Coils of the Lesser Serpent

Deserter

27/04/2017

Vile Records

Sur le papier, c’était vendu comme une nouvelle sortie Heavy/Speed qui ma foi m’inspirait, une fois n’est pas coutume. Sauf qu’entre le papier et la réalité, les différences sont parfois flagrantes. Et il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que cette horde de Belges enragés ne se dispersait pas dans des considérations gentiment mordantes et mélodisantes, mais se vautraient bien dans un énorme Thrash pur jus, directement influencé par l’austère école Allemande.

D’ailleurs, ils le revendiquent eux-mêmes. Teutonic Thrash Metal. C’est écrit en gros sur leur page Facebook. Un peu péremptoire et surtout risqué dans une époque inondée de sorties se réclamant ouvertement d’un héritage germain encombrant, mais finalement, et après une petite demi-heure de réflexion, le doute n’était plus permis.

Les DESERTER étaient bien les dignes successeurs des références qu’ils se plaisaient à énumérer sur leur page officielle, sans toutefois en atteindre le niveau de qualité. Mais le temps faisant son affaire, il convenait de leur en laisser un peu pour faire leurs preuves, processus déjà bien engagé sur ce Coils of the Lesser Serpent, qui a décidément pigé pas mal de choses au comment du pourquoi.

L’histoire de nos bruxellois n’est ni banale, ni calme et limpide comme un long fleuve tranquille. Je ne reproduirai pas en ces lignes leur bio in extenso, puisqu’elle est disponible un peu partout sur la toile, mais admettons quand même que ces jeunes soldats Thrash n’ont pas eu la tâche de la stabilité facile. Leur line-up a été en constante mouvance et évolution, et c’est aujourd’hui en formation resserrée qu’ils se présentent pour nous offrir leur second longue durée, faisant suite à une première démo, Beauty In Chaos, et un LP initial, Chernobyl ‘s Beauty.

Leurs armes de DESTRUCTION massive ? Une foi sans bornes en un Thrash séculaire, fondé sur des impulsions rythmiques nerveuses et impromptues, et une grosse bordée de riffs vengeurs et acérés. Et si l’on en croit leur Facebook, articulés autour du quatuor Yacine (guitare/chant), Thomas (basse), Sander (batterie) et Pablo (guitares), ils sont prêts à mettre l’Europe à feu et à Thrash, et même pourquoi pas les USA puisque le label d’outre Atlantique Vile Records s’occupe de leur distro sur place. Pas facile pourtant de rivaliser avec les cadors de l’agression ricains, mais l’enthousiasme dont font preuve nos amis du plat pays devrait leur permettre de s’imposer un peu partout, et même pourquoi pas outre Rhin, puisque leurs influences les plus évidentes viennent d’Allemagne.

Outre le nom de DESTRUCTION habilement placé dans cette chronique, les furieux osent évidemment prononcer celui de KREATOR, tenter quelques allusions à SODOM, mais aussi saluer les pères fondateurs d’EXODUS, de SLAYER, DEATH, et quelques noms plus récents, THE CROWN, WARBRINGER, ou encore THE BLACK DAHLIA MURDER. Tout ceci n’est bien sûr pas faux, mais c’est bien du côté de la bande à Mille et Ventor qu’il faut chercher leur essence, tant chaque piste de ce Coils of the Lesser Serpent carbure au pétrole raffiné Extreme Agression, Coma Of Souls, et autres alambics Enemy Of Gods.

Mais après tout, il n’y a aucun mal à se référer aux plus grandes légendes du style, si tant est que vous ayez les capacités de produire une musique aussi efficace et lapidaire, ce qui est assurément le cas de nos DESERTER, qui toutefois ne s’écartent jamais des sentiers battus pour prendre quelques risques incongrus. 

Nous avons donc droit à une jolie démonstration de Thrash sans concession, utilisant des astuces vieilles comme les syncopes de Mille Petrozza, et abusant même de ses intonations méchamment rauques de bon aloi.

De là à parler d’un simple démarcage flirtant tout autant avec l’hommage que le plagiat, le pas est court, et il conviendra de faire attention dans les années à venir à prendre un peu plus de recul.

