Casting The Die

Solstice

07/05/2021

Emanzipation Productions

Voilà une nouveauté qui fait plaisir, d’autant que peu avaient pu l’anticiper. Il faut dire que SOLSTICE n’est pas le genre de groupe à publier des albums avec régularité, ce qui lui a sans doute coûté un statut beaucoup plus prestigieux que celui dont il bénéficie aujourd’hui. Mais les amateurs de Death/Thrash sévère et groovy n’ont jamais oublié les sensations ressenties à l’écoute de son premier éponyme, qui à l’époque l’avait catapulté « espoir brutal de l’année ». Il faut dire qu’à l’instar d’EXORDER ou DEMOLITION HAMMER, les américains avaient de quoi impressionner l’amateur de violence intelligente, et si les départs et retours des membres n’avaient pas handicapé le projet, SOLSTICE serait aujourd’hui la référence la plus solide de l’underground.

Lancé en 1990 du côté de la Floride de Miami, SOLSTICE n’avait pas perdu de temps, et un an à peine après sa première démo, avait poussé les meubles dans le salon du Thrash avec un premier LP éponyme qui frappait aussi fort qu’une horde de huns déménageurs. Considéré à juste titre comme l’un des hauts-faits de la brutalité maîtrisée des nineties, Solstice, l’éponyme, reste encore aujourd’hui l’une des pierres angulaires d’un genre particulièrement exigeant, de ceux qui tassent la concurrence au fond de la poubelle des souvenirs. Mis sur pied par trois musiciens particulièrement capables, Rob Barrett, Alex Marquez, et Dennis Munoz, SOLSTICE n’a pas vraiment eu le temps de prendre son envol, puisque à peine le premier chapitre de son histoire écrit, deux de ses membres se sont envolés pour tutoyer les cieux en compagnie de MALEVOLENT CREATION, l’autre star Death/Thrash des années 90. Rob Barrett prit encore une fois la tangente en 1993 pour soutenir la production bouchère de CANNIBAL CORPSE, et c’est donc un groupe désuni à la formation rafistolée qui a continué son parcours pour nous offrir le lapidaire Pray en 1995, avant de disparaître corps et âme jusqu’en 2009, et le retour inopiné de To Dust. Et onze ans après cette dernière livraison, les deux seuls membres fondateurs restant reviennent sur l’arrière de la scène avec un quatrième long, qui n’a pas à rougir de la comparaison avec les premières années de folie du groupe.       

Nous retrouvons donc en 2021 les deux anciens, le batteur hyperactif Alex Marquez (CREATE A KILL, EXCESSIVE BLEEDING, WRECK-DEFY, MURDER SUICIDE, ex-WRECKAGE, ex-RIGHTEOUS PIGS (live), ex-CEPHALIC CARNAGE, ex-DEMOLITION HAMMER, ex-DETHRONED, ex-HELLWITCH, ex-HYPGNOSTIC, ex-MALEVOLENT CREATION, ex-RESURRECTION, ex-THE MORTUARY SOCIETY, ex-THRASH OR DIE, ex-PESSIMIST (live), ex-SARGON, ex-BRUTALITY, ex-ANTAGONIZED, ex-DIVINE EMPIRE, ex-ANGER, excusez du peu, il a été très occupé) et le guitariste Dennis Munoz, flanqués de deux nouvelles recrues, dont l’impressionnant guitariste/chanteur Ryan Taylor (MALEVOLENT CREATION, ex-ATOMIK, ex-COMBAT, BODY BLOW, ex-CONDITION CRITICAL, ex-THRASH OR DIE, ex-LICH KING (live), ex-URBAN WARFARE), qui a rejoint le quatuor alors qu’il n’avait que dix-sept ans. A la basse, le doigté expert de Marcel Salas, et Casting The Die de retrouver l’impulsion bien velue d’un passé pas du tout révolu pour nous mener sur la piste d’un Thrash de maniaque, méchant comme une teigne, mais précis comme une frappe chirurgicale.     

Inutile dès lors de tourner autour du pot, même si Casting the Die n’a pas l’envergure et le charisme de Solstice, il n’en reste pas moins une œuvre fédératrice et solide comme le roc. Les trois minutes et trente-six secondes de « The Altruist » nous rappellent immédiatement pourquoi nous sommes tombés sous le charme de ce groupe unique il y a trente ans ou presque, et le son de l’album, immense et précis ne fait qu’augmenter ce sentiment de nostalgie brutale. Rythmique véloce, riffs solides, chant hargneux, rauque, qui évite les growls putassiers pour rester dans un registre hurlé qui convient parfaitement aux compositions. C’est carré, logique, les parties de double font trembler les écouteurs, et la rage des guitaristes fait plaisir à entendre. Mais c’est bien « Transparent » qui déclenche les hostilités de façon sérieuse, avec son groove imparable, et sa basse ronde et claquée. L’air est chaud, bouillant même, le phrasé de Ryan Taylor est tel un scalpel qui vous tranche la gorge, et le festival de licks en arrière-plan confère à l’ensemble un climat de folie instrumentale presque palpable.

