Pour beaucoup, le BM se doit d’être nihiliste, misanthropique, egocentrique, concentrique et obsessionnel. Aucune déviance n’est autorisée, et très souvent les puristes réclament des musiciens qu’ils le soient aussi, et certains se satisfont très bien de cette demande. Après tout, il faut, dans chaque style, des gardiens de la flamme originelle, qui ne dévient en aucun cas d’une trajectoire rectiligne montante, pour pérenniser l’esprit farouche des racines histoire de ne pas perdre le fil de la légende en route. Très bien, je m’accommode parfaitement de cette vision et la soutiens en partie, même si l’avant-garde, le Progressif, l’expérimental me siéent aussi, mais ayant grandi au son des manipulateurs occultes des années 80/90, je ne saurais cracher sur le traditionalisme, qui lorsqu’il est appliqué avec flair, nous permet d’apprécier des œuvres puissantes, sinon créatives. Ce qui est sans conteste le cas du duo grec HUMAN SERPENT, qui depuis le début de sa carrière s’évertue à perfectionner une recette classique, qui aujourd’hui approche la perfection la plus absolue en termes de crudité instrumentale. Fondé en 2013 du côté de Lamia, en Grèce centrale, ce concept articulé autour de la créativité de I (batterie) et X (chant, guitare, basse, textes) n’a pas vraiment perdu son temps pour présenter une vision sans concessions du BM hellène, puisqu’en l’espace de cinq ans, huit incarnations furent matérialisées. D’abord, le passage obligé de la démo avec la plutôt rêche The Eternal Loyalty to Misanthropy, qui de son titre en disait long sur la philosophie prônée, avant de publier un premier split multiple (Spiritual Flesh Around the Cycles of Inexistence, en compagnie de OPUS MAGORUM, SILENT DOMINION, VARG ORDER, THAER OS VALAEL et FUNERAL STORM), puis de se lancer dans le grand bain du longue-durée via The Gradual Immersion in Nihilism. S’ensuivront d’autres splits, mais surtout, deux albums, Inhumane Minimalism en 2015 et ce For I-The Misanthropist édité au mois de janvier par le label français Ogmios Underground, très rigoureux quant à ses productions.

Et autant dire que cette troisième livraison est à la hauteur de la misanthropie musicale des deux précédentes, trouvant même une nouvelle impulsion dans la violence la rendant presque imperfectible dans son créneau. On retrouve évidemment l’optique crue du duo grec, qui n’a pas édulcoré son propos, et qui conchie avec toujours autant de virulence cette société consumériste dans laquelle ils ne se reconnaissent absolument pas. Porte-parole des parias et des rejetés, des solitaires et des décalés, HUMAN SERPENT puise son inspiration dans la brutalité la plus blafarde, mais ne se contente pourtant pas du minimum syndical pour séduire. Figure de proue de l’underground hellène, le groupe mérite vraiment l’excellence de sa réputation, et ose neuf morceaux sans complaisance aucune, privilégiant l’attaque de front, et la rapidité d’exécution. Faisant fi des principes de rachitisme de production, le duo nous offre un son gigantesque qui ne fait qu’amplifier la portée de leurs incessantes attaques, dans une optique à la SATANIC WARMASTER, DØDSFERD, MGLA ou SARGEIST, sans trahir pour autant leur identité propre. For I-The Misanthropist continue donc le travail de sape efficace entrepris sur les deux premiers LP, et pousse la formule radicale à son paroxysme, au point de devenir une référence unique qui mérite toute l’attention que vous pourrez lui porter. Jonglant entre des plans terriblement Heavy et de fulgurantes accélérations sur tapis de blasts, I et X varient leur structuration sans trahir leur crédo d’origine, et nous bousculent de vélocité tout en nous écrasant de lourdeur, faisant même preuve d’innovation au niveau du chant, qui reste toujours aussi exhorté, mais beaucoup plus modulé. Ce qui permet d ‘apprécier à plein volume une composition aussi sombre et ample que « …To Son of Nothing », manifeste de pesanteur rappelant le MARDUK de « To Redirect Perdition », les harmonies acides en plus et la théâtralité travaillée.        

L’un des rares reproches que l’on pourrait formuler à l’égard de cette nouvelle sortie est son caractère farouchement uniforme qui condamne parfois les titres à une ressemblance poussée, mais le procédé faisant partie intégrante du concept, cette récrimination n’est pas forcément légitime au regard de la puissance développée pendant une grosse demi-heure. Après tout, le nihilisme et le refus des concessions s’accompagnent souvent d’une linéarité de fond, qui n’est pas forcément dérangeante pour peu que les titres fassent montre de qualités indéniables. Ce qui est incontestablement le cas de ces neuf pistes raisonnables, ne jouant jamais à trop étirer le timing pour se montrer redondantes, à l’exception d’un « Deep-Seated Pessimism » qui dépasse les cinq minutes pour nous proposer quelques variations intéressantes, passant d’un Black Crust légèrement scandinave à un BM aux dimensions presque symphoniques lorsque la guitare se laisse aller à des motifs concentriques. Mais le duo à la franchise de son leitmotiv, et lorsque déboule sans intro ni préparation le terrifiant « Seven Billions Slaves » au texte sans ambages, la messe noire est dite pour la masse, et les moutons rentrent vite à la bergerie. Sauvagerie décoiffante, pour une ambivalence de chant évoquant DEICIDE, et un instrumental rageur plaçant la cruauté en principe majeur. Le reste est du même acabit, et ne faiblit jamais, ce qui permet à For I-The Misanthropist de rester convaincant de bout en bout, sans nous faire ressentir une lassitude quelconque. Un excellent album d’un groupe qui commence à faire beaucoup de bruit hors de ses frontières, et qui mérite largement d’être mis en avant dans les colonnes des webzines spécialisés. Notons pour la bonne bouche que l’objet est disponible dans une version digipack très aboutie, que vous pouvez acquérir pour un prix très modique, ce qui achève d’en faire une sortie à faire sienne coûte que coûte. Franche réussite donc pour un duo qui n’aura jamais cédé un pouce de terrain, et qui s’évertue à démontrer depuis ses débuts que le Black Metal le plus puriste a encore de beaux jours de pessimisme et de misanthropie devant lui.


Titres de l'album:

  1. Seven Billion Slaves
  2. For I The Misanthropist
  3. Temple Of All Despair
  4. The Scars Of Millions
  5. ...To Son Of Nothing
  6. Us And Them
  7. Devotion To Denial
  8. Deep-Seated Pessimism
  9. Blessed Is The Man Who Expects Nothing

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/04/2018 à 18:57
80 %    290

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.