« Chaque jour, nous sommes les témoins des horreurs de ce monde…Tu allumes les infos, et tu te retrouves face à un tableau pessimiste de notre société. Les jours d’optimisme sont loin derrière nous, et deviennent de simples souvenirs. Nous vivons dans un monde virtuel, tout est faux. Ce que tu vois n’est pas la réalité. De la chirurgie esthétique aux profils Facebook, en passant par les médias qui falsifient des faits, jusqu’aux politiques qui nous inondent de merde quotidiennement. Nous avons créé des monstres qui prennent le pouvoir… »

C’est ainsi que Grey, chanteur des ENIME présente sa propre vision d’un monde qui part à la dérive…Le tableau décrit est en effet plus que pessimiste, mais somme toute assez lucide. Je veux dire…regardez autour de vous. La crise des migrants, les subprimes, le capitalisme/libéralisme consumant, le chômage, Trump, Poutine, MLP bientôt au second tour, les affaires de corruption…Et puis ce putain de quotidien qui nous rappelle à chaque instant dans quelle impasse émotionnelle nous nous trouvons.

Alors, nous trouvons refuge derrière des écrans, de fumée, qui nous enfument de leur réalité aussi fausse que les fesses de Kim K…

Peu réjouissant n’est-il point ?

C’est le moins que l’on puisse dire. Alors autant faire face à cet inéluctable destin en bonne compagnie, celle de Canadiens qui ont au moins le mérite de nous offrir la bande son idoine de cet apocalypse que tout le monde attend.

Les ENIME viennent donc de Montréal sont cinq (Rob – basse, Stef & Phil – guitares, Eric – batterie et donc Grey – chant), se sont réunis en 2014, et nous proposent donc aujourd’hui leur premier LP, sous la forme d’un assemblage de douze morceaux assez homogènes, mais à l’inspiration multiple.

Si les arguments promo les situent dans une mouvance de revival Thrash assez simpliste, leur musique nous prouve qu’elle est bien plus riche que ce simple raccourci marketing. Il semblerait que ces pourfendeurs de mensonges divers se soient autant inspirés de la première vague Thrash de la Bay Area que des écoulements posthumes de la NWOBHM, ainsi que de la vague Néo Thrash/Death des années 90, pour proposer une osmose assez intrigante entre tous ces courants.

Et de fait, Demon Inside est assez étrange dans les faits, et un peu le cul entre deux chaises. Mais comme ces cousins d’Amérique du Nord semblent assez à l’aise dans leur position, admettons leur sens de l’équilibre, et essayons de comprendre comment ils parviennent à rendre cette position probante et stable.

Pas grand-chose de notable à déclarer à leur sujet, puisque leur musique parle d’elle-même un langage assez fouillé et complet. Si la référence Thrash est indéniable, elle est à chercher du côté des MEGADETH de transition et METALLICA de tradition, mais n’est pas forcément la référence la plus évidente. A l’écoute des pistes de ce premier effort, on se sent confronté à un OVNI assez difficile à décrire en des termes précis, un peu comme si Rob Zombie apprenait le B.A-BA du dogme Thrash sans se départir de con crédo Alternatif/Indus. Non que la musique des ENIME soit électronique ou je ne sais-quoi, mais il est certain que la voix de Grey nous laisse partir sur une piste un peu confuse. Son timbre singe à merveille les tics de Rob, mais aussi ceux du rouquin teigneux Mustaine, et geint et louvoie plus qu’elle ne tonitrue.

Niveau instrumental, les choses ne sont pas plus simples, et même progressives si l’on tend un peu l’oreille, un peu à l’instar d’un CORONER simplifié ou d’un MEGADETH inspiré, à cheval entre un So Far So Good plus radical et un Youthanasia primal. Et si le quintette affirme prendre en compte l’évolution proposée par les KILLSWITCH ENGAGE, il est toutefois ardu d’en trouver trace dans leur inspiration, sans pour autant rejeter en bloc leur désir d’ouverture.

Alors, Thrash pas vraiment franc, Heavy chancelant ou Modern Metal encore hésitant ? Rien de tout ça, mais plutôt une osmose étrange entre toutes ces directions, pour un rendu qui laisse pas mal d’interrogations. Non que la musique soit désagréable, loin de là, et un morceau aussi opaque que percutant comme «The Darker Side Of Me » rend l’écoute de ce Demon Inside assez justifiable. Un peu ALICE IN CHAINS perdus dans les couloirs du temps du TESTAMENT de Low, ce titre est assez symptomatique de la démarche de biais des natifs de Montréal qui ne font rien pour nous simplifier les choses.

Mais comme leur but est de symboliser l’état d’un monde agonisant à travers une musique à plusieurs facettes, il est évident qu’il convient de souligner la réussite de leur entreprise. On ne sait vraiment pas sur quel espoir chanceler, entre un mid tempo typiquement Heavy comme « Choose a God », ou un Thrash modéré à la HOLY TERROR comme « Break The World », qui évoque même le « FFF » de MEGADETH, le grand écart est presque intégral, et pourtant la cohérence semble de mise.

Bizarre ?

Un peu, mais assez séduisant dans les faits.

Parfois, le tout s’agite et crépite, à l’instar de ce démoniaque « Claiming Justice » qui une fois de plus opacifie le Thrash de papa d’inflexions purement modernes, et qui aligne des plans remarquables, laissant même de la place à une basse ludique qui anticipe un solo plus Jeff Hanneman que nature.

Mais le terrain de prédilection des ENIME semble être l’entre deux eaux et le mid tempo un peu malmené comme le démontre « Can’t Rewind » qui une fois de plus juxtapose les inflexions pour les modeler à sa guise, et offrir une jolie démonstration de Heavy Thrash pas du tout nostalgique, encore moins opportuniste.

Produit par le groupe en compagnie de Francis Perron, et mixé par ce dernier aux Radicart Recording Studio, Demon Inside bénéficie d’une production parfaitement adaptée à sa ligne de conduite, et finalement incarne avec malice ce fameux démon intérieur duquel le groupe semble fasciné, et qui finalement incarne toute la dualité d’une humanité incapable d’admettre que l’ennemi, l’enfer, vient de nous et pas de l’autre comme Sartre se plaisait pourtant à l’affirmer.

Et même si certaines entrées rappellent vraiment un peu trop Mustaine & co. ou même le VENOM le plus rétro (« You Won’t Drag Me Down », jonction entre « Black Metal » et le côté le plus Punk de MEGADETH), on pardonnera cette tutelle auto-imposée qui ne devrait pas tarder à laisser place à des idées personnelles plus affirmées.

 En attendant cette fameuse apocalypse programmée que l’on suivra certainement par écrans interposés, Demon Inside vous rappelle avec ambivalence que vous êtes aussi fautifs que les autres, sans pour autant vous pointer du doigt.    


Titres de l'album:

  1. Demon Inside
  2. Break The World
  3. Pretty Place
  4. Selling Fear
  5. Lies
  6. The Darker Side of Me
  7. Choose a God
  8. Dead Ended
  9. Claiming Justice
  10. Can't Rewind
  11. You Won't Drag Me Down
  12. Become One

Site officiel


par mortne2001 le 25/02/2017 à 17:53
68 %    426

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.