Ça faisait un petit moment que nous étions sans nouvelles fraiches de PUNGENT STENCH. En même temps, rien n’a jamais vraiment été « frais » chez eux, donc, pas d’anomalie à constater. Et cette absence de news s’expliquait parfaitement du fait de leur séparation il y a quelques années, après expiration de leur deal avec Nuclear Blast et l’enregistrement d’un dernier album…mort-né (comme moi). Alors, après tractations entre Alex Wank aka Mr. Stench et Martin Schirenc alias El Cochino pour la récupération des droits et la gestion du back catalogue, le duo a finalement mis les choses à plat et s’est fendu d’un voyage dans le passé pour nous offrir enfin la primeur de ce fameux LP qui n’a jamais vu le jour pour cause de ras-le-bol. C’est ainsi que Smut Kingdom peut enfin heurter vos platines virtuelles et physiques en ce beau mois d’avril, distribué par le label anglais Dissonance Productions, qui en profite par la même occasion pour vous proposer le reste de la discographie des étranges autrichiens en version remasterisée. Bonne affaire donc pour tous les fans du groupe et les amateurs d’extrême étrange, puisque la « nouvelle » livraison du duo viennois respecte en tous points leur code de déshonneur Metal, toujours aussi frappé au coin du nonsense et avide de sonorités excentrées et autres excentricités décentrées. Car en occultant la compilation des jeunes années parue cette même année (First Recordings, titre sobre pour déformation ultime d’offrandes putrides), nous n’avions rien eu à nous mettre sous la dent depuis Ampeauty, en 2004, subtilement décevant, et qui faisait suite au plutôt bon Masters Of Moral - Servants of Sin lâché trois ans plus tôt. Sachant que ce Smut Kingdom devait initialement sortir en 2007, voire 2008, il ne fallait pas s’attendre à une énorme variation sur des thématiques usuelles, et le résultat respecte tout à fait cette logique, puisque ce LP s’inscrit dans une veine très traditionaliste des autrichiens, tout en explorant une fois de plus des pistes bizarres.

Composé et enregistré entre 2006 et 2007, et très basiquement mixé l’été de la même année, Smut Kingdom remet donc les pendules à l’heure des heurts, et nous délivre donc une solide dose de Death Metal à l’ancienne, sans toutefois tomber dans la paraphrase malheureuse. On y retrouve tout ce qui a toujours fait la particularité du duo, ces riffs pas vraiment francs, ces délires rythmiques, ces arrangements biscornus, et cette attitude déviante qui les rend si uniques et attachants. En choisissant une fois encore de ne pas choisir les PUNGENT STENCH nous comblent de faux classicisme et de punchy de traviole, spécialement lorsqu’ils se lancent dans un pastiche du ENTOMBED le plus Rock N’Death sur l’irrésistible « Brute », qui de son faux-rythme et de sa guitare ludique nous entraîne sur la piste d’un Rock vraiment souillé qui empeste la maladie mentale et le sadisme de musiciens très au fait de leurs propres travers. Inutile donc d’espérer une accalmie dans la schizophrénie, puisque Mr. Stench et El Cochino n’avaient pas l’intention de changer leur pelle d’épaule, ni d’enterrer le cadavre de leur propre démence dans une tombe en cellule musicale capitonnée. On navigue presque à l’aveugle, entre tentatives Death méchamment assumées et Rock N’strange bizarrement agencé, pour un résultat qui valait les années passées à attendre peut-être en vain, mais pas tant que ça. D’ailleurs, avec une liste d’invités aussi prestigieuse que malicieuse (Dr. Heathen Scum (THE MENTORS), Kam Lee (MANTAS, MASSACRE) and LG Petrov (ENTOMBED)), les deux olibrius avaient prévu le coup, et s’apprêtaient donc à dresser une table de gala pour psychopathes en cure de réintoxication.

Doté d’un son particulièrement probant, Smut Kingdom schlingue donc à peu près autant qu’un pet impromptu, mais laisse aussi admiratif que repu. Cocasse mais sérieux, avec de réguliers clins d’œil aux origines du style (le direct et violent « King Of Smut », qui réconcilie les ENTOMBED et MACABRE, dans un déferlement de brutalité cocasse MAIS qui fracasse), il représente le chainon manquant entre l’impérissable Been Caught Buttering et le fringant Masters of Moral, sans pour autant répéter les recettes déjà éprouvées sur les deux albums. Les analogies entre le retour de flamme du ENTOMBED fier de ses racines des années 2000 et celui plus mutin des errances de Hollowman est vraiment probant et marquant, pourtant, on y sent bien la patte du duo, celle d’un lapin crevé depuis des années (le riff pervers de « Suicide Bombshell » mais aussi ses couplets digne d’un Mike Patton en vacances dans le Larzac), et celle d’un humour légèrement sarcastique mais aux aspirations frénétiques (« I Require Death Sentence », pour un peu on se croirait revenu au bon vieux temps des barbecues suédois et allemands des nineties naissantes). D’ailleurs, le groupe assume pleinement ce statut un peu gonzo sur les bords, en adoptant le terme, l’air fétide et la chanson putride (« Me Gonzo », thème redondant pour lourdeur suffocante et assaisonnée de Stoner/Crust à la sauce autrichienne, avec supplément de blasts pour les plus difficiles), et entérine le postulat en terminant son essai sur un long et progressif « Planet of The Dead », aux percussions faussement tribales mais à la patine Heavy qui colmate le trou de b****. C’est à cause de ça, mais aussi de ci qu’on les reconnaît si bien, même après tout ce temps passé sans entendre leurs récriminations minimalistes.

Et c’est bien pour cette raison que plus qu’un album « perdu » soudainement « retrouvé », Smut Kingdom peut aisément passer pour la nouveauté qu’il n’est pas vraiment tout en l’étant. Le groupe aurait pu nous torcher un truc vite fait histoire d’accompagner une campagne de rééditions hautement lucrative, mais il a préféré nous soigner aux petits moignons pour se faire pardonner de son absence un peu trop prononcée. Une belle collection de trophées de chiasse, qui ne trahit en rien les particularités d’un ensemble vraiment décalé, et qui s’intègre à merveille au reste de sa discographie, au point de se caler au creux des deux morceaux de tête coupée de Been Caught Buttering, sans toutefois en atteindre l’intensité morbide. Mais le tout dégage quand même une vilaine odeur de morgue mal refermée, suinte les liquides séminaux post-mortem, et se montre aussi souple qu’un pylore disséqué, tout en restant raide comme une rigor mortis déclarée. Une très jolie façon d’annoncer avec tambours et tempête leur faux retour, qui pourrait laisser présager d’un vrai. Mais en attendant cette possible bonne nouvelle (quoique l’annonce sur leur site officiel n’engage pas vraiment en ce sens), Smut Kingdom reste une surprise qu’on apprécie, comme un cadeau inopiné laissé au pied d’un sapin oublié. Enfin, un cercueil en sapin.


Titres de l'album:

  1. Aztec Holiday
  2. Persona Non Grata
  3. Devil's Work
  4. Brute
  5. Kind of Smut
  6. Suicide Bombshell
  7. Opus Dei
  8. I Require Death Sentence
  9. Me Gonzo
  10. Planet of the Dead

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/05/2018 à 18:06
85 %    243

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
04/05/2018 à 11:19:48
Fanatique des trois premières oeuvres de ce groupe de cinglés (toute ma jeunesse bordel !!!), je me suis forcément carré dans les pavillons cette "nouvelle" mouture...
Bah c'est pas mal du tout. Bien moins barré et violent qu'à la grande époque certes, mais cela se laisse amplement apprécier.
En tout cas, je le préfère à "Ampeauty" c'est certain... ... ...

PS : "Mais il a préféré nous soigner aux petits moignons"...
"Une belle collection de trophées de chiasse"...
MAIS QUEL TALENT !!! !!! !!!
J'en ai encore le calbute tout trempé de rire... ... ...

mortne2001
membre enregistré
04/05/2018 à 22:05:23
Nous sommes deux fans alors...Ah, la belle époque, PUNGENT STENCH et DISHARMONIC ORCHESTRA bordel...Rendez nous notre jeunesse!

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Soulside journey" (comme toute la discographie de DARKTHRONE d'ailleurs) est une pure tuerie.
Point barre.


Soulside journey est un très bon album , je l'ai découvert il y a quelques années seulement. Il est toujours agréable à écouter , une belle réussite.


Petite inversion, le 8 février ce sera à Toulouse et le 9 à Rodez. Yes une date en Aveyron


Enfin pas les 3 quart, mais je me comprend (de ceux que je veux voir quoi...).


LeMoustre : peut être pas faux concernant le public, mais bon le Motoc étant à 1h de chez moi... et puis allant au Netherland Deathfest en mai, j'y verrais les 3 quart des groupes présent au Metal Mean. :). Mais un jour j'en serais sans soucis ;)


Cela fait une paire d'années que j'y traine mes guêtres ouais...
C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais un peu la propagande sur METAL NEWS car j'estime que c'est un fest qui mérite amplement ce genre de pub :
- Organisé par des passionnés pour un public qui l'est tout autant
(...)


"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)