Pour beaucoup, le BM se doit d’être nihiliste, misanthropique, egocentrique, concentrique et obsessionnel. Aucune déviance n’est autorisée, et très souvent les puristes réclament des musiciens qu’ils le soient aussi, et certains se satisfont très bien de cette demande. Après tout, il faut, dans chaque style, des gardiens de la flamme originelle, qui ne dévient en aucun cas d’une trajectoire rectiligne montante, pour pérenniser l’esprit farouche des racines histoire de ne pas perdre le fil de la légende en route. Très bien, je m’accommode parfaitement de cette vision et la soutiens en partie, même si l’avant-garde, le Progressif, l’expérimental me siéent aussi, mais ayant grandi au son des manipulateurs occultes des années 80/90, je ne saurais cracher sur le traditionalisme, qui lorsqu’il est appliqué avec flair, nous permet d’apprécier des œuvres puissantes, sinon créatives. Ce qui est sans conteste le cas du duo grec HUMAN SERPENT, qui depuis le début de sa carrière s’évertue à perfectionner une recette classique, qui aujourd’hui approche la perfection la plus absolue en termes de crudité instrumentale. Fondé en 2013 du côté de Lamia, en Grèce centrale, ce concept articulé autour de la créativité de I (batterie) et X (chant, guitare, basse, textes) n’a pas vraiment perdu son temps pour présenter une vision sans concessions du BM hellène, puisqu’en l’espace de cinq ans, huit incarnations furent matérialisées. D’abord, le passage obligé de la démo avec la plutôt rêche The Eternal Loyalty to Misanthropy, qui de son titre en disait long sur la philosophie prônée, avant de publier un premier split multiple (Spiritual Flesh Around the Cycles of Inexistence, en compagnie de OPUS MAGORUM, SILENT DOMINION, VARG ORDER, THAER OS VALAEL et FUNERAL STORM), puis de se lancer dans le grand bain du longue-durée via The Gradual Immersion in Nihilism. S’ensuivront d’autres splits, mais surtout, deux albums, Inhumane Minimalism en 2015 et ce For I-The Misanthropist édité au mois de janvier par le label français Ogmios Underground, très rigoureux quant à ses productions.

Et autant dire que cette troisième livraison est à la hauteur de la misanthropie musicale des deux précédentes, trouvant même une nouvelle impulsion dans la violence la rendant presque imperfectible dans son créneau. On retrouve évidemment l’optique crue du duo grec, qui n’a pas édulcoré son propos, et qui conchie avec toujours autant de virulence cette société consumériste dans laquelle ils ne se reconnaissent absolument pas. Porte-parole des parias et des rejetés, des solitaires et des décalés, HUMAN SERPENT puise son inspiration dans la brutalité la plus blafarde, mais ne se contente pourtant pas du minimum syndical pour séduire. Figure de proue de l’underground hellène, le groupe mérite vraiment l’excellence de sa réputation, et ose neuf morceaux sans complaisance aucune, privilégiant l’attaque de front, et la rapidité d’exécution. Faisant fi des principes de rachitisme de production, le duo nous offre un son gigantesque qui ne fait qu’amplifier la portée de leurs incessantes attaques, dans une optique à la SATANIC WARMASTER, DØDSFERD, MGLA ou SARGEIST, sans trahir pour autant leur identité propre. For I-The Misanthropist continue donc le travail de sape efficace entrepris sur les deux premiers LP, et pousse la formule radicale à son paroxysme, au point de devenir une référence unique qui mérite toute l’attention que vous pourrez lui porter. Jonglant entre des plans terriblement Heavy et de fulgurantes accélérations sur tapis de blasts, I et X varient leur structuration sans trahir leur crédo d’origine, et nous bousculent de vélocité tout en nous écrasant de lourdeur, faisant même preuve d’innovation au niveau du chant, qui reste toujours aussi exhorté, mais beaucoup plus modulé. Ce qui permet d ‘apprécier à plein volume une composition aussi sombre et ample que « …To Son of Nothing », manifeste de pesanteur rappelant le MARDUK de « To Redirect Perdition », les harmonies acides en plus et la théâtralité travaillée.        

L’un des rares reproches que l’on pourrait formuler à l’égard de cette nouvelle sortie est son caractère farouchement uniforme qui condamne parfois les titres à une ressemblance poussée, mais le procédé faisant partie intégrante du concept, cette récrimination n’est pas forcément légitime au regard de la puissance développée pendant une grosse demi-heure. Après tout, le nihilisme et le refus des concessions s’accompagnent souvent d’une linéarité de fond, qui n’est pas forcément dérangeante pour peu que les titres fassent montre de qualités indéniables. Ce qui est incontestablement le cas de ces neuf pistes raisonnables, ne jouant jamais à trop étirer le timing pour se montrer redondantes, à l’exception d’un « Deep-Seated Pessimism » qui dépasse les cinq minutes pour nous proposer quelques variations intéressantes, passant d’un Black Crust légèrement scandinave à un BM aux dimensions presque symphoniques lorsque la guitare se laisse aller à des motifs concentriques. Mais le duo à la franchise de son leitmotiv, et lorsque déboule sans intro ni préparation le terrifiant « Seven Billions Slaves » au texte sans ambages, la messe noire est dite pour la masse, et les moutons rentrent vite à la bergerie. Sauvagerie décoiffante, pour une ambivalence de chant évoquant DEICIDE, et un instrumental rageur plaçant la cruauté en principe majeur. Le reste est du même acabit, et ne faiblit jamais, ce qui permet à For I-The Misanthropist de rester convaincant de bout en bout, sans nous faire ressentir une lassitude quelconque. Un excellent album d’un groupe qui commence à faire beaucoup de bruit hors de ses frontières, et qui mérite largement d’être mis en avant dans les colonnes des webzines spécialisés. Notons pour la bonne bouche que l’objet est disponible dans une version digipack très aboutie, que vous pouvez acquérir pour un prix très modique, ce qui achève d’en faire une sortie à faire sienne coûte que coûte. Franche réussite donc pour un duo qui n’aura jamais cédé un pouce de terrain, et qui s’évertue à démontrer depuis ses débuts que le Black Metal le plus puriste a encore de beaux jours de pessimisme et de misanthropie devant lui.


Titres de l'album:

  1. Seven Billion Slaves
  2. For I The Misanthropist
  3. Temple Of All Despair
  4. The Scars Of Millions
  5. ...To Son Of Nothing
  6. Us And Them
  7. Devotion To Denial
  8. Deep-Seated Pessimism
  9. Blessed Is The Man Who Expects Nothing

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/04/2018 à 18:57
80 %    175

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !