The Impassable Horizon

Fractal Universe

18/06/2021

Metal Blade

Qu’attend-on d’un excellent album de Death progressif ? De la polyrythmie ? Des mélodies sous-jacentes qui servent d’arrangements cosmiques à la PESTILENCE ? Des prestations individuelles extraordinaires menant à une cohésion collective redoutable ? Des changements de signature fréquents ? De l’inédit, de l’imprévisible ? Une manière parfaite d’insérer des plans jazzy à une atmosphère globale envoutante ? De l’élitisme abordable pour ne pas sombrer dans la démonstration stérile ? Tout ça, et quelque chose d’unique en sus : une réelle identité qui permet de se démarquer des dix ou vingt groupes du haut du panier qui ont déjà plus ou moins tout dit dans le genre. Les nancéens de FRACTAL UNIVERSE font-ils donc partie de la haute société brutale et ciselée, alors qu’ils abordent le virage très dangereux de leur troisième album ? Après écoute de ce monumental The Impassable Horizon, la réponse est un immense « oui » hurlé du haut d’une montagne pour que l’écho propage la bonne parole dans le monde entier. On savait ces musiciens capables de dépasser l’excellence pour approcher la perfection sans se bruler les ailes comme Icare, mais The Impassable Horizon dépasse justement l’horizon qui servait de ligne de démarcation entre notre monde et…l’autre.

Les premières idées pour ce nouvel album ont commencé à fuser alors que Rhizomes of Insanity n’était même pas encore sorti, ce qui en dit long sur la créativité du leader Vince Wilquin. Capable de composer une suite symphonique en se basant sur une rythmique ou une ébauche de mélodie, le compositeur laisse aller son instinct et ne force pas l’équation pour qu’elle devienne insoluble. Les parties de batterie qu’il ébauche pour son complice Clément Denys, complexes évidemment, restent abordables et musicales selon le percussionniste qui reconnaît le talent de son guitariste/chanteur. Mais la force intrinsèque du quatuor est sa lucidité, et cette façon d’assumer le fait qu’ils n’inventeront jamais rien, et qu’ils recycleront des idées déjà largement répandues. A eux de les accommoder à leur sauce et de les faire sonner plus ou moins inédites - du moins personnelles - pour éviter l’embarras du plagiat, toujours encombrant dans le genre.

Concept album comme on n’en attend pas moins d’un groupe pareil, The Impassable Horizon passe en revue toutes les composantes musicales pour coller à son thème humaniste mais aussi philosophique. Quel est le lien qui unit les humains avec la mort ? Vaste question à laquelle la religion, la philosophie et la science ont tenté de répondre, mais qui trouve ici un éclairage nouveau, et artistique.

L’album tire partiellement son inspiration du concept de Heidegger, « être au-delà de la mort ». Le philosophe pense que la problématique réside dans la fausseté de la question initiale, « Qui y-a-t-il après la mort », qui doit être substituée par la bonne question, « Que signifie pour nous le fait d’être conscient de nos propres limites, et comment fait-on face à cette réalité, de façon consciente et inconsciente ? ». The Impassable Horizon traite de cette dualité, et la résume en quelques mots. 

 

Un concept global, déjà largement abordé, mais qui traité à travers le prisme d’un Death progressif et éminemment technique prend un nouvel éclairage, plus moderne, et surtout, plus nuancé qu’une question lapidaire appelant une multitude de réponses. Techniquement, le groupe n’a pas durci le ton, et ses parties restent toujours humainement abordables, bien que parfois terriblement ambitieuses. Entre les soli de saxo, gimmick indispensable, et les épaisses couches de chœurs, ce troisième chapitre de la saga FRACTAL UNIVERSE fait largement honneur aux deux premiers, ne serait-ce qu’en termes de son, qui de sa clarté permet aux passages les plus denses de sonner précis et détaillés. Le single choisi pour illustrer la démarche, « A Clockwork Expectation » (et proposé en fin d’album en version radio edit) lâche l’une des pièces du puzzle, sans révéler le motif global. On ressent ces percussions d’intro comme des appels tribaux à nos racines, on accepte ces riffs aussi saccadés que mélodiques, toujours en contretemps, mais clairs pour qui a l’oreille rompue à l’exercice. On savoure ces mélodies à la CYNIC qui offrent une perspective cosmique à la théorie de l’afterlife, mais on retrouve évidemment la patte d’ALKALOID, le tout dans un refus des conventions binaires qui n’est pas sans rappeler l’anti-Rock de MAGMA.

Témoignage de la soif des musiciens d’aller toujours plus loin sans perdre leur but immédiat de vue, ce nouvel album fait la part belle aux contrastes et aux oppositions, et pas seulement dans la voix de Vince Wilquin. Les parties de guitares, parfois subtiles, de temps à autres sombres et menaçantes nous offrent un panel d’émotions qu’on ouvre en éventail comme le nuancier d’une vie et de sa confrontation à l’inéluctable fin qui nous attend : joie teintée d’inquiétude, peur nuancée d’espoir. « Falls of the Earth » résume parfaitement cette opposition permanente entre croyance d’un ailleurs et lucidité d’une fin brutale, même si d’autres segments illustrent eux aussi le combat opposant les deux écoles de pensée à leur manière. Brutalement et viscéralement pour « Withering Snowdrops », longuement et progressivement pour le superbe final « Godless Machinists ».

On pense parfois à une fusion entre l’OPETH des débuts et son alter ego contemporain, le tout supervisé par THE ARCHITECTS, mais l’équilibre entre les parties, la multiplicité des climats, et cet enregistrement at home qui flirte avec la perfection (seules les parties de batterie ont été frappées au Boundless Production Studio, le studio pro du groupe) font que ce troisième album est une nouvelle étape franchie avec brio par le groupe, qui parvient à se renouveler sans se trahir ni travestir la paraphrase.

Brillant, dense, riche, coloré, nuancé, contrasté, The Impassable Horizon nous propose de réfléchir à notre propre condition, en bombardant nos sens de thèmes musicaux variés. Et en écoutant cet album, on se rend compte que l’impartialité le domine, puisque les réponses aux questions posées restent multiples et différentes. Et qu’il y ait un ailleurs ou pas, que notre âme survive ou pas, le présent est encore assez fascinant entre les mains de FRACTAL UNIVERSE pour qu’on élude la question.

   

                                                                                                                                                                                                    

Titres de l’album:

01. Autopoiesis

02. A Clockwork Expectation

03. Interfering Spherical Scenes

04. Symmetrical Masquerade

05. Falls of the Earth

06. Withering Snowdrops

07. Black Sails of Melancholia

08. A Cosmological Arch

09. Epitaph

10. Godless Machinists

11. Flashes of Potentialities (Acoustic)

12. A Clockwork Expectation (Radio Edit)


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/07/2021 à 18:27
88 %    610

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22

Moshimosher

Triste et dégoûté... RIP

12/05/2022, 07:17