Histoire de lancer leur campagne live d’été, les polonais de CRYSTAL VIPER vous offrent un joli petit EP, assez anecdotique dans le fond, mais alléchant dans la forme. Faisant partie d’une série B qui aimerait bien accéder à la première division, le groupe ne ménage donc pas ses efforts pour occuper le terrain de l’actualité, et surfe sur la vague de leur précédent album, l’excellent Queen Of The Witches qui leur a permis de grimper quelques échelons supplémentaires. Mais qui dit EP promotionnel, dit qualité artistique plutôt sujette à caution, et c’est évidemment le cas de cet At the Edge of Time qui n’offre pas grand-chose de neuf niveau composition, et qui ressemble plutôt à un single gonflé pour atteindre une durée raisonnable et être vendu en tant qu’extended-play. Si musicalement la surprise n’est pas énorme, le tracklisting joue la parcimonie, puisque sur cinq morceaux, deux seuls sont inédits, le reste étant constitué de covers, perso et extérieures, et d’un remplissage pas forcément habile que les moins complaisants noteront et jugeront un peu léger dans les termes. On trouve donc sur ce nouvel effort un morceau inédit, le title-track, proposé ici en version anglaise et en version polonaise originale, une relecture d’un titre déjà présent sur leur précédent album, un autre inédit, et une reprise de QUARTZ, qui si elle n’a pas grand-chose à envier à l’originale, n’en transcende pas non plus le propos. C’est donc une parenthèse sympathique que nous propose le quintet (Marta Gabriel - chant/guitare, Andy Wave & Eric Juris - guitares, Błażej Grygiel - basse et Tomek "Golem" Danczak - batterie), à prendre en tant que tel, et qui permet de rester sous les feux de l’actualité.

Une analyse de surface de ces cinq morceaux permet de dégager un consensus autour de « At the Edge of Time », embardée typique d’un groupe au Heavy Metal féroce et lyrique, et seul véritable attrait d’un EP assez superficiel. On y retrouve les sonorités d’un gang qui n’a jamais renié son amour pour un Heavy Metal traditionnel, empreint de lyrisme et flamboyant comme une épée forgée dans les flammes, et surtout, une suite logique à Queen Of The Witches. Riff saccadé, rythmique en pulsations, voix toujours aussi puissante de Marta, qui devient année après année une frontwoman de premier plan, refrain à la STRATOVARIUS des grands jours, et soli élaboré avec amour, pour un tube estampillé « True Metal » du cuir aux clous, mais suffisamment accrocheur pour en excuser tous ses clichés. La version dite « giallo » de « When The Sun Goes Down » vaut aussi son pesant d’Argento, avec ses orgues macabres et son emphase fatale, et permet une fois encore à dame Gabriel de faire montre de tout son talent vocal. Assez lourde et concentrée, cette version rapproche le groupe du DIO de l’époque « Holy Diver », ce qui n’est pas le moindre des compliments, et se démarque suffisamment de l’original pour flirter avec l’inédit, sans vraiment tremper les deux pieds dedans. Et si la langue polonaise sied admirablement bien à « Zwiastun Burzy », la présence de ce titre en langue natale n’offre que très peu d’intérêt, les modulations étant méchamment minimes. Ce qui n’a pas empêché les CRYSTAL VIPER d’en diffuser deux vidéos, dans les deux idiomes, pour le grand plaisir de leurs fans. « When Are You » et son piano dramatique d’intro comble les trous sentimentaux pour développer une belle ambiance intimiste mais puissante, et laisse une fois encore une chanteuse au timbre vraiment poignant faire les trois quarts du job, tandis que l’appropriation du « Tell Me Why » des QUARTZ affirme l’allégeance du quintette au Heavy Metal de tradition, et permet de refermer ce petit chapitre de façon très honnête et sincère. Traduisant le Hard-Rock d’origine dans un vocable plus Heavy Metal, mais conservant ce groove hypnotique et cette mélodie entêtante, CRYSTAL VIPER se fait plaisir et caresse ses influences dans le sens du poil, se montrant tout à fait à la hauteur de l’exercice, sans non plus augmenter le capital sympathie de ce morceau passé depuis longtemps dans le domaine public.

Si l’intérêt commercial de cet EP est bien évidemment plus patent que sa portée artistique, il n’en reste pas moins une petite mise en bouche assez savoureuse, qui permet de déguster sans attendre une nouvelle tranche de vie polonaise. Et puis, autant jouer franc jeu, retrouver la voix si puissante de Marta Gabriel est toujours un plaisir, et At the Edge of Time lui permet de présenter un éventail de ses possibilités non négligeable, de la ballade au morceau marqué du sceau Power-Metal, ce qui ne manquera pas de satisfaire ses fans les plus acharnés. Si les inédits ne méritent peut-être pas qu’on se relève la nuit, ils n’en sont pas moins très catchy, et préfigurent des performances hautes en couleurs lors de festivals à venir. Comme en plus, l’objet en question est emballé dans une superbe pochette dessinée par Andreas Marschall (BLIND GUARDIAN, RUNNING WILD, KREATOR), l’ensemble se déguise en petit cadeau d’été pour fidéliser, et remercier le public de les avoir soutenus pendant toutes ces années. Mais le double effet de ce nouvel EP est aussi de pointer du doigt le fait que les CRYSTAL VIPER ne sont toujours pas devenus la références incontournable qu’ils méritent amplement d’être, alors espérons que leur prochain album pourra et saura remettre les pendules du succès à l’heure de la Pologne.                               

       

Titres de l'album:

                           1.At the Edge of Time          

                           2.When the Sun Goes Down (Giallo Version)

                           3.Zwiastun Burzy     

                           4.When Are You       

                           5.Tell Me Why (Quartz cover)

Site officiel

Facebook officiel 


par mortne2001 le 14/07/2018 à 18:18
75 %    326

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0