The Broad And Beaten Way

Sinisthra

15/05/2020

Rockshots Records

Il n’est pas certain qu’en sortant un album tous les quinze ans, on s’attire un following digne de ce nom…La preuve étant – tout en admettant qu’on ne peut pas tout connaître – que je n’avais jamais entendu parler des SINISTHRA avant de tomber par hasard sur cet album au gré de mes pérégrinations sur les internets. Créé en 2005, ce collectif finlandais s’est d’abord fait connaître par un premier album sorti dans la foulée de sa formation, Last of the Stories of Long Past Glories. Rétrospectivement, je ne pense d’ailleurs pas que les musiciens s’imaginaient devoir attendre une décennie et demie pour poursuivre leurs aventures. Ainsi sont régies les règles du hasard et du destin, mais en 2020, revient sous les feux de l’actualité, permettant ainsi à ses fans de découvrir la suite de ces mystérieuses aventures. A l’époque, le nom du groupe ne disait pas grand-chose à qui que ce soit, mais depuis, certains de ses membres se sont illustrés dans d’autres ensembles plus connus. C’est ainsi que le chanteur Tomi Joutsen a fait ses classes au sein d’AMORPHIS, ce qui ne manquera pas de constituer une plus-value aux yeux de nombreux amateurs de musique sombre et ambitieuse. Mais ne cachons pas la vérité, SINISTHRA reste le jouet de son principal compositeur, le guitariste Markku Mäkinen, et il est toujours plaisant de retrouver l’intégralité du casting d’origine. Aux côtés du chanteur et du guitariste, nous retrouvons donc l’autre guitariste Marko Välimäki, le bassiste Janne Telen, le claviériste Timo Vainio, et le batteur Erkki Virta, qui peuvent collectivement se targuer d’un parcours pro au sein de formations comme MAYHEM, OUTRAGE, PROTECTED ILLUSION, ROTTENDAWN, THE CANDLES BURNING BLUE, CORPSE MOLESTER CULT, et bien sûr AMORPHIS. Voilà donc de quoi titiller votre curiosité et être attentif à ma prose.

Vendu sur les plateformes et les sites généralistes comme un mélange de Doom et de Gothique, SINISTHRA est beaucoup plus que ça, et même une créature à la silhouette difficilement identifiable. D’où ce Metal progressif assez généraliste dans sa description, qui colle au plus près de la réalité des faits. Le premier album avait suffisamment agité les esprits pour qu’AMORPHIS débauche Tomi Joutsen, et ce The Broad And Beaten Way risque fort de conforter les fans dans leur opinion, puisqu’il se pose en extension parfaite d’un premier tome qui laissait un goût d’inachevé. Tirant son titre du classique Paradise Lost de John Milton (le Broad And Beaten Way est en fait un pont reliant l’enfer à la terre), ce deuxième LP fait montre de qualités mélodiques et évolutives indéniables, et se pose en melting-pot générique de Heavy Metal lourd et emphatique, de progressions harmoniques douces et travaillées, de montées en pression et de relâchement plus légers. Symptomatique d’une école progressive nordique qui n’a pas oublié les enseignements de l’école anglaise tout en l’adaptant à la mélancolie du nord, cette musique lourde évite pour autant le piège de l’oppression, en adoptant des postures de souplesse mélodique. Mais que les amateurs de KATATONIA, AMORPHIS, OPETH, ou EVERGREY restent sur leur garde, puisque cet album risque fort de toucher leur sensibilité. Il n’est pas non plus si déplacé de parler de LEPROUS parfois, voire de PARADISE LOST, ou même de MARILLION lorsque les cieux se dégagent, et l’ensemble de ces références permet de cerner la démarche des finlandais avec une certaine acuité. Si le point de focalisation le plus évident reste la voix superbe et posée de Tomi Joutsen, l’instrumental en arrière-plan se montre très riche et moins complexe qu’il n’y parait. Affilié d’office à la cause Metal, le groupe n’en ose pas moins s’aventurer en terre plus meuble, avec des assertions Rock assez prononcées. Le tout est donc ouvert à tous les amoureux d’une musique précieuse et précise, pleine de sens, et d’une sensibilité plurielle.

