Aether (Equivalent Exchange)

Last Frontier

24/01/2020

Revalve Records

Pendant très longtemps, la dernière frontière à franchir était l’espace. Fut un temps où en cherchant à rallier les Indes, Christophe Colomb découvrit par hasard l’Amérique. Soit. Aujourd’hui, quelle est cette dernière frontière à franchir pour boucler la boucle de l’humanité ? Sa propre fin ? Le virtuel ? Puisque l’espace ne dévoilera jamais tous ses secrets et que la science a affirmé récemment que la seule planète colonisable par l’homme restait Mars, les possibilités se restreignent et la question de l’expansion demeure en suspens. En ramenant les débats sur un terrain plus anecdotique, reste-t-il des lignes à enjamber en musique ou a-t-on déjà tout découvert, exploité, recyclé au-delà du raisonnable ? Je serais tenté d’opter pour cette dernière option, tant les artistes s’échinent à faire du presque neuf avec du totalement vieux, se tournant vers le vintage pour oublier qu’ils ne peuvent plus rien inventer. Et en termes d’innovation, mis à part un opéra entièrement composé par une intelligence artificielle, je ne vois pas comment s’extirper du schéma bien établi de l’alternance old-school/pas forcément new-school. Mais soit, admettons que plus rien de neuf ne reste à dire, est-ce pour autant que les instruments doivent être posés et les micros débranchés ? Non, car il reste toujours un moyen de combiner des éléments, comme en cuisine, pour proposer des saveurs sinon nouvelles, du moins pas forcément connues par cœur. C’est ce que les italiens de LAST FRONTIER sont supposés nous offrir, eux qui définissent leur musique comme du Heavy atmosphérique, sans autre précision utile. Créé en 2005 du côté de Naples par le guitariste Mimmo Natale et le claviériste Cyrion Faith, LAST FRONTIER est aujourd’hui un quintet complété de Fulvio Liguori à la batterie, depuis 2014, de Salvatore Argiento à la basse depuis 2015 et de Marco Cantoni au chant depuis l’année dernière. Ce petit monde se cachant derrière des pseudos assez cocasses (Nitrokill, Silent Kaos, Thor Underdog…), il eut été assez facile de les attendre dans l’impasse du looké coquet mais sans réel fond, à l’image d’une bande de fanas Metalcore plus préoccupés par leur petite apparence que par leur pertinence, mais heureusement pour nous, la musique des transalpins est aussi efficace que leur image n’est cocasse. Et si le terme générique de Heavy atmosphérique peine à vraiment décrire avec acuité leur démarche, il permet de baliser le terrain sans trop le confiner.

En quinze ans d’existence, les napolitains ont pris le temps de préparer leur répertoire avec trois démos, avant de se lancer avec leur premier longue-durée Apocalypse Machine en 2010. A ce moment-là, nous aurions pu penser la machine lancée pour de bon mais il fallut attendre encore quatre ans pour avoir une suite avec Theta Healing (Through the Poison), publié en 2014. Avec ces deux albums, le groupe a façonné les contours de son art pluriel, mais autant admettre que les six ans supplémentaires et nécessaires à la préparation de cet Aether (Equivalent Exchange) auraient salement pu les faire tomber dans l’oubli. Six ans c’est long, surtout lorsqu’on n’a pas encore atteint un statut enviable, mais à l’écoute de cette heure de musique inédite, je comprends mieux le long hiatus. Le groupe a en effet cherché la perfection dans son domaine étrange, situé en convergence d’un Heavy Metal classique, d’un Progressif modeste et d’un Symphonique discret, pour aujourd’hui toucher du doigt l’apogée d’une démarche classique dans le fond, mais très personnelle dans la forme. Assez facilement, et avec un peu de recul, il serait assez facile de voir en « Cults of Cargo » un savant mélange entre la richesse doublée de complexité de DREAM THEATER et la franchise mélodique virile d’IRON MAIDEN. En abordant le cas de ce trop fameux « culte du cargo » si cher au Gainsbourg de Melody Nelson (le culte du cargo est un ensemble de rites des aborigènes d’Océanie qui consistait à imiter la technologie et la culture occidentale), LAST FRONTIER propose un mi-chemin assez intéressant entre les prétentions techniques et les arrangements grandiloquents du Progressif métallique moderne, et l’efficacité des riffs et tierces du Heavy tel qu’il fut conçu dans les années 80, jouant donc sur plusieurs tableaux d’époque. Avec ce morceau d’entame, les italiens jouent franc jeu, et assument leur penchant pour la grandiloquence efficiente, nous proposant des couplets complexes et des breaks nombreux, pour mieux se retrouver collectivement lors d’un refrain vraiment fédérateur. La méthode est convenue, mais toujours aussi percutante, et l’impression laissée durable.

