In Cold Blood

Bloodphemy

12/04/2019

Black Lion Records

Un groupe des Pays-Bas qui se targue de conjuguer la vélocité du Death US et la froideur de son pendant scandinave, voilà qui n’est pas banal. Connaissant la volonté des hollandais de ne jamais céder à la facilité ou à la luxure d’un extrême sans queue ni tête (école PESTILENCE, des deux périodes bien distinctes), nous étions en droit de nous attendre à un déluge de bile et à des évocations d’hivers sans fin, ce qui est exactement ce que propose ce nouveau longue-durée des barbares de BLOODPHEMY, au nom si évocateur d’une tendresse infinie pour la vie. Voici donc un groupe au parcours atypique, et à la trajectoire erratique, puisque après des débuts en fanfare, les musiciens ont finalement jeté l’éponge assez vite, nous laissant dans l’expectative d’un hiatus de plus d’une décade. Voilà qui n’est pas banal, et après une formation à l’orée du nouveau siècle, ces originaires d’Amersfoort ont très vite publié une première démo/LP, Section 8, qui laissait pourtant présager d’un avenir radieux sous le soleil noir de la bestialité musicale. Mais las, malgré des efforts initiaux conséquents, c’est une longue pause qui a succédé à ce premier cri primal, nous laissant dans l’ombre jusqu’en 2016 pour constater les progrès accomplis. Blood Will Tell nous rassura donc sur les intentions de ce quintet de grognons, avant qu’un premier longue-durée officiel ne vienne valider leur retour. Bloodline, toujours aussi concerné par les débordements sanglants, reprenait les astuces développées à l’origine pour les propulser dans un professionnalisme de circonstance, et 2017 sonna donc la charge du comeback il y a deux ans, comeback qu’entérine définitivement ce nouveau pamphlet érigé à la gloire de la bestialité musicale.

Pas ou peu de surprises, In Cold Blood et ses tâches de sang ne fait que perpétrer un certain esprit en vogue en 2019, qui consiste à sonner old-school tout en donnant le sentiment d’être en phase avec son époque. Toujours aussi sevrés d’influences classiques (MORBID ANGEL, SADISTIC INTENT ou OBITUARY), ce second longue-durée des bataves se présente sous une nuit de pleine lune, animé d’intentions belliqueuses, mais ne sombrant pas dans le pathos d’un album de Death trop attaché à ses origines. Si l’impulsion générique va évidemment fouiller dans les caves floridiennes son besoin de méchanceté et d’agressivité, il ne manque pas non plus d’explorer les grottes suédoises à la recherche de cette rigidité presque cadavérique, qui permet aux guitares de sonner plus froides qu’un linceul en décembre. Mais étrangement, l’équilibre très stable auquel aspirent les BLOODPHEMY fonctionne bien, et loin d’une simple copie, ce nouvel album démontre des qualités collectives assez frappantes. On sent que le désir des musiciens était de proposer une musique certes épaisse, glauque, mais non dénuée de groove, ce qui permet à certains morceaux de développer des arguments accrocheurs et de nous extirper d’un ennui prévisible. En juxtaposant des riffs sombres mais catchy à des rythmiques presque groovy, et acceptant les grognements non comme des derniers râles mais comme des injonctions à headbanguer, In Cold Blood fait preuve non d’inventivité (le terme est encore un peu fort), mais de lucidité et de sang-froid, pour essayer de toucher un public plus large que celui constitué des nostalgiques de la mort antique.

De fait, des titres irrésistibles comme le déjanté et orgiaque « A Barbarous Murder » ne peinent aucunement à nous convaincre de leur pertinence, en alignant les plans flashy, les accélérations en déhanché, les lignes vocales nuancées, et les mélodies sous-jacentes qui aèrent la compression ambiante. Très à l’aise avec leur répertoire, les hollandais multiplient les allusions, celles notables à la scène Néo-Death suédoise des années 90, sans les gimmicks pénibles mais avec de jolies harmoniques sifflées, et d’autres plus classiques citant les concassages en règle de la scène américaine de l’orée des nineties. C’est efficace en diable, et surtout, hautement mémorisable, ce qui n’est pas donné à tout le monde dans le créneau, et la production mettant admirablement bien en relief les astuces développées, le tout s’écoute avec grand plaisir, d’autant plus que le timing reste concentré. « Mental Atrophy » continue sur la même lancée, assumant des cassures, de lourdes progressions suffocantes, mais laisse toujours les guitares s’épanouir dans un bouquet de riffs et d’arrangements ludiques, pour provoquer une sorte d’unisson instrumentale. BLOODPHEMY fait donc étalage de toutes ses capacités, et nous surprend de sa volonté de s’extirper d’un carcan vintage un peu trop restrictif pour eux. Certes, le formalisme est bien présent, s’incarnant dans un lourdeur de ton qui écrase les tympans (« S.P.E », et sa dualité vocale intéressante), mais ce deuxième LP a le mérite de proposer des pistes différentes, et surtout, de chercher à différencier ses morceaux sans provoquer la dispersion. Et les œuvres du cru capables de se montrer hétérogènes sans verser dans l’expérimentation hasardeuse étant rares, la réussite n’en est que plus éclatante.

Synthétisant tout ce que le courant a pu proposer depuis ses origines (sans aborder le cas épineux et roboratif du Technical Death) In Cold Blood frappe, mais réfléchit avant d’achever. Pas question pour autant de se vautrer dans la luxure facile des mélodies mièvres qui ont condamné bon nombre d’album au mépris de violence, cette nouvelle étape accepte les modulations et quelques concessions, rappelant parfois les modèles de PESTILENCE à l’occasion d’un interlude multiple et peaufiné juste ce qu’il faut (« Worship Me »). Méchamment en place, les instrumentistes (Winfred Koster, Edwin Nederkoorn, Robin Zwiep, Rutger van Noordenburg et Olivier van der Kruif) trouvent donc le juste milieu entre nostalgie et modernisme, bombent le torse, montrent les muscles saillants, mais jamais pour faire les malins. Ils s’autorisent d’ailleurs en fin de parcours un joli massacre que les MORBID ANGEL auraient pu illustrer récemment (« L'Uomo Delinquente »), et permettent à In Cold Blood d’accéder au statut enviable d’œuvre inspirée. Défouloir par certains côtés, déviance plus fine qu’il n’y paraît de l’autre, ce troisième témoignage post-comeback est une petite mine de vilénie musicale admirablement bien mise en scène, qui ne lasse jamais, qui empile les plans sans chercher l’accumulation gratuite, et qui finit par convaincre de ses capacités à se montrer aussi violente que séduisante.  

  

Titres de l'album :

                             1.Psycotic Breakdown

                             2.Spree Killing

                             3.Bloodline

                             4.A Barbarous Murder

                             5.Mental Atrophy

                             6.S.P.E

                             7.Out Of The Box

                             8.Chambers Of Horrors

                             9.Worship Me

                            10.L'Uomo Delinquente

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/08/2019 à 17:37
82 %    421

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52