On les construit, petit à petit, sans vraiment le savoir ou au contraire, consciemment. La première brique est sans doute celle qu’on remarque le moins. Un mot qu’on ne dit plus. Un sourire qui s’efface progressivement. Et puis les autres s’empilent. Ils ne ressemblent pas forcément à la pièce rectangulaire qui forme l’ensemble, et pourtant, ils en sont indéniablement. Ça peut être un smartphone qu’on utilise un peu trop souvent, un écran derrière lequel on se cache. Un ami à qui on ne donne plus de nouvelles. Des sentiments qu’on cache pour ne pas se révéler dans sa vraie nature. Et puis les mensonges, anodins ou plus cruels qui s’amoncèlent. Une porte qu’on n’ouvre plus. Des yeux qui se ferment sur l’atrocité du monde, mais l’un dans l’autre, l’une sur l’autre, les briques s’imbriquent, la structure monte, et on se retrouve un beau jour de l’autre côté, sans possibilité de retour. On dit que l’amour finit par renverser les montagnes et les faire tomber. Mais si l’amour est une pioche qui casse les briques une par une, encore faut-il avoir l’envie de la manier. Les MUR. Ces MUR qu’on érige pour se protéger de l’extérieur, cet extérieur qui fait peur parce qu’on ne le connaît pas, parce qu’on a peur qu’il s’insinue chez vous, ce joli jardin bien tondu, cette âme sombre qui ne doit être lue qu’en transversale, ces yeux qui ne voient que ce qu’ils ont de plus proche et souvent de moins important…Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi on les construit, alors même que les menaces extérieures se multiplient. Mais il n’est pas non plus difficile de comprendre qu’une fois coincé derrière, on n’existe plus que comme cellule d’une immense prison émotive qu’aucune clé chimique ne pourra ouvrir. D’un autre côté, et artistiquement parlant, le MUR a souvent servi de thématique aux artistes pour expliquer une démarche individuelle, pour formaliser la singularité, le blocage. Roger Waters en avait construit un pour sauvegarder la paranoïa de Rock Star de son alter-ego, Paul Auster en avait utilisé le concept pour donner corps à un absurde et poser les bases d’une logique inexistante, le bloc communiste en avait imposé le gigantisme pour bien marquer la scission entre liberté et surveillance…Mais aujourd’hui, le MUR est plus grand, plus compact, plus noir, et personne ne songerait à y grimper pour voir ce qui s’y cache derrière. Car ce qui s’y cache, c’est une somme d’influences qu’on ne veut pas accepter, ce sont des comparaisons que l’on veut à tout prix éviter, c’est une communication qui s’échappe du ciel pour ne pas être altérée…

Plus prosaïquement, MUR est aujourd’hui un sextet live. Et le groupe avait besoin de cette puissance pour retranscrire en concert la démesure de sa musique qui a atteint un niveau de maturation impressionnant. Quatre ans après un premier EP pris en charge par Dooweet, les parisiens ont subi quelques ajustements, accueilli de nouvelles têtes, mais peuvent toujours se reposer sur une base solide. Leur destin étant cette fois-ci entre les mains d’autres passionnés, ceux des Acteurs de l’Ombre, les musiciens peuvent afficher une confiance tout à fait justifiée. Et en quatre sorties simultanées, le label prouve encore s’il le fallait qu’il est l’un des plus éclectiques de l’extrême et de l’underground. Car Brutalism ne ressemble en rien au reste de leur production, qui elle-même présente des signes de multiplicité et de complémentarisme évidents. Osons le dire, et affirmons quelque peu. MUR est sans doute possible le groupe le moins marqué par le Black Metal de leur écurie. Les instrumentistes (Julien Granger - batterie, Alexandre Michaan - clavier, Thomas Zanghellini - basse, Benjamin Gicqaud - guitare, Jay Moulin - chant et Benjamin Leclere - guitare), venant tous d’horizons différents, n’en utilisent qu’une partie des codes, et notamment cette envie d’amplifier tous les modes d’expression pour abandonner toute concession, mais en toute franchise, la musique qui se dégage de ce premier longue-durée est aussi ancrée dans le Post Hardcore qu’elle n’échappe à une catégorisation trop poussée. On retrouve le langage employé sur l’éponyme début, ces structures mouvantes, ces stridences prononcées, cette façon d’intégrer des sons synthétiques dans un contexte mécanique, mais les progressions, l’ambiance générale, les détails, le chant, tout semble relié à une scène Hardcore vraiment jusque-boutiste qui nous rappelle les COMITY, groupe duquel Thomas Zanghellinia fit partie. On trouve aussi quelques traces éparses du NEUROSIS le moins enclin aux concessions, mais finalement, ce qu’on trouve est terriblement personnel, à l’image sonore de l’impitoyable « Red Blessings Sea » qui nie presque toute notion de musicalité pour emplir l’espace sonore de cris, de distorsion excessive, d’arrangements électroniques savamment dosés, et de hurlements écorchés. Et de fait, MUR prouve avec Brutalism que la violence et le ressentiment peuvent parfaitement s’accorder à la notion d’isolement, isolement sur une scène française qui rejette le cloisonnement, mais qui l’accepte pour ne pas avoir à assumer des influences gênantes. Chez nous, entre les murs de notre hexagone, on tient à sa singularité, et on ne souhaite pas la partager. C’est sans doute pour ça qu’on se repose sur une ouverture inclassable comme « Sound of a Dead Skin », multipliant les cassures rythmiques pour mieux faire valser les harmonies au plafond.

