Histoire de lancer leur campagne live d’été, les polonais de CRYSTAL VIPER vous offrent un joli petit EP, assez anecdotique dans le fond, mais alléchant dans la forme. Faisant partie d’une série B qui aimerait bien accéder à la première division, le groupe ne ménage donc pas ses efforts pour occuper le terrain de l’actualité, et surfe sur la vague de leur précédent album, l’excellent Queen Of The Witches qui leur a permis de grimper quelques échelons supplémentaires. Mais qui dit EP promotionnel, dit qualité artistique plutôt sujette à caution, et c’est évidemment le cas de cet At the Edge of Time qui n’offre pas grand-chose de neuf niveau composition, et qui ressemble plutôt à un single gonflé pour atteindre une durée raisonnable et être vendu en tant qu’extended-play. Si musicalement la surprise n’est pas énorme, le tracklisting joue la parcimonie, puisque sur cinq morceaux, deux seuls sont inédits, le reste étant constitué de covers, perso et extérieures, et d’un remplissage pas forcément habile que les moins complaisants noteront et jugeront un peu léger dans les termes. On trouve donc sur ce nouvel effort un morceau inédit, le title-track, proposé ici en version anglaise et en version polonaise originale, une relecture d’un titre déjà présent sur leur précédent album, un autre inédit, et une reprise de QUARTZ, qui si elle n’a pas grand-chose à envier à l’originale, n’en transcende pas non plus le propos. C’est donc une parenthèse sympathique que nous propose le quintet (Marta Gabriel - chant/guitare, Andy Wave & Eric Juris - guitares, Błażej Grygiel - basse et Tomek "Golem" Danczak - batterie), à prendre en tant que tel, et qui permet de rester sous les feux de l’actualité.

Une analyse de surface de ces cinq morceaux permet de dégager un consensus autour de « At the Edge of Time », embardée typique d’un groupe au Heavy Metal féroce et lyrique, et seul véritable attrait d’un EP assez superficiel. On y retrouve les sonorités d’un gang qui n’a jamais renié son amour pour un Heavy Metal traditionnel, empreint de lyrisme et flamboyant comme une épée forgée dans les flammes, et surtout, une suite logique à Queen Of The Witches. Riff saccadé, rythmique en pulsations, voix toujours aussi puissante de Marta, qui devient année après année une frontwoman de premier plan, refrain à la STRATOVARIUS des grands jours, et soli élaboré avec amour, pour un tube estampillé « True Metal » du cuir aux clous, mais suffisamment accrocheur pour en excuser tous ses clichés. La version dite « giallo » de « When The Sun Goes Down » vaut aussi son pesant d’Argento, avec ses orgues macabres et son emphase fatale, et permet une fois encore à dame Gabriel de faire montre de tout son talent vocal. Assez lourde et concentrée, cette version rapproche le groupe du DIO de l’époque « Holy Diver », ce qui n’est pas le moindre des compliments, et se démarque suffisamment de l’original pour flirter avec l’inédit, sans vraiment tremper les deux pieds dedans. Et si la langue polonaise sied admirablement bien à « Zwiastun Burzy », la présence de ce titre en langue natale n’offre que très peu d’intérêt, les modulations étant méchamment minimes. Ce qui n’a pas empêché les CRYSTAL VIPER d’en diffuser deux vidéos, dans les deux idiomes, pour le grand plaisir de leurs fans. « When Are You » et son piano dramatique d’intro comble les trous sentimentaux pour développer une belle ambiance intimiste mais puissante, et laisse une fois encore une chanteuse au timbre vraiment poignant faire les trois quarts du job, tandis que l’appropriation du « Tell Me Why » des QUARTZ affirme l’allégeance du quintette au Heavy Metal de tradition, et permet de refermer ce petit chapitre de façon très honnête et sincère. Traduisant le Hard-Rock d’origine dans un vocable plus Heavy Metal, mais conservant ce groove hypnotique et cette mélodie entêtante, CRYSTAL VIPER se fait plaisir et caresse ses influences dans le sens du poil, se montrant tout à fait à la hauteur de l’exercice, sans non plus augmenter le capital sympathie de ce morceau passé depuis longtemps dans le domaine public.

Si l’intérêt commercial de cet EP est bien évidemment plus patent que sa portée artistique, il n’en reste pas moins une petite mise en bouche assez savoureuse, qui permet de déguster sans attendre une nouvelle tranche de vie polonaise. Et puis, autant jouer franc jeu, retrouver la voix si puissante de Marta Gabriel est toujours un plaisir, et At the Edge of Time lui permet de présenter un éventail de ses possibilités non négligeable, de la ballade au morceau marqué du sceau Power-Metal, ce qui ne manquera pas de satisfaire ses fans les plus acharnés. Si les inédits ne méritent peut-être pas qu’on se relève la nuit, ils n’en sont pas moins très catchy, et préfigurent des performances hautes en couleurs lors de festivals à venir. Comme en plus, l’objet en question est emballé dans une superbe pochette dessinée par Andreas Marschall (BLIND GUARDIAN, RUNNING WILD, KREATOR), l’ensemble se déguise en petit cadeau d’été pour fidéliser, et remercier le public de les avoir soutenus pendant toutes ces années. Mais le double effet de ce nouvel EP est aussi de pointer du doigt le fait que les CRYSTAL VIPER ne sont toujours pas devenus la références incontournable qu’ils méritent amplement d’être, alors espérons que leur prochain album pourra et saura remettre les pendules du succès à l’heure de la Pologne.                               

       

Titres de l'album:

                           1.At the Edge of Time          

                           2.When the Sun Goes Down (Giallo Version)

                           3.Zwiastun Burzy     

                           4.When Are You       

                           5.Tell Me Why (Quartz cover)

Site officiel

Facebook officiel 


par mortne2001 le 14/07/2018 à 18:18
75 %    258

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)