Gates Of Flesh, le précédent album de LORD VICAR a été et est encore aujourd'hui un album de Doom Metal dont je ne me lasse pas, la finesse tant musicale que vocale tient également dans les petits détails qui font de cette simplicité toute la beauté. Car avouons le, la première écoute de cet album renvoie une sorte d'album lambda de Doom Metal avant que les charmes n'opèrent, "le diable se cache dans les détails" comme on dit ! La nature très posée de cet album en a fait quelque chose de spécial et d'à part et refaire le même album n'aurait certainement pas eu de sens pour les finlandais.
Pourtant, comment ne pas reconnaitre de suite LORD VICAR lorsque le riff principal de "Sulphur, Charcoal and Saltpetre" résonne, ce son, ce grain, cette batterie, ce son de basse si particulier et puis, accordons-nous là-dessus, la voix de Chritus, qui peut donner l'impression d'être à côté sur certaines lignes de chant mais qui, en fait, impose son rythme pour un équilibre absolument parfait et une justesse vocale qui n'ait pas aisée de trouver sans sonner trop propre. Ce groupe c'est cela, la limite entre le classique sans grande originalité mais diablement bien construit et exécuté et une finesse d'arrangement qui en fait un groupe vraiment unique. La production, à l'image de l'album précédent est très organique, ce souffle que l'on entend sur les parties de batterie sont d'un bandant que je n'ai entendu que chez ce groupe à aujourd'hui, cette impression que le groupe joue dans la pièce et ce sur n'importe quel lecteur (voiture, enceintes standard ou au casque), les amateurs de production comprendront la tâche réussie par les finlandais, une nouvelle fois. Toutefois, on perçoit un son un peu plus gras sur les guitares qui va parfaitement au chant de Chritus qui se fait un peu plus hargneux sur cet album le tout sans dénaturer sa façon de chanter. 

Le premier titre "Sulphur, Charcoal and Salpetre" est un voyage d'une vingtaine de minute où le groupe ouvre les tiroirs avec une colonne vertébrale qui se trouve sur la partie de chant de Chritus sur les couplets qui se transforment et s'adaptent très légèrement en fonction du tiroir qui est ouvert, ainsi le Doom brut et frontal du début glisse tout d'un coup sur un Stoner où le fuzz déboule sur les leads de guitare. Certaines parties de chant doublées avec une voix plus neutre et grave donne un aspect plus solennel ou avec une voix chuchotée pour un aspect plus inquiétant, une menace rampante insufflée aux passages le nécessitant, tout cela est travaillé et ficelé de mains de maître. Mais en fait derrière ce long titre, un premier enseignement, la musique de LORD VICAR sera plus frontale que sur l'album précédent et les pépites directes que sont "Levitation" ou l'intenable "Impact" verse dans un Stoner largement dans la lignée des pères BLACK SABBATH. "Descent" nous renvoie vers l'album précédent en conservant l'ambiance du premier morceau, des lignes de chant plus symétriques et plus répétitives donnent un côté ambiant et rampant à ce morceau extrêmement intéressant mais nécessitant un certain nombre d'écoute pour être apprivoisé, tout comme le suivant "World Encircled", le riff sombre d'introduction est accompagné d'une ligne de chant typique d'Ozzy Osbourne sur les débuts de SABBATH avant un refrain plus entraînant, là aussi la production sur le chant est remarquable de détails. 

Tout en conservant ce son et ce style donc, LORD VICAR va tout de même se mettre un peu en danger, tout d'abord avec le titre d'ouverture qui risque d'en rebuter plus d'un devant la complexité de la structure, le titre très direct, une sorte de hit single avec l'efficace "Impact" ou cette ballade merveilleusement bien chantée par un Chritus en état de grâce sur "Nightmare", là aussi tout réside dans l'équilibre entre le tempo de la ligne de chant et les notes dominantes à la guitare. Alors, certes, les titres comme "Black Lines" aux sonorités clairement Stoner, le labyrinthe que représentent des titres comme "The Temple In The Bedrock" et "A Second Chance" (mon dieu cette ligne de chant posée !), ajouté à la longueur surprenante d'un tel album (69 minutes !), ce pavé n'est pas facile à digérer et c'est peut-être le regret que l'on peut avoir, un "Black Lines" ou "The Temple In The Bedrock" mis de côté pour une sortie future aurait certainement rendu la galette plus digeste mais difficile de leur en vouloir à ces finlandais.

Après l'arrêt de REVEREND BIZARRE, on ne donnait pas bien cher des futurs projets de leurs membres tant ils semblaient marqués au fer rouge et pourtant comment ne pas valider ce choix tant au sein de ce LORD VICAR, le guitariste Kimi Kärki est moins à l'étroit, moins contraint à sonner comme le public attend qu'il sonne, tant le chant de Chritus n'a peut-être jamais autant été efficace qu'avec ce groupe, et pourtant j'aime beaucoup ce qu'il a fait avec GOATESS et ce qu'il fait avec PYTHON actuellement, bref, sous un habit de tradition, les 4 finlandais s'en donnent à cœur joie et bousculent les lignes avec tact. The Black Powder est donc un nouvel album hautement recommandé autant pour les amateurs d'un Doom lancinant et sombre que pour les amoureux d'un Stoner qui ne lorgne pas vers la frange Californienne du style, sobre, sombre, simple mais pas simpliste, le groupe montre une nouvelle fois sa capacité à se renouveler sans dévier de sa voie.

Facebook

Tracklist :

  1. Sulphur, Charcoal and Saltpetre
  2. Descent
  3. World Encircled
  4. Levitation
  5. The Temple in the Bedrock
  6. Black Lines
  7. Impact 
  8. Nightmare
  9. A Second Chance


par Simony le 29/04/2019 à 09:00
83 %    213

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
02/05/2019 à 10:03:21
Album grandiose comme à leur habitude.
Chritus est juste l'une des plus grande voix en matière de Doom actuellement. Point barre.

Simony
membre enregistré
02/05/2019 à 11:27:37
Plus je l'écoute, plus je le trouve énorme, signe des albums qui durent et dont on ne se lasse pas. Et cette voix de Chritus... je partage totalement ton avis Humungus et quand on a eu la chance de le rencontrer en plus... il est tellement humble, sympathique, abordable un vrai Monsieur quoi !

Doomboy
@85.0.7.18
11/05/2019 à 00:50:37
J’attend mon disque avec impatience, mais juste pour clarifier... ils ne sont pas du finlandais (a part Kimi)
Chritus est suédois, et la section rythmique est britannique ;)

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)