On va prendre les choses dans l’ordre parce que je déteste l’aléatoire. D’abord, il faut un logo, indescriptible, indéchiffrable. Les SLAUGHTBBATH l’ont, sans conteste. Ensuite, une réputation underground sans failles. Ils l’ont aussi. Le soutien d’un label de tarés qui ne jurent que par le bruit et la fureur. De même. Une production éparse ou pléthorique, avec des sorties distillées au compte-goutte dans le premier cas, ou un maximum de démos, EP et implications diverses dans le second. Celui des SLAUGHTBBATH. De la méchanceté. Un son à la portée maximale. Une attitude légèrement Punk sur les bords, des accointances Crossover pour faire bonne impression, du talent, des aptitudes à la composition vicieuse et suintante, et tout ça, les SLAUGHTBBATH l’ont dans leur ADN et leur vécu. De fait, leur second longue-durée est un modèle du genre, qui s’inscrit dans un renouveau de la première vague de BM old-school initiée au nouveau millénaire. Formé en 2002, et actif dès l’année suivante, le collectif issu de San Vicente de Tagua Tagua nous offre donc via les services de Hells Headbangers son deuxième album, qui fait suite au très remarqué Hail to Fire, paru il y a déjà six ans. Mais en six ans, les chiliens ne sont pas restés dans le placard de la discrétion, puisqu’ils ont trouvé moyen de participer à quatre splits, de balancer non pas une, mais deux compilations, avant de préparer leur retour en grandes pompes de ténèbres via cet impitoyable Alchemical Warfare, au titre légèrement suggestif. Tout le monde aura saisi l’allusion (voulue ou non) à SLAYER et son « Chemical Warfare », et l’intensité qui se dégage de ce LP est au moins égale à celle de son illustre modèle. Et loin d’incarner une tradition inamovible de BM d’Amérique du Sud, ce trio infernal se propose justement de revisiter les classiques du cru pour les proposer à sa sauce, un peu rance, mais terriblement dense.

C’est ainsi que Negro (batterie, NECROTEOFILIA, AMMIT (live), ex-BLACK CEREMONIAL KULT, ex-KRATHERION), P.Skullshredder (guitare) et D.Desecrator (chant/basse, FUNERARY TORCH, ex-CHAINSAW (live), ex-COMMUNION) osent jouer la jonction entre BM sauvage, Death indomptable, Thrash bestial impitoyable, pour nous offrir un passage en revue des sévices instrumentaux du Chili qui donne froid dans le dos. Si la dominante majeure de l’œuvre s’inscrit toujours dans un désir de teinter de mort le linceul du Black Metal le plus froid, on sent en filigrane une envie de rendre hommage à la cruauté sud-américaine des années 80, mais aussi un hommage poussé aux scènes historiques scandinave et norvégienne des années 90. D’ailleurs, il n’est pas difficile après quelques minutes d’imaginer les musiciens, encore enfants/adolescents, user de leurs yeux des posters et de leurs oreilles des albums de MARDUK et IMMORTAL, tant leur musique empeste le trait d’union entre les deux légendes. C’est en tout cas ce que « Ritual Bloodbath » et « Resuscitated by Immortal Scorn » suggèrent de leurs citations Pure Holocaust et Heaven Shall Burn assez franches, avant que le troisième morceau ne sonne la charge et le changement de direction. Intelligents et ouverts, les trois musiciens ont donc d’autres ambitions que d’enregistrer un simple album de BM old-school, et citent la scène Death/Black brésilienne, tout comme ils continuent de faire de l’œil aux deux références déjà nommées. « Cavern of Misanthropy » se présente donc comme un mélange explosif, au rythme qui vous explose à la gueule et laisse le reste à moitié cramé, retrouvant l’efficacité dans le sadisme des BLASPHEMER et autres VULCANO, tout en tronçonnant des riffs vraiment efficaces sur fond de blasts typiquement Fredrik « Froding » Andersson.

Un peu de DARKTHRONE dans les gargouillis les plus vintage, mais surtout, une véritable science du jeu leur permettant de rester efficaces et créatifs, pour une puissance à décorner Belzébuth en personne, une fois sorti de son lupanar bouillant. En laissant tomber l’effort juste au-dessus de la demi-heure, les chiliens l’ont jouée fine, en alternant les morceaux brefs et lapidaires, et les interventions plus longues mais tout aussi véhémentes. Souvent classique dans le fond, avec cette guitare infatigable et froide, ce chant qui n’est pas sans évoquer Legion et Abbath (c’est manifeste dès l’entame, mais encore plus sur « Prophetic Crucifixion »), cette batterie qui colle des fills tous les quatre temps, et cette ambiance générique glaciale et sans recul, Alchemical Warfare reste plus alambiqué dans la forme, qui survole trois décennies de Metal noir sans complexes, osant l’emphase du BATHORY le plus majestueux et du MARDUK le plus sentencieux (« Rejoined Into Chaos », lourd, glauque et écrasant, MAIS mélodique). Ce qui n’empêche pas les trois loustics de balancer la sauce version Panzer Division, mais avec beaucoup plus de flair et des lignes vocales vraiment possédées (« Alchemical Warfare », même le MARDUK de Serpent Sermon n’a pas réussi à faire un truc aussi catchy et convaincant), de posséder non une vierge, mais un groove tangible lorsque les BPM bornent sur du D-Beat/Crust diabolique (« Amulets of Carnage », laché en amuse-bouche, et qui a méchamment convaincu à juste titre), et finalement, d’étaler assez de plans, de breaks et d’idées pour mériter leur statut de légende chilienne encore vivante, et pour de nombreuses années je l’espère. Un disque qui replace le mal sur l’échiquier du temps, qui profite d’une excellente production pour tout écraser (le chant est bien en avant, chose rare dans le style, et la batterie sonne délicatement rétro), et qui en définitive, peut se targuer de faire parties des meilleures sorties BM de l’année.

Fans de BM, tout ce que vous pouvez chercher chez un excellent groupe, SLAUGHTBBATH vous l’offrira. Mais écoutez donc pour vous en convaincre. Plus qu’un disque, la BO d’une guerre.          

 

Titres de l’album :

                        1.Ritual Bloodbath

                        2.Resuscitated by Immortal Scorn

                        3.Cavern of Misanthropy

                        4.Prophetic Crucifixion

                        5.Rejoined Into Chaos

                        6.Alchemical Warfare

                        7.Amulets of Carnage

                        8.Celestial Overthrow

                        9.Ascension to the Dragon's Throne

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/09/2019 à 18:35
80 %    180

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)