On va prendre les choses dans l’ordre parce que je déteste l’aléatoire. D’abord, il faut un logo, indescriptible, indéchiffrable. Les SLAUGHTBBATH l’ont, sans conteste. Ensuite, une réputation underground sans failles. Ils l’ont aussi. Le soutien d’un label de tarés qui ne jurent que par le bruit et la fureur. De même. Une production éparse ou pléthorique, avec des sorties distillées au compte-goutte dans le premier cas, ou un maximum de démos, EP et implications diverses dans le second. Celui des SLAUGHTBBATH. De la méchanceté. Un son à la portée maximale. Une attitude légèrement Punk sur les bords, des accointances Crossover pour faire bonne impression, du talent, des aptitudes à la composition vicieuse et suintante, et tout ça, les SLAUGHTBBATH l’ont dans leur ADN et leur vécu. De fait, leur second longue-durée est un modèle du genre, qui s’inscrit dans un renouveau de la première vague de BM old-school initiée au nouveau millénaire. Formé en 2002, et actif dès l’année suivante, le collectif issu de San Vicente de Tagua Tagua nous offre donc via les services de Hells Headbangers son deuxième album, qui fait suite au très remarqué Hail to Fire, paru il y a déjà six ans. Mais en six ans, les chiliens ne sont pas restés dans le placard de la discrétion, puisqu’ils ont trouvé moyen de participer à quatre splits, de balancer non pas une, mais deux compilations, avant de préparer leur retour en grandes pompes de ténèbres via cet impitoyable Alchemical Warfare, au titre légèrement suggestif. Tout le monde aura saisi l’allusion (voulue ou non) à SLAYER et son « Chemical Warfare », et l’intensité qui se dégage de ce LP est au moins égale à celle de son illustre modèle. Et loin d’incarner une tradition inamovible de BM d’Amérique du Sud, ce trio infernal se propose justement de revisiter les classiques du cru pour les proposer à sa sauce, un peu rance, mais terriblement dense.

C’est ainsi que Negro (batterie, NECROTEOFILIA, AMMIT (live), ex-BLACK CEREMONIAL KULT, ex-KRATHERION), P.Skullshredder (guitare) et D.Desecrator (chant/basse, FUNERARY TORCH, ex-CHAINSAW (live), ex-COMMUNION) osent jouer la jonction entre BM sauvage, Death indomptable, Thrash bestial impitoyable, pour nous offrir un passage en revue des sévices instrumentaux du Chili qui donne froid dans le dos. Si la dominante majeure de l’œuvre s’inscrit toujours dans un désir de teinter de mort le linceul du Black Metal le plus froid, on sent en filigrane une envie de rendre hommage à la cruauté sud-américaine des années 80, mais aussi un hommage poussé aux scènes historiques scandinave et norvégienne des années 90. D’ailleurs, il n’est pas difficile après quelques minutes d’imaginer les musiciens, encore enfants/adolescents, user de leurs yeux des posters et de leurs oreilles des albums de MARDUK et IMMORTAL, tant leur musique empeste le trait d’union entre les deux légendes. C’est en tout cas ce que « Ritual Bloodbath » et « Resuscitated by Immortal Scorn » suggèrent de leurs citations Pure Holocaust et Heaven Shall Burn assez franches, avant que le troisième morceau ne sonne la charge et le changement de direction. Intelligents et ouverts, les trois musiciens ont donc d’autres ambitions que d’enregistrer un simple album de BM old-school, et citent la scène Death/Black brésilienne, tout comme ils continuent de faire de l’œil aux deux références déjà nommées. « Cavern of Misanthropy » se présente donc comme un mélange explosif, au rythme qui vous explose à la gueule et laisse le reste à moitié cramé, retrouvant l’efficacité dans le sadisme des BLASPHEMER et autres VULCANO, tout en tronçonnant des riffs vraiment efficaces sur fond de blasts typiquement Fredrik « Froding » Andersson.

