Quand y’en a pour deux, y’en a pour trois. Ben non. Qu’en y’en a pour deux, y’en a pour…deux. Mais par extension, pour plein de monde en fait, puisque s’ils ne sont que deux à tout faire (ou presque), nous sommes quand même des milliers à les écouter.

Alors…Quand y’en a pour deux, y’en a pour nous !

Mais deux, qui au juste ? Les BOTTLE NEXT. Quézaco ? Deux musiciens, évidemment, et pas plus, qui un jour se sont dit que le duo guitare/batterie était largement suffisant pour faire du bruit, et surtout, que les limitations de style représentaient un concept beaucoup trop petit…pour eux.

Alors depuis, ils ne se posent plus aucune question, et jouent ce qui leur semble bon. Quoi donc ? Leur musique, aussi fraîche qu’une bière en plein été, et pourtant torride comme un soleil créatif refusant de se coucher. Alors ça cogne, ça caresse, ça ventile avec tendresse et ça bastonne avec adresse, et finalement, c’est tellement ouvert de tous les côtés que les persiennes restent bloquées, et que les portes refusent de se fermer. Auberge espagnole ?

Non, hôtel de campagne à la française, qui accueille ses hôtes la guitare et les baguettes à la main, et le sourire malin.

Hard-Folk qu’ils disent.

Tu parles d’un foin…

Mais bon, à part ça, Pierre Rettien (guitare/saxophone/chant) et Martin Ecuer (batterie/samples/chant) se connaissent depuis un bail, partagent les duties, et tournent comme des furies depuis plus de six ans. Ils en ont aussi profité pour nous refourguer deux EP, en 2012 et 2014, avant de financer kisskissbankbank ce premier LP qui se veut carte de visite ultime de leur art sublime. Un art élastique qui demande une souplesse de style, et qui exige un grand écart entre le Rock le plus pur, le Folk le plus dur, mais aussi le Funk bien sûr, le Blues sans parjure et même une grosse louche de Progressif en guise de galure, en gros, qui chapeaute le tout sans nous perdre le chef sous des averses un peu trop longues.

Certes, leurs morceaux sont développés, prennent leur temps pour se déshabiller, mais après-tout, la musique de Bad Horses n’est pas du genre catin du dimanche matin, déjà à moitié dévoilée et offrant ses charmes à la volée. C’est un album qui se laisse séduire et qui en fait de même, le regard velouté, mais la gestuelle assurée, et qui vous prend sans prévenir, pour ne plus jamais vous laisser repartir. Un genre de coït pas du tout furtif, pris sur le vif du studio mais avec l’énergie d’un live très chaud, et doté d’un son à la dynamique de pro. Financement participatif n’implique pas forcément travail vite fait, loin de là, et la production de ce premier jet (sans mauvais jeu de mot) est un modèle du genre, avec ses graves ronds qui rebondissent, sa guitare souple qui tisse, ses samples coulés qui glissent, et ses parties vocales tout sauf factices. Alors, après avoir goûté à mes mots, êtes-vous prêts à attaquer le gros morceau ?

Let’s go…

Niveau influences, les lascars ne jouent pas la prudence et citent dans le désordre d’un quinté inspiré Michael JACKSON, MESHUGGAH, QUEENS OF THE STONE AGE, NINE INCH NAILS, FINK, ZAPPA, Pierre VASSILIU ou encore Bjorn BERGE, et si parfois tout ça sent la boutade, il est certain que quelques-uns de ces noms ne sont pas cités au hasard et que finalement, l’ensemble n’est là que pour nous perdre derrière un écran de fumée et révéler…qu’ils font ce qui leur plaît.

On notera quand même que le mélange Bjorn BERGE/QOTSA est peut-être l’indicateur le plus fiable, pour cette façon de funkyser le Rock bluesy ou de stoniser le Folk greasy, même si les BOTTLE NEXT ne peuvent évidemment pas se résumer à ça.

On pourrait citer aussi les Italiens de ZEUS!, sans ce côté expérimental dans la frappe brutale, ou même les NOMEANSNO pour cette manière d’assouplir les transitions et de jouer fluide même dans les moments les plus rigides, mais finalement, autant laisser à Pierre et Martin ce qui leur appartient, puisque leur musique, sans être unique, est assez symptomatique d’une attitude libre et indépendante.

