Spleen & Goad

Iron Monkey

05/04/2024

Relapse Records

Lorsque IRON MONKEY a splitté après seulement cinq ans d’existence, tout le monde (ou presque, du moins les plus maboules) s’est dit « Ah ben merde alors ! ». Et à raison. Deux albums, bonne nuit les pas petits, et le nounours désabusé s’envole dans les nuages. Sauf que ce nounours-là était plus proche d’un monstre de poils qui se cache dans le placard que de la petite peluche innocente qu’on serre dans ses bras. Alors, lorsque la nouvelle d’une reformation a agité les rédactions, l’euphorie était de mise. Le vilain petit canard bruitiste était de retour, et il avait plutôt intérêt à ne pas être content.

9-13 était en effet agité, nerveux, sombre et glaireux, et parvenait presque à faire oublier la disparition précoce de Johnny Morrow en 2002. On se demandait comment le trio allait sonner sans son frontman caverneux, et la réponse a été assez claire. Jim Rushby s’est emparé du micro, et a vomi dedans avec autant de conviction. Toutefois, malgré cette saveur corsée qui rendait ses tranches savoureuses et bien faisandées, 9-13 avait comme un petit goût d’inachevé. On sentait que notre boogeyman des nineties était toujours aussi motivé, mais que ses aigreurs d’estomac allaient mieux. Sept années ont passé depuis ce comeback inopiné, et Spleen & Goad remet les pendules à l’heure d’hiver, et IRON MONKEY sort les oreillers pour une pyjama-party de l’enfer.

Tenue non-correcte exigée. A poil de préférence pour admirer les toisons pubiennes, et surtout, le cheveu en bataille pour ne pas perdre l’éthique Punk. Toujours considéré à juste titre comme l’enfant bâtard de la NOLA et de la vague braillarde Earache, IRON MONKEY remercie une fois encore ses parrains GODFLESH et EYEHATEGOD, sous l’œil bienveillant de sa nourrice CROWBAR. La lourdeur est toujours de mise, l’impolitesse aussi, la rudesse est toujours une vertu cardinale, et la motivation un péché capital.

Le son est rond, énorme, granuleux, les riffs monolithiques, et l’expression rudimentaire. Le trio (Jim Rushby - guitare/chant, Steve Watson - basse et Ze Big - batterie) n’a pas l’intention de se ranger des voitures, étant donné que c’est lui qui les vole. Le feedback reste l’arme ultime pour éloigner les rodeurs, et si les thèmes restent toujours coincés entre les trois ou quatre mêmes notes, l’ambiance est pesante, l’écoute éprouvante, et le joint bien tassé. Et il en faut pour pouvoir s’envoler avec deux parpaings qui vous lestent les pieds.

Les addicts nineties retrouveront donc ce groupe unique qui les a tant fait plonger, qui a plombé leur âme et leurs pensées, et les autres pourront découvrir in situ l’un des acteurs fondamentaux de la scène Sludge/Doom des années 90, avec de nouvelles prestations qui valent presque les anciennes. Presque, puisque le calque est efficace, mais parce qu’on voit quand même le trait de crayon gras d’il y a trente ans ou presque.

Les fans accusent un âge plus avancé, mais ça ne les empêchera pas de faire une génuflexion et tendre un majeur au passage du trio, qui les connaît par cœur et leur donne exactement ce qu’ils veulent. Quelque chose de sale, du cambouis, les deux doigts propres d’un mécanicien qui vient de voir sa petite-amie, et surtout, l’odeur du sud des Etats-Unis qui arrive jusqu’à Nottingham.

Nottingham, Birmingham, le combat est le même, ainsi que les obsessions. Sans aller jusqu’à paraphraser le SAB, les trois anglais parviennent quand même en restant Heavy à se souvenir de la scène Hardcore anglaise la plus débridée, celle que Digby avait secouée pour en faire des longue-durée. « Misanthropizer » est d’ailleurs le coup de semonce ultime, un peu comme si un pote pas très malin vous réveillait en vous frappant une guitare sur le coin de la tronche.

Jim et les autres pissent toujours dehors, parfois au vu et au su de tout le monde, et s’en tamponnent complètement. La politesse ne fait pas partie des prérogatives pour intégrer le fan-club, et « Concrete Shock » fonctionne comme un gros tampon de l’administration qu’on se cogne dans les burnes. Mais c’est véritablement le monstrueux et horrifique « C.S.P. » qui sonne l’alarme, avec sa guitare qui glisse comme des ongles sur un tableau, et son motif répétitif et concentrique qui finit par vous vriller les neurones.

Enfin, ceux qui vous restent.

« Off Switch » confirme bien les intentions néfastes, avec une fois encore un riff en mantra qui sort des égouts pour charrier toute la merde du voisinage. Comme une fosse septique pleine à ras-bord, ce titre empeste les aisselles douteuses et les rendez-vous sous les tunnels de métro. On accepte de suivre la marche, tout en sachant très bien où tout ça nous mène : près d’un asile psychiatrique désaffecté, pour un internement forcé. D’autant que Jim ridiculise les MELVINS de son jeu de plus en plus torturé, proche d’un Justin Broadrick en pleine dépression nerveuse.

Heureusement pour nous, les trois gaillards se sentent parfois d’humeur guillerette. « Rat Flag », plus volontiers Core fait monter la tension et permet de se dévisser le menton, avant que « Lead Transfusion » ne prescrive indirectement du paracétamol en masse.

Le singe en ferraille n’a donc rien oublié de ses partitions, et continue de jouer à la blanche bien tordue. « The Gurges » en assurance-décès donne les jetons de son entame à la FETISH 69 (une des pires intros de 2024, je vous le garantis), les dissonances sont reines, l’alcool frelaté et les gueules burinées. Sans pouvoir le savoir, j’imagine que cette bande-son aurait pu accompagner les mineurs anglais durant toute une saison, tant l’oppression reste au maximum pendant presque une heure.

Et une heure en compagnie d’IRON MONKEY sonne comme trois heures avec un groupe plus éduqué. Mais loin d’être un handicap, cette dilatation du temps joue en leur faveur. Ce qui leur permet d’exploiter des idées classiques, pour les souiller et les faire leur. « The Gurges » n’est d’ailleurs pas si loin d’un side-project partagé entre Mick Harris et Justin B.

Et ça, c’est un bon compliment.

Mais les compliments, on peut se les carrer dans l’oignon. Ou plutôt dans le sonotone vu l’acharnement bruitiste de « O. D. Rose ». Drôle les g(r)as, très drôle. IRON MONKEY pue toujours autant de la bouche, et avale encore l’huile à la louche. Et c’est tant mieux.

     

   

Titres de l’album:

01. Misanthropizer

02. Concrete Shock

03. C.S.P.

04. Off Switch

05. Rat Flag

06. Lead Transfusion

07. Exlexed

08. The Gurges

09. O. D. Rose


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/04/2024 à 18:02
88 %    420

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35