Finalement, j’aime bien le Hard-Rock. Oui, dit comme ça, ça parait lénifiant de la part d’un chroniqueur de Metalnews.fr, mais dans le fond, cette assertion n’est pas si stupide. Car à force de faire le grand écart entre le sentimentalisme harmonique et l’avant-gardiste bruitiste hystérique, on en perd son bréviaire de base, et on oublie que comme tout le monde, on a commencé par les fondamentaux. Donc, oui, j’aime le Hard Rock, mais pas forcément celui que j’écoutais adolescent, même s’il a gardé une place à part sous mon cœur patché. Et si aujourd’hui mon pacemaker mental me permet de supporter les exactions les plus fantaisistes et moins complaisantes, il me revient de faire quelques pauses pour ménager mes artères, et pas seulement CORONER. Alors, les STATEMENT, qui une fois encore nous sont servis sur un plateau par le label danois Mighty Music, qui décidément prend grand soin de ne pas signer n’importe qui pour distribuer n’importe quoi. On connaît les exigences de cette maison de disques éclectique, capable de passer du Sleaze à l’expérimental en sautant par-dessus le Heavy Metal, mais elle nous prouve une fois de plus que sa capacité à séparer le bon grain de l’ivraie ne soit rien au hasard, puisque ce troisième album, étape cruciale s’il en est, est une réussite flagrante et une transformation flamboyante. Pour ceux n’étant pas familier avec ce groupe de danois adopté par un label danois, sachez que sa formation ne remonte pas à avant-hier, et que certains de ses membres ont un passé national assez chargé. Pour information, sachez que les STATEMENT ont vu le jour en 2011, lorsque Niels Alex Larsen, batteur des PILGRIMZ décida de fonder une nouvelle entité en partenariat avec son vieil ami Jannick Brochdorf, chanteur de son état. Les deux s’entendant comme larrons en foire complétèrent leur line-up via l’adjonction de Martin Poulsen à la basse, Peter Thomsen à la batterie et Jesper Steen Noachsen à la guitare. Venant d’horizons aussi différents que possible, et émergeant des scènes Death/Grind, mais aussi de concepts plus classiques comme SODE, cette formation a posé des jalons, avant de s’adapter au temps, et de présenter aujourd’hui un visage différent.

Car après le départ de quelques-uns de ses rouages, le groupe a fini par accueillir Daniel Nielsen à la batterie et Lars le Fevre à la guitare, pour nous présenter en 2019 ce Force of Life, qui ne manque ni de force ni de vie, et qui présente une des nombreuses facettes du Hard-Rock danois dans sa version la plus moderne. Après avoir publié un premier jet initial en 2014 via leur début Monsters, puis d’avoir enfoncé le clou avec Heaven Will Burn deux ans plus tard, se faisant remarquer par la faune musicale nordique ne tarissant pas d’éloges à son propos, dont Michael Denner (MERCYFUL FATE), STATEMENT nous en revient pour un postulat définitif avec dans le discours, dix points de Hard Rock d’airain qu’ils abordent avec le plus grand des sérieux. Si leur label, fidèle depuis les débuts se plaît à croire que leur musique n’est rien de moins qu’un Crossover géant entre METALLICA, BLACK SABBATH et SCORPIONS, il convient de modérer son enthousiasme par quelques balises plus précises, et d’agrandir son champ d’inspiration pour respecter ses réelles dimensions. Non, le Metal des danois n’est pas forcément aussi restrictif, il n’est pas aussi rapide et puissant que celui de James Heftield et sa bande, pas aussi précisément carré que les riffs de Rudolf Schenker, et certainement pas aussi lourd et emphatique que les processions funèbres des quatre de Birmingham. Mais en substance, la juxtaposition des styles n’est pas inintéressante au moment d’aborder cette œuvre multiple, qui sous des atours contemporain, rend quand même un bel hommage aux musiques amplifiées d’hier. Se basant sur des structures simples et un sens de l’efficacité indéniable, le quintette revisite les figures imposées pour les remettre au goût du jour, sans s’empêcher de piocher dans l’héritage 70’s des LED ZEPPELIN, lorsque l’ambiance le réclame. Sauf qu’ils ont le flair de chiper pour mieux recycler, et de confronter Jimmy Page et Robert Plant aux MAXXWELL et à STAIND, via un terrassant mais bluesy en diable « The Hurt », le genre de truc impeccable que Lenny Wolf a cherché à faire toute sa carrière. Des imitateurs les STATEMENT ? Surement pas, mais ni des leaders, plutôt des électrons libres hétéroclites, qui n’hésitent pas à passer du burner intégral à la ballade lacrymale, sans brûler les pneus ni user les mouchoirs.

C’est ainsi que sur Force of Life, on passe allègrement de la traduction nordique d’un texte apocryphe des FOO FIGHTERS adapté par les PRETTY MAIDS (« Force Of Life », inutile de résister, vous êtes cernés), à un moment d’émotion sincère de la trempe de « I Wonder Why », tube en puissance jouant les tierces enjôleuses et les soli pour cajoleuse, avant de nous lâcher l’un des refrains les plus catchy depuis les premiers hits d’ECLIPSE. On nage donc en eaux plurielles, et les courants qui nous entraient peuvent être calmes comme des ruisseaux ou dangereux comme des rapides, d’autant que les cinq musiciens sont tous impeccables dans leurs rôles respectifs. Un peu Modern Metal par défaut, légèrement AOR quand il le faut, mais complètement Hard-Rock sur l’échafaud, prêt à perdre la tête pour une cause gagnée d’avance, cause prônant le riff plein et le chant malin, histoire de séduire les plus masculins sans renier son côté féminin. Enregistré pour la première fois par Soren Andersen au Medley Studio (Glenn HUGHES/Mike TRAMP/ARTILLERY), Force of Life débite du hit, mais commence par mettre les poings d’honneur sur l’enclume de la terreur, en nous giclant un « The Hero Inside », dosé parfaitement de gros Heavy moderne et de Hard mélodique tout sauf terne. Rois du couplet qui bouscule et du chorus qui jamais ne recule, les danois démontrent un art de la composition simple mais efficace qui n’abuse pas d’arrangements pourtant finauds, et qui se repose surtout sur des thèmes porteurs et des plans accrocheurs. Ainsi, « Darkness In My Eyes », au riff redondant et classique au possible évoque pourtant une digression sur le « Blackout » des SCORPIONS par un obscur combo nordique fan de MUSE et W.E.T. Parfait.

Mais les surprises de ce calibre sont nombreuses sur ce nouvel album, qui fait la part belle au traditionalisme sorti de son contexte et replacé dans une situation plus actuelle. Ainsi, difficile de résister à cette ambiance subtilement DREAM THEATER commercial sur « California Dreaming », qui permet aux MAMAS AND PAPAS de sortir de leur tombe artistique, un peu de la même façon que les JEFFERSON AIRPLANE revivaient psyché via la cover de « White Rabbit » par SANCTUARY. Petite friandise qui n’occulte pas les morceaux personnels du groupe, bien au contraire, puisqu’elle permet de réaliser que leurs propres chansons sont d’un niveau assez admirable, et « Rock Your Heart Out » de cracher son cœur par le micro, d’une guitare revancharde et d’un refrain une fois de plus taillé pour les routes américaines. Mais en fait, et puisqu’il faut bien l’avouer, STATEMENT est pratiquement exempt de tout défaut, et au-dessus de tout soupçon, même si quelques crises opportunistes comme « Feeling Scared » feront sourciller les plus puristes avec ses arrangements électroniques à la LINKIN PARK, puristes qui se mettront d’accord sur la qualité du final héroïque et dramatique « In This Moment », conclusion parfaite d’un LP qui n’est pas loin de l’être. Alors, oui, j’aime le Hard-Rock finalement. Lorsqu’il est pratiqué par des musiciens passionnés et intelligents, et pas seulement par d’indécrottables nostalgiques incapables de faire la différence entre un picture disc de Jump In The Fire et un bootleg de DIAMOND HEAD. Tiens, d’ailleurs, les STATEMENT ont ouvert pour eux. Coïncidence de talent ? Je ne crois pas, non.

   
Titres de l'album :
                        1. The Hero Inside
                        2. Darkness In My Eyes
                        3. Higher Ground
                        4. I Wonder Why
                        5. The Hurt
                        6. Force Of Life
                        7. California Dreaming
                        8. Rock Your Heart Out
                        9. Feeling Scared
                        10. In This Moment

Site officiel

Facebook officiel




par mortne2001 le 17/04/2019 à 16:33
88 %    178

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.