Evil Comes

Evil Conspiracy

19/02/2019

Sliptrick Records

Voici encore un groupe au parcours assez particulier. Fondé en 2002 du côté de Kumla, EVIL CONSPIRACY a connu une trajectoire plutôt erratique, commençant sa carrière sous une autre bannière avant d’opter pour son baptême définitif, ce qui ne lui a pas forcément permis de concrétiser immédiatement ses ambitions. Je vous renvoie d’ailleurs à leur page Facebook pour une biographie plus exhaustive, mais en réalisant que plus de dix ans ont séparé leur naissance de la parution de leur premier long, vous comprendrez de vous-mêmes qu’ils n’ont pas toujours dormi dans la soie. D’abord réunis sous le nom de LEGIONS, ces suédois ont ensuite connu de nombreux changements de line-up, changements qui ont perduré au travers des années, à tel point que l’ensemble n’a pu offrir que des démos entre 2003 et 2006, connaissant ensuite un long hiatus de production que seul Prime Evil a rompu en 2014. Et c’est encore cinq années qui ont obligé le groupe à ronger son frein, avant que leur label Sliptrick ne s’enthousiasme de cet Evil Comes, brisant des années de disette expressive. Tout ça nous fait beaucoup d’Evil sur le chemin, et malgré l’analogie flagrante avec l’un des pamphlets les plus sous-estimés des très estimés VENOM, la musique d’EVIL CONSPIRACY n’a pas grand-chose à voir avec un Black Metal de pacotille, ni même avec un extrême occulte, bien que certaines de leurs inclinaisons les rapprochent de la vague Thrash originelle, celle qui hésitait encore à tremper ses deux pieds Heavy dans les eaux tumultueuses du chaos. Non, ces suédois, avec quelques nuances Power ne sont rien d’autre qu’un énième combo nostalgique du Heavy Metal tel qu’il était pratiqué dans les eighties, avec toutefois de légères modulations plus contemporaines qui leur permettent d’éviter les clichés trop prononcés de la vague old-school.

D’ailleurs, ils se retrouvent fort marris au moment de décrire à leurs fans éventuels la teneur précise de leur optique. Ils acceptent en toute bonne foi les influences de MAIDEN, d’ACCEPT, et même de JUDAS PRIEST, durcissant le tout d’une touche sombre de MERCYFUL FATE, et complétant l’ensemble d’une petite pincée de Metal progressif, histoire de justifier de leur allant évolutif. On se retrouve donc face à une musique qui combine les références, et qui s’articule autour d’une puissance Metal assez générique, à la lisière d’un Power des années 90 (BLIND GUARDIAN), ou d’un Metal plus contemporain mais tout aussi viril (SABATON), tout en assumant l’héritage des ténors de la brutalité contrôlée des eighties (METAL CHURCH, MANOWAR, JUDAS PRIEST, HELLOWEEN, RUNNING WILD). Un cocktail qui à défaut d’être original sait se montrer séduisant, épique par moments, et qui s’articule autour de riffs bien velus, qui parfois acceptent de céder quelques pouces de terrain à des modulations un peu plus prononcées. Dix nouveaux morceaux donc pour cet Evil Comes, qui sans faire apparaître le Diable sur terre l’invite à des agapes riches et sombres, entre mélodies musclées et guitares déchaînées, pour une liaison tout à fait cohérente entre présent et passé. On pense même parfois à une association entre le METAL CHURCH le plus lyrique et le SAXON guerrier de la fin des nineties (« Endless Darkness »), à cause de cet instrumental emphatique évidemment, mais aussi de la voix très connotée de Fredrik Eriksson, assez proche des accents mystiques et dramatiques de David Wayne. Privilégiant le mid tempo ou la lourdeur à la vitesse, les suédois ne manquent pas de panache, et parviennent sans peine à transcender leur classicisme pour le convier au banquet du modernisme, sans tomber dans le faux jeunisme de la nostalgie.

Toutes les qualités du quintette (Fredrik Eriksson: chant, Andreas Mäkelä: guitare/claviers/chœurs, Patrik Mäkelä: guitare, Henrik Persson: batterie et Martin Giaever: basse) sont apparentes et criantes dès l’entame de « Dogs of War », qui caresse les sens de sa violence entre Heavy appuyé et Thrash cité. La production, qui n’en fait pas trop mais donne de l’écho aux graves tout en aiguisant les médiums permet de mettre en relief les atouts d’un groupe qui ne prétend rien révolutionner, mais juste donner du plaisir aux fans de Heavy ne crachant pas sur un brin de Power, ce que « When Evil Comes to Town » confirme de ses saccades et de sa brutalité maîtrisée. On se souvient de ces groupes jouant avec les nerfs, pas complètement raisonnables mais pas totalement débridés non plus (MAIDEN, LEATHERWOLF, JUDAS PRIEST, RIOT), qui refusaient de se cantonner à la musicalité pour mieux suggérer des sensations plus poussées, et le tout est habité avec tant de foi et de professionnalisme que la pilule passe sans forcer, d’autant plus que les chansons ont toutes été peaufinées sans perdre de leur naturel. On apprécie beaucoup ces chœurs qui sortent de nulle part, cette attitude bravache à la PRIMAL FEAR mais sans les clichés les plus marqués, mais aussi cette envie d’aller plus loin et ailleurs, via des titres que les plus grands auraient pu composer (« Demons on Speed », le PRIEST de Painkiller aurait apprécié). Mais on adore surtout cette façon de jouer avec les codes du classicisme pour les détourner et produire une œuvre un peu plus personnelle que la moyenne, qui embrasse la grandiloquence du Heavy épique pour imiter ACCEPT tout en louchant vers MAIDEN et King DIAMOND (« Golgatha »).

