Je me souviens parfaitement de mes années lycée. Je me réveillais le matin, et l’alarme semblait me dire que je ne serais jamais à l’heure. Et alors que j’attrapais mes bouquins, et que je me coiffais un brin, j’arrivais au coin de la rue pour faire coucou au bus. Enfin bref, vous m’avez compris, j’avais des discussions musique passionnantes à l’heure de la récré. Et j’avais un ami très avisé qui n’en pouvait plus de piocher dans les bacs import, dénichant des perles comme HELLOÏSE que personne n’avait eu la chance d’écouter. Alors, la bave aux lèvres et l’imagination fertile, nous lui demandions d’un air fébrile à quoi pouvait bien ressembler toutes ces pépites exhumées de l’étranger…Et la réponse tombait irrémédiablement en forme d’aphorisme planant : c’est spécial, c’est Progressif. Et alors que notre culture Rock avoisinait le zéro sur une échelle de WASP à DOKKEN, nous nous demandions ce que pouvait bien signifier ce terme, prétendument synonyme parfait de « spécial ». Evidemment, les années aidant, nous avons vite compris que POINT BLANK, Yngwie MALMSTEEN et HELLOÏSE n’avaient pas grand-chose de progressif comparé aux valeurs du passé comme YES ou KING CRIMSON, mais pourtant, cette réflexion destinée à balayer du revers d’une veste en jean sans manches toute tentative de précision n’était pas dénuée de bon sens. Car en effet, il est possible pour un groupe de jouer une musique progressive sans se perdre dans le dédale de son imagination fantasmagorique et nous assommer de breaks interminables et autres soli inextricables. Car il faut bien entendre par « progressif », toute musique qui refuse la facilité du Rock et de la Pop brute, et qui cherche sans cesse à s’extirper de sa condition de binaire plombé ou aéré pour proposer quelque chose de…spécial. Et évidemment, le sujet du jour EST spécial, sinon, ce très long préambule n’aurait aucune raison d’être.

Mais souvenez-vous. Il y a six ans, je vous alertais (enfin pas forcément vous, mais un peu tout le monde aussi), sur le caractère foncièrement dynamique et excentré d’un combo allemand, qui de son second album m’avait alarmé quant à son potentiel d’exotisme artistique assez prononcé. C’est ainsi qu’en 2012, ma prose se mettait au service de la défense d’un album qui m’a profondément marqué, en tout cas suffisamment pour que je parle à nouveaux de ses auteurs, THE INTERSPHERE, qui en 2018 rompent enfin les années de silence consécutives à la parution de leur troisième LP, Relations in the Unseen. Et c’est avec un grand plaisir que je constate aujourd’hui que le quatuor de Mannheim (Christoph Hessler, Thomas Zipner, Daniel Weber, Moritz Müller) n’a pas troqué sa singularité contre un consensus de surface, puisque The Grand Delusion  est tout sauf une cruelle désillusion. On y trouve tout ce qui a toujours fait le charme de ce groupe à part, capable d’un morceau à l’autre de changer d’univers sans brader son identité pour une pluralité vulgarisatrice, et susceptible de sonner comme MUSE, PEARL JAM, MADINA LAKE, Steven WILSON, PERIPHERY et INCUBUS sans pour autant leur chaparder leurs idées les plus éprouvées. Et les constatations que j’avais établies il y a six ans sont toujours aussi valables aujourd’hui, puisque THE INTERSPHERE semble avoir trouvé son style définitif sans avoir à choisir un créneau trop restrictif, ce qui transforme ce quatrième LP studio en réussite ahurissante, et en tout cas, en constat du potentiel hors norme d’un quatuor aussi à l’aise dans le particularisme que dans l’universalité. Et c’est une chose suffisamment rare depuis FAITH NO MORE et les meilleurs INCUBUS pour être signalée. Sans se départir d’une ambition créative les faisant constamment flirter avec l’heure de jeu et un nombre conséquent de morceaux, les allemands se permettent d’être aussi originaux qu’efficaces, et signent peut-être leur album le plus sombre et le plus personnel, et celui en tout cas qui colle à merveille à leur questionnement actuel : A quel point la réalité est-elle réelle ?

