« Guten Tag sind Sie gekommen, um mein Porzellan zu reparieren? »

« Nein wir ist das, um die Wände abzubrechen ! »

(Faux dialogue même pas entendu dans une petite rue de Berlin, un samedi après-midi, qui une fois traduit approximativement par l’ami reverso donne un truc du genre :

« Bonjour, vous êtes venu pour réparer ma porcelaine ? »

« Non, nous c’est pour défoncer vos murs plutôt »)

Introduction faite, et blague à part, il faut reconnaître que ce nouveau combo nous venant de Berlin est plutôt du genre costaud.

Après une première démo parue en août 2016, ils ont patiemment attendu pour lui offrir une suite digne de ce nom, en rodant leur répertoire méchant et menaçant sur les scènes locales et Européennes, histoire de proposer un produit vraiment peaufiné…pour détruire.

En masse.

Sauf que.

L’histoire est plus compliquée que ça…

Vu de l’extérieur, les GROTT ressemblent à n’importe quel autre groupe de Crust à tendance D-beat scandinave. Sauf que leurs influences sont bien plus vastes que ça, et que leur premier longue durée est aussi varié dans la brutalité qu’il n’est concis dans l’agressivité.

D’un titre à l’autre, les originaires de Berlin peuvent vous faire penser à NAPALM DEATH, puis URSUT, puis MADBALL, sans perdre de leur créativité, et surtout, sans céder en cohésion. Il faut dire que le son gigantesque de Schattenjahre (« Années d’ombre », encore une traduction reverso…) est tout bonnement bluffant de professionnalisme, et autorise toutes les poussées de violence urbaines distillées avec haine par un groupe sur de son fait.

Et justement, tout ça transforme ce premier effort en masterpiece de l’extrême d’outre Rhin, bien plus inspiré et transpiré que bon nombre d’œuvres d’artistes underground plus confirmés.

Mais faites l’essai, et tentez le jeu de quelques pistes d’affilée, vous comprendrez…

Après une intro courte qui met dans l’ambiance, les GROTT lâchent une première bombe aux tonalités Thrash/Thrashcore («Kalt_Heiß »), avec riffs saccadés et ambiance cordiale, avant de se vautrer dans un D-beat sombre et tortueux, tout ce qu’il y a de plus classieux. Pont lourd et tonné, puis break explosé, avec vocaux graves écorchés et rythmique brisée, avant de terminer leur travail de démolition initial par quelques blasts. Ces mêmes blasts nous mènent directement à « Lichtstrahl » qui rappelle grandement le Smear Campaign de NAPALM DEATH, agrémenté de quelques syncopes Thrash, encore une fois, débouchant sur des dissonances typiquement Grind/Indus. Folie instrumentale, schizophrénie vocale, le tableau est complet, et en deux morceaux, les Allemands nous ont déjà rassasiés.

Sauf que le repas est loin d’être terminé…

Chacun de leurs morceaux contient suffisamment de plans pour remplir une démo entière de n’importe quel groupe peu regardant sur l’inventivité, et pourtant, les GROTT ne perdent jamais leur objectif de destruction massive de vue, et restent liés, unis dans un même élan de brutalité, qui les mène parfois dans des directions assez inattendues…

Car au moment où vous pensez justement avoir plus ou moins pigé le truc, les barbares s’épanchent dans un déversement de Death/Grind épouvantable de vilénie, tranchant les ténèbres ambiantes de lames D-beat aiguisées de haine (« Nicht Regierbar », avec encore ces guitares très Metal).

« Fuck Pegida » ne fait rien pour tasser les choses, et suinte de dissonances, avant de nous entraîner sur la piste d’un Hardcore à tendance Crust, unissant les écoles Allemandes et Suédoises dans un même allant de chœurs vindicatif et de breaks qui font grimper les actifs.

Hyperactifs ? C’est une qualification qui leur sied à merveille, puisque ces infatigables compositeurs ne peuvent s’empêcher de remplir leurs titres à ras bord, accumulant autant de plans en une poignée de minutes qu’un groupe lambda dans sa discographie entière. Mélodies malmenées, rythmiques démultipliées, la valse donne des haut-le-cœur, mais on tient la cadence, dopés par l’énergie du diable déployée.

Et si « Support Rojav» reste dans un créneau de Dark Crust teinté de Grind, toujours aussi époustouflant de véhémence, «Kreislauf » nous enferme un peu plus dans la démence, en utilisant près de cinq minutes pour étayer son propos, qui démarre d’ailleurs sur un thème purement Black qui parvient encore à nous surprendre…C’est d’ailleurs un peu l’acmé du style des GROTT qui s’incarne dans ce titre à tiroirs, qui passe d’un extrême à l’autre, suggérant des accointances Post Black, des affinités Crust, des tolérances Grind, évacuées dans un maelstrom de brutalité outrancière complètement revendiquée.

« Motor » nous rejoue la pièce Crust Hardcore avec conviction et quelques passages en mid tout en séduction brute, alors que « Kein Zurück » renoue avec le métissage/ratissage, et privilégie la lourdeur et l’oppression.

Le groupe termine son album sur deux derniers pamphlets aussi assourdissants que lapidaires, dont un terrassant « Dein Leben ist schön..und wird schön brennen » (« Ta vie est belle, et brûlera bien », charmant…) qui broie le Crust dans un brouet Grind, sans oublier d’y incruster quelques motifs bien Core, pour achever son œuvre sur une ultime cover des STATE OF FEAR, « Bloodthirsty System », qu’on trouvait sur leur EP Wallow In Squalor. Reprise évidemment réussie, comme tout le reste.

GROTT signe donc avec Schattenjahre le meilleur LP de D-beat à tendance Crust, à tendance Grind et à tendance Hardcore de ce premier trimestre, ce qui en fait le groupe Allemand le plus versatile et méchant depuis la nuit des temps.

Un conseil, achetez la tape, dispo sur leur Bandcamp pour une poignée d’euros, puisqu’elle est flanquée d’un artwork superbe signé Hagiophobic (allez aussi jeter un coup d’œil sur son site tant que vous y êtes), et que finalement, une fois glissée dans votre autoradio, elle vous fera passer un sacré bon moment.

Et dire qu’il y en a encore qui pensent qu’on a tout dit dans le Hardcore. Que nenni. Alors certes, les GROTT ne recolleront pas les biscuits en porcelaine de grand-maman, mais gageons qu’ils auraient largement eu la force de faire tomber les murs de leur cité il y a quelques années.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Kalt_Heiß
  3. Lichtstrahl
  4. Nicht Regierbar
  5. Fuck Pegida
  6. Support Rojava
  7. Kreislauf
  8. Motor
  9. Kein Zurück
  10. Dein Leben ist schön..und wird schön brennen
  11. Bloodthirsty System (State Of Fear cover)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/04/2017 à 16:47
95 %    314

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.