Part of a Sick World

Surgical Strike

24/01/2020

Metalville

Ne vous laissez pas avoir par la bio du groupe disponible sur certains sites spécialisés. Si dans les faits, SURGICAL STRIKE est bien né dans les années 90, de cette époque ne subsistent que deux démos au rayonnement très limité, et un seul membre originel aujourd’hui. En effet, seul Jens Albert est encore fidèle à son poste, les autres musiciens ne l’ayant rejoint qu’après le comeback de 2014. Autant donc envisager le groupe pour ce qu’il est, soit un nouveau venu sur la scène Thrash européenne, même si ses racines datent de plus de vingt ans. SURGICAL STRIKE fait donc partie de ces groupes arrivés sur le tard pour surfer sur une vague Thrash déjà écrasée sur la grève depuis trop longtemps, et n’ayant eu que celui de graver quelques chansons avant de disparaître corps et âme. Pour la plupart de ces OS tombés dans l’oubli avant que leur nom ne puisse être mémorisé, la mort était inévitable, et même préférable tant ils n’avaient rien à offrir de leur vivant. Le cas de ces allemands est donc plus ou moins différent, puisque si leurs démos ne méritent pas forcément une attention à posteriori, ce premier véritable album est une véritable tuerie qui confirme leur leitmotiv de base : transposer le Thrash US dans un vocable germain, soit traduire la quintessence de la finesse technique dans un langage brut et sans détour. A quoi s’attendre donc de la part d’un quintet qui n’a aucunement l’intention de jouer l’originalité ? A du Thrash classique, joué avec les tripes, doté d’une intelligence de composition certaine, et surtout, d’une efficacité combinant le meilleur des deux mondes. Certes, Part of a Sick World n’est pas le premier témoignage de la bande depuis sa résurrection. Nous avions d’abord eu droit à un EP de mise en jambes, V-II-XII publié il y a quatre ans. L’intérêt éveillé, les fans auraient pu craindre un nouveau hiatus, mais heureusement, ces onze nouveaux morceaux rompent avec la sale habitude du groupe de disparaître sans prévenir. Et comme retour tonitruant, ce premier longue-durée se pose là.

On ne va pas se la jouer mystérieux, Part of a Sick World, dans les faits, n’est rien de moins qu’un excellent opus qui ressemble à s’y méprendre à une collaboration tripartite contemporaine entre DESTRUCTION, EXODUS et OVERKILL. Et c’est ce qui étonne au prime abord, cette production gigantesque d’ordinaire réservée aux cadors du genre, et qui vient ici mettre en relief des capacités instrumentales indéniables. Les cinq musiciens (Jens Albert - chant, Marcelo Vasquez Rocha & Frank Ruhnke - guitares, Florian Seybecke - basse et Moritz Menke - batterie) ne s’en laissent donc pas conter, et profitent du soutien du label national Metalville pour mettre leurs atouts en avant, et autant dire qu’ils sont nombreux. De leur philosophie, on retient cet amour à parts égales entre EXODUS et KREATOR, qui permet d’associer la franchise à la mélodie, sans trahir le radicalisme ou tromper l’harmonie. C’est patent sur les morceaux les plus efficaces, qui sont évidemment les plus nombreux, et avec un beau réalisme de surface, Part of a Sick World se hisse largement à la hauteur de ses illustres modèles, dans leur version la plus contemporaine. Essayez donc de rester de marbre face à la démonstration de force qu’est « Below Zero », qui n’est rien de moins que le morceau que DESTRUCTION cherche à composer depuis des années. Rythmique en coup fatal, riffs qui s’alignent et deviennent létaux, chant hargneux et roublard dans la grande tradition de Schmier et Zetro Souza, pour un festival de savoir-faire qui s’imprègne de nostalgie pour mieux accepter son époque. De l’old-school/new-school dans toute sa splendeur donc, comme un pilier des eighties s’accommodant de l’air du temps sans tourner le dos à son passé, pour un voyage aller-retour dans les couloirs d’un style qui n’a pas fini de nous faire vibrer.

Il est d’usage de reprocher à ce genre d’exercice sa redondance et ses répétitions, mais là encore, les allemands ont brillamment évité l’écueil. En variant les tempi, en lâchant la bride aux riffs pour qu’ils se teintent de Néo-Thrash du nouveau siècle, en acceptant les racines Punk mais en les raidissant d’une inspiration Metal, SURGICAL STRIKE fait preuve d’un flair incroyable au moment de faire le tri dans ses idées, pour signer des brûlots que pourraient envier OVERKILL et WARBRINGER (« Lambs To The Slaughter », rien à voir avec RAVEN, même si la hargne est là), et surtout, des choses personnelles pas dupes qui tiennent compte de l’héritage, mais le font prospérer à leur manière (« Dead End Gone » l’une des entres en matière les plus dantesques de ces dix dernières années, avec ces blasts inopinés). L’autre mérite du groupe est de ne pas avoir cherché à diluer leur inspiration dans des morceaux trop ambitieux, et de l’avoir gardée brute, ce qui permet aux titres les plus brefs de garder un punch très frais (« Failed State ») sans sonner trop convenu, et à ceux les plus longs d’être des exceptions et des surprises qu’on accepte avec bonheur. Ainsi, le title-track et ses six minutes et quelques tombe à pic en fin de parcours pour garder la pression, avec sa charge solide rappelant l’EXODUS des années 2000 et sa gravité épaisse. Toujours prompts à tenter des choses inhabituelles, comme un beat martelé mais jumpy, des chœurs germains sur fond de délicatesse instrumentale typiquement US, les allemands font preuve d’un brio tel que leur album ressemble à une centrale nucléaire au bord du désastre. Rien à jeter, ou presque, sinon quelques plans un peu trop convenus, tel est donc le bilan que l’on peut dresser de ce premier effort qui se place sans en faire dans le top des sorties actuelles. Toujours concis et précis, les SURGICAL STRIKE semblent prendre un malin plaisir à justifier leur nom à chaque intervention, se montrant déchaînés mais précis tout du long (« Confrontation »), pour terminer leur parcours sur une ultime ruade synthétisant tout leur art de l’équilibre (« The Breed », qui rappelle même les mirifiques HEATHEN).

 On se dit que parfois, si un groupe est tombé dans l’oubli, le hasard et la malchance n’ont rien à y faire. Si SURGICAL STRIKE n’était resté qu’une anecdote de base page de fanzine, personne n’aurait trouvé à y redire. Mais avec un tel album dans la besace, le destin prouve parfois qu’il sait corriger ses erreurs les plus flagrantes et offrir une seconde chance à ceux qui le méritent.


Titres de l’album :

                          01. Dead End Gone

                          02. Failed State

                          03. Politicians

                          04. Conspiracy

                          05. Below Zero

                          06. Lambs To The Slaughter

                          07. Not In This Life

                          08. Part Of A Sick World

                          09. Confrontation

                          10. Sorrow Of War

                          11. The Breed

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/02/2020 à 17:44
90 %    401

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Down 2009

RBD 08/08/2020

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Deja épuisé

08/08/2020, 13:32

Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54