La cohésion de l’album, sa variété dans l’approche, ses quelques fantaisies (l’intro délicieuse de « Who Bleeds Whom » et son riff nostalgique qui n’est pas sans rappeler le « Change (in the House of Flies) des DEFTONES) en font un quatrième tome d’une solidité à toute épreuve, testament de nineties qui ont encore leur mot à crier. Le quatuor n’a pris aucun risque, a privilégié les attaques les plus franches et concises, et s’est éloigné de la déviance d’un EXHORDER qui avait lâché sa véhémence en route pour adopter les contours plus smooth d’un southern Metal mélodique en bouche. Ici, le seul crossover accepté est celui qui confronte le Death/Thrash au Groove le plus fluide, et l‘alternance de saccades classiques mais efficaces et de passages plus lubrifiés fonctionne au premier degré, d’autant que les morceaux sont striés de soli mélodiques parfaitement probants.

D’aucuns se diront sans doute que pour un comeback inespéré, le combo est resté bien sage et en terrain conquis. Mais j’affirme que SOLSTICE sur Casting The Die fait le meilleur SOLSTICE possible, et qu’il y parvient sans problème. Accentuant parfois ses traits de caractère les plus irascibles, en lâchant quelques blasts sur « Outlast », redonnant ses lettres de noblesse au title-track qui se doit de définir les grandes lignes d’un album (« Cast the Die »), le gang floridien signe donc l’album du retour que nous étions en droit d’attendre de lui, et propulse la concurrence de la jeune génération dans les rayons les plus reculés de la bibliothèque du savoir bestial. Sans vraiment s’aventurer hors de ses terres, mais en osant une basse slappée dans un contexte de colère brute, SOLSTICE prouve que ses longues absences n’ont pas nui à sa rage, et que les décennies n’ont pas entamé son enthousiasme.

Un album qui se savoure, encore et encore, qui va mettre tout le monde d’accord, d’accord, et si ça continue encore, et encore, c’est que tout ça n’est que le début. D’accord.  

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Altruist

02. Transparent

03. Who Bleeds Whom

04. Lifeline

05. Ignite

06. Outlast

07. Seven

08. Embellishment Exposed

09. Cast the Die

10. Eyes Sewn Shut

11. Scratch


Facebook officiel


par mortne2001 le 11/05/2021 à 18:22
88 %    178

Commentaires (7) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
11/05/2021, 19:39:16

Voilà un album sur lequel je vais sérieusement me pencher ! L'éponyme de 1992 - découvert ici même grâce à toi cher Mortne - tourne quasi en boucle en ce moment ! Quel boucherie ! 

La quintessence du Death / Thrash Metal (dans cet ordre là c'est important) pour moi. Miam.


Arioch91
membre enregistré
12/05/2021, 10:01:17

Je ne suis pas friand de cette association de styles, sauf exceptions.


metalrunner
@92.131.223.166
14/05/2021, 21:42:03

Du haut niveau et toujours la hargne vite du live.


metalrunner
@92.131.223.166
14/05/2021, 21:43:51

J ai oublie de parler de la basse incroyable pour une fois que cette instrument est mis en avant.


Humungus
membre enregistré
15/05/2021, 22:50:11

"Un album qui se savoure, encore et encore, qui va mettre tout le monde d’accord" : Pas d'accord.

Cet album n'a clairement vraiment rien avoir avec la réjouissante et primale brutalité d'un "Solstice".

Et la fameuse "basse slappée" y est d'ailleurs malheureusement pour beaucoup à mon sens... Même les solos de gratte sont dans une bien trop grande démonstration technique. Pas ma came donc.


PS : Pis cette pochette... On en cause de cette pochette ?


Humungus
membre enregistré
15/05/2021, 22:50:47

à voir *


LeMoustre
@93.4.16.166
17/05/2021, 10:09:26

Ah mais j'aime beaucoup perso, cet dualité entre rythmiques primaires, et cette virtuosité jamais envahissante dans les soli et autres parties de basse en avant. Il se dompte avec déléctation et puis bon, en attendant un retour de DH, c'est un bon défouloir quand même. Miam

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35