Clandestine Sacrament

Death Fetishist

28/10/2016

Debemur Morti Productions

Vous prenez d’un côté un label exigeant, qui multiplie les sorties, et de l’autre, un musicien boulimique qui les empile encore plus. Une fois les deux réunis, laissez les mariner jusqu’à ce que le jus coulant abreuve une rivière de sons.

Cette rivière va couler à grands flots, parfois inonder les berges inutilement, parfois confluer avec d’autres affluents pour former un cours au débit encore plus impressionnant. Cours de géographie ou d’hydrométrie ? Non, juste un moyen détourné pour démontrer que les Debemur Morti et Matron Thorn étaient faits pour s’entendre et proposer des œuvres en commun…

Prolifique, c’est indéniable, mais la pertinence est-elle encore à l’ordre du jour ? C’est la question simple que l’on est en droit de se poser concernant la productivité parfois excessive du leader d’AEVANGELIST, qui non content de mener sa barque principale à grand train, se répand dans des projets annexes sans craindre la crue fatale. DEATH FETISHIST, son dernier projet en date est connu de tous les amateurs, puisque deux EP ont déjà vu le jour cette année, Whorifice et Lucifer Descending, il était donc logique que l’homme passe le cap de la durée minimale et propose ses vues sur une longueur plus en adéquation avec le nombre de ses idées.

C’est donc chose faite, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas hésité et s’est entouré d’une pléiade de guests pour l’accompagner dans sa funeste entreprise de démolition globale.

Outre G. Nefarious (PANZERGOD) au kit, on retrouve au casting de ce premier LP les lignes vocales de D.G (Misþyrming) et Julia Black, les claviers de Jürgen Bartsch (BETHLEHEM), les hurlements de Doug Moore (PYRRHON), mais aussi, et non des moindres, quelques parties de synthé de notre cher Mories (GNAW THEIR TONGUES) sur le morceau « Upturneth The Chalice ».

Tout ça peut éventuellement sentir l’alignement un peu facile de noms reconnaissables histoire d’attirer le chaland bruitiste dans ses filets, et chacun reconnaîtra ou non l’importance de leur participation au projet Clandestine Sacrament.

Mais en dehors de ce jeu de piste de célébrités en goguette, la question la plus importante reste la même. Ce cher Matron Thorn à-il su s’éloigner de ses obsessions d’origine pour proposer quelque chose de neuf, ou bien s’est-il contenté d’appliquer les mêmes recettes avec une approche collective un tant soit peu différente ?

Les deux réponses semblent valides après avoir digéré les cinquante minutes de cet album, qui s’il sonne frais par moments, rappelle grandement le travail déjà accompli par le tempétueux leader…

Si vous aviez déjà jeté vos deux oreilles sur les deux EP précédents, le choc ne sera pas violent. On y retrouve les mêmes ficelles, juste un peu plus étirées, et sans doute des ambitions plus marquées. Mais que les fans d’AEVANGELIST se rassurent, Thorn n’a pas changé, et est resté cette démarcation contemporaine du Damien de la trilogie apocalyptique en version musicale, et a su piocher dans son histoire les éléments nécessaires à la gestation de ce premier effort, qui pourtant ne semble pas vraiment en être un.

D’une parce que tout semble être venu assez facilement, et de deux parce que les pistes proposées ici ont déjà été suivies auparavant, parfois avec moins d’entrain, mais de temps à autres avec un poil plus de créativité.

Toutefois, DEATH FETISHIST ne vous lèsera ni sur la qualité, ni sur la quantité. Avec plus de cinquante minutes d’exploration sonore funeste, le repas est roboratif, et parfois un peu lourd à digérer lorsque les sons s’imbriquent en larges couches superposées.

Mais le tout fait preuve de suffisamment d’intelligence dans l’agencement pour ne pas lasser à mi-parcours, tout en gardant une éthique connue et respectée.

Outre l’’auto-influence évidente d’AEVANGELIST, on retrouve ce mystérieux mais terrassant mélange entre la rugosité du BM US et la grandiloquence de ses homologues nordiques, EMPEROR en tête de liste, produisant de fait des symphonies macabres de poche, comme une digression infernale sur la science de production de Phil « gun » Spector appliquées à un contexte underground.

