The Omen

Kabbalah

15/01/2021

Rebel Waves Records

Les trois prêtresses de la kabbale s’en reviennent après quatre ans d’absence nous entraîner dans leur monde occulte. Le temps semblait long depuis la parution de leur premier LP Spectral Ascent, et nous étions nombreux à nous demander si Carmen, Alba et Marga allaient un jour continuer leur saga fuzzy, mais The Omen vient justement à point nommé nous rassurer : non seulement les trois ibères sont toujours actives, mais elles sont plus créatives que jamais. Passées sur Rebel Waves Records, la subdivision Garage Rock psychédélique du label Stoner/Doom Ripple Music, les trois musiciennes nous prouvent qu’en 2021, leur musique est aussi savoureuse et mystique qu’en 2017, et ce second longue-durée incarne un pas de géant dans leur carrière. Pourtant, elles n’ont rien changé à leur approche théâtrale, toujours aussi inspiré des anciens de COVEN et autres allumés en toge de la fin des années 60. Mais il exhale encore une fois de cet album des effluves de Space Rock, de délire en bande organisée qui nous fait accepter le côté formellement vintage de l’entreprise. Mais on ne change pas une formule qui fonctionne, et celle de KABBALAH touche aujourd’hui à la perfection.

Quelle est donc cette malédiction dont les filles souhaitent nous entretenir ? Celle que l’on trouve dans un vieux grimoire déniché dans un vieux grenier, rempli de formules étranges et de mélodies biscornues. Les nouvelles incantations sont toujours aussi sensuelles, venimeuses, et s’insinuent dans votre esprit, comme les âmes malignes de démons anciens. Armées de riffs déviants, d’une rythmique souple et de nappes vocales incantatoires, les espagnoles nous délivrent donc une nouvelle profession de foi, multipliant les arabesques et les dissonances, évitant de fait le piège traditionnel du Rock psychédélique un peu trop perché. Ici, pas de digression interminable pour évoquer les Dieux, pas de barnum en candélabres, mais une efficacité patente, à l’image des premiers groupes Punk féminins qui privilégiaient la simplicité à la démonstration de débauche.

Production parfaite, écho inquiétant, thèmes convaincants, le trip est en immersion totale, et on s’enivre de ces voix qui rappellent le chant des sirènes vous entraînant sur les récifs. Pas plus de trois minutes et quelques par morceau, mais des idées qui les remplissent à merveille, et dès « Stigmatized », le ton est donné et le décor planté. On se transpose dans une forêt touffue, au milieu des arbres, à communier avec la nature pour retrouver l’essence même du moi en osmose totale avec l’environnement millénaire. Habiles compositrices, Carmen, Alba et Marga jouent de la complémentarité de leurs voix pour nous envouter, et ne cherchent pas forcément à nous étonner. The Omen est donc la suite totalement logique de Spectral Ascent, même si l’artwork choisi est bien plus macabre et nous entraîne dans les catacombes de l’humanité. Il est toujours plaisant de constater que le Rock enfumé des trois espagnoles est toujours aussi intelligent, et qu’il ne repose pas sur des gimmick faciles. A l’image d’un JEFFERSON AIRPLANE ayant croisé les COVEN chez Anton LaVey, KABBALAH développe une ambiance pénétrante, mais ne néglige pas la musicalité de ses errances. Les bruitages sont nombreux, pour ajouter à la fascination des formules de séduction, mais l’instrumentation est solide, et évoque ces sombres groupuscules occultes qui animaient la fin des sixties et le début des seventies, et qu’on retrouvait compilés sur des samplers underground de toute beauté.  

Loin des clichés enlisant du Doom et du Stoner, The Omen se base sur le sacro-saint triptyque guitare/basse/batterie, y ajoute une large couche de lignes vocales éthérées légèrement noyées dans le mix, pour s’en remettre à des thématiques simples, mais efficaces. Le travail des percussions est à ce titre remarquable, tout comme le côté fuzzy de cette guitare qui tricote des licks serpentins. Et le tout fonctionne comme un immense feu qui couve sous les ténèbres de la nuit, et qui ne demande qu’à s’embraser de la passion de fans avides de Pop songs habilement brulées en Rock sombre et processionnel. Tout sonne spontané, et pourtant, on sent que le travail a été réfléchi et que les chansons ne sont pas que de simples jams ordonnées pour sonner classique. Les silences sont cruciaux, les espaces occupés avec flair, et lorsque le Rock devient proéminent, on trépigne, on danse, comme si les KABBALAH avaient réussi à transposer l’esprit alternatif dans le passé de sixties encore bien vivantes (« Night Comes Near »).

