A quoi s’attendre de la part du leader d’un groupe lorsqu’il part en vrille solo ? Selon son poste, à plusieurs choses. Les chanteurs, décidément affamés de gloire et de reconnaissance se lâchent, partent en piqué commercial pour plaire aux masses, ou au contraire tentent des choses inhabituelles, plus en adéquation avec leurs goûts personnels. Les guitaristes, encore plus egocentriques enfilent les perles de sextolets, délirent Blues, s’amusent progressif, et en gros, font étalage de leur énorme talent honteusement bridé dans leur cadre collectif. Mais les guitaristes/chanteurs alors, que font-ils ? Leur cas est plus complexe, puisque leur position de base est multiple. On peut espérer d’eux tout et n’importe quoi, de la simple démarque de leur musique habituelle dans le cas des compositeurs, à la recherche d’un ailleurs dans celui des créateurs/esprits libres qui ne sauraient se cantonner à un seul style, trop restrictif. De fait, c’est dans cette catégorie que nous pouvons ranger ce bon vieux CONNY BLOOM qui depuis des années s’amuse dans son coin, en aparté de son groupe de légende. Quelle légende ? Celle des ELECTRIC BOYS, dont il est le frontman depuis le début, et qui en son temps eut les honneurs de MTV avec des clips Metal/Funk en fusion et hauts en couleurs…Mais l’époque bénie de MTV pour le Metal étant révolue depuis des décennies, c’est bien l’actualité du bonhomme qui nous intéresse, et en l’occurrence, son nouvel album solo qui ne manque pas de piquant. Habitué à se déhancher, le sieur BLOOM n’en a pas perdu la bonne habitude, et nous surprend de ce quatrième essai en solitaire, après des tentatives nineties, 2K et plus récemment avec Fullt Upp. Désormais épaulé par les voisins danois de Mighty Music via Target et SPV, Conny peut s’adonner à son sport musical préféré, restant l’iconoclaste que l’on a toujours connu, mais surtout cet imprévisible compositeur capable de passer du Rock au Trip-Hop en sautant par-dessus le Blues, tout, pourvu que rien ne soit standardisé ou anticipé.

Je vous demanderai afin d’apprécier cet excellent album à sa juste valeur de faire abstraction de trois choses. La première, sa pochette, vraiment pas terrible, genre Gene Simmons surpris à Roland-Garros avec une ancienne raquette de Jimmy Connors. La seconde, de son titre, pas top non plus et qui rappelle certaines idées moyennes de GREEN DAY. La troisième, que sa musique n’est assurément pas du Metal, mais bien du Rock, ouvert et varié, avec des inflexions Pop, psychédéliques, évolutives, alternatives, etc…Et pour en ajouter une quatrième qui n’en est pas vraiment une, l’homme chante dans sa langue natale, ce qui pourrait vous rebuter si votre mémoire se souvient du « Waterloo » d’ABBA entonné en suédois. Nonobstant ces quelques réflexions personnelles mais néanmoins objectives, Game! Set! Bloom! est un extraordinaire album de musique, sans étiquette ni catégorie en autocollant sur la pochette, et fait montre d’un réel élan créatif de la part du chanteur/guitariste. Habitué à partager son éclectisme, BLOOM se lâche, reste naturel, tente un peu tout mais surtout pas n’importe quoi, et parvient à nous proposer un album indatable, imbattable, et plus symptomatique de l’école du tennis de l’Est que de la résistance du fond de court suédoise. L’homme n’hésite donc pas à mélanger les tactiques, restant parfois attentif derrière sa ligne, avant de monter au filet d’un service rageur, en claquant une gigantesque volée au passage. Et si « AB Maffiadojor » vous pose un problème en intro avec son ambiance Trip-Hop à la MASSIVE ATTACK/PORTISHEAD, ne vous inquiétez pas, Conny ne s’est pas entiché du FAITH NO MORE le plus aventureux, mais aime aussi sortir de sa zone de confort. Et le titre en question faisant partie du haut du panier de Game! Set! Bloom! autant vous y faire. Le musicien n’aime pas qu’on le cantonne à un rôle particulier, et le fait savoir.

