Generation Antichrist

Onslaught

07/08/2020

Afm Records

Sept ans que nous étions sans nouvelles des envahisseurs anglais, sans savoir s’ils préparaient une attaque éclair ou si leur flotte avait subi des dommages irréparables. Et en découvrant ce nouveau blitzkrieg musical, on constate que les deux éventualités étaient les bonnes. D’une, ONSLAUGHT est toujours debout, et vaillant. Mais on constate que son équipage a subi d’importants changements depuis la parution de VI en 2013, avec pas moins de trois membres remplacés sur une équipe de cinq. C’est ainsi que depuis 2018, le capitaine Nige Rockett a enrôlé un nouveau guitariste (Wayne Dorman), un nouveau batteur (James Perry), et même un nouveau chanteur, arrivé cette année (David Garnett). Nouvelle composition donc, pour un lourd héritage à porter dont seul Nige est le garant depuis 1982 et les débuts du groupe, et nouvel album, qui avait la lourde tâche de succéder à trois LPs depuis la reformation, dont un Killing Peace de légende que je n’avais pas manqué de louer. Mais sans remonter jusqu’en 2006 et en se basant sur le dernier effort de 2013, la tâche n’était pas aisée pour le groupe qui devait conserver un niveau de qualité très haut, et combler une fois de plus l’attente de ses fans les plus exigeants. Il faut dire que l’ONSLAUGHT post-reformation n’a plus grand-chose à voir avec celui que nous avions connu dans les années 80, cette créature un peu gauche, légèrement Punk sur les bords, proposant un Thrash diffus et sombre que des œuvres comme Power from Hell et The Force étalaient à longueur de face avec force pentagrammes et autres références diaboliques. Depuis Killing Peace, le groupe anglais est devenu une référence majeure sur la scène Thrash internationale, et n’est plus cet outsider bruyant et sympathique qui se contentait d’une approche sourde et primaire. Et une fois encore, malgré des défauts évidents (qui ne sont pas à imputer aux compositions mais à la production), ONSLAUGHT écrase la concurrence avec une énergie incroyable qui en remontre à bien des jeunes loups avides de sang nostalgique.

Toujours secondé depuis 2006 par son lieutenant Jeff Williams à la basse, Nige Rockett s’est lâché comme jamais, et nous a proposé l’album quasiment parfait qu’on attendait de lui. Rien à reprocher au guitariste passionné qui a balancé ses riffs les plus hargneux et ses idées les plus féroces, et les dix morceaux de ce septième longue-durée (onze pour la version japonaise) font tous preuve d’un réalisme Thrash étonnant qui permet à la vieille référence anglaise de ne pas se laisser dépasser par ses jeunes homologues allemands ou américains. Mais encore une fois, l’œuvre pèche par son excès de production, le reproche majeur qu’on adresse à toutes les têtes de liste Thrash des années 80 (TESTAMENT, KREATOR, DESTRUCTION), et qui confère à la rythmique ce son trop systématique qui transforme la batterie en tir de barrage numérique parfaitement insupportable. A croire que les musiciens et ingénieurs du son souhaitent transformer les albums en jeux-vidéo trop réalistes, et suggérer un climat de guerre virtuelle un peu trop prononcé. Mais en dehors de cette remarque, aucun autre grief ne saurait être formulé à l’encontre de Generation Antichrist, qui dame clairement le pion au Phantom Antichrist de KREATOR, tout en louchant sur sa fanbase pour se constituer un nouveau following. Soyons clair, ONSLAUGHT est en quelque sorte devenu une créature de Frankenstein impressionnante, assemblé des meilleurs morceaux des plus grands groupes des années 80, avec un torse EXODUS, des bras KREATOR, des jambes ANNIHILATOR, des pieds TESTAMENT, gardant son visage pour nous rappeler sa propre identité. En multipliant les riffs accrocheurs à la Holt/Waters, en gardant un up tempo sous le coude qu’il confronte à de nombreux passages en mid totalement écrasants, ONSLAUGHT sacrifie l’originalité au profit de l’efficacité, et signe l’un des albums de Thrash les plus radicaux de cette année 2020. Même si la variété de Killing Peace peut être regrettée, on ne peut que s’incliner face à cette démonstration de force si bien résumée par le premier morceau de l’album, au titre si révélateur.

