Je devisais avec vous il y a peu de la différence séparant un album de Thrash lambda d’un grand œuvre (enfin, je vous imposais mon point de vue plutôt, mais vous aimez ça), et je reviens à la charge avec un autre exemple méritant exposition. De la même manière qu’il y a quelques mois l’album des CRIMSON SLAUGHTER m’avait cueilli à froid en sortant de nulle part, le premier long des américains de MORBID CROSS vient de me faire choir de mes certitudes estivales en se rapprochant de la perfection dans la sauvagerie sincère. Fondé en 2009, ce combo originaire de Vineland, New Jersey n’est pas du genre bavard, encore moins prolixe, puisqu’en dix ans d’existence, il n’a pris le temps de graver qu’un unique EP, il y a quatre ans, et très malicieusement intitulé Practice What You Preach. La référence, en sus d’être de circonstance, était assez ironique, puisque les assauts pratiqués par ce quatuor (Zach Marcus – gorge, Steven James – tronçonneuse, Alex Gibbs – annihilateur à quatre cordes, et Daemon Kolonich – baguettes de la mort, pour l’amour de la formule) n’ont pas grand-chose avec la nuance pratiquée par Alex, Chuck et consorts sur leur album éponyme via TESTAMENT, et beaucoup plus proches de la vague revival US de ces dernières années. En allant piocher leurs références dans ce que le Thrash avait de plus bestial il y a trente ans (DARK ANGEL, VIO-LENCE, ACCUSER), et en agrémentant le tout d’une folie ambiante le confinant à la démence pure, MORBID CROSS délivre avec Disciples Of The Goat un manifeste de méchanceté instrumentale absolu et revendiqué, qui n’est pourtant pas exempt de prétentions artistiques et techniques. Retrouvant la fougue d’albums de la trempe de Time Does Not Heal ou Eternal Nightmare, le quatuor agrémente ses compos d’arrangements assez finauds, et nous brisent les tympans avec des riffs tronçonnés comme des victimes de Leatherface, et des vocaux lacérés dans la grande tradition des hurleurs les plus épidermiques.

Totalement autoproduit, et porté par l’unique reconnaissance du groupe sur les réseaux sociaux, ce premier effort en fait beaucoup pour nous convaincre de sa pertinence. Et il y parvient sans peine, puisque l’énergie globale, redoutablement intense se voit renforcée par des idées sinon novatrices, du moins poussées à leur paroxysme, notamment au niveau des hurlements stridents poussés par Zach Marcus. Nous tenons là un vocaliste rare, qui s’amuse beaucoup à mélanger les intonations de Paul Baloff et de Phil Anselmo, pour donner naissance à une sorte de crossover géant entre NECROPHAGIA, PANTERA et EXODUS, ce qui vous en dira plus long que bien des discours sur la densité de la claque qui vous attend. Reprenant à leur compte le flirt des grands anciens du Thrash avec le Death (école INCUBUS), tout en glissant un peu plus qu’eux sur la pente de l’ultra violence (les chœurs et le doublage vocal ressemblent beaucoup aux invocations sataniques de Glen Benton), Disciples Of The Goat a de méchants airs de cérémonie païenne célébrée autour d’un bouc fort mécontent de se voir pénétrer par une horde de malfaisants, et hurlant sa douleur à s’en déchirer les entrailles. En nommant quelques grandes icones de leur passé (MEGADETH, HOLY GRAIL, METALLICA, SLAYER, BLACK SABBATH, OZZY, ROB ZOMBIE, EXODUS, DEATH ANGEL, ANTHRAX, THIN LIZZY, MAYHEM, MORBID, MORBID ANGEL, GHOUL, WITCH FINDER GENERAL, FRANK ZAPPA, RUSH, PANTERA, TESTAMENT, CAULDRON, SKULL FIST, ANVIL), les américains ne balisent pas trop le terrain, et restent assez vagues, leur musique parlant pour elle-même. Mais loin de se contenter de onze ruades dans les brancards, les marsouins prouvent aussi que la lourdeur leur sied bien, en distillant parfois une froideur digne du KILLING JOKE le plus rigide (« From Beneath » et cette régularité rythmique presque clinique et synthétique).

