Force of Will

Power Theory

06/12/2019

Pure Steel Records

Que le doute ne plane plus, j’aime la force et l’impact du Power Metal, mais j’ai toujours abhorré ses mélodies les plus niaises et sa fascination pour l’Heroïc-Fantasy et autres légendes de guerriers pourfendeurs de dragons. Autant jouer franc jeu, et même si de temps à autres j’aime sortir de ma zone de confort Thrash/Grind/AOR/Expérimental, je préfère la quiétude des connaissances sures à l’aventure qui termine plus ou moins mal. En gros, je déteste perdre mon temps, alors lorsque je le consacre à un groupe du cru, autant vous dire que c’est pour de bonnes raisons. Celles qui m’ont amené à m’intéresser au cas des américains de POWER THEORY sont viables, objectivement parlant, même en se plaçant en réfractaire absolu de la cause musclée et lénifiante de machisme musical pitoyable. Et ce nouvel album des pourfendeurs de la médiocrité ambiante méritait bien que je lui consacre quelques lignes, tant il s’échine à présenter le Power Metal comme le genre noble que des groupes comme HELLOWEEN et RIOT ont popularisé en leur temps. Pourtant, les originaires de Tullytown en Pennsylvanie n’en sont pas à leur coup d’essai, Force of Will étant déjà leur quatrième longue-durée, mais certainement le plus solide de leur discographie. Et pour cause, puisqu’il semble être le plus créatif et réfléchi, sans perdre pourtant de son impact brut au bout de quelques morceaux. Au point que l’inévitable question se pose : cette musique est-elle encore du Power Metal ou bien du Heavy très travaillé et musclé, qui par ses thématiques s’affilie à un courant et non l’inverse ? La réponse vous appartient, mais plus prosaïquement, ce nouvel effort du quintet mérite amplement qu’on loue ses qualités tant elles sont nombreuses.

Pourtant, rien ne laissait présager d’une telle réussite et d’une telle cohésion. Avec un line-up dont la stabilité n’est pas la qualité même, POWER THEORY partait avec un sérieux handicap au moment de donner une suite à ses aventures. Depuis Driven by Fear publié il y a quatre ans, ce ne sont pas moins de trois nouveaux musiciens que nous retrouvons à des postes clé. Ainsi, Johnny Saso s’est adjugé le tabouret de batterie, alors que Carlos Alvarez s’est emparé de la seconde guitare, laissant Jim Rutherford le petit dernier mener les débats au micro. Un sacré changement donc dans le quotidien des américains, dont la tradition repose désormais sur les épaules de Bob "BB" Ballinger, guitariste et seul membre d’origine et Alan D'Angelo, bassiste depuis quelques années. Mais tous ces évènements et changements n’ont visiblement pas altéré la foi de notre ami guitariste, qui depuis Out of the Ashes, into the Fire...and Other Tales of Insanity mène sa barque avec fermeté, souquant comme un beau diable pour affronter les mers agitées d’un Power Metal historique. Alors, Power Metal oui, mais pourquoi ? A cause de cette alternance de tempi, à cause de ces mélodies très prononcées dans un contexte musclé ? A cause des thématiques choisies et de la façon de les traiter ? Un peu tout ça à la fois, même si au final on se demande si toute l’affaire ne repose pas sur un cadre purement Heavy Metal agrémenté de quelques fantaisies débridées. Certes, et je le reconnais, « Force of Will», placé en ouverture aiguille très intelligemment sur la piste de l’harmonie boostée par une rythmique échevelée, mais même dans ces moments de traditionalisme, les américains parviennent à éviter la lénifiante évidence de mélodies niaises et sucrées pour nous proposer une intéressante digression sur l’union possible entre le RIOT de Thundersteel et le STRATOVARIUS de Destiny. On pourrait évidemment parler aussi du HELLOWEEN de Keeper et des exactions primales de ICED EARTH lorsque la vitesse décroît, mais toutes ces allusions n’auraient qu’un seul but : baliser le terrain couvert et affirmer que les POWER THEORY ont tout compris au Power Metal, le jouant comme un Heavy dynamisé et surtout, conservé dans son jus.