De l’excellent travail donc, et quelques petits allègements pour ne pas sonner trop lourd et gras, via des interventions plus brèves et surtout, légèrement plus Thrash (« Pagan Curse »), précédant une doublette de fin qui apporte un point final ferme et définitif. D’un côté un « Resurrection », Power en diable, qui cavale d’un tempo enlevé pour mieux oser des arpèges plus modulés, de l’autre « Down to the Lord », tout en pesanteur et oppression, mais sans lâcher les harmonies de l’œil. Bien sûr, et c’est assez logique, Evil Comes n’évite pas toujours les poncifs dans lesquels ses influences ont parfois baigné, et quelques plans à la SAVATAGE pas forcément inspiré viennent parfois gâcher la fête, mais globalement, ce second LP confirme la bonne réputation des EVIL CONSPIRACY qui de leur Suède natale peuvent s’enorgueillir d’avoir tout compris à l’histoire du Heavy européen et d’une partie de la légende du Thrash américain.          

Titres de l’album :

                        1.Dogs of War

                        2.When Evil Comes to Town

                        3.We Rise

                        4.Demons on Speed

                        5.Endless Darkness

                        6.Golgatha

                        7.Pagan Curse

                        8.Violent Intent

                        9.Resurrection

                       10.Down to the Lord

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/07/2019 à 17:48
80 %    341

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29

Buck Dancer

Et moi je dois être de bonne humeur, parce que je le trouve plutôt bon ce morceau. Sans surprise et dans la continuité, logique, de Magma, mais bien foutu.

05/08/2020, 17:26

RBD

Il ne faut jamais oublier qu'il y a d'autres régions dans le monde où jouer, écouter du Metal est dangereux. On peut lire le livre publié chez Camion Blanc sur le Metal dans les pays musulmans, qui déborde parfois le sujet mais est intéressant, bien que le contexte aie bien changé depuis les (...)

05/08/2020, 17:03

Pomah

Vraiment déçu, le titre est assez mou, facilité de composition, vraiment pas pêchu, cela sent la relâche. Que dire de la direction artistique du clip, qui est franchement cartoonesque... Vieillir me rends aigri visiblement.

05/08/2020, 15:20

Kerry King

RIP a ce cogneur.

05/08/2020, 10:54

Humungus

Jus de cadavre & MorbidOM + 1.

05/08/2020, 07:42

MorbidOM

En même temps ce côté "spontané" fait partie de son charme.
Comme tu dis ce mec est une rock star et il a toujours plus l'air d'être là pour voir ses potes et écouter la musique qu'il aime que pour gérer sa carrière. Le genre de gars que tu vois headbanger entre les coulisses et la sc(...)

05/08/2020, 03:39

Jus de cadavre

Franchement Anselmo a agit comme un abruti. Je pense sincèrement qu'il n'est pas raciste, mais il agit toujours comme si il était au camping dans un fest avec ses potes sauf que bah non mec t'es une 'rock star' et t'as en permanence des caméras braquées sur toi... Fin bref, depuis cette histoire(...)

05/08/2020, 00:39

Oliv

Si on veut jouer le jeu des médias et réseaux sociaux de caniveaux bien sur j’entends

04/08/2020, 22:47

Oliv

Il y a bien eu le black power a une époque avec un certain groupe us... et personne n’a bronché

04/08/2020, 22:45

Raumsog

J'avais oublié cette affaire de White Wine Power! Après la divulgation de la video ça avait été la course aux indices par media interposés pour savoir si oui ou non il y avait bien du pinard en backstage ce soir là... Un bon escape game sur le thème du PMU, ça volait très haut

04/08/2020, 18:09

Humungus

Comment ça "White power" ?!?!?!
Mais non allons bougres d'ânes ! Vous êtes encore de ces complotistes qui croient en ce que nous matraquent les médias judéo-maçonniques !
C'était "Wine power" la vérité vraie !
(sic)

04/08/2020, 09:20