Mais le bruit ici n’est jamais gratuit….

Clandestine Sacrament.est donc un bon mélange entre des morceaux qui n’hésitent pas à divaguer plus que de raison, et des interventions plus concises.

Outre la longue et grouillante intro « The Gifted Medium », Matron s’autorise quelques moments de concision, et teinte son BM chaotique d’une tonalité globale assez Punk qui rend les morceaux les plus directs encore plus agressifs. En témoigne le traumatique « Netherrealm », qui sonne plus DARKTHRONE/MAYHEM qu’un bootleg capté dans les années 90, soutenu par les vocaux de Doug Moore, pas vraiment là pour faire de la figuration.

On retrouve ce feeling cru sur l’impressionnant « Upturneth the Chalice », la longue litanie de fin qui passe par plusieurs humeurs successives, et qui oppose la violence la plus drue à l’efficacité la plus crue. Riffs simples et catchy qu’on penserait sortis de l’esprit gouailleur de Nocturno Culto, opposés à une ambiance délétère à la GNAW THEIR TONGUES (l’intensité si chère à Mories est bien palpable même si le morceau est assez constant), c’est une bien malsaine façon de terminer ce premier album qui en dit long sur l’appétit de Thorn, et son envie d’aller de l’avant tout en regardant en arrière.

Pas vraiment d’épiphanie musicale, mais une façon de rester honnête envers une démarche sincère. Et surtout, un surplus de puissance qui parfois nous coupe le souffle, notamment sur l’ouverture sans pitié de « Astral Darkness » qui justifie son titre d’une incursion stellaire dans un trou noir de puissance, et qui nous laisse au bord de l’infarctus de ses attaques terrassantes et de ses lignes vocales d’une rare intensité diabolique. Plus occulte qu’AEVANGELIST, DEATH FETISHIST est donc une affaire sérieuse, qui développe des thèmes obsessionnels, que le leader a abordés avec toute la folie et la démesure qu’ils requièrent.

Outre une production gigantesque un peu sourde qui toutefois n’étouffe pas les mélodies acides d’un « Beauty from Wretchedness » qui dévie un peu de l’optique « franche et massive » de l’entreprise avec ses arpèges rouillés, une pochette sublime signée de la main d’Andrzej Masianis, c’est surtout la sensation d’écrasement continu qui prédomine sur cette première réalisation longue durée, et qui en représente son point fort.

 Certes, rien d’inédit, certes on aurait pu attendre plus de prise de risque de la part de musiciens de ce calibre, mais il est impossible de dénigrer Clandestine Sacrament en se basant sur ces critères hypothétiques et subjectifs. Espérons simplement que la suite des évènements ne laissent pas dériver l’inspiration de Matron, et qu’il ose peut être un peu plus s’aventurer sur des terres qu’il a rarement foulées. Mais les fans d’AEVANGELIST peuvent se rassurer. Leur idole n’a pas changé, et ne changera donc jamais.


Titres de l'album:

  1. The Gifted Medium
  2. Astral Darkness
  3. Voidtripper
  4. Netherrealm
  5. Beauty from Wretchedness
  6. Verbrannt Im Altem Morast
  7. Wreckage of the Flesh
  8. Upturneth the Chalice

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/11/2016 à 16:13
70 %    540

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23

Moshimosher

Concernant le clip de Belphegor, je suis un peu déçu... Je trouve qu'il y a de belles images (non, non, je ne parle par d'Helmuth), bien puissantes, mais qu'elles sont mal exploitées... dommage...

27/09/2020, 20:28

Jus de cadavre

From Mars To Sirius... que de souvenirs ! Même si je ne suis pas un fan absolu de Gojira, à la sorti de cet album je me suis dit "ça y est la France tient enfin un groupe qui va exploser mondialement". Pour moi ils étaient au sommet artistique à(...)

27/09/2020, 16:56

Arioch91

L'influence de Toxik est celle qui me vient tout de suite en tête mais ça a l'air pas mal.A approfondir.

27/09/2020, 16:40

Satan

Quand j'entends le titre de Leaves' Eyes, je me demande comment certains peuvent encore écouter ce type de beauferies...

27/09/2020, 13:16