Sortant de quasiment nulle part, voici un quintet qui propose enfin un regard neuf sur l’Alternatif contemporain, se targuant d’offrir quelque chose de plus ou moins innovant dans un environnement fait de routine et de prévisibilité artistique. Voilà pour le moins une attitude que d’aucuns jugeraient péremptoire, et qui répond pourtant à une logique imparable. Car en effet, les norvégiens d’UNDERWING sont exactement les musiciens sur lesquels il faut tomber de nos jours, des musiciens qui parviennent enfin à s’éloigner de leurs racines, et encore plus probant, à ne pas céder aux sirènes de facilité de la scène old-school. Mais de nostalgie il est bien question ici, sauf qu’elle est traitée intelligemment, et pas comme simple gimmick. Fondé à Arendal, sur la côte sud de la Norvège, ce collectif à cinq têtes, dix mains et pieds (Jesper Murphy, Enyeto Kotori, Magnus Christiansen, Thomas Myhren, Joachim Walle Michalsen) fait déjà office de sensation pour la presse underground et presque mainstream, en ayant donné plus de soixante concerts en deux ans, et en ayant vu ses singles écoutés plus de 300.000 fois sur Spotify. De quoi intriguer le chaland éventuel, qui ne manquera pas de se ruer sur le premier EP publié en 2017, Kaela Upsweep, qualifié par Scream Magazine de « départ excitant ». Mais on connaît la propension de la presse à s’accaparer des pseudo-nouvelles légendes, et la réalité étant souvent toute autre, la méfiance reste de mise. Et si votre serviteur ne versera pas dans le dithyrambe, il n’en manquera pas pour autant de louer les nombreuses qualités d’un groupe qui lui a permis de s’éloigner de sa zone de confort dans laquelle il était un peu trop bien lové.

Concrètement, et selon leur bio, les UNDERWING associeraient le groove imparable des glorieuses 70’s, les mélodies mélancoliques du Grunge des déprimées 90’s, et la technique évolutive du Metal Progressif moderne. De quoi méchamment intriguer, d’autant plus que leurs références avouées sont assez larges (BLACK SABBATH, ALICE IN CHAINS, TOOL, RAGE AGAINST THE MACHINE, SOUNDGARDEN, PLINI, ALT-J, MOTORHEAD, AVENGED SEVENFOLD, EXTREME, THE BEATLES, LEAFY, KAL-EL, VORBID, I AM K, MASTODON), leur permettant de faire à peu près n’importe quoi avec leur inspiration. Mais loin de faire n’importe quoi justement, les cinq norvégiens ont resserré les rangs, et appliqué leurs propres théorèmes avec application, au point de presque valider l’image promotionnelle qui les décrit comme des « enfants illégitimes de BLACK SABBATH et ALICE IN CHAINS, adoptés par TOOL, et grandissant dans le voisinage des SOUNDGARDEN et MOTORPSYCHO ». Un brin exagéré ? Pas tant que ça, puisque les quatre morceaux de ce Spirals continuent de suivre la ligne tracée par Kaela Upsweep, tout en intégrant avec beaucoup de finesse et de pertinence quelques nouveaux éléments. Si l’on sent évidemment en prépondérance l’importance des mélodies héritées du spleen des 90’s (là où les ALICE IN CHAINS, NIRVANA, STONE TEMPLE PILOTS, MILK et consorts voyaient la vie en gris et noir), et si l’on ressent les ambitions progressives par touches fines dans les arabesques instrumentales ciselées avec finesse, le point le plus discutable reste cette filiation rythmique avec les 70’s, qui se fait plus discrète et presque en filigrane. Mais globalement, et au vu de la qualité de ces quatre chansons, 66% de vérité dans la description suffisent amplement pour valider l’essai. Qui finalement, à plutôt des allures de confirmation…

UNDERWING de futurs grands ? C’est une éventualité, et si leur musique à parfois de faux airs de SHIHAD joué par les TOOL (pour le côté déconstruit, l’arythmie, plus que pour le sens de l’esthétique poussée et de l’expérimentation Indie), elle n’en garde pas moins cette patine concrète que les amateurs de Rock alternatif des nineties et de Metal moderne du nouveau siècle sauront apprécier à sa juste valeur. Et l’introductif « All Rise » de sa batterie nonchalante et presque synthétique nous caresse dans le sens du poil, introduisant un pattern rythmique de guingois, qu’une guitare en son clair caresse de ses accords discrets. Mais les petites astuces techniques, la voix posée à la Chino Moreno se transformant soudain en hurlement à la Layne Staley d’Enyeto Kotori, et cette progression toute en justesse qui travaille un thème au corps pour le rendre sinueux nous indiquent que les norvégiens n’ont pas l’intention de se contenter de simples rock songs, même si leur approche reste puissante tout en admettant des limites. Et « We Lie Awake » de casser le moule pour imposer un riff à la DREAM THEATER, avec lequel s’amuseraient les SOUNDGARDEN pour produire un décalage entre des harmonies acides et une rigueur instrumentale impeccable et ordonnée. Et sans vouloir trop entrer dans le détail d’un EP qui mérite l’effet de surprise, autant dire que le reste du répertoire est d’une qualité égale, et que les morceaux ont autant en commun qu’ils n’ont de différences. Toutefois, apprêtez-vous à déguster un final en forme d’épiphanie, puisque la fève « Caveman » et ses huit minutes de délice auditif auront de quoi étancher votre faim de nouveauté à satiété.

Second EP qui risque fort de propulser les UNDERWING dans la stratosphère des next big thing, avec une tournée qui s’annonce triomphale, et un futur premier LP qu’on augure de la meilleure des façons. Comme quoi, il est encore possible de faire du neuf avec du vieux, pour peu que l’on s’éloigne avec panache des poncifs de recyclage les plus éculés. 

    

Titres de l’album :

                         01. All Rise

                         02. We Lie Awake

                         03. Spirals

                         04. Caveman

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/07/2019 à 17:35
85 %    223

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon