Trente ans de carrière, c’est le genre d’anniversaire qui se fête avec tambour et trompette. Ou plutôt, avec guitare, basse, batterie et chant dans le cas des allemands d’AXXIS, qui depuis 1988 essaient de nous divertir d’un Heavy Metal racé et chatoyant, multipliant les albums avec une régularité qui laisse admiratif…Je le concède et l’avoue sans complexe, je ne me suis jamais vraiment intéressé à leur cas, n’ayant que vaguement tendu l’oreille sur quelques morceaux sans éprouver le désir de me jeter à corps et cœur perdus dans leur production. C’est donc avec l’esprit vierge que j’attaque la chronique de leur dernier album, ce Monster Hero qui célèbre donc trois décennies consacrées à la cause Metal, avec une passion indéfectible et une inspiration sans cesse renouvelée. Sans trahir ses crédos d’origine, le combo revient donc tenter de nous convaincre de la pertinence de sa présence, que les amateurs d’une musique inédite jugeront sans doute anecdotique, mais que les passionnés de Hard à l’allemande fêteront comme il se doit. Les originaires de Dortmund, loin d’accuser le contrecoup du temps semblent encore plus frais que jamais, et nous offrent donc une douzaine de nouveaux morceaux, faisant écho à leur carrière passée, mais aussi à un avenir tout tracé. Il faut dire qu’avec quatorze LP dans leur besace, les musiciens commencent à se connaître et à connaître leur boulot, et si une seule année sépare ce nouveau chapitre de son prédécesseur Retrolution, l’inspiration n’a pas été perdue en route tant l’énergie développée pourrait inspirer la nouvelle génération, qui tourne parfois tellement en rond qu’elle finit par mordre la queue de ses propres influences. Mais finalement, Monster Hero, c’est quoi ? Du Metal germain d’airain, aux refrains fédérateurs et aux riffs vengeurs ? Une façon d’adapter la mélodie à des exigences Heavy ? Bien sûr, puisque tout ça est inscrit dans l’ADN de leur propre culture, mais surtout, la preuve qu’un groupe né dans les années 80 peut réussir à sonner actuel sans tourner le dos à son histoire.

Si d’aucuns rangent le combo dans la case Ô combien restrictive du Power Metal, comparant même le quintette (Bernhard Weis - chant/guitare, Stefan Weber - guitare, Harry Oellers - claviers, Rob Schomaker - basse et Dirk Brand - batterie) à des références de la trempe inamovible des EDGUY, HEAVENS GATE, IRON FIRE ou FREEDOM CALL, il convient d’apporter quelques précisions quant à leur réelle démarche. Et en tant qu’étranger parfait à la cause, je ne pourrai me résoudre à coincer le groupe dans un carcan si restrictif, puisque ce quinzième album offre justement un panel très diversifié, survolant la production Hard-Rock de ces trente dernières années avec un flair et une candeur assez surprenants dans les faits. On y retrouve en fait toutes les nuances possibles d’un Hard Rock lucide, les allemands tâtant même de la légèreté Sleaze avant de se lancer dans une embardée purement Speed-Rock, sans perdre le fil de leur pensée ni remettre en cause leur crédibilité. Il devient de fait assez ardu de les définir avec acuité, tant ce jeu de chaises musicales est surprenant de versatilité, à tel point qu’on en finit par facilité à parler de Hard-Rock sans se montrer plus précis, spécialement lorsque la rigueur à l’allemande cède le pas à la légèreté et l’esprit primesautier du Rock anglais et américain, via un trépidant « Firebird » que les SWEET et VAN HALEN auraient pu composer de concert. Mais les traces de ce refus de linéarité sont patentes au travers de tout l’album, qui se fait plaisir tout en abordant des problèmes de société majeurs…