Mais plus qu’un succédané de gloires existantes, il faut voir en ce groupe la synthèse des méthodes les plus internationales de dilution de la mélodie et de structures opératiques dans un contexte Rock. Ne fuyant jamais l’emphase, le quintet n’en profite pas non plus pour s’en remettre à des gimmicks trop faciles, et dévoile un art consommé de l’ambiance travaillée et mystique, ce qui leur permet sans doute de s’en remettre à cette étrange étiquette de Heavy atmosphérique. Ainsi, l’entame de « Fields of Thetis » nous plonge dans un monde étrange aux échos spatiaux, jusqu’à ce que le vrai couplet entre en jeu et ose un Metal proche des philosophies de BLIND GUARDIAN, RHAPSODY et autres défenseurs de la cause, sans user de clichés trop virils pour être encore convaincants. Adeptes de l’arythmie ponctuelle, les napolitains avouent une inclinaison à la démonstration de style, mais n’en abusent jamais. Leurs morceaux sont généralement bâtis sur une savante alternance de premier et second degré, avec toujours en exergue ces mélodies prononcées, mises en valeur par le chant lyrique du nouveau venu Marco Cantoni. L’atmosphère rappelle d’ailleurs parfois les CRIMSON GLORY les plus précieux, lorsque les lignes de chant s’enflamment sur fond de Heavy solide mais ciselé (« Flames of Moloch »), et si chaque titre ou presque empiète sérieusement sur les cinq minutes, les idées ne manquent pas pour relancer l’attention. Evidemment, on s’intéressera de plus près au final « Shahar », qui avec ses douze minutes ne manque pas d’évoquer le souvenir des clôtures héroïques de MAIDEN, mais il est certain que cet épilogue ambitieux était parfaitement ce qu’Aether (Equivalent Exchange) méritait.

Niveau reproches à formuler, peu de choses, si ce ne sont quelques harmonies un peu trop redondantes, un son de clavier un peu irritant, et des riffs typés qui tendent à se répéter, mais avec une production équilibrée et une batterie à l’écho grave, ce troisième album de LAST FRONTIER déroule sa noblesse pendant presque une heure sans lasser, grâce à des trouvailles inventives et une interprétation sans fautes. Un disque à réserver à ceux qui pensent que le Heavy classique peut encore être modernisé sans se trahir, et qui n’attendent plus d’un groupe qu’il franchisse des limites inconnues. Aether (Equivalent Exchange) n’est certainement pas la frontière finale dont parlait MAIDEN (il se montre néanmoins largement supérieur), mais il reste une étape fascinante sur un chemin qui est encore loin d’avoir dévoilé tous ses secrets.

                            

Titres de l’album :

                          01. Toward the Last Frontier

                          02. Cults of Cargo

                          03. Fields of Thetis

                          04. Flames of Moloch

                          05. Wings of Stone

                          06. The Willow

                          07. The River

                          08. The Brier

                          09. Shahar

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/06/2020 à 17:27
80 %    447

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17