« Guten Tag sind Sie gekommen, um mein Porzellan zu reparieren? »

« Nein wir ist das, um die Wände abzubrechen ! »

(Faux dialogue même pas entendu dans une petite rue de Berlin, un samedi après-midi, qui une fois traduit approximativement par l’ami reverso donne un truc du genre :

« Bonjour, vous êtes venu pour réparer ma porcelaine ? »

« Non, nous c’est pour défoncer vos murs plutôt »)

Introduction faite, et blague à part, il faut reconnaître que ce nouveau combo nous venant de Berlin est plutôt du genre costaud.

Après une première démo parue en août 2016, ils ont patiemment attendu pour lui offrir une suite digne de ce nom, en rodant leur répertoire méchant et menaçant sur les scènes locales et Européennes, histoire de proposer un produit vraiment peaufiné…pour détruire.

En masse.

Sauf que.

L’histoire est plus compliquée que ça…

Vu de l’extérieur, les GROTT ressemblent à n’importe quel autre groupe de Crust à tendance D-beat scandinave. Sauf que leurs influences sont bien plus vastes que ça, et que leur premier longue durée est aussi varié dans la brutalité qu’il n’est concis dans l’agressivité.

D’un titre à l’autre, les originaires de Berlin peuvent vous faire penser à NAPALM DEATH, puis URSUT, puis MADBALL, sans perdre de leur créativité, et surtout, sans céder en cohésion. Il faut dire que le son gigantesque de Schattenjahre (« Années d’ombre », encore une traduction reverso…) est tout bonnement bluffant de professionnalisme, et autorise toutes les poussées de violence urbaines distillées avec haine par un groupe sur de son fait.

Et justement, tout ça transforme ce premier effort en masterpiece de l’extrême d’outre Rhin, bien plus inspiré et transpiré que bon nombre d’œuvres d’artistes underground plus confirmés.

Mais faites l’essai, et tentez le jeu de quelques pistes d’affilée, vous comprendrez…

Après une intro courte qui met dans l’ambiance, les GROTT lâchent une première bombe aux tonalités Thrash/Thrashcore («Kalt_Heiß »), avec riffs saccadés et ambiance cordiale, avant de se vautrer dans un D-beat sombre et tortueux, tout ce qu’il y a de plus classieux. Pont lourd et tonné, puis break explosé, avec vocaux graves écorchés et rythmique brisée, avant de terminer leur travail de démolition initial par quelques blasts. Ces mêmes blasts nous mènent directement à « Lichtstrahl » qui rappelle grandement le Smear Campaign de NAPALM DEATH, agrémenté de quelques syncopes Thrash, encore une fois, débouchant sur des dissonances typiquement Grind/Indus. Folie instrumentale, schizophrénie vocale, le tableau est complet, et en deux morceaux, les Allemands nous ont déjà rassasiés.

Sauf que le repas est loin d’être terminé…

Chacun de leurs morceaux contient suffisamment de plans pour remplir une démo entière de n’importe quel groupe peu regardant sur l’inventivité, et pourtant, les GROTT ne perdent jamais leur objectif de destruction massive de vue, et restent liés, unis dans un même élan de brutalité, qui les mène parfois dans des directions assez inattendues…

Car au moment où vous pensez justement avoir plus ou moins pigé le truc, les barbares s’épanchent dans un déversement de Death/Grind épouvantable de vilénie, tranchant les ténèbres ambiantes de lames D-beat aiguisées de haine (« Nicht Regierbar », avec encore ces guitares très Metal).

« Fuck Pegida » ne fait rien pour tasser les choses, et suinte de dissonances, avant de nous entraîner sur la piste d’un Hardcore à tendance Crust, unissant les écoles Allemandes et Suédoises dans un même allant de chœurs vindicatif et de breaks qui font grimper les actifs.

Hyperactifs ? C’est une qualification qui leur sied à merveille, puisque ces infatigables compositeurs ne peuvent s’empêcher de remplir leurs titres à ras bord, accumulant autant de plans en une poignée de minutes qu’un groupe lambda dans sa discographie entière. Mélodies malmenées, rythmiques démultipliées, la valse donne des haut-le-cœur, mais on tient la cadence, dopés par l’énergie du diable déployée.

Et si « Support Rojav» reste dans un créneau de Dark Crust teinté de Grind, toujours aussi époustouflant de véhémence, «Kreislauf » nous enferme un peu plus dans la démence, en utilisant près de cinq minutes pour étayer son propos, qui démarre d’ailleurs sur un thème purement Black qui parvient encore à nous surprendre…C’est d’ailleurs un peu l’acmé du style des GROTT qui s’incarne dans ce titre à tiroirs, qui passe d’un extrême à l’autre, suggérant des accointances Post Black, des affinités Crust, des tolérances Grind, évacuées dans un maelstrom de brutalité outrancière complètement revendiquée.

