Cherokee Moon

Circle Of Friends

22/03/2024

Escape Music

One-shot à la base, CIRCLE OF FRIENDS revient sur le début de la scène avec un deuxième chapitre, qui logiquement devrait être le dernier…mais qui sait ? Et en découvrant ce Cherokee Moon, on se dit que finalement, il eut été dommage de s’arrêter après un seul tome, tant l’énergie positive qui se dégage de cet album euphoriserait n’importe quel géomètre neurasthénique.

Mais on ne baptise pas son concept CIRCLE OF FRIENDS pour faire joli, à moins de jouer avec beaucoup d’hypocrisie sur la corde sensible. Et c’est un véritable plaisir que de retrouver le talentueux Bruce Mee aux commandes d’un nouveau vaisseau, pas si nouveau que ça d’ailleurs. Car contrairement au premier volume, Cherokee Moon s’intéresse de près au passé de son géniteur, et offre son pesant de reprises. Au programme donc, cinq covers et six originaux, mais avec le traitement subi par certains classiques, on  peut presque les considérer comme des inédits, tant ils sont transfigurés et parfois méconnaissables.

Des amis, oui, avec plaisir, mais lesquels ? Le tracklisting reproduit en bas de chronique vous donnera leurs noms, mais je peux les reproduire ici, tant la liste donne le tournis :

Harry Hess (chant), Robin McAuley (chant), Robin Beck (chant), Mark Boals (chant/choeurs), Jeff Scott Soto (chant), Darby Mills (chant), Rick Altzi (chant), Paul Manzi (chant), Thomas Vikstrom (chant), Tanya Rizkala (chant), Olivia Dei Cicchi (chant), Mick Devine (chant/choeurs), James Christian (choeurs), Fredrik Folkare (guitare/basse), Steve Mann (claviers), Nalle Pahlsson (basse), Tom Croucier (basse), Tommy Denander (guitare/claviers), Gregg Hart (guitare), Steve Morris (guitare/claviers), Kjell Haraldson (cuivres), Robert Säll (guitare/claviers), Brian Anthony (basse), Johan Kullberg (batterie) et Josh Devine (batterie).

Vous pouvez maintenant reprendre votre souffle.

Casting quatre étoiles donc, pour un compromis habile trouvé entre le passé et le présent, et toujours évidemment ce soin extrême apporté à la production, pour sublimer un Hard-Rock classique à la suédoise, sorte d’espéranto passé dans les mœurs et que les initiés parlent tous couramment. Ne le cachons pas, c’est inutile. Si The Garden nous avait illuminés de sa grâce tragique et de son deuil pudique, Cherokee Moon nous éclaire d’une lumière parfois aveuglante, tant le talent des protagonistes ajouté atteint des sommets incroyables. Pourtant, Bruce ne s’est pas attelé à une tâche facile. Car après tout, on ne reprend pas RAINBOW ou SAXON les mains dans les poches en comptant sur sa bonne tête pour faire passer la pilule.    

J’en tiens pour exemple le plus probant ce lifting offert au classique « Princess Of The Night », que Jeff Scott Soto survole de son panache vocal, mais qui s’est vu agrémenté d’un orgue Hammond taquin, et d’un traitement plus actuel, avec gros son, riff en béton armé, et arrangements fouillés. Le résultat est bluffant, et nous fait redécouvrir une composition que nous connaissons tous par cœur. Enfin, nous le pensions.

Les autres appropriations sont aussi réussies et enthousiasmantes. Le moins connu « Girl From Lebanon » de EUROPE, que l’on retrouvait sur leur dernier album avant séparation est aussi précis et précieux, avec comme exigence la nationalité indispensable d’une chanteuse susceptible de se mettre dans la peau de cette fille du Liban. C’est donc la chanteuse libanaise Tanya Rizkala qui s’acquitte de sa tâche avec un brio émouvant, transformant ce titre d’album en hymne intergénérationnel et international.

Même principe pour l’attachement à RAINBOW, et un glissement de Ronnie James DIO vers Joe Lynn Turner pour un « Can't Let You Go » sublimé par la grâce vocale de ce cher Harry Hess. Un groove incroyable, et un voyage dans le temps qui tient toutes ses promesses. Avec en ouverture un solo néo-classique offert par le maître, cette reprise incarne le meilleur du Hard-Rock mélodique que JOURNEY et RAINBOW ont contribué à populariser dans les seventies.

Mais CIRCLE OF FRIENDS est un groupe du nouveau siècle. En parlant de « Midnight Sensation », emprunté à VAN ZANT et incarné par un Robin McAuley en grande forme, nous pouvons évacuer le chapitre des covers pour nous concentrer sur le répertoire original. Et là encore, Bruce Mee a tout donné pour transformer ce longue-durée en épiphanie harmonieuse et musclée.

« Starlight », ouverture pleine d’énergie, propulsée par une rythmique en acier trempé et le chant pur d’Olivia Dei Cicchi, fille de Robin Beck, est une reprise de contact solide et classique. « Eternal Love », entraîné par Marc Boals pour gonfler ses abdos d’un soulèvement de fonte à la WHITESNAKE de la grande époque, permettent à Cherokee Moon de se placer immédiatement en tête de liste des nouveautés les plus excitantes. Le contexte Hard-Rock, les boucles de cet orgue Hammond discret mais bien présent, et la collection de riffs tranchants à rendre vert de jalousie un représentant d’Opinel, tout contribue à donner le sourire sous un dimanche de pluie, pour laisser nos soucis dans le placard avant le fatidique lundi.

Impeccablement produit, avec un son puissant mais pas épuisant, Cherokee Moon peut se targuer de faire la nique aux récentes productions Frontiers. Que ce soit en mode calque, via « The Robe », titre de TEN dont Bruce Mee revendique légitimement la paternité, et qui se présente sous la forme d’une longue suite envoutante, ou en mode sensibilité virile sur le lancinant et berçant « Eye Of The Hurricane », CIRCLE OF FRIENDS insiste sur son côté le plus Heavy, beaucoup plus en tout cas que The Garden, qui restait une affaire très émouvante et fragile.

Il eut été franchement dommage que cette fausse suite ne voit pas le jour. Avec une moitié d’album en hommage rendu, et l’autre moitié en originaux musclés, Cherokee Moon est une énorme lune qui guide les tribus marchant vers leur destin le plus Rock. Du talent, de l’envie, on ne demande rien de plus. Et des hits, à la pelle. De quoi rassasier ses amis autour de la table du Hard-Rock le plus classique et classieux.     

   


Titres de l’album:

01. Starlight (Olivia Dei Cicchi)

02. Eternal Love (Mark Boals)

03. Princess Of The Night (Jeff Scott Soto)

04. House Of Shadows (Darby Mills)

05. Lying Here Beside You (Mick Devine/Robin Beck)

06. Can't Let You Go (Harry Hess)

07. Eye Of The Hurricane (Rick Altzi)

08. Midnight Sensation (Robin McAuley)

09. Girl From Lebanon (Tanya Rizkala)

10. Don't Be Afraid Of The Dark (Thomas Vikström)

11. The Robe (Paul Manzi)



par mortne2001 le 26/05/2024 à 18:03
90 %    79

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49