They Slime! They Ooze! They Kill!

Slug Gore

19/04/2024

Time To Kill Records

Dans le Metal, on aime bien les petits rigolos, ceux qui se servent de la culture bis pour se construire un univers bien à eux. Ceux qui piochent dans les séries B, les péloches horrifiques et le folklore international de quoi se dessiner un bestiaire personnel, truffé de références toutes plus savoureuses les unes que les autres. Il est donc normal de se prendre d’affection pour un groupe comme SLUG GORE, qui justement avoue des obsessions classiques sous couvert de barouf maîtrisé.

SLUG GORE, c’est ce pote qui connaît toute la filmo d’Andy Milligan par cœur. Celui qui va citer Ishiro Honda dans le texte et qui voue une admiration sans borne à Lucio Fulci et le craspec italien. Rien d’étonnant à cela d’ailleurs, puisqu’il est lui-même italien. Alors les références nationales sont les plus évidentes pour lui, qui finalement ne cherche qu’une chose : partager ses passions, et développer une attraction fatale en mode virus improbable fabriqué dans une fausse usine quelconque d’un métrage de Bruno Mattei.

En écoutant ce premier long, on se souvient des faux rats contaminés de Virus Cannibale, des batailles menées par des bestioles japonaises radioactives comme Godzilla ou Ultraman, mais aussi des histoires sympathiquement horribles comme Deadly Spawn et ses bestioles gluantes. Un passage en revue de l’underground cinématographique, qui nous ramène directement à ces samedis soirs de visionnage de VHS fatiguées, louées au vidéoclub du coin. Des bandes épuisées qui sentaient bon la poussière des étagères et du grenier, mais qui nous transportaient loin dans un univers gentiment paillard et réellement amusant.

Il fallait donc au quatuor transposer ces obsessions en musique. Or, quoi de mieux qu’un bon Death/Grind pour décalquer les atrocités filmées avec deux francs six sous, et nous faire tressaillir de bonheur au fond de notre canapé élimé ?

Sbocco (Andrea Salvatore Parisi, chant), Danny (Daniele Faccani, batterie), Fuoco (Alessandro Fuoco, guitare) et Amianto (Pietro Gessaroli, basse) nous proposent donc avec ce They Slime! They Ooze! They Kill! Un joli flashback, enrobé de riffs massifs, d’arrangements subtils mais efficaces, et de borborygmes vocaux en mode mort-vivant fraîchement sorti de sa tombe. Le quatuor italien s’y connaît comme personne pour provoquer le chaos sans sombrer dans le bordel déstructuré, et nous offre un festival de figures imposées qu’on encaisse le sourire aux lèvres.

Et avec une doublette d’ouverture de la trempe de « Post Nuclear Big Smile » / « Demented Crickets », l’opération séduction marche immédiatement à plein régime, tant la production de ce premier court/long est épaisse mais précise. La folie qu’infuse le quatuor dans son Death/Grind est symptomatique des artisans les plus appliqués du créneau, ceux qui savent qu’une poignée de secondes pertinentes est toujours plus efficace qu’un long discours torturé mais linéaire et répétitif.

Fins musiciens, les quatre italiens groovent comme des malades, syncopent comme des psychopathes, et composent comme des serial-killers en goguette,  nous obligeant à regarder la fiction en face pour supporter tout un tas de sévices finalement assez bon enfant. Avec quelques samples piqués à des œuvres diverses, des cassures pour relancer la machine à Gore, et un refus de glisser sur la pente dangereuse du Goregrind, SLUG GORE se montre incroyablement performant, et rythmiquement irrésistible.

Death, Thrash, Grind, Hardcore, tout est mélangé comme un jus de rat pour couler le long de la gorge alors que les mirettes et les esgourdes s’en prennent plein la peau. Mais cette exubérance est tellement jouissive qu’on en pardonne les quelques facilités, d’autant que ces facilités sont transcendées par des musiciens qui n’hésitent pas à mixer des influences disparates pour donner du goût à leur soupe corsée.

Tentez le coup de la cuillère de « Necrophiliattitude », et si vous n’y sentez pas un piment des années 90 qui a bien vieilli en pot de terre, alors vos sens ont été altérés par des années de cellophane et de surgelé.

Ce premier album a fière allure. Il se présente sous la forme d’un vidéoclub désert après minuit, ouvert à tous les malades en manque de décapitations et éviscérations, et dont la radio passe des tubes étranges, à base de pauvre jeune fille dézinguée à a machette, ou de mégapole foulée du pied par un monstre atomique quelconque, certes violent, mais au cœur battant et aux émotions tangibles.

Entre la Troma et les zombies italiens, plus proche de Honda que de la clique grotesque des Sharknado, They Slime! They Ooze! They Kill! est un petit court métrage très professionnel, mais qui sait rester ludique.                

       


Titres de l’album:

01. Post Nuclear Big Smile

02. Demented Crickets

03. Overthrow The Surface

04. The Dust Says You’re Fucked

05. Necrophiliattitude

06. Salt

07. Wake Up Dead

08. Stuck in the Mud

09. The Deadly Spawn

10. 50K

11. Primal Rules

12. Cut At Once


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/04/2024 à 16:27
78 %    90

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35