Patronyme classique, titre d’album qui fait légèrement penser au Subconscious Terror de BENEDICTION, formation en quintette aux mines pas si patibulaires que ça, les TOXIC RUIN ont plutôt l’air de jouer franc jeu et de porter leur amour du Thrash en étendard.

Mais, puisqu’il y en a un, ne vous laissez pas abuser par les indices laissés sur le chemin, puisque la route s’avère un peu plus sinueuse que ne le laissent entendre tous ces éléments évidents.

Certes, les mecs ont souvent du tendre leurs oreilles sur les émanations sonores de la Bay Area et de la Ruhr, mais leur technique de restitution est beaucoup plus riche qu’un simple démarquage éhonté des recettes fast & raw des trois décennies passées.

Dimanche matin, un brin de toilette évidemment, mais aussi un peu d’histoire. Les TOXIC RUIN ont entamé leur carrière en 2010 sous la bannière THE RUIN, qui à l’époque enveloppait des chevaliers dévoués à l’art séculaire de la reprise Heavy Metal. 2014, gros mouvement de personnel, et les fondateurs restant décidèrent alors de glisser d’un sobriquet à un autre, histoire d’adapter leurs envies à une dénomination plus idoine et inédite. Ainsi naquit le TOXIC RUIN que l’on connaît aujourd’hui, enfin surtout depuis le mois d’août, date de sortie de leur premier LP.

Ce premier LP est donc le fuit d’une maturation de quelques années, et surtout d’un changement d’optique pour composer du matériel frais et plus personnel.

Les originaires de Sheboygan, Wisconsin ont-ils eu raison d’abandonner leurs appropriations pour se lancer dans la composition ?

La réponse est plutôt du genre positive, même si pas mal de boulot reste à faire.

Loin de se placer dans un axe Thrash pur et dur, le quintette (Chubzy McDuff – chant, Jacob Baneck et Mike Hasselman – guitares, David Miller – batterie et Stephen Behrendt – basse) joue l’ambivalence et n’a pas occulté totalement son passé de Heavy cover band, puisque l’hybridation qu’ils proposent sur ce premier album est patente.

A mi-chemin entre Thrash modéré et Heavy déchaîné, Subterranean Terror ne vous terrorisera pas de sa violence, mais saura vous séduire de son ambivalence. Le Thrash des Américains sait tirer le meilleur parti des écoles US et Européennes, et cumule les breaks Heavy et les envolées de speederie intense, qui restent toutefois assez contrôlées. Pas besoin d’en rajouter dans l’excès, sans tomber dans le trop timoré, mais dans son créneau, ce premier effort frappe assez fort, suffisamment en tout cas pour que vous vous en rappeliez une fois l’écoute terminée.

Les influences sont avouées et affichées, des sempiternels METALLICA, DEATH, ANTHRAX et PANTERA en passant par les plus récents LAMB OF GOD ou HAVOK, sans oublier quelques références plus incongrues, tels les MUNICIPAL WASTE dont ils sont tout de même assez éloignés, ou MORBID SAINT, encore un poil trop débridés pour leur chaos structuré.

Mais, en l’état, Subterranean Terror est une sacrée bonne surprise, puisque le quintette parvient sans peine à retrouver l’ambiance qui animait les meilleurs albums du genre dans cette décennie bénie des 80’s infinis. En piochant dans l’héritage des EXODUS, MEGADETH, INDESTROY et autres AGONY ou PANIC, TOXIC RUIN signe dix compos dont une intro de très grande qualité, et réussissent le pari difficile de vous maintenir éveillé pendant trois-quarts d’heure bien tapés.

Pour ça, ils n’hésitent pas à introduire pas mal de finesses techniques dans une structure de violence compacte, et alternent avec bonheur traquenards Heavy et sprints Thrash, sans jamais vraiment choisir leur camp, mais en durcissant suffisamment leur approche en mid pour la rendre hargneuse.

Chaque musicien connaît parfaitement son boulot et son rôle sur le bateau, et outre une rythmique aussi solide au marteau qu’au sécateur, le groupe peut compter sur une paire de guitaristes complémentaires qui assurent autant en duo qu’en solo.

Riffs catchy, plans qui cognent et qui sonnent, on oscille entre la marche lourde mais chaloupée des METAL CHURCH, les pas chassés croisés hystériques d’ACCUSER, et le mosh modéré des EXODUS/ANTHRAX, sans toutefois ce côté fun un peu exaspérant parfois.

Certes, certaines interventions traînent encore un peu en longueur mais le nombre d’idées à la minute est conséquent, et lorsque le timing est réduit, le groupe domine du staccato et des épaules la concurrence (« Rampage », bons plans au niveau des arrangements discrets, et violence exacerbée).

Bref, et en un mot comme en sang, entre les ruées dans les brancards franches de vieux briscards (« Immolation », celui-là EXODUS aurait pu nous le refourguer sur Force Of Habit), et les placements stratégiques qui offrent une vue dégagée sur la vallée (« Subterranean Terror », construction gigogne qui ne se refuse pas quelques plans bien alambiqués à la CYNIC/RUSH, en toute humilité), les TOXIC RUIN passent en revue le catalogue des figures imposées en y apportant leur touche brutale mais travaillée.