« Motor » nous rejoue la pièce Crust Hardcore avec conviction et quelques passages en mid tout en séduction brute, alors que « Kein Zurück » renoue avec le métissage/ratissage, et privilégie la lourdeur et l’oppression.

Le groupe termine son album sur deux derniers pamphlets aussi assourdissants que lapidaires, dont un terrassant « Dein Leben ist schön..und wird schön brennen » (« Ta vie est belle, et brûlera bien », charmant…) qui broie le Crust dans un brouet Grind, sans oublier d’y incruster quelques motifs bien Core, pour achever son œuvre sur une ultime cover des STATE OF FEAR, « Bloodthirsty System », qu’on trouvait sur leur EP Wallow In Squalor. Reprise évidemment réussie, comme tout le reste.

GROTT signe donc avec Schattenjahre le meilleur LP de D-beat à tendance Crust, à tendance Grind et à tendance Hardcore de ce premier trimestre, ce qui en fait le groupe Allemand le plus versatile et méchant depuis la nuit des temps.

Un conseil, achetez la tape, dispo sur leur Bandcamp pour une poignée d’euros, puisqu’elle est flanquée d’un artwork superbe signé Hagiophobic (allez aussi jeter un coup d’œil sur son site tant que vous y êtes), et que finalement, une fois glissée dans votre autoradio, elle vous fera passer un sacré bon moment.

Et dire qu’il y en a encore qui pensent qu’on a tout dit dans le Hardcore. Que nenni. Alors certes, les GROTT ne recolleront pas les biscuits en porcelaine de grand-maman, mais gageons qu’ils auraient largement eu la force de faire tomber les murs de leur cité il y a quelques années.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Kalt_Heiß
  3. Lichtstrahl
  4. Nicht Regierbar
  5. Fuck Pegida
  6. Support Rojava
  7. Kreislauf
  8. Motor
  9. Kein Zurück
  10. Dein Leben ist schön..und wird schön brennen
  11. Bloodthirsty System (State Of Fear cover)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/04/2017 à 16:47
95 %    368

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Blackrain

Dying Breed

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.


Cool !


...Coeurs à Vif ? ok je sors...

P.S : sinon, en vrai, la musique est plutôt très cool.


@ Wildben: je me suis fait la même réflexion dès la première écoute. Je trouve d'ailleurs que ça en devient agaçant d'entendre "fuck" toutes les deux lignes. C'est bon pour l'ado rebel, après, on grandit (ou on devrait grandir...)

Pour ce qui est de la musique, c'est nettement m(...)


Bien vu LeMoustre ! Grossière erreur de ma part concernant la date :/ ! Ça permettra à ceux qui sont passé à coté d'y jeter une oreille ;) Car oui c'est du tout bon !


Euh, n'y a t-il pas une erreur, voilà un disque que je possède depuis plusieurs mois (excellent au demeurant) ?
A recommander aux fans de thrash allemand de tradition.


Pas encore écouté en entier, mais c'est sur la liste. Ils ne s'arrêtent jamais eux en tout cas ! Ils passent littéralement leur vie sur la route et quand ils n'y sont pas ils sont en studio !


Superbe chronique pour un album inattendu. Le style musical évolue vers un Progressif plus épuré qui fait effectivement penser à Pink Floyd, c'est incontestable. C'est également plus digeste que les essais pur Prog' précédents, par conséquent. Les langues scandinaves passent bien sur le Rock(...)


Bof bof OVERKILL. Quelques albums d'enfer, quelques trucs pas mal et pas mal de trucs fades. 75 % de leur discographie est à oublier.


Cool chronique, merci ! ça donne sacrément envie...


OVERKILL : "Comme si le fait qu'ils n'aient pas suivi les modes lui avait jouer des tours ou bien tout simplement, pas au bon endroit au bon moment"
Tout est dit... Et c'est d'ailleurs bien pour ça que j'adore ce groupe !
"WE DON'T CARE WHAT YOU SAY !!!"


Moi j'aime bien, mieux que le précédent album : le groupe joue bien, batteur excellent . J'attends la suite.


Arioch91 +1.
Il ne suffit pas de jouer (pathétiquement d'ailleurs) le mec énervé à l'image pour que la musique le soit également.
Je laisse décidément ce groupe au moins de 25 ans.


Ridicule.