Mourn Innocence

Ground

22/04/2019

Autoproduction

C’est jeudi, c’est Grind, c’est youpi. Pas Joel Grind, hein celui qui passe son temps à mixer et masteriser des albums comme Zappa enchaînait les live, non, le Grind, le vrai, celui qui mule et qui met des pétards dans les crottes de ton clébard. Enfin le vrai, à en croire ce groupe de barges, c’est plutôt vers le faux qu’il faudrait loucher, puisqu’ils se vantent de jouer du False Grind, sans vraiment savoir ce que ça signifie. Il est vrai qu’après écoute, tout ceci est bien trop pro et carré pour passer pour des tronçons vite assemblés, d’autant plus que les morceaux durent plus de deux minutes. Alors, False Grind ou pas, on s’en cogne, justement parce que ça cogne, que ça vient du New Jersey comme BON JOVI ou Bruce Springsteen, et que c’est à peu près aussi bien fait et choc qu’une calotte dans la tronche d’un gamin trop capricieux au supermarché. Dans les faits, la formation de GROUND remonte à l’orée des années 2010, et c’est en 2013 que les gus ont sorti leur première démo, avant que je ne les remarque à l’occasion de la parution d’Under, la même année. Depuis, les bestiaux n’ont rien lâché, de EP en splits, en passant par des trucs plus conséquents, joué avec la même énergie et la même inconscience de bestiaux. De fait, ces mecs-là sont plutôt francs du collier, et vous offrent une pochette qui ne laisse place à aucun doute. Vrai ou faux, c’est bien de Grind et de Powerviolence dont il s’agit, c’est gras comme un kebab de merde en juillet payé dix euros, mais aussi plus intelligent qu’il n’y parait. Douze morceaux pour à peine vingt minutes de barouf, le tout pour les cinq dollars habituels sur leur Bandcamp, autrement dit une bonne affaire.

Alors comme ça, ils font le deuil de l’innocence. Mais laquelle ? Celle de cette nouvelle génération qui héritera d’un monde en perdition ? Des allusions à la religion et ses abus ? Ceux de la drogue comme semble l’indiquer cette menaçante seringue sur la pochette ? La société consumériste qui ne laissera qu’un champ de ruines pollué par des tours de vice squattées par les plus riches ? Des gosses à la rue ? Oui, c’est un paquet cadeau, mais heureusement, Mourn Innocence a le mérite d’envisager tout ça sous un angle musicalement positif et agencé, et nous évite le bordel discontinu des formations Grind les plus ténues. D’ailleurs, plus qu’un groupe de Grind, GROUND est un groupe de Hardcore dans la tradition la plus noble, en abordant tous les sous-genres avec le même sérieux artistique, histoire de nous calotter dans les grandes largeurs et nous offrir une déculottée. « Compassion Fatigue » d’ailleurs, joue plutôt le jeu d’un Hardcore festif et mastiff, fastif, avec des tendances au Fastcore assez prononcées, malgré quelques growls de bête en arrière-plan. En piquant au Beatdown ses décélérations éléphantesques et gravissimes, au Grind ses blasts imbéciles et au Powerviolence ses tonalités les moins ambivalentes, le quatuor (dont j’ignore les noms et rôles respectifs et je m’en cogne) frappe tous azimuts, et propose une musique hautement jouissive, pas linéaire pour deux sous piqués à sa grand-mère, et brosse un tableau de la violence contemporaine assez plaisant.

Bons musiciens, les mecs jouent en rang serrés, osent même pas mal de trucs au-dessus des deux minutes, frisent les prétentions Thrash lorsque le tempo se calme, mais atteignent quand même une hystérie globale notable. Ainsi, « Motel Succubi » est le genre de truc une fois expurgé de ses penchants les plus vilains qui passerait très bien sur un album de Crossover, avec ses sifflantes, ses riffs plus Metal que la moyenne, et ses breaks millimétrés qu’on peut facilement ranger. Tout à fait à l’aise pour combler cent-vingt secondes avec un max d’idées, les originaires du New Jersey ne visent pas le titre de groupe de l’année, mais nous font plaisir en cavalant D-Beat pour mieux nous broyer Crust’n’Grind (« Gridlocked »), et lâchent des riffs mémorisables que le chien peut ramener à la place de sa balle, soignant les vocaux qui sont hurlés d’une voix juvénile qui ne s’en laisse pas conter. Alternant les humeurs et les tendances avec flair, le quatuor à l’humour promotionnel solide ne nous prend donc pas pour des imbéciles, et étale sa science sur une douzaine de compos, dont une excellente reprise des DESPISE YOU pour terminer leur gâchis qui n’en est pas un. Avec un son qui relègue la concurrence dans les chiottes d’un bar de province, une guitare qui lamine tantôt suédois, tantôt anglais, mais souvent ricain, des passages Mosh et Core qui collent aux oreilles (« Delusions of Grandeur »), mais aussi quelques saillies plus instantanées et affolées (« Mourn Innocence », « Deject », là pour le coup on est plus dans le True Grind que le False Hardcore), Mourn Innocence passe aussi vite qu’un pogo dans le pit, et nous laisse les tympans même pas fêlés, et le sourire bien accroché.

Un peu de brutalité heureuse n’ayant jamais fait de mal à personne, et la crédibilité étant le cadet des soucis de ces quatre tarés, appréciez ce nouvel EP/LP (avec eux et leur sens de la vitesse on ne sait jamais) pour ce qu’il est, à savoir un joli mélange qui annonce de vilains lendemains. Et jeu de lendemains, jeu de super vilains, alors pas la peine de choisir son (Band)camp. Le leur est ouvert à toute proposition pour un bakchich très modique.

   

Titres de l’album :

                           1.Compassion Fatigue

                           2.Most Likely to Recede

                           3.Motel Succubi

                           4.Gridlocked

                           5.Delusions of Grandeur

                           6.Larcenous Facade

                           7.Plastic Makes Perfect

                           8.Deject

                           9.Plausible Deniability

                           10.Mourn Innocence

                           11.Intent to Fall

                           12.No More...Feelings (Despise You Cover)

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/05/2020 à 17:53
80 %    429

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51