Quand y’en a pour deux, y’en a pour trois. Ben non. Qu’en y’en a pour deux, y’en a pour…deux. Mais par extension, pour plein de monde en fait, puisque s’ils ne sont que deux à tout faire (ou presque), nous sommes quand même des milliers à les écouter.

Alors…Quand y’en a pour deux, y’en a pour nous !

Mais deux, qui au juste ? Les BOTTLE NEXT. Quézaco ? Deux musiciens, évidemment, et pas plus, qui un jour se sont dit que le duo guitare/batterie était largement suffisant pour faire du bruit, et surtout, que les limitations de style représentaient un concept beaucoup trop petit…pour eux.

Alors depuis, ils ne se posent plus aucune question, et jouent ce qui leur semble bon. Quoi donc ? Leur musique, aussi fraîche qu’une bière en plein été, et pourtant torride comme un soleil créatif refusant de se coucher. Alors ça cogne, ça caresse, ça ventile avec tendresse et ça bastonne avec adresse, et finalement, c’est tellement ouvert de tous les côtés que les persiennes restent bloquées, et que les portes refusent de se fermer. Auberge espagnole ?

Non, hôtel de campagne à la française, qui accueille ses hôtes la guitare et les baguettes à la main, et le sourire malin.

Hard-Folk qu’ils disent.

Tu parles d’un foin…

Mais bon, à part ça, Pierre Rettien (guitare/saxophone/chant) et Martin Ecuer (batterie/samples/chant) se connaissent depuis un bail, partagent les duties, et tournent comme des furies depuis plus de six ans. Ils en ont aussi profité pour nous refourguer deux EP, en 2012 et 2014, avant de financer kisskissbankbank ce premier LP qui se veut carte de visite ultime de leur art sublime. Un art élastique qui demande une souplesse de style, et qui exige un grand écart entre le Rock le plus pur, le Folk le plus dur, mais aussi le Funk bien sûr, le Blues sans parjure et même une grosse louche de Progressif en guise de galure, en gros, qui chapeaute le tout sans nous perdre le chef sous des averses un peu trop longues.

Certes, leurs morceaux sont développés, prennent leur temps pour se déshabiller, mais après-tout, la musique de Bad Horses n’est pas du genre catin du dimanche matin, déjà à moitié dévoilée et offrant ses charmes à la volée. C’est un album qui se laisse séduire et qui en fait de même, le regard velouté, mais la gestuelle assurée, et qui vous prend sans prévenir, pour ne plus jamais vous laisser repartir. Un genre de coït pas du tout furtif, pris sur le vif du studio mais avec l’énergie d’un live très chaud, et doté d’un son à la dynamique de pro. Financement participatif n’implique pas forcément travail vite fait, loin de là, et la production de ce premier jet (sans mauvais jeu de mot) est un modèle du genre, avec ses graves ronds qui rebondissent, sa guitare souple qui tisse, ses samples coulés qui glissent, et ses parties vocales tout sauf factices. Alors, après avoir goûté à mes mots, êtes-vous prêts à attaquer le gros morceau ?

Let’s go…

Niveau influences, les lascars ne jouent pas la prudence et citent dans le désordre d’un quinté inspiré Michael JACKSON, MESHUGGAH, QUEENS OF THE STONE AGE, NINE INCH NAILS, FINK, ZAPPA, Pierre VASSILIU ou encore Bjorn BERGE, et si parfois tout ça sent la boutade, il est certain que quelques-uns de ces noms ne sont pas cités au hasard et que finalement, l’ensemble n’est là que pour nous perdre derrière un écran de fumée et révéler…qu’ils font ce qui leur plaît.

On notera quand même que le mélange Bjorn BERGE/QOTSA est peut-être l’indicateur le plus fiable, pour cette façon de funkyser le Rock bluesy ou de stoniser le Folk greasy, même si les BOTTLE NEXT ne peuvent évidemment pas se résumer à ça.

On pourrait citer aussi les Italiens de ZEUS!, sans ce côté expérimental dans la frappe brutale, ou même les NOMEANSNO pour cette manière d’assouplir les transitions et de jouer fluide même dans les moments les plus rigides, mais finalement, autant laisser à Pierre et Martin ce qui leur appartient, puisque leur musique, sans être unique, est assez symptomatique d’une attitude libre et indépendante.

Et dès l’ouverture « Break Down The Door », les choses sont mises au point, les serrures cassées et les joints décollés. Tempo virevoltant à la VAN HALEN du Blitzkrieg Bop, association rythmique carrée mais coulée, chant en conjoints qui se prennent la main mais pas la tête, et énergie incroyable diluée dans un Rock stable mais suffisamment fou pour qu’on se mette à table.

On pense à Berge donc, mais aussi à la vague Stoner des nineties, en version moins sèche, et finalement, sans qu’on puisse trop y réfléchir, « Choices » prend la suite et impose les siens.

Lesquels ? Ceux d’une sorte de Rock un peu Funky et louche sur les bords, avec lick de guitare gluant, beat peinard mais pas feignant, et passages en samples un peu fluctuants. Ça ondule comme du AEROSMITH joué par les MORPHINE, avec ces lignes vocales un peu ragga qui stimulent les endorphines.

Mais s’ils sont les rois du mélange, les deux acteurs de l’étrange savent aussi se concentrer sur des choses plus tassées, comme ce très percussif « Overthere » qui se rapproche d’un Rock un peu Hard de travers, ou au contraire élargir encore plus leur spectre pour friser l’indécence avec un cartoonesque « More Humane », avec un David Byrne sous acides qui reprend une pilule et adapte les UZEB au format RED HOT. Et je peux vous assurer que dans ces moments-là, ça groove sévère et que ça Rock électro la tête en arrière.

Niveau concis mais pas trop, « Bad Horses » pilonne le Folk de tessons de verre Hard-Blues, un peu ZEP, un peu Keziah Jones, mais 100% BOTTLE NEXT, alors que « The Lift Off » poppise un vieux tube perdu des ZOO, sans toucher à leur dextérité Bluesy/Jazzy.

Et si parfois, le chronomètre laisse un peu trop tourner ses aiguilles (« Age Of Beauty », Beefheart et Josh Homme dans une même pièce mais pas forcément en même temps, et en tout cas trop longtemps), les reproches à formuler sont maigres, d’autant plus que les deux zozos terminent leur premier effort en pas solo par un joli démarquage FFF/Bjorn Berge (« The Woody Man ») en duo.

Alors, quand y’en a pour deux, y’en a pour combien finalement ? Pour plein, mais je n’en sais rien, je n’ai pas compté. On verra bien lors d’un prochain concert annoncé…

Pensé live en studio, ce Bad Horses nous propose au contraire une mise gagnante sur deux pur-sang qui franchissent la ligne de la fusion sonore longiligne en vainqueurs, et qui osent la précision rythmique et la folie guitaristique en douceur. Un disque qui ne plaira pas à tout le monde, surtout ceux qui aiment garder des repères, mais celui dans lequel vous entraînent les BOTTLE NEXT est du genre chaleureux et bohème.


Titres de l'album:

  1. Break Down The Door
  2. Choices
  3. Running Herd
  4. Revolution
  5. Age Of Beauty
  6. Overthere
  7. Bad Horses
  8. Machines
  9. More Humane
  10. The Lift Off
  11. The Woody Man

Site officiel


par mortne2001 le 02/05/2017 à 17:50
75 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).