Parfois, j’aime vous la faire à l’envers, mais pas tant que ça. Après tout, la fin d’année est toujours propice à l’élaboration de ces satanés « top 5 » ou « year’s best albums », exercice que je déteste au plus haut point, puisque mon volume de chroniques avoisine le degré d’outrecuidance des hommes politiques lors d’une intervention publique. Alors devoir faire un effort de mémoire pour ramener à la surface les disques m’ayant le plus remué me demande trop d’énergie, et je déteste la gaspiller. Néanmoins, et même si je suis plutôt enclin à vous faire découvrir des choses en amont, ou suffisamment underground pour que la plupart d’entre vous soient surpris par mes choix, j’ai opté aujourd’hui pour l’étude d’un album sorti à l’orée 2017. Ce choix paraîtra étrange, puisque tous les webzines et médias s’y sont penchés depuis fort longtemps, mais que voulez-vous, les hasards du calendrier sont ce qu’ils sont, et même si le délai semblera déraisonnable en termes de ligne éditoriale, il fallait bien que quelqu’un de l’équipe finisse par s’y consacrer. Pensez donc, parler d’un LP qui a déjà eu les honneurs terminaux de la bible Rolling Stone, qui a connu son heure de gloire via la plume de Pitchfork, et moi, petit scribouillard aux rimes sans fard, j’ose lui consacrer quelques signets avant même de laisser l’année se refermer. Mais se refermer sur quoi finalement ? Une richesse de production rarement atteinte depuis 2014 ? Des sorties qui se sont empilé, des révélations, des déceptions ? Un peu tout ça, et plus encore, ce qui m’amène au sujet du jour, en ce dimanche venteux et pluvieux, le troisième effort des mastards américains de CODE ORANGE. Forever. Toujours, dans leur langage, peut vouloir dire plusieurs choses. Qu’ils occupent le terrain, qu’ils obtiennent ce qu’ils souhaitent, en l’occurrence un deal béton avec la référence incontournable Roadrunner ? Qu’ils se soient fait produire par l’immanquable Kurt Ballou, qui lui aussi en 2017 se sera permis l’un des jets de bile les plus acides via son dernier CONVERGE ? Tout ça, mais aussi, ce putain de buzz’. Ce buzz’ qui leur a fait travailler leur moindre intervention sur les réseaux sociaux, leur moindre apparition live, et leurs clips qu’ils distillent comme des gimmick pensés par un directeur de com’ très au fait des techniques usuelles. Mais malgré cette science pour s’incruster dans la mémoire collective, Forever reste un putain de grand disque, qui mérite largement cette tribune tardive. Leur meilleur ? Les fans vous diront que peut-être, les critiques moduleront en comparant avec les premiers temps, mais il faut reconnaître qu’une fois encore, les originaires de Pittsburgh, Pennsylvanie ont fait fort. Mais on ne publie pas son troisième disque en virage difficile à négocier sur un indépendant célébré sans être un minimum sûr de son fait. Alors, qu’en est-il ? Il en est que Forever risque de changer leur carrière à jamais. Pour toujours. Les deux. Et c’est tant mieux.

