SAMEDI 21 JUILLET

C’est toujours sous le beau temps qu’on débute cette dernière journée officielle du festival, c’est surement le début de journée le moins intéressant. La journée commence pêle-mêle par DECULTIVATE, dont je vous conseille de lire mon report du mardi (Report Jour 1), car c’était le même set, sauf que le groupe est plus convaincant dans un format petite sale. La suite avec DEEP DIRTY, duo emmené par le gars derrière 666 Records et 666Strings (créateur de bass et guitare custom, qui a équipé pas mal de groupe de Goregrind). Les gars sont costumés et balancent du Goregrind à boite à rythmes bien vénère. Le chanteur à la particularité d’avoir un micro tête relié à un pitch caché sous sa cagoule. Il est difficile de prendre le groupe au sérieux vue l’univers dans lequel il évolue, et les quelques passages vraiment groovy, mais ça me botte bien. Radim de SPASM et Lugubrious de HAEMORRHAGE viennent chacun leur tour venir faire un feat, bonne ambiance.

Le prochain concert sera des plus mouvementés ! Il s’agit de GOD MOTHER, signé sur le label des gars de THE DILLINGER ESCAPE PLAN. D’ailleurs niveau jeu de scène on y est, le chanteur grimpe partout, saute partout, passe son concert dans la fausse, laisse même le micro au public. Il propose même à un moment une partie de limbo avec le fil de son micro. Musicalement ça ressemble vraiment à du CONVERGE avec une patte plus énervée. Un set bien survolté ! On peux pas en dire autant du groupe qui suis, CORPSESSED. Le groupe fait partie de cette nouvelle vague de Death à la INCANTATION qui émerge un peu partout. Dans un premier temps, sauf quelques exceptions, j’aime vraiment pas ça, ça me fait rapidement chier, et puis là c’est tout sauf les conditions, le site est bien vide, le set est très monotone, ça tourne vite à l’ennui.

Pas grand chose à dire de plus que sur leur concert du mardi, à part que BIO CRISIS confirme mes impressions, surtout là sur la grande scène, le son est impeccable, c’est typiquement le genre de groupe que je trouve génial en live ! La suite se fait avec THANATOLOGY, qui malgré son nom et leur tenue très médicale rouge, ne joue pas du Goregrind. On est plus dans le Grind / Death, avec là aussi la particularité d’avoir un chanteur qui possède un micro tête caché sous son voile rouge. Le rendu est surprenant car on ne distingue même pas une articulation de bouche, on le voit juste faire des gestes très sobres qui ne collent pas avec la violence dégagé de sa voix. Au delà du rendu visuel, c’est pas le genre de groupe qui me parle plus que ça.

On continu avec des groupes qui ne m’intéressent pas plus que ça, comme le trio BRUCEXCAMPBELL, qui officie, dans le Grind, l’un des membres porte un jolie marcel Ensepulcher, et le chanteur fait venir sa copine chanter sur le dernier titre. Le Japon est mis à l’honneur cette année, avec notamment le trio SELF DCONSTRUCTION composé que de filles, qui n'hésitent pas à se déguiser à la manière des étudiantes Japonaises des dessins animés. Le nom est trompeur, car la musique reste du Grind très structuré et propre. La suite avec  ČAD et son Hardcore au relent Crust, là encore vite oublié, d’ailleurs je serais curieux de savoir qui arrive à retenir parfaitement les prestations quand tu enchaînes autant de groupes qui ne se démarque pas.

DOBTTČI MOR quand à lui va plutôt bien me marquer, alors que je n’attendais rien du groupe. Les Tchèques vont proposer un Deathgrind de tradition, presque Goregrind, qui me donne plus qu’envie de creuser leur discographie, que j’ai surement survolée à une époque sans m’y attarder. BIRDFLESH va lui me laisser sur ma faim ! Après un super concert au Netherlands Deathfest, nos Suédois masqués nous offrent un set bien mou, de plus l’ambiance n’est pas trop au rendez vous ! Le côté Macabre très présent du groupe est plutôt discret en cette après midi, dommage ! Les Finlandais de FORCA MACABRA prennent la relève, avec du Crust / Harcore chanté en Portugais, au delà de ça, j’ai pas retenu plus du concert. Le groupe est certes très vieux et culte, mais ça me donne pas plus envie de me plonger dans leur répertoire.

