A force de se concentrer sur l’invasion suédoise, et de voir le reste de notre attention happé par le volume de plus en plus conséquent de sorties estampillées Frontiers, on en avait presque oublié que les Italiens étaient capables de produire de petites choses fabuleuses dans leur coin, sans s’inspirer ou dépendre de l’un ou de l’autre. Alors, accueillons cette première réalisation avec tout l’enthousiasme qu’elle mérite, et félicitons la branche Art Of Melody Music du label générique Burning Minds Music Group pour nous avoir permis de découvrir un des groupes les plus attachants du moment.

On le sait, le créneau du Hard Rock hautement mélodique et tirant sur l’AOR est l’un des plus risqués du circuit. D’une parce que l’équilibre entre puissance et douceur est l’un des plus difficiles à trouver, et de deux, parce que le nombre de combos s’y risquant est de plus en plus conséquent, et que la concurrence fait rage. La mouvance suédoise se place de fait en tant que leader d’un mouvement qui ne semble connaître aucune baisse de régime, mais l’on sait l’Italie capable d’un sursaut d’orgueil, ce que démontrent les AIRBOUND, avec un brio sans failles et un investissement total, bien que leur premier album marque aussi quelques signes de faiblesse et de classicisme exacerbé…De nouveauté il n’est point question, encore moins d’audace, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter des inédits de groupes bien établis, à l’instar de ce « Till The End » que BON JOVI aurait pu proposer dans les mid 90’s, sans avoir à en rougir.

AIRBOUND, c’est un collectif construit autour d’individualités notables (Tomás Borgogna Ugarteburu – chant, Lorenzo "Fudo" Foddai – guitare et chœurs, Angelo "NgL" Sasso – basse et chœurs, Alessandro Broggi - Keyboards, claviers et chœurs, et Riccardo "DrumBeater" Zappa – batterie), formé à l’orée des années 2000 et qui a donc bien roulé sa bosse harmonique avant d’oser nous offrir un premier album, disponible depuis ce mois de septembre, et qui propose dix morceaux d’une beauté formelle indéniable, qui toutefois rechignent à s’écarter des sentiers battus déjà abondamment foulés. Techniquement, les originaires de Milan sont des instrumentistes accomplis, à la finesse de jeu incontestable, qui ont su ciseler des chansons au point de pouvoir les comparer à certains hymnes du genre, de ceux que les JOURNEY, REO SPEEDWAGON, Richard MARX ou GIANT troussaient et troussent encore. Mais la patte la plus présente sur cet Airbound est bien celle du beau Jon Bon Jovi, qui plante sa griffe à intervalles réguliers dans l’inspiration des italiens, qui visiblement s’en satisfont pleinement. Equilibre stable entre guitare et claviers, refrains que des chœurs parviennent toujours à sublimer, et voix d’airain qui propulse des harmonies dans des cieux que l’on pourrait presque caresser de la main, telles sont les composantes essentielles d’un disque qui refuse l’évolution, mais qui ne prône pas non plus la stagnation. On sent que le quintette a eu le temps de roder sa recette avant de la fixer sur bande, mais en l’état, et après écoutes multiples, les dix segments de ce premier album sont tous des modèles du genre, au point de transformer ce premier essai en best-of du style à peine déguisé.

Fondamentalement, Airbound est incritiquable, si ce n’est en termes de production qui a tendance à un peu étouffer une guitare qui reste en arrière-plan, et à amalgamer un empilage de couches vocales en compressant un peu trop les médiums. Mais il est aussi évident qu’il sera à réserver aux véritables amoureux du genre, de ceux capables d’apprécier un disque qui ne prend pas de risques, et qui se contente de proposer des chansons simples, aux motifs éprouvés. Les influences déjà citées permettront de baliser le terrain arpenté, même si quelques clins d’œil à l’école suédoise sont disséminés de çà et là (« Don’t Fade Away »). Tout commence par une entame rondement menée par un up tempo maîtrisé, « Have A Good Time », qui se veut honnête et non porteur de promesses en écran de fumée. Le seul but des AIRBOUND reste en effet de vous faire passer un bon moment au son d’un Hard Rock léché et patiemment élaboré, qui a quand même réussi à garder une certaine spontanéité. Claviers présents, guitare qui soutient dans l’ombre, et chant qui module, nuance, mais préfère les envolées lyriques à l’émotion factice. La recette est connue, mais toujours appréciée, encore plus lorsque les motifs utilisés font partie de la crème des harmonies revisitées.

