A force de se concentrer sur l’invasion suédoise, et de voir le reste de notre attention happé par le volume de plus en plus conséquent de sorties estampillées Frontiers, on en avait presque oublié que les Italiens étaient capables de produire de petites choses fabuleuses dans leur coin, sans s’inspirer ou dépendre de l’un ou de l’autre. Alors, accueillons cette première réalisation avec tout l’enthousiasme qu’elle mérite, et félicitons la branche Art Of Melody Music du label générique Burning Minds Music Group pour nous avoir permis de découvrir un des groupes les plus attachants du moment.

On le sait, le créneau du Hard Rock hautement mélodique et tirant sur l’AOR est l’un des plus risqués du circuit. D’une parce que l’équilibre entre puissance et douceur est l’un des plus difficiles à trouver, et de deux, parce que le nombre de combos s’y risquant est de plus en plus conséquent, et que la concurrence fait rage. La mouvance suédoise se place de fait en tant que leader d’un mouvement qui ne semble connaître aucune baisse de régime, mais l’on sait l’Italie capable d’un sursaut d’orgueil, ce que démontrent les AIRBOUND, avec un brio sans failles et un investissement total, bien que leur premier album marque aussi quelques signes de faiblesse et de classicisme exacerbé…De nouveauté il n’est point question, encore moins d’audace, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter des inédits de groupes bien établis, à l’instar de ce « Till The End » que BON JOVI aurait pu proposer dans les mid 90’s, sans avoir à en rougir.

AIRBOUND, c’est un collectif construit autour d’individualités notables (Tomás Borgogna Ugarteburu – chant, Lorenzo "Fudo" Foddai – guitare et chœurs, Angelo "NgL" Sasso – basse et chœurs, Alessandro Broggi - Keyboards, claviers et chœurs, et Riccardo "DrumBeater" Zappa – batterie), formé à l’orée des années 2000 et qui a donc bien roulé sa bosse harmonique avant d’oser nous offrir un premier album, disponible depuis ce mois de septembre, et qui propose dix morceaux d’une beauté formelle indéniable, qui toutefois rechignent à s’écarter des sentiers battus déjà abondamment foulés. Techniquement, les originaires de Milan sont des instrumentistes accomplis, à la finesse de jeu incontestable, qui ont su ciseler des chansons au point de pouvoir les comparer à certains hymnes du genre, de ceux que les JOURNEY, REO SPEEDWAGON, Richard MARX ou GIANT troussaient et troussent encore. Mais la patte la plus présente sur cet Airbound est bien celle du beau Jon Bon Jovi, qui plante sa griffe à intervalles réguliers dans l’inspiration des italiens, qui visiblement s’en satisfont pleinement. Equilibre stable entre guitare et claviers, refrains que des chœurs parviennent toujours à sublimer, et voix d’airain qui propulse des harmonies dans des cieux que l’on pourrait presque caresser de la main, telles sont les composantes essentielles d’un disque qui refuse l’évolution, mais qui ne prône pas non plus la stagnation. On sent que le quintette a eu le temps de roder sa recette avant de la fixer sur bande, mais en l’état, et après écoutes multiples, les dix segments de ce premier album sont tous des modèles du genre, au point de transformer ce premier essai en best-of du style à peine déguisé.

Fondamentalement, Airbound est incritiquable, si ce n’est en termes de production qui a tendance à un peu étouffer une guitare qui reste en arrière-plan, et à amalgamer un empilage de couches vocales en compressant un peu trop les médiums. Mais il est aussi évident qu’il sera à réserver aux véritables amoureux du genre, de ceux capables d’apprécier un disque qui ne prend pas de risques, et qui se contente de proposer des chansons simples, aux motifs éprouvés. Les influences déjà citées permettront de baliser le terrain arpenté, même si quelques clins d’œil à l’école suédoise sont disséminés de çà et là (« Don’t Fade Away »). Tout commence par une entame rondement menée par un up tempo maîtrisé, « Have A Good Time », qui se veut honnête et non porteur de promesses en écran de fumée. Le seul but des AIRBOUND reste en effet de vous faire passer un bon moment au son d’un Hard Rock léché et patiemment élaboré, qui a quand même réussi à garder une certaine spontanéité. Claviers présents, guitare qui soutient dans l’ombre, et chant qui module, nuance, mais préfère les envolées lyriques à l’émotion factice. La recette est connue, mais toujours appréciée, encore plus lorsque les motifs utilisés font partie de la crème des harmonies revisitées.

Peu ou pas de temps mort, et emphase Heavy parfois assez prononcée, pour des incursions dans le monde béni d’un STRYPER 80’s anobli (« The Sun Tomorrow », qui n’est pas non plus sans évoquer un JOURNEY bien assimilé ou un KING KOBRA restitué avec fidélité). Ne comptez pas sur ces italiens pour verser trop de sucre sur leurs desserts, puisque l’agressivité n’est jamais occultée au profit d’un glaçage un peu trop épais (« Don’t Fade Away »).

Les tics génériques sont évidemment placés à des endroits stratégiques, comme cette guitare épique et harmonique en ouverture de « Zhaneta », qui mélange encore une fois l’intimisme Classic Rock d’un BON JOVI et le déroulé mélodique du JOURNEY d’Arrival. Romantisme exacerbé, velouté de voix en déliés, et claviers qui franchissent le pas du premier rôle, pour une ballade toute rose qui saura consoler les cœurs les plus brisés.    

Si « Runaway » de son appellation pourrait une fois de plus faire référence à un certain vocaliste du New-Jersey, c’est plutôt à des allusions à la vague du Hard-Rock californien qu’il s’essaie, avec tempo bien martelé et ambiance plus plombée. On tombe quand même parfois au-delà de la limite entre Pop et AOR via le troublé et troublant « Wasted World » qui ne ménage pas les effets synthétiques, alors que l’explosif « She’s A Girl » se pose en hit indéniable, avec son tempo trépidant et ses attaques en constant mouvement. Il est certain que le groupe est vraiment à l’aise dans un style qu’il maîtrise à la perfection, et au bout d’une bonne demi-heure, on en vient à oublier tout désir d’originalité face à tant d’efficacité. On termine même le voyage sur un dernier chapitre plus volontiers ombragé, qui se replonge dans les sacro-saintes eighties, avec des volutes de synthé à la David Paich, et une délicatesse qui garde la pêche.

Impossible de mentir à propos d’un premier album qui ne révolutionnera pas un style très exigeant, mais qui contribue à lui redonner une troisième jeunesse pleine d’allant. En substance, et en faisant abstraction de problématiques évolutives, AIRBOUND signe avec son éponyme début un disque très détendu, mais qui n’hésite pas à appuyer sur l’agressivité sans dénaturer sa coolitude adaptée. Une belle réussite, destinée aux amoureux d’un Hard/AOR peaufiné, mais suffisamment frais pour enthousiasmer.


Titres de l'album:

  1. Have A Good Time
  2. The Sun Tomorrow
  3. Till The End
  4. You Live And You Learn
  5. Don't Fade Away
  6. Zhaneta
  7. Runaway
  8. Wasted World
  9. She's A Girl
  10. Seven Seas

Site officiel


par mortne2001 le 02/10/2017 à 14:22
78 %    319

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !


ça tartine toujours aussi gras Guttural Slug ! par contre je viens de me rendre compte que j'ai zappé le 2eme album. BWUUUUUUHHHHHH


le chant est faiblard...


Plutôt inutile cet album. Bien mou et rien d'excitant.60% pour ma part


Un album absolument excellent !


Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !