Les BRAINTHRASH viennent de Kuopio, Finlande, vous savez, ce petit pays qui nous envahit les oreilles chaque semaine avec de nouvelles sorties Thrash, Heavy, Fm ou vintage. Oui, ils récidivent encore une fois, histoire d’asseoir définitivement leur réputation, et parviennent une fois encore à leurs fins, puisque cette nouvelle exportation est aussi digne d’intérêt que le reste de leur production.

BRAINTHRASH est donc un quatuor, formé en 2004, qui s’est déjà séparé en 2007 juste après sa première démo Major Mayhem, avant de se reformer au printemps 2012 pour publier son premier EP, Mental Kombat. Un parcours plus ou moins chaotique donc, qui les obligea à patienter pendant treize ans avant de publier leur premier LP, celui-là même dont je m’apprête à vous parler, Brain Rangers.

Un premier album qui fait la part belle à un Thrash classique de rebelle, et qui annonce ses références sans complexe, références qui se situeraient d’ailleurs plutôt du côté des USA et de leur mythique Bay Area.

Kami Launonen (chant), Sulo Jäntti (guitare), Lassi Laatikainen (basse) et Mikko Hietamäki (batterie) sont donc bien conscients de ne pas être plus originaux que la moyenne, et se placent avec une belle lucidité sous l’influence du Thrash made in 80’s, celui pratiqué par les influences qu’ils citent avec révérence.

Lesquelles ? Les sempiternels VIO-LENCE, EXODUS, DEMOLITION HAMMER, SEPULTURA, TESTAMENT, et certainement des dizaines d’autres, peut-être plus européens, mais qui de toute façon délimitent le même terrain.

Celui d’un Thrash à forte connotation Heavy, pas trop brutal mais efficace, aux riffs saccadés et aux rythmiques bien speedées, qui gardent toutefois le contrôle sans jamais déraper. La technique du quatuor est affutée, mais n’en fait jamais trop dans les excès, et se contente de servir des morceaux simples et radicaux, d’une optique légèrement progressive sur les bords.

On est loin de la démesure et de l’exubérance de VIO-LENCE ou DEMOLITION HAMMER, encore plus de la débauche de barbarie à la SEPULTURA, et on se rapprocherait plus de la moyenne riffante d’un EXODUS et d’un TESTAMENT, quoique les spectres d’HOLY TERROR et AGONY pointent le cliquetis de leur chaînes en plus d’une occasion.

En fait, la modération dont font preuve les Finlandais les rapprocherait plus d’une troisième vague de Thrash ricain, celle qui s’est écrasée sur l’indifférence des fans du Death sanglant, et qui a émergé à l’orée des nineties, dans un marasme global.

Ce qui, je vous assure, est un compliment non négligeable…

Formellement, la musique proposée par BRAINTHRASH n’a rien d’épiphanique, surtout lorsqu’elle semble surgir d’un raz de marée global qui déferle sur nos côtes depuis une dizaine d’années. Leur approche est assez formelle et respectueuse d’un Thrash raisonnable tirant sur le Power bien senti, mais l’exécution à ce je-ne-sais-quoi de folie qui les différencie d’une masse toujours plus grouillante, et qui s’exprime via quelques arrangements instrumentaux assez ludiques.

Des chœurs inhabituels genre haka d’avant-match (« Vomit Projector », qui sent bon le démarcage à peine déguisé des WARFARE, mais qui ose quelques sifflantes rasantes), de grosses lignes de basse à la Harris/Lilker/verni qui annoncent un fast tempo sous contrôle (« Die Right », de l’EXODUS dans le texte, légèrement nuancé de MORTAL SIN allégé), un chant à la Zetro Souza en moins geignard (« Major Mayhem », repris de leur démo, mais essentiel et un poil plus rapide que l’ensemble, dans un registre à la VIO-LENCE en moins excité), une intro gargouillante qui se calme d’une thématique Heavy Speed fort décente (« Big Bitch », bonjour OVERKILL et merci pour tout), et des lourdeurs mélodiques assez prenantes (« Thanatomania », qui soudain se souvient que la pédale d’accélérateur est à droite des pieds), pour un résultat global sinon surprenant, tout du moins attachant, quoiqu’un peu trop timoré dans son attaque Thrash pas assez débridée.

On pense un peu à la vague Européenne des KILLER WATTS et APOCALYPSE, ceux-là même qui tentaient de donner au style une respectabilité Metal plus prononcée, ou même à une adaptation des standards des groupes US de la seconde génération, qui ne confondaient pas violence et précipitation.

Il est évident qu’on a souvent envie que la machine s’emballe, tant certains plans auraient exigé un peu plus d’investissement, mais aussi une plus grande variété de riffs qui ont tendance à tous se ressembler. Même la production clean, mais justement trop propre à tendance à gommer les éventuelles aspérités pour niveler des morceaux qui auraient mérité de démanger.

Le niveau des instrumentistes n’est évidemment pas à remettre en question, mais leur inspiration tourne parfois un peu en rond. Ce qui est dommage pour un groupe qui a quand même eu largement le temps de préparer son retour à fond…

Mais les points forts sont quand même à noter, le chant principalement qui varie bien et évite la monotonie des grognements, les chœurs qui rappellent le meilleur de la vague allemande des ASSASSIN, HOLY MOSES et consorts, et les progressions dans les constructions qui nous font bondir d’un plan à l’autre en toute fluidité.

Les morceaux les plus longs sont parfois à mi-chemin entre Techno Thrash et Heavy assassin (décidément…), à l’instar de ce « Mental Combat » qui ose un parallèle avec CORONER, timide certes, mais décelable, même si une fois encore, les riffs traînent en longueur et sont plus redondants que bondissants.

Et lorsque le quatuor se laisse un peu aller, quitte à se rapprocher de VIO-LENCE ou DEATHROW sur le final homérique « Brain Rangers », on regrette d’autant plus qu’ils n’aient pas lâché la vapeur plus tôt tant ils se montrent convaincants dans la prise de risque thrashisante.      

 

Dommage que ce Brain Rangers ait trop joué l’équilibre pour tenter de séduire un peu tout le monde. On sent que les BRAINTHRASH ont largement le potentiel pour tout exploser d’un Metal de forcenés, mais il leur faudra pour cela desserrer le collier étrangleur pour pouvoir gambader en toute ardeur.

Un album honnête qui ne se démarque pas vraiment du mouvement old-school, et qui doit se concevoir comme une mise en jambes avant effort plus soutenu.


Titres de l'album:

  1. Vomit Projector
  2. Die Right
  3. Major Mayhem
  4. Kannibal Clock
  5. Big Bitch
  6. Thanatomania
  7. All The Chambers
  8. Mental Kombat
  9. Brain Rangers

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/06/2017 à 14:49
70 %    251

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.