D’ailleurs, lui et son nouveau boss s’entendent à merveille sur le papier, ce qui en dit long sur la confiance que les deux hommes s’accordent. « CONNY BLOOM est la rockstar par excellence avec son style personnel et son charisme » a déclaré Michael H. Andersen, PDG de Mighty Music. « Je suis honoré de travailler avec lui et je suis impatient de montrer au monde quel incroyable album solo il a créé ». Voici donc la version du patron, mais qu’en dit le glorieux employé ? « En ce moment, je travaille avec le label Mighty Music au Danemark sur mon projet solo. Ils ont fait un excellent travail avec le dernier album des Electric Boys c’est pourquoi la prochaine sortie sera mon nouvel album Game! Set! Bloom! ». Voici donc une affaire qui roule, et pas seulement sur le court, mais aussi à long terme. Et malgré les sonorités un peu rocailleuses du chant en suédois, et cette phonétique bizarre, on apprécie les différentes extravagances d’un musicien qui connaît bien sa partition, et qui passe allègrement d’une Pop glamourisée à la Marc Bolan teintée de réalise Rock scandinave (« Rulla På »), à des choses beaucoup plus intimes et progressives, et en tout cas très éloignées de son groupe d‘origine, avec accents orientaux et orgue onirique (« Jag Tror Jag Trollat Bort Mig Själv »). Si le manque de Rock vous inquiète, pas de soucis, il est bien présent, mais toujours traité avec cet esprit gouailleur et ludique (« Knegarjäntan Och Jag », les KINKS repris par les HOTEL REPUBLIC), et parfois respecté à la lettre US et développé en déroulé (« Flyttkarl », impossible de ne pas trépigner en entendant un truc pareil…).

Après une seule écoute, la diversité peut diviser. On sent l’album un peu décousu, de par les disparités existant entre les morceaux, mais après plusieurs immersions, la logique frappe au coin du bon sens. BLOOM n’hésitant pas à broder sur des thèmes simples à la « My Sharona » pour imposer un refrain purement suédois et addictif (« Jag Vill Ha Dig »), avant de nous surprendre d’un délire seventies avec Hammond à fond les ballons et syncope de guitare bien ronde (« Gånglåt Från Kärrträsk »). Le seul but étant patent, celui de se faire plaisir, l’objectif est largement atteint, et il n’est pas difficile de voir en cet album une véritable bouffée d’air frais Rock. Le talent de guitariste de Conny n’est toujours pas à remettre en cause, et sa voix sobre et pourtant délirante donne du peps à des chansons naturelles et spontanées. Nous avons même droit à un shot d’émotion final avec « När ska jag få bli kär då » qui sonne comme l’union de la tradition Folk suédoise et de la pureté Blues américaine. Un beau survol très personnel, frais, cajoleur et franchement attachant, d’une carrière bien remplie, mais aussi la certitude que CONNY BLOOM fera toujours les choses à sa façon, et pas autrement. Et c’est comme ça qu’on l’aime après tout non ?       


Titres de l’album :

                        01. AB Maffiadojor

                        02. Rulla På

                        03. Skadad

                        04. Knegarjäntan Och Jag

                        05. Jag Tror Jag Trollat Bort Mig Själv

                        06. Flyttkarl

                        07. Dubbelgig

                        08. Jag Vill Ha Dig

                        09. Gånglåt Från Kärrträsk

                        10. När ska jag få bli kär då

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/03/2020 à 18:15
85 %    159

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Dawn

Haven of Lies

Carcariass

Planet Chaos

Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain merde j'espère qu'il va s'en remettre très vite


Un petit côté cold-wave sur les couplets pas dégueu. M'en vais creuser ça, c'est hyper original en tout cas.


@wildben : déjà, merci du compliment ! ;-) Et oui, tout à fait d'accord avec toi. C'est assez dingue cette façon qu'ils ont de rendre aussi mélodique et efficace une musique si technique. Moi aussi, j'étais un peu dubitatif sur ce "Letters from the Trenches" et en fait il arrive pile au bon mo(...)


Oui, c'est dansant


Le mec est infirmier Psy il me semble non ?
Ceci expliquant sans doute cela...


Je vais le dire avec beaucoup moins de talent que l'auteur de la chro mais cet album déchire, le plus frappant étant cette sensation incroyable de fluidité. Bien que complexe, la musique reste toujours efficace et "évidente". Même le titre en écoute, qui me lassait dubitatif lors de sa mise en(...)


@Buck Dancer : ça j'en doute pas ! L'Amérique du sud c'est un Eldorado (sans mauvais jeu de mot...) metallique !


Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)