Un peu de DARKTHRONE dans les gargouillis les plus vintage, mais surtout, une véritable science du jeu leur permettant de rester efficaces et créatifs, pour une puissance à décorner Belzébuth en personne, une fois sorti de son lupanar bouillant. En laissant tomber l’effort juste au-dessus de la demi-heure, les chiliens l’ont jouée fine, en alternant les morceaux brefs et lapidaires, et les interventions plus longues mais tout aussi véhémentes. Souvent classique dans le fond, avec cette guitare infatigable et froide, ce chant qui n’est pas sans évoquer Legion et Abbath (c’est manifeste dès l’entame, mais encore plus sur « Prophetic Crucifixion »), cette batterie qui colle des fills tous les quatre temps, et cette ambiance générique glaciale et sans recul, Alchemical Warfare reste plus alambiqué dans la forme, qui survole trois décennies de Metal noir sans complexes, osant l’emphase du BATHORY le plus majestueux et du MARDUK le plus sentencieux (« Rejoined Into Chaos », lourd, glauque et écrasant, MAIS mélodique). Ce qui n’empêche pas les trois loustics de balancer la sauce version Panzer Division, mais avec beaucoup plus de flair et des lignes vocales vraiment possédées (« Alchemical Warfare », même le MARDUK de Serpent Sermon n’a pas réussi à faire un truc aussi catchy et convaincant), de posséder non une vierge, mais un groove tangible lorsque les BPM bornent sur du D-Beat/Crust diabolique (« Amulets of Carnage », laché en amuse-bouche, et qui a méchamment convaincu à juste titre), et finalement, d’étaler assez de plans, de breaks et d’idées pour mériter leur statut de légende chilienne encore vivante, et pour de nombreuses années je l’espère. Un disque qui replace le mal sur l’échiquier du temps, qui profite d’une excellente production pour tout écraser (le chant est bien en avant, chose rare dans le style, et la batterie sonne délicatement rétro), et qui en définitive, peut se targuer de faire parties des meilleures sorties BM de l’année.

Fans de BM, tout ce que vous pouvez chercher chez un excellent groupe, SLAUGHTBBATH vous l’offrira. Mais écoutez donc pour vous en convaincre. Plus qu’un disque, la BO d’une guerre.          

 

Titres de l’album :

                        1.Ritual Bloodbath

                        2.Resuscitated by Immortal Scorn

                        3.Cavern of Misanthropy

                        4.Prophetic Crucifixion

                        5.Rejoined Into Chaos

                        6.Alchemical Warfare

                        7.Amulets of Carnage

                        8.Celestial Overthrow

                        9.Ascension to the Dragon's Throne

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/09/2019 à 18:35
80 %    83

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Mötley Crüe

Dr. Feelgood

Tool

Fear Inoculum

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 3

L'Apache / 04/09/2019
2019

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.


Avec une pochette hommage à RAZOR...


https://youtu.be/fgNl-aD64F8


Excellent xD ! Un groupe qui fait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.. Et le morceau est bien cool !


Un bel objet à n'en pas douter ;-)


Ouuuh qu'il me le faut ce coffret !
J'étais au Hammer Of Doom cette année là…
Super show…
Raison de plus donc pour me l'acheter.


Pareil, billet en poche, ça peut pas se louper, ça.
Quel dommage, ce festival où j'ai pu aller le mois dernier est en effet très bien organisé, avec une sélection cohérente d'artistes et une jauge parfaite tant en nombre qu'en structure.
En espérant que ce festival perdurera au d(...)


1) J'étais malheureusement déjà au jus de cette trèèès mauvaise nouvelle.
Le big boss de l'orga m'a laissé sous-entendre que le flambeau serait ensuite repris par d'autres...
Intox ?
Quoi qu'il en soit, je croise vraiment les doigts pour que cela soit vrai.
2) N'oublie(...)


Si tu n'y est jamais allé, ^profites de l dernière édition, c'est vraiment un beau petit fest bien champêtre et chaleureux, avec une prog diabolique pour un coup très, très honnête. J'y suis allé trois ou quatre fois et chaque édition était superbe.


Nile est malheureusement en mode pilotage automatique depuis une bonne dizaine d'années maintenant. Ce n'est pas forcément mal en soi, mais dans ce cas présent, les américains sont vraiment en panne d'inspiration pour ce nouveau morceau. Rien de bien captivant. A voir sur l'album entier.


Jamais été à ce fest, mais toujours entendu de bonnes critiques. Bravo à l'équipe, et c'est classe de partir comme ça sur une dernière édition !


"Pas très bon", ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...