Un groupe Chilien, dont les deux membres s’affublent de sobriquets comme Witchfucker et Obssessor, se targuant de jouer un Thrash blackisé…Tout ça sent bon le revival 80’s à plein nez, et effectivement, pour une fois, les apparences ne trompent pas…

De Santiago du Chili nous viennent donc les INVOCATION SPELLS, qui chaque année depuis 2014 sortent un longue durée, pratiquement calqué sur le précédent, mais après tout, c’est leur choix et aussi le principe de cette musique brute et brutale qui n’a pas admis la théorie de l’évolution des genres depuis leur création.

Le passé est-il suffisamment riche pour qu’on puisse encore y puiser son inspiration de A à 666 ? Visiblement oui, puisque ce The Flame Of Hate ressemble en tout point à Descendent The Black Throne, qui lui-même était un copié/collé presque intégral de l’initial Unholy Blasphemies.

Mais…Que dire lorsque la magie opère au travers de coups du chapeau Thrash qui sentent bon l’émergence du continent Américain du Sud en tant que digne représentant d’une certaine forme de violence musicale ? Rien, on écoute, on se réjouit, et rien de plus, ni de moins.

Les INVOCATION SPELLS peuvent donc prétendre appartenir à la même famille que leurs compères nationaux de FORCE OF DARKNESS, INVINCIBLE FORCE, PERVERSOR et autres UNHALLOWED ou SICK VIOLENCE, cette scène bouillonnante qui exhume des glorieuses eighties ses trésors les plus occultes. Ces jeunes gens fouillent donc dans leur propre patrimoine, mais surtout dans les coffres blindés Européens, cachant les premières bandes de ce Thrash à relents Black que les HELLHAMMER ont officialisé un jour de 1983 avec leurs premières démos.

D’ailleurs, le groupe amateur de Tom Warrior semble représenter une grosse part de leur passion pour l’extrême, au même titre que les premiers groupes Brésiliens du genre, mais aussi VENOM pour la bonne bouche, et si chaque album à tendance à singer les tics de ses aînés, il en va de même pour chaque morceau de chaque disque qui se complaît dans des autocitations flagrantes de similitudes.

Ce sont les limites du style évidemment, mais aussi ses forces, cette simplicité dans la brutalité qui nous ramène au milieu d’une décade qui découvrait la sauvagerie la plus primale et qui en répandait son message au travers des riffs les plus sombres st basiques possibles, et des rythmiques approximatives et abordables par n’importe quel débutant.

Certains ont basé leur discographie là-dessus, sur cette forme d’hommage absolu les transformant presque en tribute band, comme APOKALYPTIC RAIDS ou WARHAMMER…Les INVOCATION SPELLS n’en sont pas encore là, mais reconnaissons que The Flame Of Hate se rapproche encore dangereusement de Morbid Tales ou Apocalyptic Raids, constat patent sur quasiment tous les morceaux, et pas spécialement plus sur « Messiah », qui va jusqu’à pomper intégralement vous savez qui…

Mais Witchfucker et Obssessor jouent avec conviction, et on ne peut pas leur enlever ça. Si ce fameux « Messiah » n’a pas oublié le moindre « Hu ! » de Tom W, il a le mérite de s’en souvenir en accompagnant l’hommage d’un gros riff circulaire à la DESTRUCTION, ce qui rend ce titre hautement performant et synthétique de cet esprit mid eighties, lorsque la Suisse tentait de se faire une place sur la carte du Thrash bestial, entre l’Allemagne et les Etats-Unis.

Alors certes, un album comme The Flame Of Hate est basé sur un principe de redondance, mais au moins, les deux musiciens jouent le jeu jusqu’au bout et n’hésitent jamais à en faire trop. Sur une trame simple de Thrash sombre, les deux apprentis démons greffent des riffs un peu moins simples que la moyenne, qui s’accordent très bien d’une rythmique en up tempo un peu pataud.

Le chant n’a plus qu’à vomir ses psalmodies, et l’affaire est dans la poche. Alors le sentiment d’écouter un nouvel ersatz de Satanic Rites est évidemment flagrant, mais après tout, la nostalgie ne fait de mal à personne dès lors qu’elle est efficace, respectueuse et sans prétention.

Dès lors, rien ne vous interdit de headbanger dans votre piaule au doux son des « Darkness Prevails », « Ride The Fire », et autres « Nocturnal Silence », comme vous le faisiez il y a trente ans sur les « Deathroned Emperor », « Morbid Tales » ou « Eternal Ban », puisque les Chiliens sont parvenus à amalgamer la science du riff en scie des DESTRUCTION et la débauche paillarde des CELTIC FROST/HELLHAMMER.

Comme de plus l’album atteint juste la demi-heure, le plaisir est total, et pas trop roboratif. On n’attend pas spécialement que les INVOCATION SPELLS révolutionnent un genre promis à la stagnation dès son invention, mais plutôt qu’ils pérennisent son héritage de la meilleure des façons, ce qu’ils font avec application.

Comme en plus la production est tout à fait adaptée à l’entreprise, que les mecs jouent carré, et qu’ils se laissent parfois aller à quelques divagations Black un peu plus prononcées (« Renegades Of The Light », et ses quelques blasts disséminés avec parcimonie mais sauvagerie), le bilan est largement positif, et sait aussi pointer du médiator quelques finesses de composition indéniables.

Et si l’on peut estimer que tout est dit, ou presque, dès l’ouverture troublante de « Darkness Prevails » (qui est quand même un des plus salement méchants du lot, avec ces poussées de chant presque dignes d’un Black nordique des nineties), rien n’empêche d’aller jusqu’au bout de l’aventure en se délectant d’une suite de titres simples, mais efficaces.

Non, oui, peut-être, je n’en sais rien. Chacun voit Lucifer à sa porte, et les chiliens d’INVOCATION SPELLS lui serrent même la main en guise de sympathie.

 Alors voilà le deal. Si vous êtes fans d’Apocalyptic Raids, de Morbid Tales, de Sentence Of Death, et de la scène Chilienne Thrash/Black, The Flame Of Hate est fait pour vous, et pour vous rappeler que la simplicité la plus outrancière est parfois source de plaisir à part entière.


Titres de l'album:

  1. Darkness Prevails
  2. The Flame of Hate
  3. Nocturnal Silence
  4. Messiah
  5. Ride the Fire
  6. Evil Mountains
  7. The Invocation
  8.  Renegades of The Light

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/11/2016 à 15:46
70 %    444

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !