Force of Will

Power Theory

06/12/2019

Pure Steel Records

Que le doute ne plane plus, j’aime la force et l’impact du Power Metal, mais j’ai toujours abhorré ses mélodies les plus niaises et sa fascination pour l’Heroïc-Fantasy et autres légendes de guerriers pourfendeurs de dragons. Autant jouer franc jeu, et même si de temps à autres j’aime sortir de ma zone de confort Thrash/Grind/AOR/Expérimental, je préfère la quiétude des connaissances sures à l’aventure qui termine plus ou moins mal. En gros, je déteste perdre mon temps, alors lorsque je le consacre à un groupe du cru, autant vous dire que c’est pour de bonnes raisons. Celles qui m’ont amené à m’intéresser au cas des américains de POWER THEORY sont viables, objectivement parlant, même en se plaçant en réfractaire absolu de la cause musclée et lénifiante de machisme musical pitoyable. Et ce nouvel album des pourfendeurs de la médiocrité ambiante méritait bien que je lui consacre quelques lignes, tant il s’échine à présenter le Power Metal comme le genre noble que des groupes comme HELLOWEEN et RIOT ont popularisé en leur temps. Pourtant, les originaires de Tullytown en Pennsylvanie n’en sont pas à leur coup d’essai, Force of Will étant déjà leur quatrième longue-durée, mais certainement le plus solide de leur discographie. Et pour cause, puisqu’il semble être le plus créatif et réfléchi, sans perdre pourtant de son impact brut au bout de quelques morceaux. Au point que l’inévitable question se pose : cette musique est-elle encore du Power Metal ou bien du Heavy très travaillé et musclé, qui par ses thématiques s’affilie à un courant et non l’inverse ? La réponse vous appartient, mais plus prosaïquement, ce nouvel effort du quintet mérite amplement qu’on loue ses qualités tant elles sont nombreuses.

Pourtant, rien ne laissait présager d’une telle réussite et d’une telle cohésion. Avec un line-up dont la stabilité n’est pas la qualité même, POWER THEORY partait avec un sérieux handicap au moment de donner une suite à ses aventures. Depuis Driven by Fear publié il y a quatre ans, ce ne sont pas moins de trois nouveaux musiciens que nous retrouvons à des postes clé. Ainsi, Johnny Saso s’est adjugé le tabouret de batterie, alors que Carlos Alvarez s’est emparé de la seconde guitare, laissant Jim Rutherford le petit dernier mener les débats au micro. Un sacré changement donc dans le quotidien des américains, dont la tradition repose désormais sur les épaules de Bob "BB" Ballinger, guitariste et seul membre d’origine et Alan D'Angelo, bassiste depuis quelques années. Mais tous ces évènements et changements n’ont visiblement pas altéré la foi de notre ami guitariste, qui depuis Out of the Ashes, into the Fire...and Other Tales of Insanity mène sa barque avec fermeté, souquant comme un beau diable pour affronter les mers agitées d’un Power Metal historique. Alors, Power Metal oui, mais pourquoi ? A cause de cette alternance de tempi, à cause de ces mélodies très prononcées dans un contexte musclé ? A cause des thématiques choisies et de la façon de les traiter ? Un peu tout ça à la fois, même si au final on se demande si toute l’affaire ne repose pas sur un cadre purement Heavy Metal agrémenté de quelques fantaisies débridées. Certes, et je le reconnais, « Force of Will», placé en ouverture aiguille très intelligemment sur la piste de l’harmonie boostée par une rythmique échevelée, mais même dans ces moments de traditionalisme, les américains parviennent à éviter la lénifiante évidence de mélodies niaises et sucrées pour nous proposer une intéressante digression sur l’union possible entre le RIOT de Thundersteel et le STRATOVARIUS de Destiny. On pourrait évidemment parler aussi du HELLOWEEN de Keeper et des exactions primales de ICED EARTH lorsque la vitesse décroît, mais toutes ces allusions n’auraient qu’un seul but : baliser le terrain couvert et affirmer que les POWER THEORY ont tout compris au Power Metal, le jouant comme un Heavy dynamisé et surtout, conservé dans son jus.

