A force de se concentrer sur l’invasion suédoise, et de voir le reste de notre attention happé par le volume de plus en plus conséquent de sorties estampillées Frontiers, on en avait presque oublié que les Italiens étaient capables de produire de petites choses fabuleuses dans leur coin, sans s’inspirer ou dépendre de l’un ou de l’autre. Alors, accueillons cette première réalisation avec tout l’enthousiasme qu’elle mérite, et félicitons la branche Art Of Melody Music du label générique Burning Minds Music Group pour nous avoir permis de découvrir un des groupes les plus attachants du moment.

On le sait, le créneau du Hard Rock hautement mélodique et tirant sur l’AOR est l’un des plus risqués du circuit. D’une parce que l’équilibre entre puissance et douceur est l’un des plus difficiles à trouver, et de deux, parce que le nombre de combos s’y risquant est de plus en plus conséquent, et que la concurrence fait rage. La mouvance suédoise se place de fait en tant que leader d’un mouvement qui ne semble connaître aucune baisse de régime, mais l’on sait l’Italie capable d’un sursaut d’orgueil, ce que démontrent les AIRBOUND, avec un brio sans failles et un investissement total, bien que leur premier album marque aussi quelques signes de faiblesse et de classicisme exacerbé…De nouveauté il n’est point question, encore moins d’audace, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter des inédits de groupes bien établis, à l’instar de ce « Till The End » que BON JOVI aurait pu proposer dans les mid 90’s, sans avoir à en rougir.

AIRBOUND, c’est un collectif construit autour d’individualités notables (Tomás Borgogna Ugarteburu – chant, Lorenzo "Fudo" Foddai – guitare et chœurs, Angelo "NgL" Sasso – basse et chœurs, Alessandro Broggi - Keyboards, claviers et chœurs, et Riccardo "DrumBeater" Zappa – batterie), formé à l’orée des années 2000 et qui a donc bien roulé sa bosse harmonique avant d’oser nous offrir un premier album, disponible depuis ce mois de septembre, et qui propose dix morceaux d’une beauté formelle indéniable, qui toutefois rechignent à s’écarter des sentiers battus déjà abondamment foulés. Techniquement, les originaires de Milan sont des instrumentistes accomplis, à la finesse de jeu incontestable, qui ont su ciseler des chansons au point de pouvoir les comparer à certains hymnes du genre, de ceux que les JOURNEY, REO SPEEDWAGON, Richard MARX ou GIANT troussaient et troussent encore. Mais la patte la plus présente sur cet Airbound est bien celle du beau Jon Bon Jovi, qui plante sa griffe à intervalles réguliers dans l’inspiration des italiens, qui visiblement s’en satisfont pleinement. Equilibre stable entre guitare et claviers, refrains que des chœurs parviennent toujours à sublimer, et voix d’airain qui propulse des harmonies dans des cieux que l’on pourrait presque caresser de la main, telles sont les composantes essentielles d’un disque qui refuse l’évolution, mais qui ne prône pas non plus la stagnation. On sent que le quintette a eu le temps de roder sa recette avant de la fixer sur bande, mais en l’état, et après écoutes multiples, les dix segments de ce premier album sont tous des modèles du genre, au point de transformer ce premier essai en best-of du style à peine déguisé.

Fondamentalement, Airbound est incritiquable, si ce n’est en termes de production qui a tendance à un peu étouffer une guitare qui reste en arrière-plan, et à amalgamer un empilage de couches vocales en compressant un peu trop les médiums. Mais il est aussi évident qu’il sera à réserver aux véritables amoureux du genre, de ceux capables d’apprécier un disque qui ne prend pas de risques, et qui se contente de proposer des chansons simples, aux motifs éprouvés. Les influences déjà citées permettront de baliser le terrain arpenté, même si quelques clins d’œil à l’école suédoise sont disséminés de çà et là (« Don’t Fade Away »). Tout commence par une entame rondement menée par un up tempo maîtrisé, « Have A Good Time », qui se veut honnête et non porteur de promesses en écran de fumée. Le seul but des AIRBOUND reste en effet de vous faire passer un bon moment au son d’un Hard Rock léché et patiemment élaboré, qui a quand même réussi à garder une certaine spontanéité. Claviers présents, guitare qui soutient dans l’ombre, et chant qui module, nuance, mais préfère les envolées lyriques à l’émotion factice. La recette est connue, mais toujours appréciée, encore plus lorsque les motifs utilisés font partie de la crème des harmonies revisitées.

Peu ou pas de temps mort, et emphase Heavy parfois assez prononcée, pour des incursions dans le monde béni d’un STRYPER 80’s anobli (« The Sun Tomorrow », qui n’est pas non plus sans évoquer un JOURNEY bien assimilé ou un KING KOBRA restitué avec fidélité). Ne comptez pas sur ces italiens pour verser trop de sucre sur leurs desserts, puisque l’agressivité n’est jamais occultée au profit d’un glaçage un peu trop épais (« Don’t Fade Away »).

Les tics génériques sont évidemment placés à des endroits stratégiques, comme cette guitare épique et harmonique en ouverture de « Zhaneta », qui mélange encore une fois l’intimisme Classic Rock d’un BON JOVI et le déroulé mélodique du JOURNEY d’Arrival. Romantisme exacerbé, velouté de voix en déliés, et claviers qui franchissent le pas du premier rôle, pour une ballade toute rose qui saura consoler les cœurs les plus brisés.    

Si « Runaway » de son appellation pourrait une fois de plus faire référence à un certain vocaliste du New-Jersey, c’est plutôt à des allusions à la vague du Hard-Rock californien qu’il s’essaie, avec tempo bien martelé et ambiance plus plombée. On tombe quand même parfois au-delà de la limite entre Pop et AOR via le troublé et troublant « Wasted World » qui ne ménage pas les effets synthétiques, alors que l’explosif « She’s A Girl » se pose en hit indéniable, avec son tempo trépidant et ses attaques en constant mouvement. Il est certain que le groupe est vraiment à l’aise dans un style qu’il maîtrise à la perfection, et au bout d’une bonne demi-heure, on en vient à oublier tout désir d’originalité face à tant d’efficacité. On termine même le voyage sur un dernier chapitre plus volontiers ombragé, qui se replonge dans les sacro-saintes eighties, avec des volutes de synthé à la David Paich, et une délicatesse qui garde la pêche.

Impossible de mentir à propos d’un premier album qui ne révolutionnera pas un style très exigeant, mais qui contribue à lui redonner une troisième jeunesse pleine d’allant. En substance, et en faisant abstraction de problématiques évolutives, AIRBOUND signe avec son éponyme début un disque très détendu, mais qui n’hésite pas à appuyer sur l’agressivité sans dénaturer sa coolitude adaptée. Une belle réussite, destinée aux amoureux d’un Hard/AOR peaufiné, mais suffisamment frais pour enthousiasmer.


Titres de l'album:

  1. Have A Good Time
  2. The Sun Tomorrow
  3. Till The End
  4. You Live And You Learn
  5. Don't Fade Away
  6. Zhaneta
  7. Runaway
  8. Wasted World
  9. She's A Girl
  10. Seven Seas

Site officiel


par mortne2001 le 02/10/2017 à 14:22
78 %    294

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.