Sans jouer les vieux mystérieux, l’énigme MUR n’est pas des plus faciles à résoudre. Les nœuds des guitares sont solides et inextricables, et les humeurs changent d’un morceau à l’autre. Si le style suit un fil rouge, la façon de le formaliser est devenue différente, comme pour échapper à une facilité. Le groupe de 2015 est toujours là, en parenthèses, en interstices, mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il a réussi son pari, à savoir affirmer encore plus son individualité, en s’en remettant à une confiance totale. Ce qui nous donne des dérivations qui pour une fois suivent les tranchées d’un Black intense et sans pitié (« Nenuphar »), tout en acceptant d’autres possibilités Post en brisant l’avancée de façon nette pour imposer des sons clairs et des murmures plus discrets en arrière-plan. Bien sûr, Post ne rime pas forcément avec THE OCEAN ou ALCEST, tout comme Black ne rime pas non plus obligatoirement avec MARDUK ou EMPEROR, et le traitement offert par les parisiens aux références qu’ils citent reste très personnel. Et en presque cinquante minutes de musique, sans en avoir l’air, les instrumentistes/créateurs se permettent justement de repeindre le mur à leur façon. Et s’ils cherchent généralement la déconstruction globale, ils ne se privent pas pour autant d’oser quelques thèmes plus accrocheurs, des motifs mémorisables, avant de les fracasser sur l’originalité d’un crossover global (« You Make I Real »), pour mieux terminer leur course dans les bras d’un Ambient qui apaise les tensions, mais n’éclaircit pas pour autant l’horizon.

Classique quand il le faut, mais toujours en porte à faux entre les extrêmes (« My Ionic Self », Sludge, Post Hardcore, BM, Post Punk), MUR se cache derrière sa façade et hurle. « Rien ne peut être fait sans la solitude. » disait Picasso. Brutalism n’est donc que le reflet de la violence qui émerge de l’absence de communication, lorsque les briques obstruent le ciel de la compassion.

                       

Titres de l’album :

                          01. Sound of a Dead Skin

                          02. I am the Forest

                          03. Nenuphar

                          04. Die Kinder Tanzen Um Das Feuer Desjenigen Der Das Licht Bringt

                          05. Third

                          06. My Ionic Self

                          07. Red Blessings Sea

                          08. I See Through Stones

                          09. Livity

                          10. You Make I Real

                          11. BWV721

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/11/2019 à 14:22
88 %    292

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Ende + Gorgon + Neptrecus

14/12 : La Brat Cave, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Et grève est un mot à la mode par les temps qui courent ^^


Oh putain la boulette! Merci JTPD de ton attention, voici l'erreur corrigée....Ça prouve au moins que les chroniques sont lues...Et oui, d'accord pour le clip, mais comme toujours avec les groupes mélodiques/Aor, c'est l'inverse de Shakira la bolivienne en fait, il vaut mieux écouter que regarde(...)


Aaaaah aaaaah, bien vu poybe, c'est effectivement Grèce ! Même si fût un temps Grève et Grèce étaient deux mots intimement liés...


Black Metal, Grève ... c'est un lapsus ? ^^


6 ans, les salauds...
En tout cas content de voir que je ne suis pas le seul à attendre cet album.


Excellent groupe, découvert très récemment grace au podcast de Métalorgie, YCKM.


C'est une EXCELLENTE nouvelle !!! Parce que bon, même pour une échelle de temps doomesque, 6 ans ça commence quand même à faire long ! :-)


Aïe aïe aïe, grave erreur mon cher mortne2001...Shakira, cette fameuse artiste connue pour avoir inventé le concept de musique à regarder, est...colombienne ! :-D
Sinon, côté musique, rien à dire, c'est tout comme t'as dit. Par contre le clip de "One Circumstance" pique sévèrement l(...)


Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.