En passant, ils tentent même l’exercice périlleux de l’instrumental à la DEATH ANGEL/DARK ANGEL (un ange ou un autre, c’est du pareil au même) avec le tonitruant et peu complaisant « ...Of What Lies Beneath », se reprennent sur une envolée truffée de petits détails bien troussés (« Lord Of Pandemonium », mid tempo chaotique et ondulant), avant de vous quitter sur un dernier effort dense et affirmant leur présence (« Toxic Ruin », hymne perso à la mélodie bien sournoise qui doit cartonner sur scène après quelques cervoises).

Le tour du propriétaire achevé, Subconscious Terror laisse une impression très plaisante de panachage d’influences, tout en gardant une personnalité forte. Heavy méchant, Thrash fumant, technique indéniable et violence palpable, c’est la confirmation que les TOXIC RUIN ont bien fait de changer de nom et de se faire une propre raison.

 Dans le style revival, c’est un premier album qui dame le pion à bien des « presque » classiques sortis à l’époque, doté d’un son ad hoc et joué par des musiciens qui en ont dans le froc et…dans la tête et les doigts. Oui, le Thrash est parfois une affaire de nuances. Alors terrifiant ou pas, je vous laisse franchir le pas et décider de vous-même.

Titres de l'album

  1. Submerged In Chaos
  2. Immolation
  3. Seat Of Corruption
  4. Subterranean Terror
  5. The Human Condition
  6. Rampage
  7. ...Of What Lies Beneath
  8. Lord Of Pandemonium
  9. Alcoholocaust
  10. Toxic Ruin

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/10/2016 à 12:32
74 %    259

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

@ LeMoustre :
Je viens de capter là :
Tu viens de Albi pour le Méan ?!?!
Pfiou... Quel courage.
En tous cas, si jamais tu cherches un coin étape pour dormir la veille (je suis à 2 h 30 de Méan), n'hésites pas.


1) AAAAAAAAAAHHH !!!
Et un conflit à la VS ! Un !!!
ENFIN !!! !!! !!!
(cela faisait longtemps...)
2) Pour la place :
Sur le site officiel (cela ne va pas tarder je pense) ou actuellement sur celui de la Fnac.


Bonne idée en tous cas ce genre de quiz nécrologique...
A refaire grinder92.


"Lord of chaos" Vs "L7"...
Mon choix serait vite fait... ... ...


Ben Entombed ce sont reformé sans LG Petrov mais avec le line up Clandestine pour un concert puis plus de nouvelle.


lol cette histoire du cerveau j'en ai toujours entendu parlé mais j'ai du mal a y croire

Purée 50 ans ! Triste vie pour cet homme.


@Jusdecadavre : Soit je me suis mal exprimé, soit tu m'as mal compris. Bien sûr que l'un n'empêche pas l'autre, heureusement. Et je n'ai aucune raison de donner une quelconque leçon, j'en serai bien mal avisé. Et non, je ne fais pas que des fests de "true", j'en fais malheureusement peu et fau(...)


Euh... Fallait lire le message en entier en fait... Bref, on peut très bien aller dans un gros fest, et faire des tous petits trucs aussi. L'un n'empêche pas l'autre hein. Et je pense pas avoir de leçon a recevoir de ce coté là. Mais bon, tu dois faire parti de "l'élite", toi tu fais que les f(...)


Me voilà plus que convaincu, les gars.
Oui, JusdeCadavre : Tu m'étonnes, à 1 heure c'est sûr que ce serait dommage. Bah, remarque, j'ai le xtrem fest à 1 heure, mais vu l'affiche HxC sans metal l'an dernier, j'y suis pas allé.
Bon, Humungus, tu chopes la place chez qui ?


Justement je ne connais pas le reste de leur discographie, je ne me suis guère intéressé a la scène black, un peu impaire nazarene avec ugra karma, Samuel,, les vieux Venom ou Bathory ou encore Aura noir


mdr c'etait trops gros


pas de soucis ;)


@joelindien : faudra pas hésiter à nous dire ce que tu en as pensé par ici du film ! :)


en choppant les places j'ai vu que le meme jour ils diffusent le documentaire sur L7 aussi ;) mais a la meme heure ....


"Soulside journey" (comme toute la discographie de DARKTHRONE d'ailleurs) est une pure tuerie.
Point barre.


Soulside journey est un très bon album , je l'ai découvert il y a quelques années seulement. Il est toujours agréable à écouter , une belle réussite.


Petite inversion, le 8 février ce sera à Toulouse et le 9 à Rodez. Yes une date en Aveyron


Enfin pas les 3 quart, mais je me comprend (de ceux que je veux voir quoi...).


LeMoustre : peut être pas faux concernant le public, mais bon le Motoc étant à 1h de chez moi... et puis allant au Netherland Deathfest en mai, j'y verrais les 3 quart des groupes présent au Metal Mean. :). Mais un jour j'en serais sans soucis ;)


Cela fait une paire d'années que j'y traine mes guêtres ouais...
C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais un peu la propagande sur METAL NEWS car j'estime que c'est un fest qui mérite amplement ce genre de pub :
- Organisé par des passionnés pour un public qui l'est tout autant
(...)