« Eterne » en entame, donne un aperçu de la marche à suivre. Toutefois s’y fier complètement serait une erreur, car malgré sa synthèse de surface, ce morceau ne permet pas d’entrevoir vraiment la nature profonde des musiciens. En tant qu’accroche, il est intelligemment placé aux avant-postes, du fait de son caractère plus percutant et de sa durée réduite, mais c’est à mon avis « Closely Guarded Distance » qui reste le plus fiable en tant que détail désignant l’ensemble. En plus de treize minutes, SINISTHRA se replonge dans le bain de l’actualité musicale, qui a bien changé en quinze ans, sans renier sa nature. Ainsi, après de longues minutes combinant la lancinance d’un PARADISE LOST époque Lost et la subtilité d’un Neal Morse, le tout saupoudré d’énormes riffs sombres mais pas déprimants pour autant, le sextet laisse soudainement l’émotion s’installer, se rapprochant du MARILLION époque Fish, tout en lâchant quelques clins d’œil en solo à Gilmour. Le piano s’installe durablement, tandis que la voix de Tomi se pare d’atours fragiles, et la progression offre ainsi une richesse harmonique qui permet de rompre avec la monotonie annoncée de la première partie. Efficacement produit, et doté d’un son sobre mais clair, The Broad And Beaten Way change alors légèrement de cap et offre une instrumentalisation ouvragée, avec une basse économique rappelant ARCHIVE, tout en maintenant le cap d’un clavier délicat. « Halfway To Somewhere Else » renonce donc aux apparats les plus métalliques pour se lover au creux d’un Rock progressif cristallin et légèrement Pop, et attend son troisième tiers pour laisser la guitare reprendre du poil de la bête. Plus saccadé et soutenu, « Morning Frail » combien les deux méthodes, et relance la machine, mais c’est à « Safe In The Arms of The Everlasting Now » que nous devons un regain d’émotion, avec encore une fois une guitare en son clair absolument sublime et parfait support de la voix de Joutsen.

Sans chambouler l’ordre des choses, SINISTHRA rappelle qu’il n’est pas vraiment constitué de jeunes bleus, et s’il a fallu quinze ans pour élaborer ce nouveau répertoire, on comprend le temps passé à chaque seconde d’écoute. « Ephemeral » en clôture offre l’épilogue rêvé pour ce genre d’album, même si un dernier long segment n’aurait pas trahi la logique globale. Mais avec une base clairement Metal, souvent allégée pour oser une orientation plus Rock, The Broad And Beaten Way ne trahit aucun public et s’impose comme une œuvre non majeure, mais symptomatique de cette mélancolie nordique qu’on retrouve souvent dans le Folk suédois ou norvégien. Et parfois, il est vraiment agréable d’être un peu triste.

                           

Titres de l'album :

                       01. Eterne

                       02. Closely Guarded Distance

                       03. Halfway To Somewhere Else

                       04. Morning Frail

                       05. Safe In The Arms of The Everlasting Now

                       06. Ephemeral

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/01/2021 à 14:36
80 %    171

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Aaargh ! Quand est-ce que nous pourrons à nouveau recevoir des groupes venus de l'autre côté de l'Atlantique ? Il faudra encore quelques mois j'en ai peur.

20/10/2021, 12:39

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHH !!! !!! !!!Cela fait plaisir d'avoir ce genre de commentaires pour ce groupe extraordinaire digne de faire parti des références pionnières et ultimes en Doom Trad' que sont SAINT VITUS, TROUBLE, PENTAGRAM et CANDLEMASS.Bones, tape toi t(...)

20/10/2021, 08:34

Oliv

Y'aura t'il des concerts métal  en 2022 en Europe ?? 

20/10/2021, 08:01

Bones

Sans vos commentaires enthousiastes j'avoue que je n'aurais pas spontanément cliqué sur "play".Pfouah ! Mais quel son et quelle efficacité !!! C'est vraiment très très bon !Franchement je serai attentif aux chroniques de ce(...)

19/10/2021, 22:28

Pomah

Ah ouais je plussoie je plussoie... Ce riff marteau. Sur que ca te reste dans la caboche.

19/10/2021, 20:16

Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16