The Curse of Entropy

Teeth

29/11/2019

Translation Loss Records

Le système. On en revient toujours au « système », quel qu’il soit. Le système politique, les schémas sociaux, les interactions humaines, le rapport entre l’homme et la machine, entre l’homme et ses semblables. La vitesse de l’information, les problèmes quant à sa véracité, car aujourd’hui, l’information est partout et se transmet à la vitesse de la fibre optique. Un seul évènement, isolé, devient viral sur la toile, et n’importe quelle assertion non vérifiée se voit relayée sur des dizaines de réseaux sociaux, au mépris de la vérité. Sommes-nous en train de nous laisser engloutir par la somme de données que nous avons-nous même créé ? C’est une possibilité, et un fait s’en dégage. Nous sommes aujourd’hui dépendants du monstre que nous avons inventé, laissant le qu’en dira-t-on, la rumeur, les on-dit prendre le pas sur une information viable et vérifiée, et finalement, dans cet océan de communication faussée, nous sommes plus seuls que jamais, isolés dans nos petites tours d’ivoire qui ressemblent plus à des cases dans lesquelles le pouvoir en place nous range par facilité. Alors, il convient de dompter cette information pour la faire plier à sa vocation d’origine : ouvrir les yeux, faire la part du vrai et du faux, pour enfin obtenir cette valeur qui nous fait défaut depuis l’avènement de la communication à grande vitesse : la vérité. Les californiens de TEETH se proposent avec leur second longue durée d’illustrer le principe de l’entropie, et la malédiction qu’elle représente. Lourde tâche, qu’il convenait de mettre en chaos de façon pertinente et précise. Chose faite avec ce monstrueux The Curse of Entropy qui personnifie à merveille le concert d’overdose d’éléments, de déluge d’indices, de raz-de-marée de fake news et autres calomnies virtuelles. Cette tâche d’incarnation n’était pour autant pas simple. Il fallait aux musiciens personnifier le chaos ambiant, le sentiment de paranoïa, la cruauté des procès d’intention aux preuves falsifiées, mais ils y sont parvenus par le plus efficace des moyens : l’accumulation. Car en effet, ce second album est une masse conséquente de notes et de plans qu’on affronte de face et qui vous tombe dessus comme une évidence. Tout va trop vite, tout le monde fait trop de bruit, much ado about something.

Plus prosaïquement, TEETH nous en vient de Californie, état dans lequel il s’est formé avant 2014, date de sortie de son premier album, Unremittance. Quatuor (Erol Ulug - guitare/chant, Peter King - basse, Justin Moore - guitare/chant et Alejandro Aranda - batterie), TEETH est souvent décrit par facilité comme une exaction Death/Doom, sous le simple prétexte qu’il aime confronter des passages très lourds et des accélérations dantesques. Mais ne vous leurrez pas, si les deux éléments peuvent servir à définir la bête, elle ne se décrit que par son côté jusque boutiste, que par sa volonté de provoquer le chaos, et finalement, s’apparente à une créature Technical Death de première catégorie, sans les ambitions démesurées, mais avec le talent en exergue. Concrètement, The Curse of Entropy est un monstre de technique, mais pas de démonstration. L’album ne cherche pas à impressionner par les capacités de ses individualités, mais bien par son aspect brut, mat et massif. Et par extension, par le nombre conséquent de changements de tempo qu’il propose, et par la dissonance de ses riffs qui savent la plupart du temps rester directs et sournois. A l’écoute de ce LP, on pense évidemment à des gens plus établis et référentiels, comme ULCERATE, GORGUTS, mais pourtant, quelque chose différencie TEETH de ses modèles éventuels. Cette façon de traiter la brutalité en la domestiquant, mais sans l’édulcorer. Cette manière d’aller jusqu’au bout d’une démarche, sans accepter de limite, mais sans verser dans le chaotique indéchiffrable en galimatias d’approximation. Doté d’une monstrueuse production, The Curse of Entropy nous écrase les tympans pendant une demi-heure, ne nous laissant guère le temps de réfléchir, à l’image de cette surdose d’informations que nous subissons jour après jour. Et en version épileptique et incroyable, ou en versant lourd et malsain, TEETH est l’archétype même de groupe majeur, écrasant, oppressant, qui pioche tout autant dans l’héritage de MORBID ANGEL que dans l’exagération de SUFFOCATION.