Bernhard Weis, chanteur de son état, déclare même que sur ce quinzième LP « beaucoup de paroles parlent des fausses informations, d'algorithmes, de machines et de la manière dont tout cela se passe et influence notre vie ». Impliqués socialement les AXXIS ? C’est un fait, mais surtout, impliqués musicalement, et loin de se reposer sur les lauriers d’un meneur d’une seconde division qui pourrait bien un jour grimper d’un cran. Si quelques clichés ne sont évidemment pas évités, spécialement au niveau des vers qui restent parfois au ras du sol (« Rock Is My Religion », « All I Want Is Rock », on dirait presque du STRYPER ou du TWISTER SISTER dans le texte), musicalement, l’affaire est beaucoup plus solide que les nombreux balbutiements d’une génération nostalgique se contenant d’affleurer la surface sans explorer les bas-fonds. Et avec des hymnes de la trempe de « We Are Seven », que les SCANNER auraient pu caser sur Hypertrace en payant leur tribut à ACCEPT, ou cette ouverture tonifiante et excitante « Monster Hero » qui de son refrain collégial nous entraîne sur la piste d’un Rock US aux guitares acérées et excitées (on dirait presque du SKIDROW…), ce nouvel épitre sonne comme une volonté de nier le temps qui passe et d’accepter le fait que la jeunesse peut encore durer. Et le quintette semble avoir concentré ses efforts pour nous permettre d’éviter la lassitude d’un album trop calibré, osant même le clin d’œil à la vague Néo-Power asiatique via le virevoltant « Glory of The Brave », aux arrangements larger than life, mais à la cadence d’abattage déraisonnable. Pourtant, avec douze morceaux d’une moyenne de quatre minutes chacun, l’ombre de la redite planait sur ce retour en fanfare, qui grâce à une intelligence rare en évite les pièges, sans passer pour un sombre best-of des tendances de ces trois dernières décennies passées.

Puisant dans leur propre répertoire, mais se tenant au courant des us et coutumes actuelles, AXXIS se présente donc sous un jour complètement décomplexé, et euphorise, dramatise, hypnotise et ramasse sa mise, décuplée par une énergie confirmée. Que le binaire plombé soit roi (« Rock Is My Religion »), que le syncopé up in time vous redonne la foi (« Living As Outlaws »), ou que le Crossover SCORPIONS/DANGER DANGER fasse le poids (« Gonna Be Tough », un hit que la Californie des eighties aurait célébré avec cotillons et make-up), tout est fait pour peaufiner un anniversaire moins futile qu’il n’y paraissait au prime abord, sans que la moindre baisse de régime ne soit notable. Et lorsque cette fête bat son plein, le groupe lui-même y va de sa petite confidence, réclamant du fun, du plaisir, de l’amour et du désir, en lâchant une demande implicite (« Give Me Good Times »), et en assumant la révérence aux frères Young, que tout amateur de Hard-Rock des origines se doit de respecter (« All I Want Is Rock »). Son poli aux entournures, mais assez sauvage pour rester crédible, musiciens toujours aussi techniquement imparables, et ambiance globale exubérante mais rassurante, Monster Hero met un point d’honneur à prouver que dans les vieux pots la meilleure soupe n’est pas toujours au repos, et nous offre un joli catalogue de possibilités sur lequel le temps n’a guère d’emprise. Je laisserai les fans les plus hardcore juger de sa pertinence, mais en tant que néophyte de l’affaire, je me satisfais très bien de cette quinzième offrande d’AXXIS, qui sans révolutionner le paysage musical actuel, y insuffle sa personnalité joviale et ses jolies trouvailles. On n’a pas tous les jours vingt ans, mais on peut encore rocker à cinquante ans. Joyeux anniversaire amis allemands, et rendez-vous dans dix ans pour un nouvel happy birthday bien mérité !

 

Titres de l'album :

                          1. Monster Hero

                          2. Living As Outlaws

                          3. Rock Is My Religion

                          4. Love Is Gonna Get You Killed

                          5. Glory Of The Brave

                          6. Make Me Fight

                          7. Gonna Be Tough

                          8. Firebird

                          9. We Are Seven

                         10. Give Me Good Times

                         11. All I Want Is Rock

                         12. The Tragedy Of Mr Smith

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/10/2018 à 18:14
80 %    308

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !