

Outre l’’auto-influence évidente d’AEVANGELIST, on retrouve ce mystérieux mais terrassant mélange entre la rugosité du BM US et la grandiloquence de ses homologues nordiques, EMPEROR en tête de liste, produisant de fait des symphonies macabres de poche, comme une digression infernale sur la science de production de Phil « gun » Spector appliquées à un contexte underground.

Mais le bruit ici n’est jamais gratuit….

Clandestine Sacrament.est donc un bon mélange entre des morceaux qui n’hésitent pas à divaguer plus que de raison, et des interventions plus concises.

Outre la longue et grouillante intro « The Gifted Medium », Matron s’autorise quelques moments de concision, et teinte son BM chaotique d’une tonalité globale assez Punk qui rend les morceaux les plus directs encore plus agressifs. En témoigne le traumatique « Netherrealm », qui sonne plus DARKTHRONE/MAYHEM qu’un bootleg capté dans les années 90, soutenu par les vocaux de Doug Moore, pas vraiment là pour faire de la figuration.

On retrouve ce feeling cru sur l’impressionnant « Upturneth the Chalice », la longue litanie de fin qui passe par plusieurs humeurs successives, et qui oppose la violence la plus drue à l’efficacité la plus crue. Riffs simples et catchy qu’on penserait sortis de l’esprit gouailleur de Nocturno Culto, opposés à une ambiance délétère à la GNAW THEIR TONGUES (l’intensité si chère à Mories est bien palpable même si le morceau est assez constant), c’est une bien malsaine façon de terminer ce premier album qui en dit long sur l’appétit de Thorn, et son envie d’aller de l’avant tout en regardant en arrière.

Pas vraiment d’épiphanie musicale, mais une façon de rester honnête envers une démarche sincère. Et surtout, un surplus de puissance qui parfois nous coupe le souffle, notamment sur l’ouverture sans pitié de « Astral Darkness » qui justifie son titre d’une incursion stellaire dans un trou noir de puissance, et qui nous laisse au bord de l’infarctus de ses attaques terrassantes et de ses lignes vocales d’une rare intensité diabolique. Plus occulte qu’AEVANGELIST, DEATH FETISHIST est donc une affaire sérieuse, qui développe des thèmes obsessionnels, que le leader a abordés avec toute la folie et la démesure qu’ils requièrent.

Outre une production gigantesque un peu sourde qui toutefois n’étouffe pas les mélodies acides d’un « Beauty from Wretchedness » qui dévie un peu de l’optique « franche et massive » de l’entreprise avec ses arpèges rouillés, une pochette sublime signée de la main d’Andrzej Masianis, c’est surtout la sensation d’écrasement continu qui prédomine sur cette première réalisation longue durée, et qui en représente son point fort.

 Certes, rien d’inédit, certes on aurait pu attendre plus de prise de risque de la part de musiciens de ce calibre, mais il est impossible de dénigrer Clandestine Sacrament en se basant sur ces critères hypothétiques et subjectifs. Espérons simplement que la suite des évènements ne laissent pas dériver l’inspiration de Matron, et qu’il ose peut être un peu plus s’aventurer sur des terres qu’il a rarement foulées. Mais les fans d’AEVANGELIST peuvent se rassurer. Leur idole n’a pas changé, et ne changera donc jamais.


Titres de l'album:

  1. The Gifted Medium
  2. Astral Darkness
  3. Voidtripper
  4. Netherrealm
  5. Beauty from Wretchedness
  6. Verbrannt Im Altem Morast
  7. Wreckage of the Flesh
  8. Upturneth the Chalice

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/11/2016 à 16:13
70 %    464

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.