Vélocité et pesanteur, le tout emballé d’une fureur hors du commun, telle est donc la recette de ce premier LP très maîtrisé. Avec des morceaux longs (voire très longs, mais nous y reviendrons), les MORBID CROSS ont pris le risque de se répéter et de balbutier leurs nouveautés, mais heureusement pour nous, il n’en est rien. Même les titres de plus de six minutes disposent d’une redondance agréable, et passent d’un tempo à l’autre tout en maintenant le niveau de riffs indispensable. On pense parfois aux australiens de MORTAL SIN pour cette façon d’appuyer sur un lick jusqu’à ce que le cœur lâche, ou au contraire aux accumulations du DARK ANGEL de fin de première carrière, au moment du virage Techno. C’est en tout cas ce que « Reflections of Reality » semble indiquer, sans friser l’overdose de plans, alors que « Cease To Exist », loin du clin d’œil au barbu Charles Manson, rivalise avec lui de sournoiserie pour imposer une vilénie mentale qui le confine au sadisme. L’enchaînement de ces deux morceaux prouve que les originaires du New Jersey sont au maximum de leur confiance, et prêts à en découdre quel que soit la bataille, avec cette guitare qui passe de syncopes ludiques à une lourdeur ténébreuse et lubrique. Pour rester dans le rang, notre cher Steven James tricote quelques motifs à la SLAYER, histoire de rassurer les plus classiques, mais nous surprend immédiatement d’une intro en arpèges subtils avant de retomber dans le canevas habituel en mailles serrées. Pas grand-chose à jeter dans cette orgie de brutalité, si ce ne sont quelques allusions parfois répétitives ou forcées, et des contretemps qu’on aimerait vraiment voir exploser. Je ne cache pas que tous les morceaux ne sont pas parfaits, loin de là, mais la moyenne globale est largement au-dessus, et les glissades circulaires de « Forever Cursed » le prouvent en sonnant plus Death qu’une démo de Chuck S.

Et si d’aventure, parvenu à mi album, vous n’étiez pas encore convaincu, sachez que le groupe vous a réservé un final en grandes pompes funèbres. En plaçant en clôture les deux morceaux les plus longs, les bougres ont fait preuve d’une confiance en béton, mais à raison, puisque « He Calls Your Name » empeste le mélange atomique HEXX/DARK ANGEL/VIO-LENCE à plein réacteurs nucléaires, alors que le final homérique « Choked with Insanity », du haut de ses dix minutes, nous colle un solo de batterie tout à fait crédible avant de nous claquer les rotules d’une accélération à la SLAYER. On reprochera peut-être à tout ça une basse un peu trop discrète et oubliée dans le mix, et un timing un peu long (concentré en quarante minutes, nous caressions le sans-faute), mais en substance, MORBID CROSS signe avec Disciples Of The Goat un bréviaire de Thrash brutal et sans concession qui vient s’ajouter à la liste des futurs classiques. Souhaitons-leur de continuer sur cette lancée et de se faire remarquer. Mais avec un barouf pareil, je n’ai aucun doute sur leur avenir de trublions hystériques.  

                

               

Titres de l'album :

                          1.Reflections of Reality

                          2.Cease to Exist

                          3.Decay

                          4.Disciples of the Goat

                          5.From Beneath

                          6.Bow the Knee

                          7.And the Angels Wept

                          8.Forever Cursed

                          9.Born to Suffer

                         10.He Calls Your Name

                         11.Choked with Insanity

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/11/2019 à 17:41
85 %    340

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
30/11/2019 à 09:04:19
Terrible ! Sauvage et velu ! Le chant est excellent. Merci pour la chro !

Arioch91
membre enregistré
30/11/2019 à 20:24:57
Dès qu'on cite Time Does Not Heal dans une chronique d'album, j'ai les oreilles qui se dressent aussitôt ^^

Vais vite écouter cet album, merci pour la chro !

JTDP
membre enregistré
03/02/2020 à 13:00:59
"On reprochera peut-être à tout ça une basse un peu trop discrète et oubliée dans le mix, et un timing un peu long (concentré en quarante minutes, nous caressions le sans-faute)"

Exactement. Je relève juste les minuscules défauts de cet album, jouissif au demeurant !

Ajouter un commentaire


Wayward Dawn

Haven of Lies

Carcariass

Planet Chaos

Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain merde j'espère qu'il va s'en remettre très vite


Un petit côté cold-wave sur les couplets pas dégueu. M'en vais creuser ça, c'est hyper original en tout cas.


@wildben : déjà, merci du compliment ! ;-) Et oui, tout à fait d'accord avec toi. C'est assez dingue cette façon qu'ils ont de rendre aussi mélodique et efficace une musique si technique. Moi aussi, j'étais un peu dubitatif sur ce "Letters from the Trenches" et en fait il arrive pile au bon mo(...)


Oui, c'est dansant


Le mec est infirmier Psy il me semble non ?
Ceci expliquant sans doute cela...


Je vais le dire avec beaucoup moins de talent que l'auteur de la chro mais cet album déchire, le plus frappant étant cette sensation incroyable de fluidité. Bien que complexe, la musique reste toujours efficace et "évidente". Même le titre en écoute, qui me lassait dubitatif lors de sa mise en(...)


@Buck Dancer : ça j'en doute pas ! L'Amérique du sud c'est un Eldorado (sans mauvais jeu de mot...) metallique !


Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)