A force de recevoir des mails de labels internationaux, je finis par m’emmêler les pédales. Entre les infatigables Iron Bonehead, Nuclear War Now, Caverna Abysmal et autres défenseurs d’un underground qui ne demande qu’à y rester, les sorties s’accumulent, d’autant plus que les artistes de leur catalogue ne sont pas vraiment radins en termes de sorties. De LP en EP, de splits en compilations, tout y passe, pour le plus grand bonheur des amateurs de bruit, de déviances, de Black Metal barbare en errance, de Death Metal putride en dégénérescence, et autres exactions demandant un seuil de tolérance et une patience à l’épreuve des démences. Aujourd’hui, je me vois donc confronté à une énième déflagration que j’estimais provenir d’Amérique du Sud, d’où mon préambule en guise de mea-culpa. Car les bourrins du jour ne viennent ni du Brésil, ni de Colombie ni du Chili, mais bien de Floride, la terre aride d’où est mort-né le style plus enfumé de l’histoire de l’extrême, le Death Metal. Alligators, palmiers, DEATH, touristes, drogue, soleil, OBITUARY, tout le barnum indispensable pour concevoir la vie comme une succession de clichés implacable, sauf que la leçon de trépas du jour verse plutôt dans le Black Metal bruyant et subtilement guerrier, à cent lieues donc des considérations mornes et résignées du Metal de la mort. Quoique de mort, il est aussi question, puisque les CAVEMAN CULT ne versent pas vraiment dans la tendresse ou le constat social plein de lucidité et d’adresse. Fondamentalement obsédé par une approche sauvage et non bridée, ce trio infernal (R.Smith - batterie, H.Bosch - guitare et A.Antillon - chant/basse) a donc entamé sa production discographique en 2014, via une première démo, Rituals Of Sauvagery qui portait carrément bien son nom. Une seconde maquette plus tard (Barbaric Bloodlust, judicieusement intitulée elle aussi), les américains sentirent qu’il était largement temps de tremper les cornes dans le grand marigot du longue-durée à vocation occulte, et lancèrent donc plein d‘entrain sur le marché leur premier album, Savage War Is Destiny, qui définissait avec beaucoup d’acuité leur vision d’un Black Metal très brutal, et légèrement incliné du côté War où il menaçait de sombrer.

Ne le cachons pas, ce nouvel EP de la bande ne trahit en rien leurs convictions d’origine. Supremacia Primordial et son appellation gentiment hispanique se sert des premiers jets de bile de la scène sud-américaine pour agrémenter son BM de sonorités vilaines et déformées, histoire de nous faire passer un sale quart d’heure. Enfin, onze minutes pour être plus précis, et quatre morceaux qui ne renient en rien le crédo « on est bourrins et fiers de l’être » qui anime les sorties du trio depuis son émergence. Si les sites référentiels proposent de les comparer à quelques figures de proue du purgatoire (REVENGE, BLASPHEMY, ABYSMAL LORD, ANTICHRIST, NECROHOLOCAUST, ARCHGOAT, CONQUEROR, j’en passe et des plus forts), autant dire qu’ils visent juste, puisque la simple énumération de ces créatures hideuses suffit à placer le contexte que les quatre titres ne démentiront pas de leur brutalité outrancière. Rien de foncièrement novateur à se mettre entre les oreilles, mais plutôt une tradition bruitiste de bon aloi, qui parvient à synthétiser en plusieurs accès de rage le nihilisme de REVENGE et l’attitude revêche des CONQUEROR. Rythmique à direction unique, qui pilonne et martèle sans faiblir, riffs noirs comme une nuit d’insomnie en compagnie de démons cramoisis, et chant en retrait qui distille ses horribles litanies avec une gravité assez convaincante. On sombre donc très rapidement dans le versant le plus underground des ténèbres, tout en gardant une certaine prise avec la réalité mélodique histoire de ne pas se noyer dans les sons assemblés à la hâte pour faire peur aux masses.

En choisissant la brièveté, les floridiens ont fait le bon choix, tant leurs interventions sont pratiquement toutes similaires. Pas le temps de s’ennuyer donc, ni de déplorer un manque flagrant d’imagination, puisque seule prime l’efficacité et le pouvoir de choquer. Mais reconnaissons que le trio n’est pas le plus malfaisant dans son domaine, mais plutôt un des plus répétitifs, puisque sans avoir jeté un œil au tracklisting, on se demande vraiment s’il était indispensable de baptiser d’un nom différent chaque segment. Ainsi, les minutes s’égrènent sans ennui, mais sans passion, puisque ce Black Metal à roulements à bille trace sa route sans se poser de question sur sa légitimité, même si quelques soli stridents et absolument horribles viennent meubler les blancs. Ajoutez à ça quelques breaks plus Heavy que la moyenne mais toujours aussi morbides, une tendance à mal gérer l’intensité qui fait parfois couler le projet dans les tréfonds d’un brouet bordélique compact, mais heureusement, les accents hystériques et possédés du vocaliste nous permettent de tirer le projet vers le haut, spécialement lorsque quelques accroches nous extirpent de notre condition (« Metal Negro Antihumano ». Si avec ça, vous n’avez pas compris le message, relisez la bible). Beaucoup de subtilité dans la monotonie des attaques, pour un final démoniaque (« Legions Of The Black Vomit », ou comment détourner la poésie pour l’intégrer à un cadre fielleux), et un bilan en demi-teinte, puisqu’il n’est pas certain que nous aurions pu supporter dix minutes supplémentaires. Mais si l’underground est votre passion, et si vous faites preuve de complaisance, alors les CAVEMAN CULT sauront se faire une place dans votre absence d’émotion. En leur souhaitant quand même la prochaine fois de faire preuve de plus de variations. On ne sait jamais, ça pourrait séduire les moins dégénérés.


Titres de l'album:

  1. Impaled Humanity Ablaze
  2. Dogs of War (Exterminate the Filth)
  3. Metal Negro Antihumano
  4. Legions of the Black Vomit

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/06/2018 à 14:40
68 %    328

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.


Juste GENIAL !
Bravo pour ce boulot et merci pour la poilade !!

J'en veux ENCORE !! :-)))))


Ah mais bravo, ces articles sont excellents


Excellent et très bien écrit. Merci pour la poilade!


Magique.
Merci


Enfin du vrai journalisme !


Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...