« Strike Fast Strike Hard » est évidemment la déclaration d’intention la plus honnête que le groupe pouvait nous adresser, et dès les premières mesures en feu nourri sur la coque des navires ennemis, la flotte ONSLAUGHT nous prouve que l’Angleterre n’a pas l’intention de se rendre et de baisser pavillon, mais bien de faire toucher le fond à tous ses suiveurs. Rarement premier morceau aura tant fait mouche, et si les accents agressifs ne sont pas sans rappeler le DESTRUCTION le plus moderne et véhément, les passages les plus puissants nous ramènent au meilleur du SLAYER des années 2000. Concentré de violence, « Strike Fast Strike Hard » ose en outre un phrasé vocal tout à fait diabolique, et malgré son intégration récente dans l’équipe, David Garnett se montre tout à fait à l’aise dans son rôle de frontman, avec une voix éraillée qui n’est pas sans rappeler à la fois Schmier et Rob Dukes. De sérieuses références donc, d’autant plus que le nouveau soliste Wayne Dorman n’a pas les sextolets dans sa poche et dégaine encore plus vite que Lucky Luke, ce qui ne fait qu’accentuer cette sensation d’hystérie globale. Loin de calmer le jeu violent, « Bow Down To The Clowns » enfonce encore plus le clou, même si sa double grosse caisse d’intro nous brise les tympans, mais on constate assez vite que l’ONSLAUGHT mid tempo est aussi probant que l’ONSLAUGHT up tempo. Profusion de chœurs qui fusillent le moindre silence, rythmique à l’abattage sidérant, guitares qui ne s’arrêtent jamais de syncoper, et chanteur en pleine possession de ses moyens, la démonstration est bluffante, et le rendu salement impressionnant. Bien évidemment, on a déjà entendu ça des dizaines de fois de la part des quelques références déjà citées dans cette chronique, mais on se laisse prendre au jeu de ce Thrash formel remis au goût de la puissance 2020, et le temps passe très vite, surtout lorsque le quintet utilise des recettes employées par l’ANNIHILATOR le plus récent.

Partant du principe que seul le tempo des morceaux change, que parfois, un intro brillante vient nous cueillir à chaud (« Generation Antichrist »), inutile de se livrer à une dissection exhaustive qui ne servirait pas à grand-chose. Précisons que le groupe a sélectionné ses riffs les plus pertinents, qu’il n’hésite pas à défier EXODUS sur son propre terrain de vélocité solide (« Addicted To The Smell Of Death »), qu’il recycle un titre déjà paru sur le single Religiousuicide (pour la version européenne) et qu’il nous offre une relecture de son propre « In Search of Sanity » sur l’édition japonaise. Célébrons donc le retour du navire ONSLAUGHT dans nos ports, eux qui vont nous faire transpirer par tous les pores comme des porcs avec ce Generation Antichrist aussi puissant qu’un canon vaillant.          

                           

Titres de l’album:

01. Rise to Power

02. Strike Fast Strike Hard

03. Bow Down To The Clowns

04. Generation Antichrist

05. All Seeing Eye

06. Addicted To The Smell Of Death

07. Empires Fall

08. Religiousuicide

09. A Perfect Day To Die (2020)

10. In Search of Sanity (2020)


Facebook officiel



par mortne2001 le 21/08/2020 à 17:07
80 %    373

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


metalrunner
@86.253.243.153
17/09/2020, 18:35:36
Putain la patate du thrash qui butte pas chiant comme Heathen ni pépère comme Testament ;Du thrash tout simplement.Bravo beau boulot les roast-beefs

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05

Humungus

Hâte d'entendre tout l'album pour me faire un avis plus éclairé.Quoi qu'il en soit, la voix du Bobby me fout toujours les poils et si la galette est à l'instar de ce titre, achat obligatoire !

23/01/2021, 13:10

Humungus

!!! BOLT THROWER est mort !!!!!! !!! !!! Vive MEMORIAM !!! !!! !!!

23/01/2021, 13:02

Humungus

1) Pardon, en me relisant, je me rend compte que je me suis très mal exprimé :J'adore MOONSPELL jusqu'à "Irreligious" inclus."Sin peccado", quoi que encore écoutable, c'est pour moi le début de la fin.2) Sa(...)

23/01/2021, 13:01

Satan

L'essence même de Moonspell réside selon moi dans le triptyque "Sin/Pecado" / "Darkness and Hope" / "The Antidote", donc bien loin des codes inhérents au bon vieux metooool. Donc cette étrange nostalgie qui consiste à se limiter(...)

23/01/2021, 12:50

Gerggg

Bah c’est du tout bon ca, un bon mid tempo bien lourd

23/01/2021, 10:03

Simony

Ah je n'irais pas jusque là Humungus mais là c'est mon côté gothopouf, je le sais... J'adore Sin / Pecado, je sais que ça n'a plus rien à voir avec le MOONSPELL des débuts mais c'est avec cet album que j'ai décou(...)

23/01/2021, 09:31

metalrunner

Putain c est du bolthrower pur jus j adore  

23/01/2021, 09:28

Humungus

gars*(Hé hé hé... Jolie lapsus...)

23/01/2021, 05:22

Humungus

Je vous rejoins sur tout les gras :- MOONSPELL ne sert plus à rien depuis "Irreligious" (inclus).- APHRODITE'S CHILD est un putain de groupe fort injustement moqué.

23/01/2021, 05:21

Gargan

Demis a quand même sorti un album sobrement intitulé 666 avec les aphrodite's child, donc respect.

22/01/2021, 21:43