En trente minutes tout juste, le quatuor californien parvient à ses fins, que l’on devine aisément dès « Enlever », qui ne fait pas grand cas de sa recherche de brutalité crue et pure. Batteur qui semble atteint d’épilepsie et qui change de pattern toutes les dix secondes, véritable funambule du plan qui crucifie, chanteur à la gravité de circonstance, guitares qui ne se contentent pas de racler les fonds de la gravité en grattant leur corde la plus épaisse jusqu’à l’usure, et mise en place au millimètre, sorte de frappe chirurgicale ultime qui fait trembler les forts ennemis sur leurs fondations. « Husk » confirme, et on a franchement du mal à prendre pour argent comptant cette description lapidaire de Death Doom. Car tout ceci est un peu restrictif au vu des capacités et moyens mis en jeu, cette bousculade permanente entre des guitares décalées et une batterie digne des plus grands tarés percussionnistes de BM (c’est tellement intense qu’on pense à 1349 parfois, ce qui en dit long sur la puissance), et cette aisance à faire entrer en trois minutes un maximum d’idées qui semblent couler de source. Bien sur l’alternance est savoureuse dans sa méchanceté, et déviante dans ses stridences, mais l’efficacité n’est jamais sacrifiée sur l’autel de l’étrangeté, et les titres s’enchaînent sans temps mort, proposant quelques silences d’une poignée de secondes (« Wither »), pour mieux nous bousculer d’un break dantesque dans la foulée. Difficile de retenir un morceau plutôt qu’un autre, tant tous forment une symphonie de bestialité ininterrompue, et il convient justement d’aborder et d’accepter The Curse of Entropy pour ce qu’il est, un typhon qui passe et balaie tout sur son passage, idées claires y compris, et esprit critique en sus.

Cautionné par Luc Lemay de GORGUTS lui-même, venu prêter main forte vocalement, ce second long des californiens de TEETH est un monolithe de ressentiment, une pluie de météorites, un souffle qui balaie tout sur son passage, et au final, une démonstration de brutalité intelligente. C’est une masse d’informations qu’il est dur d’assimiler en une ou deux écoutes, mais c’est surtout une pierre angulaire du Technical Death le plus pertinent qui aimerait bien faire oublier qu’il en est. Et une malédiction qu’on se passe d’initié en initié, pour contaminer le système et le faire imploser.      

                               

Titres de l’album :

                        01. Enlever

                        02. Husk

                        03. Wither

                        04. Collapse

                        05. Birthright

                        06. Cretin

                        07. Dread

                        08. Blindness

                        09. Entropy

                        10. Vessel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/03/2020 à 18:25
85 %    470

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
11/04/2020, 12:11:42
On dirait du Gorguts, avec un côté Sludgy bien typique de nos temps qui traverse tout le son. Ils devraient trouver leur petit public à travers le monde, avec cette formule.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22

Humungus

Malgré le Covid, cela bouge encore foutrement de la guibole à l'EHPAD !

27/10/2020, 09:21

Hipparion33

Fan de metal depuis les années 80 , je suis tombé semaine dernière dans un magasin Cash sur cet album en vinyl . Je ne connaissais absolument pas et je me suis dit " tiens un album de heavy , je prends".Arrivé chez moi , direct dans la platine. Quelle (...)

26/10/2020, 17:57

Simony

Après maintes écoutes de la bête, franchement pas déçu. C'est du pur FUNERAL ORCHESTRA ! Dans le genre glauque, sombre et franchement abyssal, difficilement égalable ces mecs là.

26/10/2020, 17:22

Raumsog

Ah on les voit les anciens crevards de VS!   

26/10/2020, 10:13

Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41

Humungus

Satan + 1.J'avais encore quelques espoirs il y a peu, mais l'ITW de Barbaud dans le Figaro (???) me les a définitivement enterrés...Allez... On croise tout de même les doigts hein... ... ...

23/10/2020, 07:31

POMAH

Ouais y'a quelques Labels tu sens bien qu'ils sont géré par des mecs avec de fortes convictions. Van, Avangarde comme tu le soulignais, Iron Bonehead, y'en a d'autres bien sur. Mais eux clairement quand ils sortent un trucs que je ne connais pas je me dit Houlaaa(...)

23/10/2020, 03:47