Brain Rangers

Brainthrash

02/06/2017

Autoproduction

Les BRAINTHRASH viennent de Kuopio, Finlande, vous savez, ce petit pays qui nous envahit les oreilles chaque semaine avec de nouvelles sorties Thrash, Heavy, Fm ou vintage. Oui, ils récidivent encore une fois, histoire d’asseoir définitivement leur réputation, et parviennent une fois encore à leurs fins, puisque cette nouvelle exportation est aussi digne d’intérêt que le reste de leur production.

BRAINTHRASH est donc un quatuor, formé en 2004, qui s’est déjà séparé en 2007 juste après sa première démo Major Mayhem, avant de se reformer au printemps 2012 pour publier son premier EP, Mental Kombat. Un parcours plus ou moins chaotique donc, qui les obligea à patienter pendant treize ans avant de publier leur premier LP, celui-là même dont je m’apprête à vous parler, Brain Rangers.

Un premier album qui fait la part belle à un Thrash classique de rebelle, et qui annonce ses références sans complexe, références qui se situeraient d’ailleurs plutôt du côté des USA et de leur mythique Bay Area.

Kami Launonen (chant), Sulo Jäntti (guitare), Lassi Laatikainen (basse) et Mikko Hietamäki (batterie) sont donc bien conscients de ne pas être plus originaux que la moyenne, et se placent avec une belle lucidité sous l’influence du Thrash made in 80’s, celui pratiqué par les influences qu’ils citent avec révérence.

Lesquelles ? Les sempiternels VIO-LENCE, EXODUS, DEMOLITION HAMMER, SEPULTURA, TESTAMENT, et certainement des dizaines d’autres, peut-être plus européens, mais qui de toute façon délimitent le même terrain.

Celui d’un Thrash à forte connotation Heavy, pas trop brutal mais efficace, aux riffs saccadés et aux rythmiques bien speedées, qui gardent toutefois le contrôle sans jamais déraper. La technique du quatuor est affutée, mais n’en fait jamais trop dans les excès, et se contente de servir des morceaux simples et radicaux, d’une optique légèrement progressive sur les bords.

On est loin de la démesure et de l’exubérance de VIO-LENCE ou DEMOLITION HAMMER, encore plus de la débauche de barbarie à la SEPULTURA, et on se rapprocherait plus de la moyenne riffante d’un EXODUS et d’un TESTAMENT, quoique les spectres d’HOLY TERROR et AGONY pointent le cliquetis de leur chaînes en plus d’une occasion.

En fait, la modération dont font preuve les Finlandais les rapprocherait plus d’une troisième vague de Thrash ricain, celle qui s’est écrasée sur l’indifférence des fans du Death sanglant, et qui a émergé à l’orée des nineties, dans un marasme global.

Ce qui, je vous assure, est un compliment non négligeable…

Formellement, la musique proposée par BRAINTHRASH n’a rien d’épiphanique, surtout lorsqu’elle semble surgir d’un raz de marée global qui déferle sur nos côtes depuis une dizaine d’années. Leur approche est assez formelle et respectueuse d’un Thrash raisonnable tirant sur le Power bien senti, mais l’exécution à ce je-ne-sais-quoi de folie qui les différencie d’une masse toujours plus grouillante, et qui s’exprime via quelques arrangements instrumentaux assez ludiques.

Des chœurs inhabituels genre haka d’avant-match (« Vomit Projector », qui sent bon le démarcage à peine déguisé des WARFARE, mais qui ose quelques sifflantes rasantes), de grosses lignes de basse à la Harris/Lilker/verni qui annoncent un fast tempo sous contrôle (« Die Right », de l’EXODUS dans le texte, légèrement nuancé de MORTAL SIN allégé), un chant à la Zetro Souza en moins geignard (« Major Mayhem », repris de leur démo, mais essentiel et un poil plus rapide que l’ensemble, dans un registre à la VIO-LENCE en moins excité), une intro gargouillante qui se calme d’une thématique Heavy Speed fort décente (« Big Bitch », bonjour OVERKILL et merci pour tout), et des lourdeurs mélodiques assez prenantes (« Thanatomania », qui soudain se souvient que la pédale d’accélérateur est à droite des pieds), pour un résultat global sinon surprenant, tout du moins attachant, quoiqu’un peu trop timoré dans son attaque Thrash pas assez débridée.

On pense un peu à la vague Européenne des KILLER WATTS et APOCALYPSE, ceux-là même qui tentaient de donner au style une respectabilité Metal plus prononcée, ou même à une adaptation des standards des groupes US de la seconde génération, qui ne confondaient pas violence et précipitation.

Il est évident qu’on a souvent envie que la machine s’emballe, tant certains plans auraient exigé un peu plus d’investissement, mais aussi une plus grande variété de riffs qui ont tendance à tous se ressembler. Même la production clean, mais justement trop propre à tendance à gommer les éventuelles aspérités pour niveler des morceaux qui auraient mérité de démanger.

Le niveau des instrumentistes n’est évidemment pas à remettre en question, mais leur inspiration tourne parfois un peu en rond. Ce qui est dommage pour un groupe qui a quand même eu largement le temps de préparer son retour à fond…

Mais les points forts sont quand même à noter, le chant principalement qui varie bien et évite la monotonie des grognements, les chœurs qui rappellent le meilleur de la vague allemande des ASSASSIN, HOLY MOSES et consorts, et les progressions dans les constructions qui nous font bondir d’un plan à l’autre en toute fluidité.

Les morceaux les plus longs sont parfois à mi-chemin entre Techno Thrash et Heavy assassin (décidément…), à l’instar de ce « Mental Combat » qui ose un parallèle avec CORONER, timide certes, mais décelable, même si une fois encore, les riffs traînent en longueur et sont plus redondants que bondissants.

Et lorsque le quatuor se laisse un peu aller, quitte à se rapprocher de VIO-LENCE ou DEATHROW sur le final homérique « Brain Rangers », on regrette d’autant plus qu’ils n’aient pas lâché la vapeur plus tôt tant ils se montrent convaincants dans la prise de risque thrashisante.      

 

Dommage que ce Brain Rangers ait trop joué l’équilibre pour tenter de séduire un peu tout le monde. On sent que les BRAINTHRASH ont largement le potentiel pour tout exploser d’un Metal de forcenés, mais il leur faudra pour cela desserrer le collier étrangleur pour pouvoir gambader en toute ardeur.

Un album honnête qui ne se démarque pas vraiment du mouvement old-school, et qui doit se concevoir comme une mise en jambes avant effort plus soutenu.


Titres de l'album:

  1. Vomit Projector
  2. Die Right
  3. Major Mayhem
  4. Kannibal Clock
  5. Big Bitch
  6. Thanatomania
  7. All The Chambers
  8. Mental Kombat
  9. Brain Rangers

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/06/2017 à 14:49
70 %    528

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29

Buck Dancer

Et moi je dois être de bonne humeur, parce que je le trouve plutôt bon ce morceau. Sans surprise et dans la continuité, logique, de Magma, mais bien foutu.

05/08/2020, 17:26

RBD

Il ne faut jamais oublier qu'il y a d'autres régions dans le monde où jouer, écouter du Metal est dangereux. On peut lire le livre publié chez Camion Blanc sur le Metal dans les pays musulmans, qui déborde parfois le sujet mais est intéressant, bien que le contexte aie bien changé depuis les (...)

05/08/2020, 17:03

Pomah

Vraiment déçu, le titre est assez mou, facilité de composition, vraiment pas pêchu, cela sent la relâche. Que dire de la direction artistique du clip, qui est franchement cartoonesque... Vieillir me rends aigri visiblement.

05/08/2020, 15:20

Kerry King

RIP a ce cogneur.

05/08/2020, 10:54

Humungus

Jus de cadavre & MorbidOM + 1.

05/08/2020, 07:42

MorbidOM

En même temps ce côté "spontané" fait partie de son charme.
Comme tu dis ce mec est une rock star et il a toujours plus l'air d'être là pour voir ses potes et écouter la musique qu'il aime que pour gérer sa carrière. Le genre de gars que tu vois headbanger entre les coulisses et la sc(...)

05/08/2020, 03:39

Jus de cadavre

Franchement Anselmo a agit comme un abruti. Je pense sincèrement qu'il n'est pas raciste, mais il agit toujours comme si il était au camping dans un fest avec ses potes sauf que bah non mec t'es une 'rock star' et t'as en permanence des caméras braquées sur toi... Fin bref, depuis cette histoire(...)

05/08/2020, 00:39

Oliv

Si on veut jouer le jeu des médias et réseaux sociaux de caniveaux bien sur j’entends

04/08/2020, 22:47