Pourtant, l’affaire commence bien et tourne rond avec son intro débordante de chœurs grandiloquents, avant qu’une valse de syncopes guitaristiques ne nous plaque au sol, pour une entrée en matière « Darkening Clouds over Utopia » tout à fait idoine et collant à sa thématique sombre. Instrumental plutôt bien senti et parfaitement restitué, mélodique à souhait mais concassé de parties en double grosse caisse bien compressées, c’est un poing rageur tendu vers le ciel encombré qui nous mène sans ménagement au terrassant « Urban Gehenna », véloce comme un guépard féroce, et qui lui aussi se passe de cris et reste sur une ligne instrumentale déchirée de soli enflammés et d’accélérations contrôlées.

Riffs en catalogue, interruptions et reprises en béton, la recette fonctionne pour de bon, et le choix d’avoir occulté d’emblée les vocaux peut sembler bizarre, mais permet justement à ce second album de se démarquer. Mais rassurez-vous fans de grognements et de hurlements, après une mise en jambes étourdissante, « Headhunter » vous permettra de découvrir l’organe caverneux de Yacine, qui comme Mille privilégie des tonalités étouffées, un peu dans l’optique d’un Angelripper en plus intelligible.

L’attaque est frontale et massive, et les débordements d’une section rythmique décidément très entreprenante permettent aux guitares de découper en toute tranquillité.

Epaulés par un son clair et puissant, les compositions se laissent parfois même aller à quelques blasts disséminés, histoire de bien appuyer sur la violence débridée, sans jamais toucher du bout du médiator au Thrashcore à corps.

Les quatre derniers segments de l’album (qui n’en compte que sept, un peu feignants les belges quand même) jouent l’alternance entre progressif et impulsif, et osent le tout et son contraire au travers de morceaux qui accumulent les minutes sans compter et les jets de bile instantanés.

Et si « Carnal Carnival » ne rogne pas sur les BPM et les saillies de guitares ensanglantées, « Cry Of The Forsaken » préfère s’aventurer en terre contrastée, avec son acoustique d’intro délicate et son développement écarlate. Et le mid tempo parvient enfin à se faire une petite place, entre deux couplets à la vélocité appuyée, pour un énième salut de la main aux derniers albums de KREATOR, la spontanéité en plus.

« Warscar » termine la course genre compète nascar intrépide, et se propose une fois de plus d’aborder tous les aspects de la cause Thrash, en laissant même une grosse basse crossover se faire une petite place. Impeccable, sans accroc ni passage au stand, c’est un final bien préparé qui nous laisse sur une impression de course bien gérée

Alors non, pas de quoi se dire qu’on a jamais entendu ça avant, et beaucoup de références pas toujours bien nuancées. Du KREATOR/WARBRINGER made in Belgium, pour une petite demi-heure de Metal incandescent, mais encore un peu condescendant. Un peu de distance avec ses influences ne dérangera personne, et permettra à ce sympathique quintette de se faire une place au soleil de la Bay Area. Ou des usines de la Ruhr, comme bon leur semblera.


Titres de l'album:

  1. Darkening Clouds over Utopia
  2. Urban Gehenna
  3. Headhunter
  4. Carnal Carnival
  5. Cry of the Forsaken
  6. Bombing Flight
  7. Warscar

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/05/2017 à 14:29
70 %    670

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ouais surtout que Asphyx il n'y a plus que Van Drunen de l'époque old school (et encore il restera a peine deux ans), et Soulburn plus que Eric Daniels, on a deux versions du groupe vu part les deux en fait. (et depuis Bagchus a lui lâché les deux).(...)

29/10/2020, 23:47

Satan

Skald... le Wardruna version "Lidl".

29/10/2020, 23:15

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

RBD

Moulburn (je ne résiste jamais au calembour, surtout quand il est nul) c'est même devenu de plus en plus sombre avec la reformation d'Asphyx, alors que cela avait commencé comme un produit de substitution après que le groupe principal venait de se sépar(...)

29/10/2020, 14:44

metalrunner

C est clair que the Legacy devait être leur album de chevet marrant pour une génération qui n a pas connu cette époque.

29/10/2020, 11:38

metalrunner

D ici la il peut se passer tellement de chose.

29/10/2020, 09:17

Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22

Humungus

Malgré le Covid, cela bouge encore foutrement de la guibole à l'EHPAD !

27/10/2020, 09:21

Hipparion33

Fan de metal depuis les années 80 , je suis tombé semaine dernière dans un magasin Cash sur cet album en vinyl . Je ne connaissais absolument pas et je me suis dit " tiens un album de heavy , je prends".Arrivé chez moi , direct dans la platine. Quelle (...)

26/10/2020, 17:57