Le Rock féminin a toujours gardé ce côté brut et immédiat qui l’a rendu si attachant. Loin des démonstrations d’ego de leurs homologues masculins, les musiciennes préfèrent l’authenticité et le partage avec leur public, et c’est vraiment ce qu’on ressent à l’écoute de ce second LP. Mais elles n’en négligent pas pour autant la variété, et surprise pour ce genre, toutes les pistes ont leur âme propre, et déroulent leurs propres formules. Jouant parfois avec la lourdeur moite du Heavy à la SAB (« The Ritual »), osant les incursions dans l’étrange plus assumées (« Lamentations »), les trois filles nous font de l’œil, mais sans la retape facile des œillades énamourées.

Alors, on se laisse porter, voire même courir lorsque le tempo accélère (« Labyrinth »), et la sensation est terriblement agréable, fraîche, et rassure quant au potentiel gigantesque de ces trois musiciennes. Elles pourraient d’ailleurs incarner à l’avenir le renouveau de la recette old-school, et s’enivrer de vintage sans les effets secondaires pervers de la répétition un peu facile. Toujours percutantes, d’un charisme musical incroyable, Carmen, Alba et Marga prennent une fois encore le meilleur de COVEN en débarrassant l’icône de ses excès superflus. Ici, pas de longue incantation pour faire genre, juste des mélodies efficaces, et une atmosphère confinée qui ne doit rien aux arrangements, mais tout à l’instrumentation habile. 

Il est pourtant difficile de jouer sombre sans avoir recours à des ficelles d’enregistrement et d’accompagnement. C’est pourtant le défi relevé avec brio par The Omen, qui de ses trente minutes à peine se montre plus créatif que le reste de la production. Un voyage aux confins du temps, de l’espace et des croyances, mais plus simplement, une musique nostalgique plus riche qu’un simple regard appuyé sur le passé.     

 

                                               

Titres de l’album:

1. Stigmatized

2. Ceibas

3. Night Comes Near

4. The Ritual

5. Lamentations

6. Labyrinth

7. Duna

8. Liturgy


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/02/2021 à 18:05
88 %    170

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Black Bomb A + Leng Tch'e + Catalyst 11/12 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Noté pour le 10 décembre et ce premier extrait en écoute ! 

03/12/2021, 14:12

Humungus

J'allais le dire !

03/12/2021, 11:53

Simony

Très bon ce titre... une démo qui promet !

03/12/2021, 09:05

Humungus

Merci Damien.Y'a déjà des noms de groupes prévus ?

03/12/2021, 06:18

Humungus

"On retrouve à la guitare chez CRYSTAL THRONE le Youtubeur français Max Yme"Mon dieu comme cela donne déjà envie... ... ...

02/12/2021, 22:05

Gerggg

Tour à fait d’accord avec grinder92, ras le cul des pisses froid qui pleurent tout le tempset sinon pour les groupes qui se réinventent on peut peut être citer death les Beatles et the Curej’en mets même un 4ème pour énerver les ra(...)

02/12/2021, 17:40

Jus de cadavre

"Malheureusement, il semblerait que le public soit déjà retombé dans ses mauvaises habitudes d'avant COVID, se plaindre sur les réseaux mais manquer de continuité et de logique dans ses actes ! On ne vous le dira jamais assez, si vous ne vous bougez pa(...)

02/12/2021, 15:29

Arioch91

J'adore MaxYme et sa chaîne YouTube.Il égratigne les groupes et musiciens sans vergogne mais avec beaucoup de mauvaise foi.Rien que de lire les commentaires des pisses froid qui prennent tout au 1er degré me fait hurler de rire.En revanche, Crystal Th(...)

02/12/2021, 14:41

Damien

prochaine date le dimanche 20 mars 2022 ;-)

02/12/2021, 14:09

grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11