Bob "BB" Ballinger n’a pourtant pas choisi la facilité en lâchant douze morceaux pour une heure de musique. Il y avait de quoi se montrer insistant et redondant, mais le piège est évité par une grande intelligence créative qui passe en revue toutes les possibilités. On sent du JUDAS PRIEST dans tout ça, mais aussi des enseignements de l’école US des LEATHERWOLF et autres OBSESSION. Le pivot de cette machinerie est sans conteste cette paire de guitares qui tissent des nappes de riffs solides et serrés, se montrant aussi volubile que la rythmique n’est puissante, malgré son association récente, mais c’est aussi le chant enflammé mais contrôlé de Jim Rutherford qui fait des merveilles, nous évitant les atermoiements lyriques qui d’ordinaire, viennent ruiner les efforts de non compromission à la niaiserie mélodique. On en a des preuves évidentes, mais aussi des indices plus épars, notamment lorsque le groupe joue le jeu d’un Heavy plus moderne, mais aux tierces toujours aussi symptomatiques, à la lisière d’un Heavy Thrash vraiment costaud, mais suffisamment souple pour ne pas en être vraiment (« If  Forever Ends Today »). Ce qui n’empêche pas le groupe de faire quelques clins d’œil à la tradition, en invitant notamment Piet Sielck (IRON SAVIOR) sur le flamboyant « Spitting Fire », mais ces gimmicks n’en sont jamais, la tonalité générale, malgré une euphorie patente, restant sombre et profonde. Sombre et profond, voici deux adjectifs qui définissent à merveille l’attitude de POWER THEORY qui possède toujours ce don incroyable pour éviter tous les pièges des clichés, même lorsqu’il en joue. Ainsi, la ballade épique « Albion » joue justement avec le feu de l’emphase, nous offrant un visage progressif mais pertinent pendant plus de sept minutes. On pouvait craindre dans ces moments que le quintet ne relâche la pression, mais heureusement, leur insistance de puissance leur autorise ce petit jeu bien innocent, cette power-ballad évitant les fossés harmoniques englués comme à la parade.

Mais à force de compliments, tout porterait à croire que Force of Will est un album parfait de bout en bout. Rassurez-vous, il n’en est rien et les défauts sont bien présents. D’une, par péché de gourmandise, puisqu’avec douze morceaux pour cinquante-six minutes de musique, la redite était inévitable. Mais cette redite est plus éparse qu’on pourrait le croire, et se cristallise autour de riffs un peu trop classiques, et de morceaux moins prenants que les autres. « Th13teen » par exemple, joue un peu trop la sécurité, malgré une belle prestation une fois encore de Jim Rutherford modulant comme un beau diable, mais cette petite baisse de régime est fort bien comblée par des instants de créativité remarquables, à l’image de cet épique final de plus de sept minutes « The Hill I Die On ». Pas mal d’astuces à la MAIDEN pour l’ambiance mystique, avant que tout n’explose dans une gerbe de puissance en riffs agressifs, et c’est là qu’on comprend vraiment la personnalité des américains. Cette façon de combiner le talent européen des plus grands (le QUEENSRYCHE des débuts, le MAIDEN le plus investi, le SAXON belliqueux des dernières années) et l’envie d’en découvre typiquement US, pour une alliance qui fait mouche et qui ne laisse aucun prisonnier sur la route. Avec en sus un mixage signé Henrik Udd (POWERWOLF, HAMMERFALL) et un mastering soigné par Brett Caldas-Lima (AYREON, DEVIN TOWNSEND), Force of Will est donc une belle démonstration de force, et la preuve que la volonté de POWER THEORY est intacte malgré les déboires et autres contretemps.        

             

Titres de l'album :

                             01. Morior Invictus

                             02. Force of Will

                             03. Draugr

                             04. If Forever Ends Today

                             05. Mountain of Death

                             06. Albion

                             07. Th13teen

                             08. Spitting Fire

                             09. Bringer of Rain

                             10. Path of Glory

                             11. Shadow of Man

                             12. The Hill I Die On

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/04/2020 à 14:51
78 %    751

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26

Totoro

@Tranbite : j'ai découvert Eskimo Callboy il y a 2 mois... et j'adore ! Je pourrais les détester car ça peut être de très mauvais goût, le groupe bouffe à tous les râteliers et on y retrouve pas mal de clichés du Metalcore et d(...)

16/01/2022, 20:12

Buck Dancer

Du Meshuggah. Attendons la suite. 

16/01/2022, 12:49

Simony

Oui tout à fait les titres présentés sur cet EP montrent la facette atmosphérique du groupe.

15/01/2022, 17:43

adaf

quel clown

15/01/2022, 15:04

Buck Dancer

Instrumental et atmosphérique, je crois. Rien de death. 

15/01/2022, 12:21

Humungus

Buck Dancer + 1.

15/01/2022, 10:40

Humungus

@Seb : Une formation qui reste depuis ses débuts sur un même niveau de qualité artistique.(sic)

15/01/2022, 10:39

Buck Dancer

De mon côté j'accroche pas trop. Comme plus impersonnelle que le premier album. Mais à réécouter m. 

14/01/2022, 22:04

RBD

Nul ne s'en étonnera. Par contre, vont-ils repousser à l'année qui suit comme tout le monde pour faire simple ?

14/01/2022, 18:26

Seb

Quelle daube ...

14/01/2022, 16:22

Oliv

Oui et il y aura 3 Hellfest l'année prochaine

14/01/2022, 09:44