Les BRAINTHRASH viennent de Kuopio, Finlande, vous savez, ce petit pays qui nous envahit les oreilles chaque semaine avec de nouvelles sorties Thrash, Heavy, Fm ou vintage. Oui, ils récidivent encore une fois, histoire d’asseoir définitivement leur réputation, et parviennent une fois encore à leurs fins, puisque cette nouvelle exportation est aussi digne d’intérêt que le reste de leur production.

BRAINTHRASH est donc un quatuor, formé en 2004, qui s’est déjà séparé en 2007 juste après sa première démo Major Mayhem, avant de se reformer au printemps 2012 pour publier son premier EP, Mental Kombat. Un parcours plus ou moins chaotique donc, qui les obligea à patienter pendant treize ans avant de publier leur premier LP, celui-là même dont je m’apprête à vous parler, Brain Rangers.

Un premier album qui fait la part belle à un Thrash classique de rebelle, et qui annonce ses références sans complexe, références qui se situeraient d’ailleurs plutôt du côté des USA et de leur mythique Bay Area.

Kami Launonen (chant), Sulo Jäntti (guitare), Lassi Laatikainen (basse) et Mikko Hietamäki (batterie) sont donc bien conscients de ne pas être plus originaux que la moyenne, et se placent avec une belle lucidité sous l’influence du Thrash made in 80’s, celui pratiqué par les influences qu’ils citent avec révérence.

Lesquelles ? Les sempiternels VIO-LENCE, EXODUS, DEMOLITION HAMMER, SEPULTURA, TESTAMENT, et certainement des dizaines d’autres, peut-être plus européens, mais qui de toute façon délimitent le même terrain.

Celui d’un Thrash à forte connotation Heavy, pas trop brutal mais efficace, aux riffs saccadés et aux rythmiques bien speedées, qui gardent toutefois le contrôle sans jamais déraper. La technique du quatuor est affutée, mais n’en fait jamais trop dans les excès, et se contente de servir des morceaux simples et radicaux, d’une optique légèrement progressive sur les bords.

On est loin de la démesure et de l’exubérance de VIO-LENCE ou DEMOLITION HAMMER, encore plus de la débauche de barbarie à la SEPULTURA, et on se rapprocherait plus de la moyenne riffante d’un EXODUS et d’un TESTAMENT, quoique les spectres d’HOLY TERROR et AGONY pointent le cliquetis de leur chaînes en plus d’une occasion.

En fait, la modération dont font preuve les Finlandais les rapprocherait plus d’une troisième vague de Thrash ricain, celle qui s’est écrasée sur l’indifférence des fans du Death sanglant, et qui a émergé à l’orée des nineties, dans un marasme global.

Ce qui, je vous assure, est un compliment non négligeable…

Formellement, la musique proposée par BRAINTHRASH n’a rien d’épiphanique, surtout lorsqu’elle semble surgir d’un raz de marée global qui déferle sur nos côtes depuis une dizaine d’années. Leur approche est assez formelle et respectueuse d’un Thrash raisonnable tirant sur le Power bien senti, mais l’exécution à ce je-ne-sais-quoi de folie qui les différencie d’une masse toujours plus grouillante, et qui s’exprime via quelques arrangements instrumentaux assez ludiques.

Des chœurs inhabituels genre haka d’avant-match (« Vomit Projector », qui sent bon le démarcage à peine déguisé des WARFARE, mais qui ose quelques sifflantes rasantes), de grosses lignes de basse à la Harris/Lilker/verni qui annoncent un fast tempo sous contrôle (« Die Right », de l’EXODUS dans le texte, légèrement nuancé de MORTAL SIN allégé), un chant à la Zetro Souza en moins geignard (« Major Mayhem », repris de leur démo, mais essentiel et un poil plus rapide que l’ensemble, dans un registre à la VIO-LENCE en moins excité), une intro gargouillante qui se calme d’une thématique Heavy Speed fort décente (« Big Bitch », bonjour OVERKILL et merci pour tout), et des lourdeurs mélodiques assez prenantes (« Thanatomania », qui soudain se souvient que la pédale d’accélérateur est à droite des pieds), pour un résultat global sinon surprenant, tout du moins attachant, quoiqu’un peu trop timoré dans son attaque Thrash pas assez débridée.