Celle de The Grand Delusion  est simple et complexe à la fois. Simple, parce qu’il n’est pas difficile d’aimer cet album pour ce qu’il est, et la somme de ses qualités, et complexe parce qu’il est très ardu de décrypter son contenu sans tomber dans les formules à l’emporte-pièce. Et la tâche est encore renforcée par cette volonté de faire sonner chaque chanson de façon différente de la précédente, sans sacrifier la cohésion d’ensemble, ce qui permet aux quatre musiciens de passer d’un Néo-Metal contemporain mais aux influences sacrées très marquées, à une sorte de Pop progressive terriblement riche et harmonieuse, et susceptible d’unir dans un même plaisir des harmonies estampillées west-coast à des rythmiques purement élastiques, sans paraître incongru. Et une fois de plus, tout passe dans la centrifugeuse de leur imagination, ce que « Don’t Think Twice » démontre de sa grandiloquence alternative mâtinée de puissance Pop, associant les guitares carillonnantes des NERVES à l’inventivité rythmique des PIXIES, le tout traité au prisme d’un réalisme Pop-Rock durci d’une production électrique parfaite et ronde comme une lune prise de son côté le plus brillant. Mais le propos étant plus centré, qu’est ce qui justifie une fois de plus le fait que l’on puisse affilier les THE INTERSPHERE à une quelconque mouvance progressive alors même que leur humilité instrumentale les éloigne de toute aspiration egocentrique et démonstrative ? Le fait justement que l’on sente en filigrane que chacun des membres du groupe dispose d’un niveau exceptionnel, qu’il met au service d’un travail collectif qui permet au concept de réconcilier des nineties résignées à des années 2000 éclairées. Et ainsi, « Mind Over Matter » de provoquer une poignée de main sincère entre le DREAM THEATER de Falling Into Infinity et l’INCUBUS de Morning View.

Riffs lourds comme une chape de plomb mais singeant le maniérisme des MUSE sur fond de piano répétitif et tantrique (« Man On The Moon », l’un des hauts-faits de l’album, et des notes frappées qui rappellent étrangement l’intro de « Money, Money, Money » de qui-vous-savez), fausse dissonance à la SONIC YOUTH pour mieux convoquer les PIXIES aux agapes de PORCUPINE TREE (« Overflow »), circonvolutions à la David Gilmour sur tapis onirique digne des SHIHAD (« Antitype », et son faux rythme en véritable trampoline), fulgurances métalliques pour basse épaisse comme un glaviot Rock (« Smoke Screen », écran de fumée DEFTONES sur volutes à la Steven Wilson soudainement redevenu adolescent), pour finalement craquer au rappel d’un Punk Rock franchement agressif, mais tellement évolutif (« The Grand Dellusion », le genre de morceau épileptique que les FOO FIGHTERS n’ont plus pondu depuis trop longtemps), toute la panoplie des possibilités est passée en revue, et le résultat laisse rêveur tant on est obligé d’admettre que The Grand Delusion est probablement l’un des meilleurs albums d’une année pourtant presque terminée. Trouvant toujours l’approche de biais qui va remettre en question les certitudes, les allemands jonglent entre les genres, et slaloment sans accrocher une seule porte, taquinant même de la Pop Rock dansante à l’occasion, sans oublier de balancer le gros son (« New Maxim »). Remettant toujours en cause l’intégrité d’un legs Rock un peu trop lourd à porter, le quatuor n’hésite pas à fracasser les barrières pour mieux ouvrir les portières (« Linger », soft, mais tellement persuasif dans ses mélodies de chant qui rappelle justement le timbre fragile de Steven W.), et finalement, se pose en seul outsider de sa propre catégorie, et le seul tenant du titre aussi. Un titre convoité, celui du groupe le plus outrageusement original de sa génération, mais aussi le plus efficace (ces guitares sur « You Feel Better When I Feel Bad » sont plus spatiales que la moitié de la disco du U2 des années 90), et qui d’année en année, et d’album en album, risque fort d’incarner le progressif moderne à lui seul. Et avec THE INTERSPHERE, ne comptez pas être sauvé par la sonnerie. Car leurs années lycée sont bien finies…

 

Titres de l’album :

                           01. Don´t Think Twice

                           02. Mind Over Matter

                           03. Man On The Moon

                           04. Overflow

                           05. Secret Place

                           06. Antitype

                           07. Smoke Screen

                           08. The Grand Delusion

                           09. New Maxim

                           10. Linger

                           11. You Feel Better When I Feel Bad                           

                           12. Shipwreck

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/01/2019 à 18:01
95 %    65

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!