Peu ou pas de temps mort, et emphase Heavy parfois assez prononcée, pour des incursions dans le monde béni d’un STRYPER 80’s anobli (« The Sun Tomorrow », qui n’est pas non plus sans évoquer un JOURNEY bien assimilé ou un KING KOBRA restitué avec fidélité). Ne comptez pas sur ces italiens pour verser trop de sucre sur leurs desserts, puisque l’agressivité n’est jamais occultée au profit d’un glaçage un peu trop épais (« Don’t Fade Away »).

Les tics génériques sont évidemment placés à des endroits stratégiques, comme cette guitare épique et harmonique en ouverture de « Zhaneta », qui mélange encore une fois l’intimisme Classic Rock d’un BON JOVI et le déroulé mélodique du JOURNEY d’Arrival. Romantisme exacerbé, velouté de voix en déliés, et claviers qui franchissent le pas du premier rôle, pour une ballade toute rose qui saura consoler les cœurs les plus brisés.    

Si « Runaway » de son appellation pourrait une fois de plus faire référence à un certain vocaliste du New-Jersey, c’est plutôt à des allusions à la vague du Hard-Rock californien qu’il s’essaie, avec tempo bien martelé et ambiance plus plombée. On tombe quand même parfois au-delà de la limite entre Pop et AOR via le troublé et troublant « Wasted World » qui ne ménage pas les effets synthétiques, alors que l’explosif « She’s A Girl » se pose en hit indéniable, avec son tempo trépidant et ses attaques en constant mouvement. Il est certain que le groupe est vraiment à l’aise dans un style qu’il maîtrise à la perfection, et au bout d’une bonne demi-heure, on en vient à oublier tout désir d’originalité face à tant d’efficacité. On termine même le voyage sur un dernier chapitre plus volontiers ombragé, qui se replonge dans les sacro-saintes eighties, avec des volutes de synthé à la David Paich, et une délicatesse qui garde la pêche.

Impossible de mentir à propos d’un premier album qui ne révolutionnera pas un style très exigeant, mais qui contribue à lui redonner une troisième jeunesse pleine d’allant. En substance, et en faisant abstraction de problématiques évolutives, AIRBOUND signe avec son éponyme début un disque très détendu, mais qui n’hésite pas à appuyer sur l’agressivité sans dénaturer sa coolitude adaptée. Une belle réussite, destinée aux amoureux d’un Hard/AOR peaufiné, mais suffisamment frais pour enthousiasmer.


Titres de l'album:

  1. Have A Good Time
  2. The Sun Tomorrow
  3. Till The End
  4. You Live And You Learn
  5. Don't Fade Away
  6. Zhaneta
  7. Runaway
  8. Wasted World
  9. She's A Girl
  10. Seven Seas

Site officiel


par mortne2001 le 02/10/2017 à 14:22
78 %    421

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cannabis Corpse

Nug so Vile

Black Swan

Shake the World

Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Creeping Devil Cactus + Mondo Generator

04/03 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Imperium Dekadenz + Les Chants De Nihil + Natremia

06/03 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Lordi + Almanac + Flesh Roxon

06/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Découvert sur le tard, j'ai bien accroché au lp (notamment grâce au morceau le soleil et l'acier, imparable), qui tourne assez souvent. Et si à l'époque quelques uns ce sont intéressés à l'auteur Ernst Jünger, c'est toujours un plus. Le seul jugement pour ce nouveau disque sera fait à l'é(...)


Idem, le livre est passionnant, il parle autant à ceux qui ont vécu cette période qu'à ceux qui ne l'ont pas connu car trop jeune, comme moi.
Et ça en dit long sur l'abnégation qu'il faut pour ne serait-ce que garder en vie un groupe de Metal en France...


Pareil, excellent bouquin !


Excellent ouvrage que je recommande.


L'info vous avez du la lire sur le scribe du rock il me semble qu'il y a une interview.
https://www.webzinelescribedurock.com/2020/02/ultime-eclat-glaciation-entretien.html

Après franchement suis vraiment pas fan du groupe ...


Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.