La journée commence enfin, avec ma première attente, BUTCHER ABC. Groupe culte emmené par Naru, fondateur du label Obliteration Records et ancien membre de CSSO et ses deux collègues. Le jeux de scène est tout ce que j’attends d’un concert à l’OEF : le bassiste avec son tablier de boucher porte un masque à gaz caché sous ses cheveux longs dans lequel est directement inséré un micro pitché, Naru quand à lui, dans sa chemise ensanglantée dispose de deux micros sur scène, pour varier les voix avec un second pitch. C’est donc partis pour 45 minutes de Goregrind Japonais, très mid tempo, avec quelques passages d-beat, mais toujours avec un feeling old school. J'arrive pas trop à m'immiscer dans le concert, ça reste trop faiblard, malheureusement.

C’est pas le cas par contre de ASOCIAL, qui lui va nous matraquer par un set de d-beat ultra violent. Groupe culte de la première vague de la scène Crust / Hardcore Suédoise, c’est surement le moins mis en avant, il faut dire que leur discographie et très maigre. C’est même sans honte que je découvre vraiment le groupe directement via ce concert. C’est très nettement une claque et l’un des moments forts du jour, c’est simple ça s'arrête jamais ! Mon enthousiasme redescend vite pour la prestation de BENIGHTED ! Si vous me lisez depuis le début, vous savez que j’aime pas le Grind en plastique, ultra millimétré, et conçu pour plaire au personne qui n’écoute pas du Grind. C’est le cas de BENIGHTED qui propose depuis déjà un moment une version revisitée de NASUM, à coup de pig squeal, de break et d'éléments de Death moderne. N’ayons pas peur des mots, après avoir mangé du Grind en tout genre depuis le début, la prestation ressemble plus à un concert de Metalcore qu’autre chose. Bien sur l’énergie y est, le public répond très largement présent. Pour avoir vu le groupe des dizaines de fois, Julien reste moins bavard, demande pas de circle pit et de wall of death comme à son habitude, et laisse le public faire, et c’est pas plus mal. Comme GUTALAX, j’ai longtemps aimé le groupe, en live surtout, mais là c’est plus possible, j’entends vraiment trop un groupe aseptisé et clinique. La setlist est standard, avec du "Slut", "Let the Blood Spill", "Experience Your Flesh", et une reprise de SEPULTURA en fin de set.

La suite est elle aussi pas très glorieuse, entre AGROTÓXICO qui propose un d-beat / Hardcore pas très convaincant, tout comme RATTUS, pillier du Punk / Hardocre en Europe, qui nous joue un set des plus mollasson, et qui fait tout sauf me convertir. Par contre le groupe suivant, va répondre à toute mes attentes ! Il s’agit de l’un de mes premiers amours dans le Goregirnd, il s’agit de HAEMORRHAGE. Le line-up a bien changé, il reste juste Luisma, Lugubrious et Ana de la formation originelle. Dans la pure tradition, le groupe ouvre le bal sur le sample du film Nekromantik, déguisé comme à leur habitude, rien de nouveau. Les classiques s’enchaine, avec un Lugubrious déchaîné, et un Luisma qui appuie les vocaux par son pitch. Entre "Traumageddon", "Disgorging Innards", "Mortuary Riot", la chance d’entendre enfin "Furtive Dissection", et un "I’m a Pathologist" en fin de set, c’est une belle occasion de célébrer encore une fois ce groupe mythique, avec une ambiance au top, et un circle pit qui ne s'arrête jamais. On regrette juste une setlist avec des titres relativement récents, et l'absence notamment de tube comme "Decom-posers".

Si une forme de Death standard correspond le mieux aux critères du festival, c’est le Death Suédois. Par contre le choix de GRAVE reste très discutable, quand on connait la qualité en demie teinte de leurs prestations. Et ce soir ne sera pas un grand soir. Avec le décorum habituel (drapeaux de la Suéde, crâne…), le groupe nous enchaîne ses titres mid tempo relativement mou, où je n’arrive à avoir aucun plaisir, même sur le classique "Into the Grave". Le groupe a, en début d’année, proposé des set old-school, qui ne m’ont d’ailleurs pas plus convaincu non plus, donc le groupe glisse naturellement quelques titres des démos dans la setlist, mais rien y fait, ça reste un énorme somnifère à mon égard.