Bob "BB" Ballinger n’a pourtant pas choisi la facilité en lâchant douze morceaux pour une heure de musique. Il y avait de quoi se montrer insistant et redondant, mais le piège est évité par une grande intelligence créative qui passe en revue toutes les possibilités. On sent du JUDAS PRIEST dans tout ça, mais aussi des enseignements de l’école US des LEATHERWOLF et autres OBSESSION. Le pivot de cette machinerie est sans conteste cette paire de guitares qui tissent des nappes de riffs solides et serrés, se montrant aussi volubile que la rythmique n’est puissante, malgré son association récente, mais c’est aussi le chant enflammé mais contrôlé de Jim Rutherford qui fait des merveilles, nous évitant les atermoiements lyriques qui d’ordinaire, viennent ruiner les efforts de non compromission à la niaiserie mélodique. On en a des preuves évidentes, mais aussi des indices plus épars, notamment lorsque le groupe joue le jeu d’un Heavy plus moderne, mais aux tierces toujours aussi symptomatiques, à la lisière d’un Heavy Thrash vraiment costaud, mais suffisamment souple pour ne pas en être vraiment (« If  Forever Ends Today »). Ce qui n’empêche pas le groupe de faire quelques clins d’œil à la tradition, en invitant notamment Piet Sielck (IRON SAVIOR) sur le flamboyant « Spitting Fire », mais ces gimmicks n’en sont jamais, la tonalité générale, malgré une euphorie patente, restant sombre et profonde. Sombre et profond, voici deux adjectifs qui définissent à merveille l’attitude de POWER THEORY qui possède toujours ce don incroyable pour éviter tous les pièges des clichés, même lorsqu’il en joue. Ainsi, la ballade épique « Albion » joue justement avec le feu de l’emphase, nous offrant un visage progressif mais pertinent pendant plus de sept minutes. On pouvait craindre dans ces moments que le quintet ne relâche la pression, mais heureusement, leur insistance de puissance leur autorise ce petit jeu bien innocent, cette power-ballad évitant les fossés harmoniques englués comme à la parade.

Mais à force de compliments, tout porterait à croire que Force of Will est un album parfait de bout en bout. Rassurez-vous, il n’en est rien et les défauts sont bien présents. D’une, par péché de gourmandise, puisqu’avec douze morceaux pour cinquante-six minutes de musique, la redite était inévitable. Mais cette redite est plus éparse qu’on pourrait le croire, et se cristallise autour de riffs un peu trop classiques, et de morceaux moins prenants que les autres. « Th13teen » par exemple, joue un peu trop la sécurité, malgré une belle prestation une fois encore de Jim Rutherford modulant comme un beau diable, mais cette petite baisse de régime est fort bien comblée par des instants de créativité remarquables, à l’image de cet épique final de plus de sept minutes « The Hill I Die On ». Pas mal d’astuces à la MAIDEN pour l’ambiance mystique, avant que tout n’explose dans une gerbe de puissance en riffs agressifs, et c’est là qu’on comprend vraiment la personnalité des américains. Cette façon de combiner le talent européen des plus grands (le QUEENSRYCHE des débuts, le MAIDEN le plus investi, le SAXON belliqueux des dernières années) et l’envie d’en découvre typiquement US, pour une alliance qui fait mouche et qui ne laisse aucun prisonnier sur la route. Avec en sus un mixage signé Henrik Udd (POWERWOLF, HAMMERFALL) et un mastering soigné par Brett Caldas-Lima (AYREON, DEVIN TOWNSEND), Force of Will est donc une belle démonstration de force, et la preuve que la volonté de POWER THEORY est intacte malgré les déboires et autres contretemps.        

             

Titres de l'album :

                             01. Morior Invictus

                             02. Force of Will

                             03. Draugr

                             04. If Forever Ends Today

                             05. Mountain of Death

                             06. Albion

                             07. Th13teen

                             08. Spitting Fire

                             09. Bringer of Rain

                             10. Path of Glory

                             11. Shadow of Man

                             12. The Hill I Die On

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/04/2020 à 14:51
78 %    354

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07

JérémBVL

Excellente chronique pour un excellent album !

03/06/2020, 18:17

Simony

Par contre l'entrée sur scène toutes lumières allumées, un petit jam et une reprise c'est assez original. Malgré tout, ça reste un groupe qui a souvent tenté des choses pour proposer un truc en plus à son public.
Après perso, j'adore Load, peut-être aussi parce que c'est le 1° METAL(...)

03/06/2020, 14:48

Jus de cadavre

D'autant plus que c'est pas mal du tout je trouve ! Et je plussoi totalement pour Global Metal, c'est un très bon docu. Bien mieux que son premier et plus connu Voyage au coeur de la bête pour moi.

03/06/2020, 14:21

Wildben

Excellent!
Super découverte, d'autant que le reste de la discographie a l'air au niveau. Le traitement des voix me rappelle parfois également Anacrusis.

03/06/2020, 14:03

Hair-dressing Curiosity

La triste époque des nuques rases, avec cette impression de reniement complet de leur ADN dans le look et le son. Je trouve ça pénible à regarder, comme de vieilles photos qu'on ressort de la boite pour mieux vouloir les replanquer sous la pile.

C'est très curieux que James ait ens(...)

03/06/2020, 13:30

Grinding Velocity

Ca me fait toujours délirer ce genre de groupe totalement exotique venu du trou du cul du monde. :-)
Et là je repense au très bon docu de Sam Dunn, "Global Metal".
Cette musique s'est VRAIMENT mondialisée.

03/06/2020, 12:34

Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30

Moshimosher

Excellent !!! \m/

01/06/2020, 17:16