A force de recevoir des mails de labels internationaux, je finis par m’emmêler les pédales. Entre les infatigables Iron Bonehead, Nuclear War Now, Caverna Abysmal et autres défenseurs d’un underground qui ne demande qu’à y rester, les sorties s’accumulent, d’autant plus que les artistes de leur catalogue ne sont pas vraiment radins en termes de sorties. De LP en EP, de splits en compilations, tout y passe, pour le plus grand bonheur des amateurs de bruit, de déviances, de Black Metal barbare en errance, de Death Metal putride en dégénérescence, et autres exactions demandant un seuil de tolérance et une patience à l’épreuve des démences. Aujourd’hui, je me vois donc confronté à une énième déflagration que j’estimais provenir d’Amérique du Sud, d’où mon préambule en guise de mea-culpa. Car les bourrins du jour ne viennent ni du Brésil, ni de Colombie ni du Chili, mais bien de Floride, la terre aride d’où est mort-né le style plus enfumé de l’histoire de l’extrême, le Death Metal. Alligators, palmiers, DEATH, touristes, drogue, soleil, OBITUARY, tout le barnum indispensable pour concevoir la vie comme une succession de clichés implacable, sauf que la leçon de trépas du jour verse plutôt dans le Black Metal bruyant et subtilement guerrier, à cent lieues donc des considérations mornes et résignées du Metal de la mort. Quoique de mort, il est aussi question, puisque les CAVEMAN CULT ne versent pas vraiment dans la tendresse ou le constat social plein de lucidité et d’adresse. Fondamentalement obsédé par une approche sauvage et non bridée, ce trio infernal (R.Smith - batterie, H.Bosch - guitare et A.Antillon - chant/basse) a donc entamé sa production discographique en 2014, via une première démo, Rituals Of Sauvagery qui portait carrément bien son nom. Une seconde maquette plus tard (Barbaric Bloodlust, judicieusement intitulée elle aussi), les américains sentirent qu’il était largement temps de tremper les cornes dans le grand marigot du longue-durée à vocation occulte, et lancèrent donc plein d‘entrain sur le marché leur premier album, Savage War Is Destiny, qui définissait avec beaucoup d’acuité leur vision d’un Black Metal très brutal, et légèrement incliné du côté War où il menaçait de sombrer.

Ne le cachons pas, ce nouvel EP de la bande ne trahit en rien leurs convictions d’origine. Supremacia Primordial et son appellation gentiment hispanique se sert des premiers jets de bile de la scène sud-américaine pour agrémenter son BM de sonorités vilaines et déformées, histoire de nous faire passer un sale quart d’heure. Enfin, onze minutes pour être plus précis, et quatre morceaux qui ne renient en rien le crédo « on est bourrins et fiers de l’être » qui anime les sorties du trio depuis son émergence. Si les sites référentiels proposent de les comparer à quelques figures de proue du purgatoire (REVENGE, BLASPHEMY, ABYSMAL LORD, ANTICHRIST, NECROHOLOCAUST, ARCHGOAT, CONQUEROR, j’en passe et des plus forts), autant dire qu’ils visent juste, puisque la simple énumération de ces créatures hideuses suffit à placer le contexte que les quatre titres ne démentiront pas de leur brutalité outrancière. Rien de foncièrement novateur à se mettre entre les oreilles, mais plutôt une tradition bruitiste de bon aloi, qui parvient à synthétiser en plusieurs accès de rage le nihilisme de REVENGE et l’attitude revêche des CONQUEROR. Rythmique à direction unique, qui pilonne et martèle sans faiblir, riffs noirs comme une nuit d’insomnie en compagnie de démons cramoisis, et chant en retrait qui distille ses horribles litanies avec une gravité assez convaincante. On sombre donc très rapidement dans le versant le plus underground des ténèbres, tout en gardant une certaine prise avec la réalité mélodique histoire de ne pas se noyer dans les sons assemblés à la hâte pour faire peur aux masses.

En choisissant la brièveté, les floridiens ont fait le bon choix, tant leurs interventions sont pratiquement toutes similaires. Pas le temps de s’ennuyer donc, ni de déplorer un manque flagrant d’imagination, puisque seule prime l’efficacité et le pouvoir de choquer. Mais reconnaissons que le trio n’est pas le plus malfaisant dans son domaine, mais plutôt un des plus répétitifs, puisque sans avoir jeté un œil au tracklisting, on se demande vraiment s’il était indispensable de baptiser d’un nom différent chaque segment. Ainsi, les minutes s’égrènent sans ennui, mais sans passion, puisque ce Black Metal à roulements à bille trace sa route sans se poser de question sur sa légitimité, même si quelques soli stridents et absolument horribles viennent meubler les blancs. Ajoutez à ça quelques breaks plus Heavy que la moyenne mais toujours aussi morbides, une tendance à mal gérer l’intensité qui fait parfois couler le projet dans les tréfonds d’un brouet bordélique compact, mais heureusement, les accents hystériques et possédés du vocaliste nous permettent de tirer le projet vers le haut, spécialement lorsque quelques accroches nous extirpent de notre condition (« Metal Negro Antihumano ». Si avec ça, vous n’avez pas compris le message, relisez la bible). Beaucoup de subtilité dans la monotonie des attaques, pour un final démoniaque (« Legions Of The Black Vomit », ou comment détourner la poésie pour l’intégrer à un cadre fielleux), et un bilan en demi-teinte, puisqu’il n’est pas certain que nous aurions pu supporter dix minutes supplémentaires. Mais si l’underground est votre passion, et si vous faites preuve de complaisance, alors les CAVEMAN CULT sauront se faire une place dans votre absence d’émotion. En leur souhaitant quand même la prochaine fois de faire preuve de plus de variations. On ne sait jamais, ça pourrait séduire les moins dégénérés.


Titres de l'album:

  1. Impaled Humanity Ablaze
  2. Dogs of War (Exterminate the Filth)
  3. Metal Negro Antihumano
  4. Legions of the Black Vomit

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/06/2018 à 14:40
68 %    176

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)