La suite, elle, va par contre me mettre sur le cul ! J’avoue ne pas m’être trop renseigné sur les sets joués,  surtout celui ci. Je m’approche donc dans l’optique de voir encore une fois GENERAL SURGERY, que j’espère en grande forme. Le groupe arrive, en tenue ensanglantée habituelle, avec Erik, le dernier chanteur de la formation. Le concert reste très correct, puis vient le moment, après cinq titres, d’introduire la suite : un set de NECROLOGY, en entier, avec le chanteur d’origine, Grant McWilliams ! Le gaillards dispose, comme sur l’EP d’un pitch des plus dévastateur. Le concert devient juste dingue, Erik vient aussi sur scène afin de former un duo vocal des plus dévastateurs. C’est le chaos dans ma tête, tant le concert est juste parfait. Grant vient balancer quelques morceaux de barback plein de sang au premier rang, et n’hésite pas à revenir en fin de set pour les autres morceaux de la setlist. Difficile de se rendre compte que je viens d'assister à un événement, voir jouer un des EP les plus emblématiques, en entier et dans l’ordre de la scène Goregrind, dans des conditions optimales, tant ça relève du rêve ! Inutile de dire qu’il s’agit du meilleur concert de la journée !

Après ça, j’attends rien de la suite, pourtant ARMAGEDOM va nous mettre une bonne petite claque aussi. Là encore, il s’agit d’un vieux groupe, qui va nous balancer un set composé que de d-beat des plus violentes. Le chanteur, plus jeune que le reste de la formation donne un touche très Métal Punk à la INDIAN NIGHTMARE / CHILDREN OF TECHNOLOGY, avec son jeu de scène, sa voix et son corpse paint très HELLHAMMER. Là encore une belle découverte d’un groupe culte que je n’avais pas encore pris le temps d’aller écouter en détail.

Si j’ai pris un énorme claque sur GENERAL SURGERY, c’est pourtant UNDERGANG que j’attendais avec impatience aujourd’hui ! J’ai déjà vu la formation dans des conditions vraiment pas top, avec un son ultra fort et inaudible. Ici rien de tout ça ! Le son est monumental, et le groupe nous propose de la meilleure des manières sa formule : Death putride à la DEMILCH, caveman riff à la MORTICIAN et feeling résolument Deathgrind. Le groupe joue devant des conquis d’avance, il suffit de voir l’engouement qu’a suscité leur stand de merch, et le nombre de t-shirt dans le pit. Il faut dire, que le dernier album en date, Misantropologi, est une belle claque, voir l’un des meilleurs albums de Death de ces 5 dernières années. Le concert commence d’ailleurs par le meilleur titre de celui ci, "Efter Obduktionen" et ses passages d-beat dévastateurs ! Avec 30 minutes de set, le groupe n’a pas le temps de nous jouer beaucoup de morceaux, on reste presque sur notre faim. Le public, fidèle à lui même, là dessus à envie de faire la fête, donc ça rame dans la fosse, ça improvise des danses saugrenues, mais qu’importe, le plaisir de revoir enfin UNDERGANG prends le dessus !

La fin de soirée sera moins monumentale, avec à la carte, KOVAA RASVAA, des nanas qui jouent du Fastcore, et les locaux de BUT dans un registre Grind, inutile encore une fois de le rappeler, mais c’était des sets là encore trop vite oubliés, avec 25 minutes pour convaincre avec une musique déjà très basique. Le festival se termine donc là dessus, et comme chaque année, une chenille est improvisée sur un titre dansant balancé après le concert, l’histoire de passer un dernier moment devant cette scène mythique et la poignée de fidèles qui sont restés aussi tard.

Une bonne nuit s'impose avant de revenir, une dernière fois sur le site pour l'after party du lendemain.


Report Jour 1

Report Jour 2

Report Jour 3

Report Jour 4

par Mold_Putrefaction le 03/08/2018 à 13:33
   179

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


licks0re
membre enregistré
03/08/2018 à 14:14:49
Très bon report, j'ai pris plaisir à le lire!

Humungus
membre enregistré
07/08/2018 à 13:12:48
"Le chanteur (...) passe son concert dans la fausse"...
Mais c'est qui cette poseuse ?!?!

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...