Premier paragraphe en pavé, pour mieux rebuter les moins enclins à l’empathie de lecture, et la donne est donnée. Nous allons parler de cette musique formidable bien sûr, violente et compacte au-delà de toute attente, alors même que ces dernières étaient énormes dans les rangs des suiveurs, mais nous allons aussi parler du cheminement qui a mené les CODE ORANGE à proposer le manifeste le plus fielleux et pourtant ouvert du Hardcore moderne. Cette vidéo en 2016 par exemple, lâchée en éclaireuse et réalisée par Max Moore, au tricolorisme très esthétique de noir, blanc et rouge, histoire de marquer au fer de la même teinte une campagne de promotion terriblement intelligente. On y découvrait les options à venir, qu’on connaissait plus ou moins, mais qui semblaient indiquer que la suite des évènements allait être solide, très. Et puis ces visuels de torture, mis en forme par Brandon Allen Bolmer, avec ce mec à poil en train de subir les derniers outrages d’une « force démoniaque ». Si avec ça, les yeux n’en prenaient pas plein les oreilles d’un cauchemar à venir, alors rien ne pouvait être fait pour tenter de s’en sortir. Les CODE ORANGE savaient très bien ce qu’ils faisaient, et savaient aussi que ce troisième album était attendu au tournant, à cause de sa situation temporelle, mais aussi des noms fameux s’y étant accolés de fait. On ne dérange pas le Ballou pour faire le marlou, et le quatuor (Eric Balderose – guitare/chant/synthé, Reba Meyers – chant/basse/guitare, Jami Morgan – batterie, Joe Goldman – basse) était fort conscient qu’il fallait frapper un grand coup pour ne pas passer pour des imbéciles. Dont acte. Et Forever restera sans doute dans les annales comme LP le plus puissant et versatile d’une année pourtant chargée en déflagrations secouant les cœurs et les tympans sans aucune complaisance. Pour ce faire, il n’y avait pas trente-six solutions. Il fallait rester fidèle à une recette, mais la porter à ébullition, en ouvrant le robinet des influences extérieures, et en radicalisant les références intérieures. Alors, on y retrouve évidemment tout ce qui a fait la force du combo, toujours à cheval entre Hardcore et Metal fatal, mais aussi de petites choses plus fugaces, que les SONIC YOUTH en bisbille avec les DILLINGER ESCAPE PLAN auraient pu trousser à l’occasion d’un split improbable de courte durée. Un machin qui synthétiserait l’esprit alternatif ricain pour l’intégrer à des sonorités acides typique d’un Reznor en pleine montée. Ces plans sont distillés et placés sous l’égide des escapades en trio des ADVENTURES, qui trouvent refuge sur deux segments de Forever, « Ugly » bien évidemment, beaucoup moins laid qu’il ne veut bien l’admettre, mais aussi, et plus flagrant « Bleeding In The Blur », qui peut remercier la scène 90’s, tout autant que STONE SOUR ou les SEBADOH, dans une moindre mesure. On y voit un visage différent, aux grimaces plus nuancées, et aux invectives plus modulées. Mais le pire, c’est que malgré leur incongruité sur un disque/bloc pareil, ces interventions y apportent une vraie bouffée d’air frais qui permet de digérer le reste, comme une caresse sur un visage tuméfié après une baston mal gérée. Cette baston commence par « Forever », le titre qu’on connaît, mais qu’on redécouvre en tant qu’intro qui ouvre, les portes, sur un monde toujours aussi infernal et strié d’interventions digitales d’Indus, de Chaotic Core, et de Beatdown.

« Kill The Creator », dame le pion à la créature choyée de Ballou, et se lance dans une danse de stridences, de répétitions rythmiques soudainement interrompues assez gauchement par un passage Ambient qui tombe comme la pluie un soir d’été. Mais on prend, parce que ces itérations agaçantes le sont vraiment.

« The Mud », ou comment sympathiser en toute hypocrisie d’intérêt avec le spectre de NINE INCH NAILS, tout en saluant du coin de l’œil qui louche vers les instants les moins cléments du NAPALM de la fin des nineties. Lourd, agonisant, mais jouissif par instants. Un peu comme si un groupe de Metalcore/Beatdown lambda comprenait enfin que la jeunesse n’a pas besoin que de ça.

« No One Is Untouchable », ou le pied de nez dans la gueule ultime aux KORN qui pensaient le contraire. Un genre de gigantesque Nu-Metal porté à la sauce lourde d’un groove Beatdown, une fois de plus écrasant, mais cathartique. Et puis ce chant, qui rappelle Chino Moreno, en pleine crise d’asthme. Tétanisant.            

« Hurt Goes On ». Pur Dark, pur Ambient. Pur Indus, pas dansant. Potentiellement anecdotique, et pourtant.

« Dream 2 ». Final qui n’en est pas un, et qui suggère des pistes. Léger, mélodique, surprenant, et ?

Et un album qu’on chronique des mois après sa sortie, tout en sachant très bien que tout a déjà été dit à son propos, encensé, maudit, et le reste. Mais on en dit tout le bien qu’on pense du mal qu’il fait, ironiquement, comme d’habitude. Tiens, Forever, en substance, pourrait finir dans mon satané top 5 si j’en faisais un, il y aurait largement la place. Mais j’emmerde ces trucs. Ça manque de classe.


Titres de l'album:

  1. Forever
  2. Kill The Creator
  3. Real
  4. Bleeding In The Blur
  5. The Mud
  6. The NeW Reality
  7. Spy
  8. Ugly
  9. No One Is Untouchable
  10. Hurt Goes On
  11. dream2

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/12/2017 à 17:59
88 %    267

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


mazak
membre enregistré
27/12/2017 à 16:55:53
Je découvre le groupe avec cet album. J'aime beaucoup !

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.