Un groupe Chilien, dont les deux membres s’affublent de sobriquets comme Witchfucker et Obssessor, se targuant de jouer un Thrash blackisé…Tout ça sent bon le revival 80’s à plein nez, et effectivement, pour une fois, les apparences ne trompent pas…

De Santiago du Chili nous viennent donc les INVOCATION SPELLS, qui chaque année depuis 2014 sortent un longue durée, pratiquement calqué sur le précédent, mais après tout, c’est leur choix et aussi le principe de cette musique brute et brutale qui n’a pas admis la théorie de l’évolution des genres depuis leur création.

Le passé est-il suffisamment riche pour qu’on puisse encore y puiser son inspiration de A à 666 ? Visiblement oui, puisque ce The Flame Of Hate ressemble en tout point à Descendent The Black Throne, qui lui-même était un copié/collé presque intégral de l’initial Unholy Blasphemies.

Mais…Que dire lorsque la magie opère au travers de coups du chapeau Thrash qui sentent bon l’émergence du continent Américain du Sud en tant que digne représentant d’une certaine forme de violence musicale ? Rien, on écoute, on se réjouit, et rien de plus, ni de moins.

Les INVOCATION SPELLS peuvent donc prétendre appartenir à la même famille que leurs compères nationaux de FORCE OF DARKNESS, INVINCIBLE FORCE, PERVERSOR et autres UNHALLOWED ou SICK VIOLENCE, cette scène bouillonnante qui exhume des glorieuses eighties ses trésors les plus occultes. Ces jeunes gens fouillent donc dans leur propre patrimoine, mais surtout dans les coffres blindés Européens, cachant les premières bandes de ce Thrash à relents Black que les HELLHAMMER ont officialisé un jour de 1983 avec leurs premières démos.

D’ailleurs, le groupe amateur de Tom Warrior semble représenter une grosse part de leur passion pour l’extrême, au même titre que les premiers groupes Brésiliens du genre, mais aussi VENOM pour la bonne bouche, et si chaque album à tendance à singer les tics de ses aînés, il en va de même pour chaque morceau de chaque disque qui se complaît dans des autocitations flagrantes de similitudes.

Ce sont les limites du style évidemment, mais aussi ses forces, cette simplicité dans la brutalité qui nous ramène au milieu d’une décade qui découvrait la sauvagerie la plus primale et qui en répandait son message au travers des riffs les plus sombres st basiques possibles, et des rythmiques approximatives et abordables par n’importe quel débutant.

Certains ont basé leur discographie là-dessus, sur cette forme d’hommage absolu les transformant presque en tribute band, comme APOKALYPTIC RAIDS ou WARHAMMER…Les INVOCATION SPELLS n’en sont pas encore là, mais reconnaissons que The Flame Of Hate se rapproche encore dangereusement de Morbid Tales ou Apocalyptic Raids, constat patent sur quasiment tous les morceaux, et pas spécialement plus sur « Messiah », qui va jusqu’à pomper intégralement vous savez qui…

Mais Witchfucker et Obssessor jouent avec conviction, et on ne peut pas leur enlever ça. Si ce fameux « Messiah » n’a pas oublié le moindre « Hu ! » de Tom W, il a le mérite de s’en souvenir en accompagnant l’hommage d’un gros riff circulaire à la DESTRUCTION, ce qui rend ce titre hautement performant et synthétique de cet esprit mid eighties, lorsque la Suisse tentait de se faire une place sur la carte du Thrash bestial, entre l’Allemagne et les Etats-Unis.

Alors certes, un album comme The Flame Of Hate est basé sur un principe de redondance, mais au moins, les deux musiciens jouent le jeu jusqu’au bout et n’hésitent jamais à en faire trop. Sur une trame simple de Thrash sombre, les deux apprentis démons greffent des riffs un peu moins simples que la moyenne, qui s’accordent très bien d’une rythmique en up tempo un peu pataud.

Le chant n’a plus qu’à vomir ses psalmodies, et l’affaire est dans la poche. Alors le sentiment d’écouter un nouvel ersatz de Satanic Rites est évidemment flagrant, mais après tout, la nostalgie ne fait de mal à personne dès lors qu’elle est efficace, respectueuse et sans prétention.

Dès lors, rien ne vous interdit de headbanger dans votre piaule au doux son des « Darkness Prevails », « Ride The Fire », et autres « Nocturnal Silence », comme vous le faisiez il y a trente ans sur les « Deathroned Emperor », « Morbid Tales » ou « Eternal Ban », puisque les Chiliens sont parvenus à amalgamer la science du riff en scie des DESTRUCTION et la débauche paillarde des CELTIC FROST/HELLHAMMER.

Comme de plus l’album atteint juste la demi-heure, le plaisir est total, et pas trop roboratif. On n’attend pas spécialement que les INVOCATION SPELLS révolutionnent un genre promis à la stagnation dès son invention, mais plutôt qu’ils pérennisent son héritage de la meilleure des façons, ce qu’ils font avec application.

Comme en plus la production est tout à fait adaptée à l’entreprise, que les mecs jouent carré, et qu’ils se laissent parfois aller à quelques divagations Black un peu plus prononcées (« Renegades Of The Light », et ses quelques blasts disséminés avec parcimonie mais sauvagerie), le bilan est largement positif, et sait aussi pointer du médiator quelques finesses de composition indéniables.

Et si l’on peut estimer que tout est dit, ou presque, dès l’ouverture troublante de « Darkness Prevails » (qui est quand même un des plus salement méchants du lot, avec ces poussées de chant presque dignes d’un Black nordique des nineties), rien n’empêche d’aller jusqu’au bout de l’aventure en se délectant d’une suite de titres simples, mais efficaces.

Non, oui, peut-être, je n’en sais rien. Chacun voit Lucifer à sa porte, et les chiliens d’INVOCATION SPELLS lui serrent même la main en guise de sympathie.

 Alors voilà le deal. Si vous êtes fans d’Apocalyptic Raids, de Morbid Tales, de Sentence Of Death, et de la scène Chilienne Thrash/Black, The Flame Of Hate est fait pour vous, et pour vous rappeler que la simplicité la plus outrancière est parfois source de plaisir à part entière.


Titres de l'album:

  1. Darkness Prevails
  2. The Flame of Hate
  3. Nocturnal Silence
  4. Messiah
  5. Ride the Fire
  6. Evil Mountains
  7. The Invocation
  8.  Renegades of The Light

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/11/2016 à 15:46
70 %    300

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...