Et dès l’ouverture « Break Down The Door », les choses sont mises au point, les serrures cassées et les joints décollés. Tempo virevoltant à la VAN HALEN du Blitzkrieg Bop, association rythmique carrée mais coulée, chant en conjoints qui se prennent la main mais pas la tête, et énergie incroyable diluée dans un Rock stable mais suffisamment fou pour qu’on se mette à table.

On pense à Berge donc, mais aussi à la vague Stoner des nineties, en version moins sèche, et finalement, sans qu’on puisse trop y réfléchir, « Choices » prend la suite et impose les siens.

Lesquels ? Ceux d’une sorte de Rock un peu Funky et louche sur les bords, avec lick de guitare gluant, beat peinard mais pas feignant, et passages en samples un peu fluctuants. Ça ondule comme du AEROSMITH joué par les MORPHINE, avec ces lignes vocales un peu ragga qui stimulent les endorphines.

Mais s’ils sont les rois du mélange, les deux acteurs de l’étrange savent aussi se concentrer sur des choses plus tassées, comme ce très percussif « Overthere » qui se rapproche d’un Rock un peu Hard de travers, ou au contraire élargir encore plus leur spectre pour friser l’indécence avec un cartoonesque « More Humane », avec un David Byrne sous acides qui reprend une pilule et adapte les UZEB au format RED HOT. Et je peux vous assurer que dans ces moments-là, ça groove sévère et que ça Rock électro la tête en arrière.

Niveau concis mais pas trop, « Bad Horses » pilonne le Folk de tessons de verre Hard-Blues, un peu ZEP, un peu Keziah Jones, mais 100% BOTTLE NEXT, alors que « The Lift Off » poppise un vieux tube perdu des ZOO, sans toucher à leur dextérité Bluesy/Jazzy.

Et si parfois, le chronomètre laisse un peu trop tourner ses aiguilles (« Age Of Beauty », Beefheart et Josh Homme dans une même pièce mais pas forcément en même temps, et en tout cas trop longtemps), les reproches à formuler sont maigres, d’autant plus que les deux zozos terminent leur premier effort en pas solo par un joli démarquage FFF/Bjorn Berge (« The Woody Man ») en duo.

Alors, quand y’en a pour deux, y’en a pour combien finalement ? Pour plein, mais je n’en sais rien, je n’ai pas compté. On verra bien lors d’un prochain concert annoncé…

Pensé live en studio, ce Bad Horses nous propose au contraire une mise gagnante sur deux pur-sang qui franchissent la ligne de la fusion sonore longiligne en vainqueurs, et qui osent la précision rythmique et la folie guitaristique en douceur. Un disque qui ne plaira pas à tout le monde, surtout ceux qui aiment garder des repères, mais celui dans lequel vous entraînent les BOTTLE NEXT est du genre chaleureux et bohème.


Titres de l'album:

  1. Break Down The Door
  2. Choices
  3. Running Herd
  4. Revolution
  5. Age Of Beauty
  6. Overthere
  7. Bad Horses
  8. Machines
  9. More Humane
  10. The Lift Off
  11. The Woody Man

Site officiel


par mortne2001 le 02/05/2017 à 17:50
75 %    484

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vulcain

Studio Albums 1984 - 2013

Bloody Alchemy

Reign Of Apathy

Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Normal ça, moi pas savoir me servir de la ponctuation !
Tu as écrit : "Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020"... et apparemment cela devrait être le cas de Mr Bungle.


Pour surfer sur la vague du film, qui bâcle l'après 1989.


J'ai lu la news.
J'ai ri.


Pathétique, mais pas étonnant de leur part. A mon avis tout cela était planifié de très longue date...


J'adore le groupe mais ces histoires de tournée d'adieu puis de tournée de retour sont tellement ridicules. Là, avec ces conneries de contrat en plus, on touche le fond.


Désolé Buck Dancer, mais j'ai rien compris à ta phrase...


Ah ah ah !
Qui l'eût cru hein ?!
Pis cette affiche… Manque plus que RATT pour me voir combler (SIC !!!).


Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)