Dos Seres

Severo

05/09/2021

Autoproduction

Nous venant de Guayaquil en Equateur, les SEVERO se présentent donc comme un tout jeune groupe fêtant dignement son premier album. Sans autre indication sur leur année de formation, ni aucune publication en amont, il est impossible de connaître le parcours de ces musiciens sympathiques, qui nous offrent avec Dos Seres un joli concentré de Heavy joué avec l’énergie d’un apprenti-thrasheur n’ayant pas envie de tremper ses deux pieds dans les eaux de la Bay-Area. Rien de bien original ni de foudroyant, mais une belle volonté de jouer une musique musclée mais mélodique, et de proposer aux fans éventuels de véritables chansons construites autour de riffs persuasifs et de lignes de chant volontaires. En gros, du classicisme dans ce qu’il a de plus respectueux des valeurs, et rien de plus.

SEVERO, ce sont donc cinq musiciens (Carlos Guillén - basse, Byron Alvarado - batterie, Andrés Mendoza & Julio Álvarez - guitares et Pablo Alvarado - chant), à cheval entre les genres, mais assez à l’aise dans la nostalgie prononcée. Dans les années 80, le combo se serait vu rangé dans la catégorie vague du Hard dit « violent » (MAIDEN, JUDAS…), voire comparé à une version plus amateur et adoucie de LAAZ ROCKIT. On sent aussi des traces de Power Metal dans ce répertoire, lorsque le tempo accélère et provoque le spectre de SCANNER et autres LEATHERWOLF (« Atroz »), sans pour autant aller chatouiller la corde sensible des fans californiens de la vitesse débridée.

De l’entre-deux, voire un pas chassé de trois, voilà en gros le mouvement développé par ce sympathique ensemble, bien au fait de son traditionalisme. Typiquement old-school, Dos Seres n’en fait donc pas trop mais juste ce qu’il faut, et plaque des motifs bien costaud qui retiennent l’attention et accrochent l’oreille. On se laisse facilement attirer par ces licks en toile d’araignée (« Loco Inconsciente »), qui suggèrent un mélange assez fameux entre le PRIEST et METAL CHURCH, tout en gardant sous le coude le Thrash light américain des années 88/89. Un Thrash qui avait enfin compris que la musicalité n’était pas l’ennemie de la brutalité, et qui n’hésitait plus à ralentir le tempo et laisser pousser les harmonies sans avoir l’impression de trahir la cause.

Adeptes du less is more, les équatoriens proposent quand même des choses riches, des variations, avec quelques allusions acoustiques tendres qui donnent le signal du quart d’heure américain (« Corazón de Cristal », ballade poignante qui se termine dans un crescendo sombre et symptomatique des chœurs brisées des eighties). Mais le propos reste viril, tendu, et surtout, persuasif, avec toujours en exergue ces intros qui battent le rappel d’un mi rageur et de saccades précises. Le tout est donc tranchant comme un rasoir, mais un rasoir qui coupe les chaînes plutôt que les chairs. On peut regretter ce parti pris entre deux eaux, tant on aimerait parfois que la machine s’emballe avec plus de fougue, mais en l’état, et avec un chant bien rauque, les morceaux ne peinent pas à convaincre de leur force. 

Sorte d’ANNIHILATOR des années médium, SEVERO ne tient pas à être assimilé à la vague Rétro-Thrash de ces dix dernières années, et maque le pas sans faiblir. Malgré des motifs parfois reconnaissables entre mille pour avoir été tronçonnés par les plus grands, l’énergie l’emporte sur la créativité, et l’indulgence sur les attentes. D’autant que lorsque la batterie joue les indécises, le tout est très digeste (« Rebelión »). On peut parfois penser que le mélange entre langue ibère, chœurs Hardcore et ambiance légère fait de certains titres des hymnes à la cerveza, heureusement pour nous, ces moments sont minoritaires. Mais ne nions pas la réalité des faits, aussi sympathiques soient-il, les membres de SEVERO appartiennent clairement à la seconde division underground, et ne peuvent prétendre s’en extirper pour le moment.

Mais laissons-les mariner un peu dans leur jus et faire preuve de plus d’ambition avant de les y condamner à perpétuité.

             

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Intro         

02. Manifiesto Maligno                    

03. Atroz                   

04. Loco Inconsciente                      

05. Corazón de Cristal                      

06. Dos Seres            

07. Rebelión              

08. Tiempo de Seguir

09. Rebeliyn


Facebook officiel


par mortne2001 le 07/05/2022 à 17:41
70 %    40

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02