Shadowrise

Shadowgrin

03/05/2020

Autoproduction

Nouveau venu sur la scène Metal grecque, SHADOWGRIN se propose de revisiter le Power Metal musclé en lui insufflant une puissance Thrash discrète, mais tangible, aboutissant selon les musiciens du groupe, à un « mélange unique ». Autant ne pas jouer le suspense trop longtemps, car ce premier album n’a rien d’unique en soi. Plutôt que l’originalité, il convient d’y chercher l’efficacité, puisque les huit morceaux de ce Shadowrise ne font rien de plus que perpétrer une tradition de métissage. Une tradition née dans les années 80, qui consistait alors à durcir le Heavy Metal sans le faire sombrer dans les affres bruitistes du Thrash, méthode appliquée par les METAL CHURCH, SAVAGE GRACE, ICED EARTH, JUDAS PRIEST et tous les groupes pratiquant un Heavy Metal dit « violent ». On peut éventuellement ajouter à cette liste les canadiens d’ANNIHILATOR et d’EXCITER, mais l’approche des musiciens hellènes n’est pas sans charme dans son désir d’unir sous une seule impulsion la force du Heavy, la fluidité du Speed et l’épaisseur du Thrash, à la même manière de nos chers DRAKKAR sur leur premier LP X-Rated. Le parallèle n’est pas si osé que ça, et en tant que premier pas dans la cour des grands, Shadowrise est plutôt convaincant, à défaut d’être totalement inédit, voire indispensable. Le groupe l’avoue, il a débuté sa carrière par le biais de reprises bien senties, reprises de valeurs sûres comme ICED EARTH, SAVATAGE, SABATON, SLAYER, PANTERA et ANNIHILATOR, et on sent qu’en effet, ces jeunes années sous référence leur ont bien servi à élaborer leur propre répertoire. Sorti en autoproduction, ce premier longue-durée fait donc partie de ces œuvres agréables à écouter, distrayantes sur le moment, mais qu’on ne ressort qu’à l’occasion, pour faire découvrir une nouveauté à quelques amis.

Rien de péjoratif dans cette déclaration, puisque le groupe sait se montrer aussi efficace qu’entrainant. Misant au maximum sur l’ambivalence d’une puissance nuancée de mélodies prononcées, les grecs (Chris G. Vamphyri - chant, Antonis Alexandris & Manos T. - guitares, Leo Lester - basse et Panos Bekropoulos - batterie) retrouvent parfois l’inspiration épique de nos chers ADX et autres MANIGANCE, et proposent donc des titres agencés, réfléchis, élaborés, reposant tous sur un instrumental solide dominé de la voix lyrique et emphatique de Chris G. Vamphyri. Les inflexions et le vibrato du chanteur pourront rebuter les amateurs de vocaux rudes et âpres, tout comme les nombreux passages harmoniques irriteront les amateurs d’une violence plus ouverte, mais lorsque toutes les composantes trouvent un équilibre parfait, le résultat est plus que convaincant, comme le démontre l’épique et pugnace « The Rite », qui n’est pas sans évoquer une union entre le MAIDEN le plus chevaleresque et l’ICED EARTH le plus combatif. Pouvant s’appuyer sur une section rythmique inépuisable (et un batteur jamais avare de fills démultipliés), et une paire de guitaristes volubiles, le groupe avance donc à vue, et en profite pour recycler les trois morceaux de son précédent EP éponyme (« Sins », « Land of the Blind » et « Shattered Dreams »). Nous avons donc droit dans les faits à cinq nouveaux morceaux seulement, mais sans insister sur le caractère partiellement inédit de cette réalisation, concentrons-nous plutôt sur le savoir-faire de musiciens pointus qui connaissent leur affaire et le bréviaire des riffs de METALLICA sur le bout des doigts.

Dès le départ, la franchise est de mise, et « Dark Apprentice » de nous replonger dans la jonction entre les eighties et les nineties. Plans francs, avancée classique, pour mieux imposer un break étrange, à base d’arrangements synthétiques qui offrent un peu de fraîcheur à l’affaire, sans la transformer en cas d’urgence. On aurait d’ailleurs aimé que le groupe développe un peu plus cette théâtralité, et nous offre plus de surprises et moins de formalisme Heavy. Bien sûr, la conviction et la foi dont font preuve les instrumentistes permettent souvent de se concentrer sur l’efficacité d’un Power Metal vraiment touffu, celui développé sur « Land of the Blind », plus agressif que la moyenne avec ses parties en double, mais les envolées lyriques de Chris G. Vamphyri viennent souvent gâcher les parties les plus musclées qui aurait mérité plus de sobriété. Le quintet se montre toutefois à l’aise dans des constructions plus évolutives, qui une fois encore en appellent aux plus grands noms du genre, MAIDEN, METALLICA, ICED EARTH (« The Rite »). En version courte, SHADOWGRIN se montre méchamment persuasif, et lâche la bride, se rapprochant d’une version plus tragique d’ANNIHILATOR, avec accélérations efficientes et dureté des guitares tangible (« Bloodlust »). Persuasifs en terrain lourd (« Shattered Dreams »), les instrumentistes ne résistent pas très longtemps à la facilité des mélodies les plus convenues, alors que l’auditeur lambada aurait préféré une incursion plus prononcée en territoire Thrash, histoire de se faire les dents sur une musique plus agressive. D’autant que l’équilibre sonore est assez faible, les parties les plus douces souffrant d’une production un peu hésitante, comme un collage sonore aux imbrications aléatoires. Mais ne nous montrons pas trop exigent envers un groupe qui malgré six ans d’existence entame juste son entrée professionnelle, et encourageons les grecs à trouver une voie moins hybride, ou à l’inspiration plus diversifiée. Un éloignement des influences les plus marquantes ne pourra qu’être salvateur, et un second LP marquera peut-être l’affirmation d’une identité plus personnelle.

                      

Titres de l’album :

                     01. Dark Apprentice

                     02. Land of the Blind

                     03. Sins

                     04. The Rite

                     05. Shade of the Gods

                     06. Bloodlust

                     07. Shattered Dreams

                     08. Shadowrise

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/09/2021 à 14:15
70 %    51

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05