On pense un peu à la vague Européenne des KILLER WATTS et APOCALYPSE, ceux-là même qui tentaient de donner au style une respectabilité Metal plus prononcée, ou même à une adaptation des standards des groupes US de la seconde génération, qui ne confondaient pas violence et précipitation.

Il est évident qu’on a souvent envie que la machine s’emballe, tant certains plans auraient exigé un peu plus d’investissement, mais aussi une plus grande variété de riffs qui ont tendance à tous se ressembler. Même la production clean, mais justement trop propre à tendance à gommer les éventuelles aspérités pour niveler des morceaux qui auraient mérité de démanger.

Le niveau des instrumentistes n’est évidemment pas à remettre en question, mais leur inspiration tourne parfois un peu en rond. Ce qui est dommage pour un groupe qui a quand même eu largement le temps de préparer son retour à fond…

Mais les points forts sont quand même à noter, le chant principalement qui varie bien et évite la monotonie des grognements, les chœurs qui rappellent le meilleur de la vague allemande des ASSASSIN, HOLY MOSES et consorts, et les progressions dans les constructions qui nous font bondir d’un plan à l’autre en toute fluidité.

Les morceaux les plus longs sont parfois à mi-chemin entre Techno Thrash et Heavy assassin (décidément…), à l’instar de ce « Mental Combat » qui ose un parallèle avec CORONER, timide certes, mais décelable, même si une fois encore, les riffs traînent en longueur et sont plus redondants que bondissants.

Et lorsque le quatuor se laisse un peu aller, quitte à se rapprocher de VIO-LENCE ou DEATHROW sur le final homérique « Brain Rangers », on regrette d’autant plus qu’ils n’aient pas lâché la vapeur plus tôt tant ils se montrent convaincants dans la prise de risque thrashisante.      

 

Dommage que ce Brain Rangers ait trop joué l’équilibre pour tenter de séduire un peu tout le monde. On sent que les BRAINTHRASH ont largement le potentiel pour tout exploser d’un Metal de forcenés, mais il leur faudra pour cela desserrer le collier étrangleur pour pouvoir gambader en toute ardeur.

Un album honnête qui ne se démarque pas vraiment du mouvement old-school, et qui doit se concevoir comme une mise en jambes avant effort plus soutenu.


Titres de l'album:

  1. Vomit Projector
  2. Die Right
  3. Major Mayhem
  4. Kannibal Clock
  5. Big Bitch
  6. Thanatomania
  7. All The Chambers
  8. Mental Kombat
  9. Brain Rangers

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/06/2017 à 14:49
70 %    399

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Leaving Eden

The Agony of Affliction

Refused

War Music

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...


NecroKosmos, pareil pour moi. Même si, de mémoire, il y avait deux ou trois bons morceaux sur Amok. Mais le style de plus en plus heavy me convenait moins.


'North from here' est un de mes albums cultes !! Mais c'est le seul de Sentenced que j'aime.


Oui c'est bien les français !


Sortilège, c’est les français?
Si oui c’est cool pour eux


A l'époque, j'avais acheté l'album "North from here" de Sentenced et j'aimais beaucoup. Je ne connais pas KYPCK par contre et je vais écouter ça.

Le morceau de Sepult' a l'air sympa.


Toujours aussi mou du genou dans son choix éditorial.


Leur nouvel album est une bombe !! Dans mon top 5 de l'année !!


Effectivement...
Mais ce "plagiat" me va très, très bien à moi.


Bah merde...
Je ne connais que de très, très loin SENTENCED (je vais d'ailleurs remédier à ça d'ici peu je pense...), mais je ne savais absolument pas que deux de ses membres étaient les instigateurs de KYPCK.
Groupe effectivement exceptionnel dont le premier album (surtout !) m'av(...)


Carrément.


D'autant qu'il est très bien ce nouvel album, plus varié mais toujours intense. Les Vader Français !


Tant que ça Humungus ?


Dans la oï, il y a plein de trucs excellents. Et ce groupe en faisait partie.


Merci Gab pour ton travail. Je trouve encore des cassettes que tu as produites un peu partout à l'étranger, c'est un sacré boulot. Et merci de m'avoir fait découvrir Warning Fog il y a peu, devenu un des mes groupes de pur grind préféré.
Pour avoir très largement fréquenté cet underg(...)


Dans ma liste des meilleurs albums de l'année...